Navigation – Plan du site
Partie IV

Le chercheur et l’engagement local

Du tournant aux tourments culturels
Research and local commitments: from the cultural turn to the cultural torments
Emmanuelle Petit
p. 257-275

Résumés

À partir du récit d’une expérience de recherche-action avec des acteurs du monde chamoniard, ce texte propose un retour réflexif sur l’engagement du chercheur au sein d’une collectivité locale. Il traite à la fois des apports et des limites de cette co-construction, aussi bien du point de vue de la géographie culturelle que de la collectivité locale et des acteurs en jeu dans cette démarche. Au centre du propos, l’analyse de la ou les place(s) tenue(s) par le chercheur et celle(s) octroyée(s) par l’autre ou les autre(s) est ici considérée comme une façon d’assumer l’idée de savoir situé et de l’objectiver.

Haut de page

Texte intégral

1Dans le cadre d’une thèse qui porte sur les constructions mémorielles et identitaires qui s’effectuent autour des matérialisations du souvenir mettant en scène l’idée de montagne (Petit, 2012), j’ai été amenée à conduire une recherche-action avec des acteurs de la commune de Chamonix-Mont-Blanc. L’objectif de cette commande consistait à mettre en valeur les Lieux de mémoire (Petit et Marin, 2003) de ce territoire, dont les structures ont été largement transformées par le développement précoce du tourisme porté en grande partie par la présence du mont Blanc (Debarbieux, [1991] 2001). Passant ainsi de 3000 habitants en 1900, à plus de 8000 cent ans plus tard, et accueillant plus de 2,5 millions de visiteurs par an, les questions d’identité et de mémoire se posent avec acuité dans cette commune aussi bien pour le politique que pour le scientifique et favorisent leur rencontre.

2C’est dans ce contexte, où le scientifique est de plus en plus fréquemment convoqué par le politique pour légitimer l’action publique, qu’il apparaît nécessaire d’effectuer un retour réflexif sur une pratique de recherche qui se développe dans l’ensemble des sciences sociales. Car cette pratique soulève concrètement le débat ouvert par Norbert Elias ([1983] 1993) sur l’engage­ment de tout chercheur (tant à travers ses émotions que ses insertions sociales) et la question problématique de la distanciation, pourtant indispensable à la démarche scientifique.

3À partir du récit de cette expérience de recherche-action menée pendant plus de deux années, ce texte propose donc à la fois une réflexion sur la nature et la nécessité même de l’engagement, et sur son impact tant du point de vue de l’approche culturelle que du point de vue de la collectivité locale. Cette démarche prend au sérieux la posture réflexive défendue aujourd’hui par de nombreux géographes quant aux pratiques de terrain (Volvey et al., 2012 ; Collignon et Retaillé, 2010), tout en s’appuyant sur les travaux du sociologue Philippe Corcuff (1999 ; 2002 ; 2011) et du socio-anthropologue Jean-Pierre Olivier de Sardan (2008), pour éclairer les apports et les limites pour la géographie culturelle de l’engagement public du chercheur au sein de la société.

Récit d’un engagement local : contexte et déroulement d’une recherche-action à Chamonix

4Au début des années 2000, il y a déjà plus de trois ans que je fréquente Chamonix. Les lieux me sont donc relativement familiers. J’ai alors identifié la plupart des objets commémoratifs qui mettent en scène de différentes façons l’idée de montagne sur les places publiques, au détour d’une rue ou encore dans les cimetières. J’ai également mené auprès des acteurs institu­tionnels, des habitants, des touristes et des guides de haute montagne, une série d’entretiens dans différents contextes et avec différentes techni­ques, au sujet de ces manières de rendre visibles les souvenirs. Ces manières de faire sont appréhendées selon une double approche : à la fois du point de vue de leur construction matérielle, mais aussi de leur réception individuelle et collective par les différents acteurs. Dans le cadre de ce travail, j’ai tissé des liens durables avec plusieurs employés municipaux en charge du cimetière où se trouve une bonne partie des matérialisations du souvenir en question dans ma recherche. C’est également le cas avec le responsable du service culturel de la mairie de Chamonix, passionné par l’histoire locale et alpinis­tique. Au fil du temps, il est devenu à la fois un précieux informateur et le confident de mes découvertes comme de mes premières interprétations. Il le devient plus encore, en défendant auprès du conseil municipal l’intérêt pour la commune de la mise en valeur de l’ensemble des matérialisations du souvenir liées à l’histoire de la montagne présentes sur son territoire. Et propose dans cette optique l’édition d’un livret destiné à un large public –Chamoniards de souche ou d’adoption, touristes de la région comme du monde entier, alpinistes aguerris ou non, spécialistes ou simples curieux… –, dont il compte me confier la réalisation avec le soutien d’un petit groupe de travail à constituer. Ainsi, du terrain lui-même surgissait une nouvelle manière de l’interroger et de le cerner. J’étais placée par d’autres au centre d’une recherche-action où les matérialisations du souvenir occupaient une place centrale.

5Fallait-il se laisser porter par ce que le terrain m’offrait et accepter cette proposition ? Accepter de sortir du rôle de simple chercheur produisant une analyse sur des processus culturels pour la communauté relativement fermée des sciences sociales et s’engager dans une production destinée à un public potentiellement bien plus vaste en fabriquant un récit sur des pratiques culturelles d’une collectivité locale ? Était-ce ma place de scientifique ou outrepassais-je largement mon rôle ?

6Refuser ce projet revenait à se couper d’une partie du monde chamoniard alors qu’il restait encore tant à découvrir des relations qui se nouent autour et avec ces matérialisations et qu’une immersion encore plus profonde pouvait peut-être permettre de déceler. Porter cette recherche-action revenait à quitter la confortable casquette d’observateur en apparence neutre et donc accepter le risque de la prise de position et de l’action. Le risque était à courir, je décidais de m’engager.

7Un groupe de travail fut donc constitué autour de Chamoniards investis et reconnus dans la commune ­ – soit par leur position, soit par l’ancienneté de leur ancrage familial dans la vallée –, pour leurs connaissances de l’histoire locale et du monde de l’alpinisme. La responsable du service de la communi­cation, l’élue à la culture, l’élue en charge des cimetières, un guide de haute montagne et instituteur à la retraite, la conservatrice du musée alpin vinrent compléter le duo que nous composions avec le responsable du service culturel. Au fil des rencontres, les pistes de recherche qui émergeaient prenaient progressivement corps. Parallèlement, les places de chacun s’affirmaient : les uns, plutôt force de proposition ; d’autres, plutôt force de questionnement ; d’autres encore, force de décision. La sélection des monuments présentés dans le livret fut ainsi négociée, tout comme la maquette d’ensemble. En revanche, le travail final de mise en forme et d’écriture me fut confié et prit la forme d’un double récit : d’un côté un corps de texte proposant une petite histoire des mises en scène de la montagne au sein des lieux du souvenir ; de l’autre, une série d’encarts se focalisant sur des monuments et des histoires individuelles perçues comme marquantes par le collectif. Le tout étant agrémenté par un ensemble d’esquisses figurant monuments et lieux (document 1 : couverture du livret). Avant sa publication fin 2003, il reçut une double validation : celle du groupe de travail en tant que « représentants » du savoir vernaculaire et celle de deux universitaires, un historien, Paul Guichonnet et un sociologue, Jean-Olivier Majastre ayant écrit sur les Alpes et la Savoie pour le premier et sur la montagne et les cimetières pour le second. L’objectif était pour les commanditaires de donner une forme d’autorité et de légitimité à ce travail.

Document 1 – Couverture du livret

Document 1 – Couverture du livret

8De prime abord, les enjeux de cette création pour la géographie culturelle peuvent apparaître mineurs voire anecdotiques, tant par sa nature – la mémoi­re et la montagne – que par son étendue – le monde chamoniard. Pour autant, cette expérience de recherche-action soulève un ensemble de questions qui semblent à même d’enrichir les démarches de recherches en géographie, non seulement d’un point de vue méthodologique et théorique sur la place du chercheur, mais aussi d’un point de vue disciplinaire sur la géographie culturelle comme productrice d’un mode de lecture à la fois identitaire et catégoriel de la société. Ce sont les deux objectifs que se donne ce texte à travers un retour réflexif sur cet engagement local.

Retour réflexif sur un engagement

9Polymorphe, l’engagement en question dans ce texte peut être défini comme une implication volontaire du chercheur dans les affaires de la cité, sans pour autant être antérieure, ou anticipée dans la construction du processus de recherche (Corcuff, 2013). Elle en découle. S’engager dans ce projet nécessitait d’aller au-delà des frontières de l’observation participante classiquement pratiquée dans les sciences sociales (Soulé, 2007), puisqu’il n’était pas question de s’insérer dans un groupe de travail déjà fonctionnel et d’observer son fonctionnement, puisqu’il ne fallait pas faire avec d’autres ce qu’ils font au quotidien. Il fallait à la fois appliquer, s’impliquer et s’engager (Mucchielli, 1996). Appliquer un savoir-faire et des connaissances acquises. S’impliquer dans des interactions et des choix, savoir parfois trancher lors des négociations sur les personnages, lieux et monuments à sélectionner pour rendre compte des lieux de mémoire à Chamonix. Et s’engager enfin par la production d’un document écrit, durable, proposant une interprétation d’une histoire. Il fallait donc créer une dynamique tout en observant sa construction, mais aussi créer tout en conservant un regard analytique sur les processus et les résultats de la construction. Une position proche du dédou­blement statutaire tel que l’explicite Jean-Pierre Olivier de Sardan (2008, p. 188-190). À ce stade, trois questions peuvent être approfondies : pourquoi cette situation de recherche-action prend-elle forme ? Et pourquoi se saisir de cette situation dans son propre processus de recherche en répondant favorablement à cette interpellation du terrain et ce d’autant plus qu’en apparence le rôle qui m’était octroyé était plus celui d’une historienne que celui d’une géographe ? Pourquoi avoir pris ce risque d’être prise entre deux positions ?

L’émergence d’une situation

  • 1 La commune de Chamonix-Mont-Blanc dispose de trois cimetières. Deux d’entre eux se situent dans la (...)

10Cette proposition de recherche-action constitue une situation, définie au sens de l’ethnométhodologie comme « quelque chose qui se révèle et se découvre progressivement en fonction d’un engagement dans un cours d’action, et à la lumière à la fois du développement des circonstances et de l’émergence des conséquences entraînées par les décisions prises, par les actions réalisées ou par les événements contingents qui se produisent » (De Fornel et Quéré, 1999, p. 13-14). À travers mes multiples questionnements sur l’évolution des manières de rendre visibles des souvenirs qui mettent en scène l’idée de la montagne, et ma volonté de saisir comment ces manières de faire ont pris forme aussi bien sur les places publiques que dans les cimetières à Chamonix1, l’intérêt que portent certains de mes interlocuteurs chamoniards à l’histoire locale monumentale semble se réveiller, s’activer ou se renforcer. Mes interrogations entrent peu à peu en résonance avec le terrain. En effet, à l’occasion des journées du patrimoine, une visite du principal cimetière de la commune avait été organisée à l’initiative du responsable du service culturel, juste quelques semaines avant notre première rencontre. Un concours de circonstances qui a largement facilité l’intersubjectivité nécessaire à toute mise en relation, d’autant plus que cette première expérience était considérée comme une réussite. Au fil des mois, ma présence et mes questions de scientifique, le partage de mes observations avec quelques-uns de mes interlocuteurs devenus bien plus que de simples informateurs, ont alors été l’occasion de confirmer la balbutiante prise de conscience côté politique de l’intérêt de ces lieux et ont permis à ce projet de mise en valeur d’être pensé.

  • 2 Seules quelques réticences furent exprimées par un élu de la majorité en place, non pas sur le prin (...)

11Ce projet est donc né d’une situation fabriquée par la concordance d’une partie des préoccupations du scientifique et du politique dont les objectifs peuvent néanmoins diverger. Ceux du politique sont ici de mettre en valeur un territoire en inventant une nouvelle ressource patrimoniale et ce de façon convergente quelle que soit l’appartenance politique2. Pour ma part, il s’agissait de saisir et cerner l’importance de la matérialité et de l’espace dans les processus mémoriels et identitaires, donc plutôt d’enjeux théoriques. L’émergence d’une situation peut donc aussi naître d’intérêts divergents. Une émergence qui montre à quel point la présence du chercheur sur le terrain, quel que soit son mode d’engagement initial, a un impact sur celui-ci et l’affecte en quelque sorte. « Par sa présence, son comportement, ses questionnements, le chercheur entre en relation avec son terrain – autrement dit avec des “ils” –, et l’affecte tout comme il est affecté lui-même » (Alphandéry et Bobbé, 2014, p. 11). Sa présence n’est jamais neutre : le scientifique peut légitimer, même sans le vouloir ou le chercher, l’action politique et culturelle. Cette proposition de recherche-action invite à réflé­chir aux liens entre « le savant et le politique », à cesser de les opposer mais plutôt à les envisager de façon dialectique comme le propose Philippe Corcuff (2011) en revenant sur les écrits de Max Weber (1963).

Se saisir d’une situation

12Quel intérêt pour le chercheur de se saisir de cette situation d’entre deux, de risquer la confusion entre le politique et le scientifique ? Le terrain, en offrant au chercheur une nouvelle manière de l’appréhender, l’oblige à prendre position. Revenir sur les différentes raisons qui ont participé à la décision de mener cette action culturelle permet de contextualiser la produc­tion du matériau de recherche et donc de mieux le maîtriser pour l’interpréter le plus justement possible (Cefaï et Amiraux, 2002). Ces raisons sont de plusieurs ordres : ils relèvent à la fois de la posture théorique (qui s’affine avec le terrain voire se co-construit), de la place du chercheur au sein du dispositif qu’il étudie mais aussi de ses intimes convictions.

13Au moment où cette proposition m’est faite, une bonne partie de l’enquête de terrain prévue est déjà réalisée. Il aurait donc été possible de clore à ce stade mes investigations et se lancer dans la rédaction définitive de la thèse. J’avais alors accumulé quantité de matériau me permettant de reconstituer la généalogie de la mise en scène de la montagne sur des objets commé­moratifs. J’étais en capacité de produire une géographie de la diffusion d’un fait culturel. Paradoxalement, j’avais le sentiment de ne pas être allée suffisamment en profondeur pour cerner les constructions identitaires et les interactions qui se trament autour de ces artefacts du souvenir. Il manquait encore un maillon à mes recherches pour véritablement « analyser la façon dont l’idée de culture opère au sein de la société » (Houssay-Holzschuch, 2005), de façon à apporter ma pierre à l’édifice du tournant culturel en géographie.

14Se saisir de cette proposition était une façon d’espérer « ouvrir l’espace mental de l’enquête » (Corcuff, 2002, p. 12) en abordant d’une autre façon que par l’entretien la question des significations, de saisir les interactions avec ces matérialisations du souvenir au plus proche de leur élaboration. Le rapprochement permis avec les acteurs par cette recherche-action était aussi un moyen d’assumer et de mettre en actes l’idée de savoir situé, produit en contexte ; un des éléments essentiels de l’approche culturelle que j’avais jusqu’alors uniquement pratiqué à travers la conduite des entretiens en m’appuyant sur les apports de l’interactionnisme symbolique (Le Breton, 2004) et l’ethnométhodologie (Quéré, 1985).

15Augmenter le niveau d’engagement en tentant de saisir le sens dans le faire et plus seulement dans le dire correspondait à cette posture. Un choix qui visait à se donner la possibilité, peut-être, de produire une analyse bien plus fine des jeux identitaires autour et avec les artefacts du souvenir, même si cela posait de manière encore plus vive la question de la distanciation, rendant incontournable le temps du recul susceptible de désarmer « le piège de l’événement » (Merleau-Ponty, [1953] 2000, p. 148). En multipliant les techniques de recueil des discours, on pouvait aussi espérer être en mesure de corroborer et stabiliser une partie des interprétations déjà mises en évidence, un gage de rigueur dans toute démarche qualitative (Mucchielli, [1991] 1994, p. 113).

16Si l’une des principales motivations à s’engager dans ce projet relevait donc d’une posture théorique que la pratique du terrain a largement renforcée, d’autres facteurs ont aussi participé à cette décision. En effet, à plusieurs reprises au cours du terrain, j’avais eu le sentiment de perturber mes interlocuteurs, me retrouvant dans la situation d’inconfort décrite par Martin de la Soudière et qui « provient d’une surestimation de l’impact de la recherche sur le milieu étudié, elle-même conséquence du sentiment d’inutilité sociale […]. À défaut de parvenir à se donner un rôle, on s’en invente un, négatif celui-là » (De la Soudière, 1988). Jusque-là, ma place de chercheure en apprentissage « au terrain » (Retaillé, 2010, p. 84-96) avait beaucoup oscillé. Cette demande me fournissait une utilité sociale. Mes questionnements trouvaient alors une justification, colmatant ainsi les brèches du « trop de doutes ». S’engager avec d’autres dans la réalisation de ce livret me permettait de tenir un rôle, donc d’occuper une position stabilisant ma place sur le terrain. Sa poursuite en était alors à la fois facilitée et justifiée.

17Au-delà encore, cet engagement venait aussi renforcer ma place de chercheure au sein de la discipline, dans le sens où par son existence même, ce projet légitimait les questionnements même de ma recherche. J’avais une preuve à fournir aux géographes doutant de l’utilité de ma quête : à Chamonix les constructions identitaires se jouaient (et se jouent toujours d’ailleurs) bien aussi autour de ces monuments qui évoquent la montagne, sinon pourquoi vouloir en faire le récit, et financer un tel projet ? Dans un contexte de restrictions budgétaires de plus en plus marqué, au risque d’une véritable standardisation de la science, les recherches en sciences sociales et tout particulièrement en géographie en phase avec les attentes et les besoins de la société sont globalement bien mieux perçues par une part grandissante de la communauté scientifique. Alors jeune chercheure, aux préoccupations marginales, le terrain m’offrait un véritable appui pour stabiliser et renforcer ma place sur le terrain et défendre celle de chercheur en géographie, même si pour cela il fallait en partie accepter de composer avec celle d’historienne ou d’ethnologue que m’octroyaient le plus fréquemment les acteurs auxquels et avec lesquels j’avais à faire. Malgré les nombreuses incertitudes sur l’impact d’un tel engagement, il apparaissait difficile de ne pas se saisir de ce confort pour pousser plus loin.

18Un dernier élément enfin, de l’ordre de la conviction, s’est superposé à l’ensemble de ces arguments. L’émergence de ce projet se déroule dans un contexte marqué par l’évolution des pratiques touristiques. La commune de Chamonix cherche alors à diversifier son offre touristique tout en mettant en scène l’authenticité des lieux, et une certaine culture de l’alpinisme. Le patrimoine est en pleine invention. Mes préoccupations de recherches tombent en quelques sortes à pic. Je suis à ce moment-là convaincue, qu’avec ou sans moi, ce livret sera un jour écrit. Le champ est ouvert. Refu­ser cet engagement public au sein du monde chamoniard par peur de la confusion entre le politique et le scientifique, de devoir tenir ce statut d’entre-deux, revenait à laisser à d’autres la possibilité d’instrumentaliser mes recherches et de naturaliser encore un peu plus l’identité montagnarde qu’elle ne l’est déjà à Chamonix. Car j’avais le manque d’humilité de croire que je ferais « moins pire » que d’autres, que ma démarche ne serait pas nourrie d’une forme de marketing territorial. S’engager dans cette réalisation permettait d’espérer transmettre, au-delà du cercle des sciences sociales, une interprétation parmi bien d’autres possibles qui montre la construction d’une identité, mais obligeait d’assumer l’idée que cette interprétation soit aussi détournée, retournée, contournée. C’était donc, à mon tour, prendre le risque d’être à l’origine d’une surenchère identitaire, une position inverse à ma posture intellectuelle. Je tranchais pour l’action, en pleine conscience, en fixant un cadre auprès de mes commanditaires pour tenter de la maîtriser au mieux : ce livret devait être l’occasion de mettre en scène comment la mémoire se constitue en relatant la généalogie de chacune des matériali­sations parallèlement au récit des souvenirs qu’elles véhiculent.

Un engagement et des effets

19Cette première phase réflexive est donc une manière de prendre de la distan­ce quant au contexte et aux motivations de cet engagement local, afin de livrer à ses pairs les cadres de production du matériau de recherche ainsi que le contexte d’interprétation. La deuxième phase de ce retour réflexif s’inté­resse aux effets de cet engagement, tant du point de vue de la recherche en cours que du point de vue de la collectivité locale, afin d’en rendre visible les apports mais aussi les limites.

Un engagement productif pour le monde académique…

20Les effets de cet engagement sur le cours de mes recherches sont multiples. L’hypothèse d’accéder plus en profondeur au fonctionnement du monde chamoniard s’est révélée tout à fait juste. Les places de chacun au sein du groupe de travail sont très vite déterminées : tous les acteurs se connaissent, certains ont même l’habitude de travailler ensemble. Je suis l’unique « intruse », déjà en partie adoptée par trois des membres avec qui j’échange depuis trois ans et partage mes découvertes. Les interactions au sein du groupe sont plutôt simples : il ne faut pas grand-chose pour amorcer les récits sur la mémoire locale à partir des monuments présents dans la commune, même si des relances régulières s’imposent pour éviter que la dimension biographique ne prenne trop l’ascendant sur la manière dont les monuments ont été façonnés, par qui, pourquoi, dans quel contexte, etc. Ces récits, qui s’enchevêtrent et en stimulent d’autres, me permettent de large­ment étayer mes connaissances et constituent surtout une situation d’inter­action à observer et décortiquer pour comprendre que la mémoire et les catégories qui la structurent se constituent en situation et en action, là, dans un présent et dans la négociation avec l’autre (Mondada, 1997) : qui valide le récit en cours, qui le complète, qui émet des doutes, qui propose des solutions pour combler les manques ? Comment des accords et des désac­cords se forment ? Comment de nouvelles histoires viennent se greffer sur celles en cours ?

21L’espacement temporel des réunions offre à chacun la possibilité de revenir la fois suivante sur les points incompris ou imprécis. Ce temps de réflexion est un élément essentiel pour le chercheur comme pour chacun des acteurs du projet. Il donne de la profondeur aux interactions et facilite l’inter­objectivation des connaissances (Hoyaux et André-Lamat, 2014) qui est essentielle à la construction du livret. Cette interobjectivation peut être double ou triple : double, lorsque les récits produits au sein du groupe de travail concordent par ailleurs avec ceux que j’ai déjà pu recueillir en situation d’entretiens avec les guides de haute montagne essentiellement ; triple, lorsque mes recherches d’archives ont été fructueuses et vont aussi dans le même sens. Cette situation a par ailleurs permis d’identifier les matérialisations aux récits partagés voire normés, devenant alors les référents identitaires sur lesquels et avec lesquelles la mémoire collective prend forme.

22En fin de compte, les apports de cet engagement pour ma démarche de recherche ne se situent pas réellement dans l’objet livret lui-même, mais plutôt dans sa préparation (l’acquisition des connaissances) et surtout dans l’ensemble des processus mis en œuvre pour le concrétiser (l’appréhension des interactions pour saisir les constructions). Les constructions mémorielles et identitaires se jouent en effet en actes au sein du groupe dans chacune des interactions liées aux choix des monuments à mettre en valeur. Si le consensus est total sur la plupart des monuments présents dans l’espace public, notamment ceux relatifs à la conquête du mont Blanc, la sélection des stèles funéraires, bien plus complexe, montre à quel point mémoire et identité s’auto-génèrent. Entre celles qui font évidence, celles qui devraient exister mais sont pourtant introuvables, celles qui sont ailleurs mais « de­vraient » être là et celles qui sont là mais vraisemblablement oubliées du récit collectif surgit la dimension politique de la mémoire à travers un ensemble de figures constituées comme structurantes de ce récit. Les discours produits sur les cimetières et les stèles révèlent par ailleurs la complexité de toute construction mémorielle enchevêtrée entre l’intime et l’extime (Lussault, [2003] 2013).

23Plus encore, l’observation des interactions entre les différents membres du groupe a ouvert mon regard sur un nouvel angle d’analyse des matériali­sations du souvenir qui structure aujourd’hui mes réflexions : comment les acteurs se saisissent d’un objet culturel pour dire qui ils sont, pour se placer dans le monde, dans leur monde tout en plaçant les autres, pour agir. Au fil du terrain, la question de la place est doublement devenue centrale. D’un point de vue théorique, elle structure l’analyse des relations des individus à ces matérialisations du souvenir (Petit, 2014) et permet d’articuler les approches sociales et culturelles. D’un point de vue méthodologique, elle permet de cerner ma propre place de chercheure dans son processus de recherche ainsi que celle à laquelle m’assignent mes différents interlocu­teurs. Ce retour réflexif sur la/les place(s) tenue(s) et celle(s) octroyée(s) m’apparaît aujourd’hui être un élément essentiel des approches culturelles, qui se saisissent d’une situation ­en s’engageant dans l’action et tentent par ailleurs de la saisir – de l’analyser et la comprendre –, permettant d’assumer pleinement l’idée de savoir situé et de l’objectiver. Porter autant d’attention à la place pourrait être une façon de tenir cette « position d’équilibriste » défendue par Philippe Corcuff (2011) entre engagement et distanciation, à la suite des écrits de Norbert Elias ([1983] 1993).

… et quelques répercussions locales pratiques et symboliques

24Si du point de vue des apports scientifiques, l’impact de cette recherche-action est tout à fait objectivable grâce à la production de la thèse, il n’en est pas de même concernant les effets de cet engagement, tant au sein même de la collectivité locale que du point de vue du regard que les touristes portent sur celle-ci. En liens directs avec la diffusion du livret, aucune enquête n’a véritablement été menée pour tenter de les cerner.

25Quelques évolutions pratiques et symboliques ont néanmoins été relevées, exclusivement autour du cimetière. La première, tout à fait pratique, peut prêter à sourire. Peu de temps après la publication du livret où le cimetière du Biollay tient une place centrale, des toilettes adossées au mur d’enceinte sont construites. Cette demande, émise par des habitants du bourg de Chamonix, était pourtant en attente depuis de nombreuses années. Simple concours de circonstances ? Ou, comme certains me le suggéreront avec ironie, à travers le projet du livret, les acteurs locaux ont pris la mesure de l’importance de la fréquentation de ce cimetière par les touristes. Indispen­sable pour toute infrastructure accueillant du public, la mise en œuvre de cet aménagement s’impose alors enfin. Deux autres observations accompagnent cette trans­formation. De juin à septembre 2008, une gardienne des lieux est installée à l’entrée du cimetière pour guider les touristes dans leur découverte. Plus récemment, une guide conférencière propose sur son site Web une « visite insolite » : « venez découvrir les sépultures des alpinis­tes qui ont fait l’histoire de la montagne en parcourant les cimetières de Chamonix et d’Argentière »3. Ces évolutions témoignent d’une transfor­mation du statut symbolique de ces lieux dans l’image que les acteurs locaux, élus et professionnels du tourisme, construisent de la vallée, quelles que soient leurs obédiences politiques. Les cimetières deviennent ainsi une ressource patrimoniale parmi d’autres, sur laquelle un discours s’invente comme ciment collectif d’une histoire partagée de la montagne et de l’alpinisme. Un discours auquel le livret n’est sans aucun doute pas totale­ment étranger, car « l’écriture peut métamorphoser n’importe quel lieu en lui donnant du sens » (Bertho-Lavenir, 1999, p. 153), surtout lorsque le contexte s’y prête. La collectivité locale suggère et accompagne la curiosité naissante de nombreux touristes qui viennent, selon les propres mots de l’un d’entre eux, réaliser « un pèlerinage au sein de La Mecque de l’alpinisme ».

26Mais, sans conduire une nouvelle enquête, il est impossible de cerner plus en profondeur les répercussions de l’ordre du récit mémoriel et identitaire. Ces « lieux de mémoire à Chamonix-Mont-Blanc » ont-ils parti­ci­pé à leur tour à forger un savoir partagé tout en conservant la complexité des constructions mémorielles ou n’ont-ils pas à l’inverse normé le champ d’interprétation monumental chamoniard en figeant définitivement les significations ? Ces « lieux de mémoire » ne risquent-ils pas de standardiser les pratiques commémoratives ? À l’issue de son engagement, le chercheur est rarement en mesure d’établir l’impact de son action pour de multiples raisons. Les effets de l’action ne sont bien souvent pas immédiats et le chercheur n’a pas toujours la possibilité de s’offrir ce temps de recul. Ses objectifs peuvent aussi se situer ailleurs. Par cette action, ont été semées les graines d’un nouvel objet de recherche tout à fait pertinent pour pousser plus loin l’appréhension du rôle du politique et de l’importance ou non de l’écrit dans les remaniements mémoriels et identitaires.

27L’engagement public est donc bien une prise de risque, consciente, que le chercheur doit doublement assumer. D’une part, accepter que, comme n’importe quel autre créateur, la destinée de son « œuvre » au sein de la société ne puisse être véritablement maîtrisée (bien moins encore que chacune de ses productions au sein de son champ disciplinaire), même si d’au­tres scientifiques sont venus valider la démarche et le contenu. Et d’au­tre part, accepter en retour de situer la production du savoir scientifique en clarifiant le contexte de l’action (Cefaï et Amiraux, 2002) ainsi que les risques envisagés et/ou avérés par la suite.

Des tourments multiples

28Difficile de clore ce retour réflexif par des propos définitifs, tant l’engage­ment interroge les pratiques du géographe comme n’importe quel autre chercheur en sciences sociales, tant le contexte façonne l’engagement. Quête donc vaine de vouloir figer un protocole autour de procédures définitivement arrêtées.

29Faut-il pour autant définitivement enterrer les questions qui se posent encore maintenant à l’issue de cet engagement ? Faire comme si elles n’existaient pas ? Les énoncer ne permettrait-il pas de penser collectivement une manière de maîtriser un peu mieux l’ensemble des incertitudes liées à l’action en géographie, notamment culturelle ?

La géographie culturelle en actes ou l’incontournable piège du culturalisme ?

30Une manière de prendre au sérieux le tournant culturel en géographie pourrait donc consister à saisir dans l’action comment des individus et des collectifs opèrent avec l’idée de culture pour être dans le monde et agir avec le monde. C’est en partie ce que ma thèse a tenté de mettre en œuvre à partir de la question des matérialisations du souvenir. Une approche de ce type accorde une réelle importance à l’appréhension des processus à partir de l’observation des interactions : elle ne vise pas à établir définitivement les significations d’un fait culturel, mais plutôt à montrer comment elles se co-construisent dans l’interaction avec l’autre et avec l’espace. Cette conception invite finalement les géographes, à tenter de nouvelles expériences méthodologiques participatives pour saisir les constructions en actes, et donc possiblement, à être en prise encore plus directe avec la société à travers des recherches-actions qui mettent en exergue un fait culturel. Comment être certain alors de ne pas participer à le « transformer en une essence surplombante, en une catégorie naturalisée et tenue pour allant de soi, dominant les acteurs sociaux et leur imposant représentations et compor­tements » (Olivier de Sardan, 2008, p. 34) ? Est-il possible de penser et mener une action culturelle qui évite le piège du culturalisme et de la suren­chère identitaire ? Ou est-ce l’envers d’un engagement pour une géogra­phie culturelle en actes avec lequel le scientifique doit composer : déconstruire les catégories pour la science, tout en participant peut-être en retour à les renforcer au sein du monde qu’il étudie et analyse ?

31Si s’engager conduit à définitivement assumer qu’« “être chercheur” est un rôle social en soi » (Buire, 2012, p. 613), et donc qu’avec d’autres acteurs le chercheur participe, lui aussi, de plain-pied à la construction des processus qu’il analyse, ces questions invitent aussi à imaginer de nouvelles formes de médiation pour tenter de diffuser au sein de la société l’idée que la culture est une fiction (Sapir, 1967). Une fiction qui facilite le vivre ensemble, mais qui est aussi sans cesse redéfinie par le/les collectif(s). Ne pas essentialiser la culture est un vrai défi pour la géographie culturelle dont les préoccupations de recherche (notamment autour du patrimoine) sont en phase avec les attentes de la société qui, en quête d’authenticité, a tendance à l’enfermer dans des cadres, à l’instrumentaliser comme valeur immuable.

L’enquêteur et la variabilité de la vérité ou l’effet boomerang de l’engagement

32La réalisation de ce livret conduit à un autre questionnement, d’ordre éthique, sur la posture du chercheur par rapport au désir de vérité et qui a un impact tout à fait pragmatique sur la manière de conduire l’enquête. Ce questionnement, qui émerge de cette expérience de recherche-action, n’est pourtant pas spécifique à ce type de contexte. Il se pose de manière classique dans de nombreuses situations d’enquête qualitative, mais est d’autant plus crucial dans cette recherche qui s’intéresse à la construction de la mémoire en traquant tous les ajustements, tous les écarts, toutes les reconfigurations par rapport à des événements établis en vérité historique. Ce questionnement rejoint celui de l’ethnologue Sergio Dalla Bernardina. Dans les confessions d’un traître, il expose les raisons de l’indécence de l’enquête ethnogra­phique : « lorsqu’on s’aperçoit que l’informateur, en toute bonne foi, est en train de nous présenter une lecture de la réalité locale idyllique et très éloignée de ce que l’on a appris par le recoupement des sources, comment conjuguer son désir de vérité avec le nôtre ? » (2014, p. 101). Quelle doit donc être l’attitude du chercheur en situation d’interaction ? S’interposer pour rétablir « la » vérité et obliger son interlocuteur à se positionner par rapport à une vérité qui diffère de la sienne ? Ou au contraire se réjouir de collecter un matériau permettant d’analyser les ajustements, les recompo­sitions de la vérité et se taire ?

33Force est de reconnaître qu’au cours du terrain et de la mise en œuvre des différentes techniques pour l’appréhender, mon attitude a largement varié selon les situations. Hormis mon bon sens et mon honnêteté, j’ai abordé le terrain sans posture pré-établie, sans code éthique comme de nombreux géographes en France (Collignon, 2010). Au sein du groupe de travail, ma posture a toujours été explicite : l’objectif commun était de recomposer un récit sur la mémoire au plus près de « l’histoire », avec le plus possible de recoupements (récits, ouvrages, archives). Je me suis systématiquement interposée lorsque j’avais les « preuves » ou les doutes d’une vérité autre. Il fallait pouvoir se mettre d’accord, vérifier si nécessaire. En revanche, lors de la phase d’entretiens avec des guides de haute montagne, des habitants et des touristes qui précédaient cette recherche-action, j’ai souvent laissé dire. Sauf, lorsque la curiosité ou l’instance de mes interlocuteurs à maîtriser l’histoire des matérialisations m’apparaissait trop forte. A posteriori, pourrait-on arguer du regard phénoménologique qui consiste à restituer, à partir des récits produits sur les matérialisations du souvenir, le monde tel qu’il est vécu et énoncé par ses interlocuteurs. L’objectif du chercheur n’est alors pas de rétablir la vérité auprès de ses interlocuteurs. Mais, de façon bien plus pragmatique, mon attitude était plutôt due à la temporalité de l’enquête : pour bon nombre de matérialisations, j’étais encore loin de maîtriser l’ensemble des recoupements qui permettent de fixer « une » certaine forme de vérité. Je ne savais pas (et ne suis d’ailleurs pas toujours sûre de savoir) distinguer le vrai du faux, en caricaturant à l’extrême, l’« histoire » de la « mémoire ». Dans quelques cas, j’ai même pu véhiculer du faux, en toute bonne foi bien entendu, pensant les recoupements plus solides qu’ils ne l’étaient !

34Attitudes divergentes pour une posture balbutiante que ce livret est venu bousculer puisqu’il rend public un savoir commun. Un savoir minutieu­sement constitué et vérifié, et qui plus est, a été validé par d’autres scientifiques. Un savoir qui acquière pourtant de la valeur, car il est à la fois officiel et « véritable ». Par son existence même et sa circulation dans le monde chamoniard, ce livret entérine à la fois l’idée d’un récit plus vrai que d’autres et la nécessité de rétablir cette vérité. De ces tâtonnements « invi­sibles » du chercheur sur le terrain, qui avance à vue, à l’action publique qui prend forme avec et visibilise une « vérité », le chercheur a-t-il d’autres choix que de composer avec la multiplicité des vérités ? Un constat, non seulement qui témoigne de la difficulté à établir une éthique de l’engage­ment, mais qui interroge aussi sur la capacité du chercheur à faire face à « ce sentiment de malpropreté morale » (Dalla Bernardina, 2014, p. 102) et de malpropriété scientifique.

35En effet, une forme de malaise, imaginé ou réel, peut alors s’installer entre l’enquêteur et ses enquêtés, s’estimant doublement trahis. Trahis par la produc­tion bien ultérieure d’un document qui leur est en partie destiné et qui rend compte d’une vérité autre que celle qu’ils avaient livrée. Ils ne savent pas qu’au moment de leur rencontre le chercheur était dans l’incapacité de les avertir de cette démarche, puisque celle-ci n’était même pas encore imaginée. Aussi peuvent-ils être affectés par ce qu’ils croient être un manque de courage, là, dans l’interaction. Trahis enfin par les productions scientifi­ques, qui analysent ­– même de la façon la plus humble ­– les écarts, leurs écarts à cette vérité pour montrer comment la mémoire se constitue. Car aujourd’hui le chercheur n’est plus dans une tour d’ivoire : il n’est pas rare que ses informateurs ou témoins lisent ses écrits. Et la liste des trahisons au fil de la recherche pourrait encore s’allonger. Bien entendu, ce sentiment de trahison peut être parfois plus fortement imaginé par l’enquêteur que vécu par les enquêtés. Certains d’entre eux sont très fiers de participer aux avancées d’une recherche. Malgré tout, cette réflexion montre à quel point ce livret, qui pourrait être présenté comme « un don contre don », celui que le chercheur peut offrir à « ses » témoins qui lui ont tant offert, n’est pas sans continuer d’interroger le chercheur sur ses pratiques, tant d’un point de vue pragmatique qu’éthique, tout en l’obligeant à renégocier une nouvelle fois sa place sur le terrain. Une belle illustration de l’effet boomerang (Bobbé, 2014, p. 129) auquel tout chercheur est confronté et encore plus celui qui produit avec et pour un collectif, même aux contours malléables : assumer les retours de son action.

Conclusion

36À l’issue de cette expérience de recherche-action et de ce retour réflexif, il ne s’agit sûrement pas d’ériger l’engagement public du géographe au sein de la société comme la technique de terrain idéale de l’approche culturelle, mais plutôt de mettre en évidence sa complexité. Une complexité liée tout d’abord à la nature même de l’engagement, car la convergence des acteurs vers un même objectif repose bien souvent sur des motivations fort divergentes. Ensuite, cette complexité relève de la question temporelle. En effet, elle peut provoquer l’allongement du temps de la recherche, à la fois pour sa mise en œuvre et pour la prise de distance nécessaire à son objectivation. Enfin, cette complexité est liée à la difficulté d’anticiper ses effets, encore plus sur le ou les collectifs concernés que pour la recherche en cours. S’engager, c’est donc accepter de naviguer dans cette complexité et tenter de se fixer des repères pour accoster dans un port ; c’est aussi accepter que la destination ultime diverge parfois de celle imaginée.

37Ce retour réflexif propose ainsi de prendre au sérieux l’idée de savoir situé en l’abordant à partir de la question de la place ­– celles que le chercheur se donne et celles que ses divers interlocuteurs lui octroient –, comme moyen de distanciation, donc d’objectivation du savoir produit, comme moyen de tenir cet équilibre instable et ténu entre « engagement et distanciation » (Elias, [1983] 1993). Au fil de l’engagement, il montre ainsi que la place du cher­cheur n’est jamais définitivement acquise, ni définitive, mais essentielle à l’appréhension de la construction de la connaissance.

38Au-delà encore, si ce texte met en évidence la nécessité et les apports de la réflexivité du point de vue de la démarche de recherche, il soulève parallè­lement l’incapacité de cette approche à penser et parer l’ensemble des effets d’un engagement public sur la société. Tout en invitant les chercheurs qui font ce choix d’engagement à se saisir dans leur propre recherche des effets de leur action sur la société, et à penser plus en amont la question de la restitution comme une éthique de la réciprocité de l’engagement, ce texte s’interroge sur la capacité de la géographie culturelle à se départir de toute forme de déterminisme.

Haut de page

Bibliographie

ALPHANDÉRY Pierre et BOBBÉ Sophie, 2014, « La recherche au subjectif imparfait », Communications, n° 94 « Chercher. S’engager ? », p. 5-14.

BERTHO-LAVENIR Catherine, 1999, « Suivre le guide ? », Les Cahiers de médiologie, n° 7, p. 150-163.

BOBBÉ Sophie, 2014, « L’“autre” de l’ethnologue », Communications, n° 94 « Chercher. S’engager ? », p. 125-134.

BUIRE Choé, 2012, « Les arts-de-faire du terrain », Annales de géographie, n° 687-688 « Terrains de Je. (Du) sujet (au) géographique ? », p. 600-620.

CEFAÏ Daniel et AMIRAUX Valérie, 2002, « Les risques du métier », Cultures & Conflits, n° 47, p. 15-48.

COLLIGNON Béatrice, 2010, « L’éthique et le terrain », L’information géographique, n° 1, vol. 74, p. 63-83.

COLLIGNON Béatrice et RETAILLÉ Denis, 2010 (coord.), « Terrain », L’Information géographique, n° 1, vol. 74, 106 p.

CORCUFF Philippe, 1999, « La sociologie et les acteurs : épistémologie, éthique et nouvelle forme d’engagement », L’Homme et la société, n° 131, p. 135-148.

CORCUFF Philippe, 2002, « Engagements publics d’un sociologue. Quelques enseignements épistémologiques à partir d’expériences plurielles », Carnets de bord, n° 3, p. 5-18.

CORCUFF Philippe, 2011, « Le savant et le politique », SociologieS [en ligne], La recherche en actes, Régimes d’explication en sociologie ?, http://sociologies.revues.org/3533

CORCUFF Philippe, 2013, « Statut de la critique et de l’engagement dans les sciences sociales », L’aire d’U, le Webmedia de l’Université Rennes 2, http://www.lairedu.fr

DALLA BERNARDINA Sergio, 2014, « Les confessions d’un traître. Du caractère indécent de l’enquête ethnographique et de la manière de s’en sortir », Communications, n° 94 « Chercher. S’engager ? », p. 91-107.

DE LA SOUDIÈRE Martin, 1988, « L’inconfort du terrain », Terrain : Carnets du patrimoine ethnologique, n° 11, p. 94-105.

DE FORNEL Michel et QUÉRÉ Louis (dir.), 1999, La logique des situations. Nouveaux regards sur l’écologie des activités sociales, Paris, Éditions de l’EHESS, p. 7-32.

DEBARBIEUX Bernard, [1991] 2001, Chamonix Mont-Blanc 1860-2000. Les coulisses de l’aménagement, Servoz, Edimontagne.

ELIAS Norbert, [1983] 1993, Engagement et distanciation, Librairie Arthème Fayard.

HOYAUX André-Frédéric et ANDRÉ-LAMAT Véronique, 2014, « Construction des savoirs et enseignements de l’écologie politique : du confor­misme à l’interobjectivation de la nature », in F. Flipo (dir.), Penser l’écologie politique. Sciences sociales et interdisciplinarité, Paris, Actes du Colloque, p. 152-155, http://events.it-sudparis.eu/ecologiepolitique/rub2/Actes.pdf

HOUSSAY-HOLZSCHUCH Myriam, 2005, « La géographie culturelle, émergence et enjeux », in Martin Laurent et Venayre Sylvain (dir.), L’histoire culturelle du contemporain, Nouveau Monde Éditions.

LE BRETON David, 2004, L’interactionnisme symbolique, Paris, PUF.

LUSSAULT Michel, [2003] 2013, « Espace public », in J. Lévy et M. Lussault (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, p. 360-364.

MERLEAU-PONTY Maurice, [1953] 2000, « Sartre, Merleau-Ponty : les lettres de rupture, Parcours deux 1951-1961, Lagrasse, Éditions Verdier, p. 129-169.

MONDADA Lorenza, 1997, « La construction discursive des catégories », in D. Dubois (ed.) Catégorisation et cognition : de la perception au discours, Paris, Kimé, p. 291-313.

MUCCHIELLI Alex, [1991] 1994, Les méthodes qualitatives, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », n° 2591.

MUCCHIELLI Alex (dir.), 1996, Dictionnaire des méthodes qualitatives en sciences humaines et sociales, Paris, Armand Colin/Masson.

OLIVIER DE SARDAN Jean-Pierre, 2008, La rigueur du qualitatif. Les contraintes empiriques de l’interprétation socio-anthropologique, Louvain-la-Neuve, Academia-Bruylant.

PETIT Emmanuelle et MARIN Claude, 2003, Lieux de mémoire à Chamonix-Mont-Blanc, Chamonix, Imprimerie Nouvelle.

PETIT Emmanuelle, 2012, Matérialisations du souvenir en montagne. Les enjeux identitaires des places et des placements, Di Méo G. (dir.), thèse de doctorat en géographie, Université Bordeaux 3.

PETIT Emmanuelle, 2014, « Faire avec l’espace. Pour une lecture micro-géographique des artefacts du souvenir », Géographie et cultures, n° 91-92, p. 83-108.

QUÉRÉ Louis (dir.), 1985, Problèmes d’épistémologie en sciences sociales : arguments ethnométhodologiques, Paris, Centre des Mouvements Sociaux.

RETAILLÉ Denis, 2010, « Au terrain, un apprentissage », L’information géographique, n° 1, vol. 74, p. 84-96.

SAPIR Edward, 1967, Anthropologie, Paris, Minuit.

SOULÉ Bastien, 2007, « Observation participante ou participation observante ? Usages et justifications de la notion de participation observante en sciences sociales », Recherches Qualitatives, n° 1, vol. 27, p. 127-140.

VOLVEY Anne et al., 2012 (dir.), « Terrains de Je. (Du) sujet (au) géographique ? », Annales de géographie, n° 687-688.

WEBER Max, 1963, Le savant et le politique, Paris, Éditions Plon.

Haut de page

Notes

1 La commune de Chamonix-Mont-Blanc dispose de trois cimetières. Deux d’entre eux se situent dans la ville même : le cimetière principal, celui du Biollay et un petit enclos désaf­fecté à l’entrée du Temple protestant. Le troisième se trouve dans le plus gros bourg de la commune, à Argentière.

2 Seules quelques réticences furent exprimées par un élu de la majorité en place, non pas sur le principe de mise en valeur de la mémoire de Chamonix à travers ses monuments, mais sur l’idée de « toucher » aux cimetières, par peur d’heurter les familles des défunts dont il serait question ou non d’ailleurs.

3 http://www.visites-guidees-74.fr/visites-guidees-chamonix.html

Haut de page

Table des illustrations

Titre Document 1 – Couverture du livret
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/3989/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuelle Petit, « Le chercheur et l’engagement local », Géographie et cultures, 93-94 | 2015, 257-275.

Référence électronique

Emmanuelle Petit, « Le chercheur et l’engagement local », Géographie et cultures [En ligne], 93-94 | 2015, mis en ligne le 02 novembre 2016, consulté le 30 mars 2017. URL : http://gc.revues.org/3989 ; DOI : 10.4000/gc.3989

Haut de page

Auteur

Emmanuelle Petit

UMR 5319 PASSAGES

emmanuellepetit@laposte.net

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org