Navigation – Plan du site
Partie IV

Taking a line for a walk

Dispositifs de pouvoir, illusions de fermetures et lignes d’horizon sur les plages de Rio
Taking a line for a walk”: power dispositifs, illusions of closure and vanishing lines on the beaches of Rio
Claire Brisson
p. 303-323

Résumés

Les plages de la zona Sul de Rio de Janeiro cristallisent différentes échelles de discours qui participent de la définition de corps légitimes d’une part, illégitimes d’autre part sur le sable. Cette construction discursive, qui met en adéquation une portion d’espace et un discours identitaire dominant, est territorialisante et contribue à la définition de régimes de visibilité très normés. La plage, pourtant, reste un espace pluri-vocal qui autorise paradoxalement des formes de micro-résistance pour les corps non normés. C’est là toute l’ambiguïté de l’espace même de la plage, dont les limites sont aussi voire surtout des seuils qui rendent possibles les contournements.

Haut de page

Texte intégral

1Cet article entend explorer les pouvoirs qui marquent le corps et sa présentation sur un espace, voire un espace-temps particulier – les plages de la zona sul à Rio de Janeiro – et démontrer combien ce lieu, parce qu’il est mis en discours, pèse sur une certaine forme de publicité du corps. En filigrane, la lecture souvent proposée des plages comme espace-temps en rupture avec les normes régissant la vie quotidienne et autorisant un retournement cathartique (Lageiste, 2008) de l’ensemble des contraintes sociales se trouve questionnée, sinon déconstruite.

  • 1 Relatif à la communauté lesbienne, gay, bisexuelle, transgenre, queer.

2L’article axe d’abord l’étude des plages de Rio sur le mode de la signification en considérant qu’elles sont un espace de sémentisation et que les discours cristallisés participent d’un marquage de la plage et des corps et de l’élaboration de régimes de visibilité (Lussault, 2003) très normés, aux conséquences concrètes sur la façon dont un individu se porte au public. Cependant, à partir de l’exemple de la Farme d’Ipanema et de la Bolsa de Copacabana, portions de plages LGBTQ1, j’essaie de montrer qu’il existe des opportunités spatiales, dépendantes souvent de la situation, de rendre visibles les invisibilisés et de déborder l’ordre existant.

Plages et pouvoir(s) : du stéréotype au pays du corps normé et hétéronormé

De la plage aux discours sur les corps à la plage : performativité territorialisante

  • 2 Et par discours, est également entendu l’ensemble des images (publicitaires notamment) relatives à (...)
  • 3 La zona sul est îlot de prospérité que l’on oppose traditionnellement au nord de la ville à Rio.
  • 4 L’article qui consistait en dix conseils aux étrangers attendus pour le Mondial a finalement été re (...)
  • 5 À Rio de Janeiro, les postos renvoient à des points de repère pour les occupants de la plage. Sur u (...)

3La posture scientifique emprunte ici à deux paradigmes scientifiques majeurs ayant fortement appuyé le tournant culturel de la géographie : celui, foucaldien, du pouvoir ; et celui de la construction discursive. Une des hypothèses de ce travail consiste à dire que la plage, en tant que productrice et objet de discours2, est « performative ». Les discours qu’elle cristallise sont capables de produire des actions sur l’espace et d’en modifier temporai­rement ou durablement les pratiques sociales, puisqu’ils sont territorialisant : ils mettent en adéquation une portion d’espace et un discours identitaire sur cette même portion. Cette posture se justifie par le caractère hypermé­diatique de l’espace d’étude. Ipanema et Copacabana, plages de la zona sul3, sont peut-être avant tout des noms qui véhiculent un imaginaire quasi mythique et bon nombre de fantasmes. Elles portent en elles-mêmes des référentiels et des attributs qui échappent à la cohérence du lieu. Ces discours participent d’un marquage de la ville, de la plage et du corps par le pouvoir et forment un canevas, un cadre par lequel toute interaction publique est conditionnée. Marquer la plage, c’est par exemple énoncer des règles officielles, à l’image de l’interdiction du nudisme considéré comme un attentat à la pudeur conformément au Code pénal brésilien datant de 1940, mais ce marquage ne provient pas nécessairement, ou en tout cas pas seulement des autorités officielles ou politiques. La définition du pouvoir en place se situe dans une perspective plus englobante, qui implique d’une part une redéfinition de ce pouvoir et d’autre part de ces modes de saisie, relevant de mécanismes spécifiquement modernes qui échappent à la théorie traditionnelle du pouvoir souverain (Foucault, 1975, 1976). D’où une prise en compte des discours publicitaires et médiatiques sur la plage à Rio et sur les corps à la plage. Une analyse de ces discours médiatiques montre un saut scalaire d’un espace à un corps : la totalité d’un espace, la plage (et peut-être la ville), vient construire l’image d’un corps devenu métaphorique de cet espace. Cette normativité corporelle associée à un environnement urbain spéci­fi­que est soulignée par Pitanguy (1988), non sans un dommageable déterminisme naturel qui occulte le rôle des discours dans le processus de (con)fusion corps/espace : « les gens sont eux aussi le fruit du cadre géogra­phi­que dans lequel ils évoluent ; à Rio, cet aspect géographique colle parfaitement au côté libéré du carioca », et réciproquement, la ville serait « presque femme par ses rondeurs et ses volumes ». La ville, à la faveur d’un climat tropical qui fait osciller les températures annuelles entre 20 et 40°C et d’un cadre naturel exceptionnel luxuriant conduit, par métaphore, à une exotisation des corps, principalement du corps féminin. Le cliché accompa­gnant l’article « Brasil for beginners » publié dans la revue Fifa Weekly le 21 mars 2014 à l’approche de la Coupe du monde de football4 illustre ce phénomène. Au premier plan, deux femmes métisses, en string coloré et en formes, orientées face, au second plan, à six jeunes hommes affutés à la couleur de peau variable (du noir au blanc) jouant au football, et en arrière-plan, le morro Dois Irmãos qui renseigne sur le lieu de prise du cliché : la plage d’Ipanema. L’incurvation du trait de côte et la distance, bien qu’approximative, par rapport au bloc montagneux permettent de préciser la localisation, à proximité du posto 95. Ce cliché offre ainsi une typification somme toute assez classique de la femme brésilienne autour de la figure de la mulata, et une essentialisation du corps de la femme carioca, de manière à traduire à la fois un idéal esthétique et un imaginaire sexuel racialisé. La richesse du cliché est toutefois bien plus grande ; les hommes jouant au ballon témoignent d’abord de la prégnance de l’idée d’une société brési­lienne fondée sur le mélange réussi des noirs, blancs et indiens, corroborant de fait le mythe de la démocratie de plage qui serait scène majeure de la vie publique carioca car accessible à tous sans distinction. Ils servent aussi un discours sur le beau corps, masculin cette fois, légitime sur le sable, et dans leur rapport aux corps féminins, ils sont évocation de la division et de la hiérarchie traditionnelle entre les sexes. Ces corps idéaux s’affichent sur la plage la plus prestigieuse de la ville, au niveau du posto 9, portion célèbre et huppée d’Ipanema, traditionnellement fréquentée par la jeunesse dorée. Le cliché de la Fifa véhicule de fait l’image européano-centrée d’une grande ville-plage envahie par de beaux corps jeunes et presque nus, où se trouvent surjouées féminité et masculinité. De façon plus générale, les discours étran­gers produits sur Rio de Janeiro et ses plages sont marqués par la fixité dans la construction idéologique de l’altérité et par un mode de représentation de l’Autre passant par le stéréotype. Dans cette perspective, les identités sont perçues de façon très simpliste, et marquées notamment par la binarité féminin/masculin et la reconduction d’une norme hétérosexuelle. Mais c’est aussi l’image bien souvent choisie par la société brésilienne elle-même pour se présenter aux yeux du monde. Une analyse des discours nationaux et locaux, notamment via la télévision, la presse écrite et certaines revues fémi­ni­nes montre un télescopage des échelles du discours médiatique sur la ville, la plage et les corps. Le discours publicitaire souligne donc le culte de la bonne forme physique et présente la plage comme une scène en partie hygiénisée dans la mesure où sont invisibilisés les enfants, les personnes âgées, les touristes, les vendeurs ambulants, le public LGBTQ, etc. Cette médiatisation des corps légitimes à la plage, c’est-à-dire ceux auxquels on donne accès à la visibilité, trouve peut-être son acmé dans la production nationale de revues, principalement féminines mais pas seulement, relatives à l’apparence physique. Une presse spécialisée constituée de revues aux noms évocateurs de Corpo, Corpo Ideal, Boa Forma ou encore Corpo e Beleza (figure 1), relayée par la télévision, construit et renforce le cliché de la femme tonique mais pulpeuse, aux courbes généreuses au niveau des hanches et des fesses. Ce cliché est ensuite véhiculé (sinon partagé) à (par) l’ensemble de la ville, que l’on pense aux sculptures de sable en bordure de promenade sur Copacabana dont certaines assument explicitement la représen­tation de femmes allongées sur le ventre, fesses nues et rebondies mises en valeur ou encore aux différents graffitis (figure 2).

Figure 1 – Revues nationales brésiliennes célébrant le culte de la « bonne forme »

Figure 1 – Revues nationales brésiliennes célébrant le culte de la « bonne forme »

C. Brisson, 13 février 2014

Figure 2 – Graff dans le quartier de Santa Theresa, Rio de Janeiro

Figure 2 – Graff dans le quartier de Santa Theresa, Rio de Janeiro

C. Brisson, 22 mars 2014

  • 6 Les arrastões consistent en l’irruption d’une bande d’individus qui provoque la panique et la déser (...)

4En dépit de ce télescopage des échelles de discours sur la question du corps visible et légitime sur les plages de Rio, un glissement s’opère sur celle des corps illégitimes. Alors que ce thème n’est pas abordé dans les médias étrangers, un type de corps illégitime sur les plages cariocas est défini par les discours nationaux et locaux, le rendant certes visible, mais par la négative. Le phénomène des arrastões6, apparu au début des années 1990 et devenu redondant dans les médias depuis le 18 octobre 1992, dans les décisions politiques qu’il a motivées, participe grandement à sa définition. L’accès par autocar des suburbains et des habitants des favelas à la zona sul a été soumis à un contrôle plus strict, avec des restrictions spécifiques pour tout individu ne portant pas de chemise, n’ayant pas d’argent sur soi, pas de document officiel et présentant un « délit de sale corps ». Les troubles, les violences sur le sable sont alors associés directement à un modèle corporel et compor­te­mental, une forme de présentation de soi (Goffman, 1973) qui renvoient au stéréotype du funkeiro, lui-même diabolisé (Vianna, 1988 ; Herschmann, 1997). Pendant les mois de décembre 2013, janvier et février 2014, les arrastões ont été largement médiatisées, alors que le phénomène était, cet été-là, de l’ordre de l’anecdotique. Le discours médiatique local, principale­ment par le canal de Globo, participe donc d’une stigmatisation en fixant un corps illégitime, mais également des espaces potentiellement dangereux, corps et espace fusionnant presque. Le recensement en cours d’articles parus dans les journaux Globo et O Dia sur le phénomène des arrastões montre à ce titre que 80 % des occurrences relatives sur les plages cariocas renvoient à la portion de plage Arpoador-posto 8 d’Ipanema. L’été, en fin de semaine, le choix de faire stationner et patrouiller de façon plus marquée qu’ailleurs la police en des lieux précis provoque, par rétroaction, une peur justement du fait de cette présence. Se dessine un jeu du pouvoir, sur le plan émotionnel, pour imposer sa géographie et définir ce qui est plus ou moins fréquentable, ceux qui sont plus ou moins fréquentables.

5Ce qu’une étude des corps sur les plages de Rio souligne, ce sont finalement les enjeux de pouvoir de la visibilité, les rapports de force à l’œuvre dans la dialectique du visible et de l’invisible.

La plage à Rio : dispositif panoptique intrusif et « tyrannies de la visibilité »

6Une première forme de pesanteur exercée sur le corps réel, c’est-à-dire le corps de l’individu qui se rend à la plage, s’explique donc par la cristal­lisation de discours (principalement publicitaires, mais pas exclusivement) à tendance identitaire, via des corps idéaux, sur la portion d’espace que représente la plage. Une autre forme de contrôle très puissant exercé sur les corps, et surtout sur les comportements, passe par l’auto-contrôle. Elias le premier (1939) aborde cette question de l’incorpo­ration des contrôles mués en auto-contrôle, en interrogeant les conditions de possibilité d’une intériori­sation de contraintes extérieures agressives pour l’individu. Il invite à penser les rapports existant entre l’immédiateté du corps à corps et la fonction prescriptive de l’institution (la société de cour par exemple) dans l’intériorisation des contraintes et contrôles. Le poids du regard, relativement à cette problématique de l’auto-contrôle, est souligné dans des travaux ultérieurs, notamment à partir de l’analyse foucaldienne (1975) de la prison panoptique de Bentham : dans cette surveillance panoptique, les détenus, à force de s’observer, surveillent eux-mêmes leurs faits et gestes, même en l’absence de surveillance réelle de la part des autres. C’est précisément ce que Deleuze (1972) met en lumière lorsqu’il affirme que la contemporéanité serait caractérisée par la société de contrôle et non plus par le pouvoir disciplinaire : de l’injonction à la visibilité à l’impératif du voir et être vu, les sujets ne seraient plus victimes de la discipline, mais seraient réellement des acteurs permanents de la construction de leur propre prison panoptique (Birman, 2011). La plage, dans la forme qu’elle revêt à Rio de Janeiro, fonctionne comme un dispositif panoptique intrusif, entendu comme régime de visibilité centralisé et capable de modifier ou d’exercer une contrainte sur les comportements. Chacun se sent alors surveillé à tout moment, se pénètre de cette représentation et intériorise ce rapport, transforme le contrôle en auto-contrôle, l’œil panoptique en regard intérieur. Ipanema, Copacabana présentent la spécificité d’être des plages éminem­ment urbaines, dont la topographie même a des conséquences sur le voir et l’être vu (figure 3). Aucun obstacle au regard sur ces espaces en effet, a contrario de nombreuses plages isolées, ou qui, sans être à l’écart, présenteraient toutefois des massifs dunaires ou encore une végétation abondante – autant d’éléments permettant des espaces en retrait, de soustraction au regard d’autrui. C’est d’ailleurs bien cette logique de panotique, ou plutôt de son contournement, qui sous-tend la localisation des plages gays étudiées par Jaurand (2005, 2010).

Figure 3 – Ipanema (en haut) et Copacabana (en bas), des plages urbaines ouvertes au regard

Figure 3 – Ipanema (en haut) et Copacabana (en bas), des plages urbaines ouvertes au regard

7La disposition même sur les sables est d’ailleurs, à cet égard, très éclairante. La configuration spatiale des occupants est très majoritairement ouverte, la plupart du temps sous forme d’un cercle semi-ouvert, et les serviettes et chaises de plage s’orientent dans tous les sens – pas forcément, voire rarement en direction de la mer. L’espace aquatique est d’ailleurs délaissé ; aller à la plage, à Rio, ne signifie pas aller à la mer comme c’est souvent le cas en France, et l’une des occupations favorites, comme les entretiens l’ont confirmé, consiste à déguster autrui. Le « mateur-voyeur », individu de sexe masculin dans la plupart des cas, seul et debout sur le sable, tournant sur lui-même au gré de son voyeurisme, en est une figure archétypale.

Limites et seuils sur Ipanema et Copacabana : de la fixité à la fluidité

Les corps pour limites : des plages segmentées

8L’espace de la plage est donc marqué par un pouvoir déjà-là établi par une logique discursive elle-même articulée à des mécanismes socio-cognitifs qui conduisent à une intériorisation. Les normes de paraître ont des conséquen­ces sur les régimes de visibilité : autrement dit, ce qui est dit et intériorisé a des conséquences sur la publicité, cette fois comprise comme la façon dont un individu se porte au public.

9Il existe dans l’injonction à la visibilité de certains corps (beaux, jeunes, en forme) un impératif de performance qui transforme la plage en un lieu de construction et d’exposition de ce beau corps, au sens de corps modèle. Malysse affirme : « les corps, tous les types de corps, envahissent l’espace visuel de la plage sans que personne n’y fasse attention ». Certes, on peut effectivement trouver une grande variété de corps à la plage à Rio. Loin de nous l’idée d’affirmer que sur le sable, ne s’exhiberaient que les corps idéaux des magazines. Cependant, tous les corps n’accèdent pas à la même publicité, et de fait à la même légitimité. Il y a des corps rois, et d’autres invisibilisés. Il s’agit bien sûr moins d’une invisibilité réelle – la personne en question ne serait pas vue du tout – que d’un déni de regard et de reconnais­sance, manifeste par le « regard en travers », l’opprobre qui ne peuvent qu’être vécus comme des signes d’humiliation. On ne trouve par ailleurs pas tous les types de corps, ni les mêmes modèles comportementaux partout, en tout point de la plage.

  • 7 À Rio de Janeiro, les barracas sont les stands de location de chaises et parasols installés directe (...)

10Monsieur Jordão est un habitant du centre de Rio de Janeiro, issu d’un milieu populaire, qui, chaque fin de semaine, se rend à la plage en famille ou avec des amis, au niveau du posto 7, à Arpoador donc. Il ne connaît pas les autres portions de la plage, puisqu’il ne s’éloigne jamais de sa place traditionnelle et de la barraca7 da Fatima. De carnation assez claire, il arrive toujours les bras chargés : parasol, chaises et glacière pour les boissons et le repas du déjeuner. Préparer un repas chez lui, destiné à être consommé ensuite à la plage n’est pas, de son point de vue, une nécessité financière, mais un réel plaisir. Cette attitude fait de lui un farofeiro dans le vocable local, ce terme dérivant de farofa, mets d’accompagnement traditionnel préparé avec de la semoule de manioc frite à laquelle peuvent être ajoutés des ingrédients très divers et surtout plat connotant le monde du travail et le mélange. Au Brésil, le farofeiro est donc associé à une personne issue des couches populaires dont le comportement est perçu comme inadéquat par rapport aux normes comportementales dominantes. D’autres éléments de définition du farofeiro sont progressivement venus se greffer à la caracté­ristique initiale (apporter sa nourriture sur le sable), renvoyant également au corps ou à une attitude corporelle : peau noire (ou inversement, carnation claire), voix qui porte, musique trop forte, agitation, contribuant au caractère stigmatisant (Goffman, 1975) de l’appellation. Le farofeiro devient progressivement corps impur (Douglas, 1966), le terme de sujeira étant maintes fois mobilisé dans les discours sur ces outsiders de Copacabana et d’Ipanema. Comme cette saleté n’offense pas seulement les canons esthéti­ques, mais qu’elle est aussi associée à l’idée de contagion, elle devient exclusive et justifie une segmentation de la plage. Cette segmentation procède par évitement-concentration sur un double plan spatio-temporel. Ainsi sur Ipanema le week-end, lorsque la plage est fortement fréquentée par les classes populaires suburbaines, les classes moyennes et aisées délaissent les postos 7 et 8 à proximité directe des arrêts de métro, au profit des postos 9 et 10, plus difficilement accessibles en transports en commun ; à plus petite échelle, ces mêmes classes aisées délaissent Ipanema pour des plages plus au sud de Rio comme Barra ou Recreio. Le profil des occupants de la plage évolue aussi à une échelle temporelle fine : tôt le matin, et en fin d’après-midi, en fin de semaine, les « locaux », c’est-à-dire les habitants d’Ipanema et de Copacabana sont surreprésentés, tandis que la plage est davan­tage investie par les milieux populaires en milieu de journée. Les régimes de visibilité sont donc variables tant spatialement que temporellement.

11La ségrégation sur les sables a déjà été analysée à maintes reprises (Freeman, 2002 ; Gomes, 2002 ; Kallmann et Silva, 2007) mais toujours dans une perspec­tive de classes sociales, notamment avec la reconduction de l’opposi­tion entre habitants de la zona sul / habitants de la zona norte ou suburbains. Cette division entretient pourtant des liens significatifs aux types de corps – même si le corps lui-même est bien souvent un « corps de classe » (Bourdieu, 1977). L’un des constats le plus simple est visuel, lors d’une promenade le 19 janvier 2014 entre Arpoador et Ipanema, bande de sable a priori uniforme, sans rupture physique ou paysagère, du posto 7 au posto 10 : de façon simplifiée, car il existe des portions spécifiques de plage qui contredisent la tendance globale, s’observent une baisse progressive de la densité d’occupation, une évolution de la couleur de peau (figure 4), des peaux noires aux peaux plus claires bien que bronzées (Farias, 2003), mais aussi une évolution des pratiques et comportements, marqués par la diminu­tion du volume sonore, du nombre de baigneurs, par la disparition des corps entièrement recouverts de sable, avec bien au contraire, un évitement au maximum du contact avec le sable.

Figure 4 – Arpoador, entre postos 7 et 8, un dimanche midi, plage « noire » ?

Figure 4 – Arpoador, entre postos 7 et 8, un dimanche midi, plage « noire » ?

C. Brisson, 19 janvier 2014

12Cette analyse de la segmentation des plages au prisme des modèles compor­tementaux et des différences corporelles permet d’échapper à une lecture sur le mode de la différence de classes sociales. Sans la renier complètement, elle met davantage en lumière le rôle du corps dans le positionnement social, la façon dont il est perçu, dans la société brésilienne et a fortiori dans la culture carioca, comme potentiel atout pour s’élever socialement (Malysse, 2010). La presse féminine fourmille d’ailleurs d’exemples de ces self made women qui ont réussi socialement en se modelant un nouveau corps, à l’image de Luiza Ambiel par exemple. Lys B., femme de 37 ans résidant à Ipanema et fréquentant quotidiennement l’académie de musculation Bodytech, rua Barão do Torre, peut être perçue comme une figure archéty­pale des liens entre ségrégation et corps à la plage puisque transformation corporelle et dynamiques spatiales sont étroitement imbriquées sans son cas : elle fréquente assidûment l’académie depuis huit années, et a perdu 25 kilos. Elle évoque également une prise de conscience de sa féminité, un attache­ment croissant aux soins de la peau, des ongles, des cheveux, et décrit ces années comme celles de sa « renaissance ». Son espace vécu généralement, et sa fréquentation de la plage spécifiquement, s’en sont trouvés sensible­ment altérés. Elle ne fréquente désormais plus que la plage d’Ipanema à Rio, entre le posto 9 et le posto 10 face à la rue Maria Quitera, alors qu’elle ne s’y rendait jamais auparavant car elle y ressentait un « malaise » et une « pression », et a complètement délaissé son ancien point d’ancrage, la plage de Leme.

13Cette légitimité différenciée de la présence sur les sables de Rio ne se lit pas seulement de façon verticale, le long des posto. Elle est redoublée par une division de la plage selon des axes parallèles à la mer. Ainsi, les corps les plus invisibilisés obéissent à une logique spatiale de retranchement, à proximité directe de la promenade et donc très en retrait par rapport au front de mer, en arrière des barracas. Ironiquement, ils sont souvent localisés sous les rares arbres présents, à l’ombre et dans l’ombre (figure 5).

Figure 5 – Modèle d’organisation spatiale type d’une plage de la zona sul de Rio

Figure 5 – Modèle d’organisation spatiale type d’une plage de la zona sul de Rio

C. Brisson, 2014

Jeux de seuils et micro-résistances : l’exemple de la Farme et de la Bolsa

14La géographie des plages de la zona sul est donc marquée très fortement par les représentations et par la fixité. Cette perspective fait de la plage un espace clos et immobile. À cet égard, il me semble intéressant de questionner la nostalgie exprimée par plusieurs personnes interrogées qui comparent la plage, aujourd’hui, à celle de leur souvenir. Cette comparaison s’exprime souvent sur le mode de la dépréciation, avec l’idée que « c’était mieux avant ». João, par exemple, installé pour des raisons professionnelles aux États-Unis depuis six ans pensait revenir « à la maison » en se rendant à Ipanema – littéralement dans son propos, going home – et il témoigne de sa déception. Cette déception, je l’interprète comme un décalage entre le lieu et les représentations de ce lieu. Simplement, on ne peut pas revenir quelque part, parce que lorsque l’on revient, l’espace (en l’occurrence, les plages) a changé – et la personne également. Puisque le zonage de l’utilisation de l’espace des plages cariocas est autant spatial que temporel, les jeux de limites s’apparentent davantage à des jeux de seuils, fluctuants, qui intègrent dans leur raison d’être la possibilité d’un débordement. Certes, les acteurs à la plage sont insérés au sein d’un cadre de discours dominants, mais ils ont aussi la possibilité d’opposer des micro-résistances à ce discours. La plage est un espace pluri-vocal, où les pratiquants peuvent réussir à produire et à faire entendre leur propre discours sur le territoire, à rebours de ceux issus des canaux politiques et médiatiques, ou en les court-circuitant selon un jeu d’échelles complexe. Il existe ainsi des opportunités spatiales de faire voir des absences qui sinon risqueraient d’être invisibles et indicibles, de déborder l’ordre existant.

  • 8 Toute pratique qui ne se conforme pas aux injonctions du pouvoir en place n’exprime en effet pas né (...)

15L’analyse de la revendication (pas automatiquement consciente8) de visibilité, en cas d’écart à la norme – corporelle et hétérosexuelle – par le corps et les comportements, peut être approchée à partir d’une focale sur la scène carioca LGBTQ et plus spécifiquement gay. Le conflit, l’exclusion et/ou la stigmatisation sont très largement inhérents à ces positionnements décalés : au Brésil, en effet, l’homosexualité demeure un stigmate (Goffman, 1975), même si la ville de Rio est fréquemment citée dans le classement des meilleures destinations gay du monde. L’ONG Grupo Gay da Bahia, qui défend les droits des homosexuels depuis trente ans au Brésil, a récemment mis en avant des chiffres inquiétants : la moitié des meurtres de transsexuels et de gays commis dans le monde en 2013 l’ont été au Brésil, situation d’autant plus préoccupante que ce nombre serait en hausse de plus de 14 % depuis l’arrivée au pouvoir de la présidente Dilma Rousseff début 2011. Être homosexuel, c’est déroger à la règle normative hétérosexuelle de la société, bien que des nuances existent : les pratiques sexuelles ne sont pas, au Brésil, nécessairement pensées selon des catégories (homosexuel, hétérosexuel), alors que cette dualité semble aller de soi dans la plupart des pays occiden­taux contemporains. Ces pratiques ne renvoient donc pas forcément à une identité sexuelle, puisque les rapports sont davantage fondés sur le genre (associé aux pratiques sexuelles qui lui sont culturellement et idéalement liées : activité et passivité) que sur les sexes (Mendes-Leite, 1993 ; Gontijo, 1998). La multiplicité de la terminologie témoigne d’une grande diversité de la population homosexuelle à Rio. Cette pluralité des situations et des processus d’identification rend délicate, à première vue, l’utilisation de l’expression « communauté », et doit rappeler que toute généralisation est potentiellement réductrice.

16Le terme « scène LGBTQ » ici convoqué renvoie pour sa part à une forme de « jeu », pour reprendre la terminologie goffmanienne : un art de pratiquer l’espace pour créer un espace d’émancipation. La question des marges d’autonomie qui peuvent être dégagées à travers la mobilisation d’une intelligence pratique ou des situations se pose ici avec insistance. Deux auteurs accompagnent cet examen : Balandier (1977), dont la terminologie mobilisée pour son anthropologie politique de la ruse – « conformité, stratégie, manipulation et contestation » – recouvre une très grande diversité d’attitudes et de situations ; et de Certeau (1980) en tant que théoricien des ruses et tactiques du faible, des arts de faire avec un ordre contraignant. À Rio, la Bolsa de Copacabana d’abord, puis la Farme d’Ipanema se sont imposées comme des portions de plages investies et revendiquées par la mouvance LGBTQ, questionnant le caractère hétéronormatif des plages cariocas. La singularité de ces deux espaces réside dans leur configuration spatiale similaire, à savoir l’absence la plus complète de fermeture ou de stratégies de discrétion ­– à l’inverse de la plupart des plages gays dans le monde. Bien au contraire, les points LGBTQ à Rio empruntent davantage à la logique des hauts lieux (Augé, 1992), puisqu’ils sont localisés sur les plages et portions de plages les plus célèbres, à proximité du Copacabana Palace pour la Bolsa, du posto 9 pour la Farme. Comment donc est rendue possible l’existence de tels territoires au cœur même d’un espace éminemment public ? José, 27 ans, homosexuel fréquentant la Farme depuis son emménagement à Rio il y a 5 ans et très actif au sein de la sphère, l’explique surtout par les marques d’extériorité. Une « scène » LGBTQ s’impose, se rend visible au sein d’un territoire, mais en sur-signifiant sa paradoxale déterritorialisation. Ainsi de la fonction des drapeaux arc-en-ciel flottant de part et d’autre de la Farme d’Ipanema comme de la Bolsa de Copacabana (figure 6). Ces derniers ménagent des seuils qui signifient autant l’appartenance au mouvement LGBTQ que la limite avec les autres espaces de la plage. Ils permettent par ailleurs l’identification à une communauté internationale gay, dont la Farme a adopté les codes corporels : musculature imposante, tatouage, virilité surjouée. Ici, la conformité du « corps-apparence » à la valorisation de tout ce qui est masculin permet de justifier et de rendre tolérable une sexualité qui échappe à la norme, malgré, ou plutôt grâce à tout ce qu’elle comporte de divisions internes de classe et de genre et de recréation de normes et de hiérarchie au sein de la minorité LGBTQ.

Figure 6 – La Farme d’Ipanema, une scène LGBT qui surjoue la déterritorialisation

Figure 6 – La Farme d’Ipanema, une scène LGBT qui surjoue la déterritorialisation

C. Brisson, 26 janvier 2014

17La scène LGBTQ fonctionne sur des logiques différentes sur la Bolsa de Copacabana. Je m’appuie ici sur les conclusions de Gontijo (1998) dans le cadre de sa socio-anthropologie des homosexualités, actualisées par une série d’observations personnelles et d’entretiens menés entre janvier et mai 2014. Le territoire de la Bolsa s’étend sur environ 200 mètres de long, au bord de la mer, et 100 à 150 mètres de large, entre l’avenue Atlantica et la mer. On distingue 4 zones distinctes à la Bolsa, parallèles au trait de côte, de la plus éloignée de l’eau à la plus proche, définies par des densités de population variables (figure 7) : une première zone de sable chaud, entre l’avenue et les barracas où personne ne s’installe à cause de la température élevée du sable et l’éloignement de l’eau, et où l’on peut seulement observer, le temps du week-end, des installations de beach-volley ; une seconde zone de barracas, qu’on appelle « derrière » où se trouvent les travestis, les miches (prostitués masculins), les touristes plus âgés, les femmes homo­sexuelles et les dealers/consommateurs de drogues. Comme cette partie est un peu surélevée, on peut y avoir une vision générale du territoire de la Bolsa. Elle constitue donc un endroit propice pour quiconque chercherait quelqu’un ; une troisième zone constitue le centre le Bolsa, qu’on appelle aussi « le milieu » où se regroupe la plupart des habitués et les jeunes touristes. La densité est ici plus élevée qu’ailleurs et les distances inter-personnelles moindres ; enfin, la dernière zone est celle tout près de l’eau, investie par quelques couples hétérosexuels et femmes avec enfants, les vieux homosexuels appelés les mariconas et quelques homosexuels très musclés. Cette partie sert de barrière, puisque les passants du bord de l’eau ne se rendent pas compte qu’il s’agit d’un point gay.

Figure 7 – Le territoire de la Bolsa de Copacabana (1) : jeux de seuils et d’apparences comme conditions de débordement de l’ordre

Figure 7 – Le territoire de la Bolsa de Copacabana (1) : jeux de seuils et d’apparences comme conditions de débordement de l’ordre

C. Brisson, août 2014

18Ce jeu avec l’espace est redoublé par une organisation verticale, c’est-à-dire perpendiculaire au trait de côte (figure 8) : une tranche centrale, appelée meio où se trouvent les homosexuels qui ont le moins de mal à assumer leur homosexualité ; une tranche de 20 m à l’ouest, le fundo da bolsa, où les limites entre homosexuels et hétérosexuels sont floues, et où se placent aussi les homosexuels les plus virils ; enfin, une tranche à l’est de la première, nommée alça, en face du Copacabana Palace, portion la plus diversifiée et la plus énigmatique, regroupant des travestis, des couples d’homosexuels discrets, beaucoup d’homosexuels seuls. À partir d’un cœur, un centre, s’observe donc un gradient de décroissance : des groupes les plus homo­sexualisés aux plus hétérosexualisés selon leur composition, et où les apparences corporelles ménagent des seuils qui sont autant de formes de protection.

Figure 8 – Le territoire de la Bolsa de Copacabana (2) : jeux de seuils et d’apparences comme conditions de débordement de l’ordre

Figure 8 – Le territoire de la Bolsa de Copacabana (2) : jeux de seuils et d’apparences comme conditions de débordement de l’ordre

C. Brisson, août 2014

Franchissements et lignes d’horizon

19Davantage qu’à une conclusion, c’est à une ouverture que se prête cet article : un débat sur la nature de l’espace qu’est la plage.

20Il existe une forme physique de la plage (dans sa matérialité) et un discours sur cette forme, qui renvoie à un contenu, un dispositif de pouvoir. Ce discours procède souvent par fusion et confusion d’un corps et d’une portion de plage (corps noir, masculin associé aux espaces dégradés, dangereux de la plage par exemple). Ce qu’une étude des corps sur les plages de Rio souligne finalement, ce sont bien les enjeux de pouvoir de la visibilité, les rapports de force à l’oeuvre dans la dialectique du visible et de l’invisible, et l’existence de territoires a priori centraux associés à une ou des corporéités légitimes, opposés à d’autres territoires davantage périphériques et liés à des corporéités marginales.

21Il serait toutefois réducteur de penser les plages de Rio uniquement comme des agrégats de micro-territoires juxtaposés et séparés. Le dispositif de pouvoir qui marque les plages de Rio est équivoque : il est répressif, lorsqu’il distingue un dedans d’un dehors, et donc des inclus et des exclus, mais il est aussi créatif, puisqu’il entraîne des formes de contestations et de (micro-)résistances (celles du mouvement LGBTQ présenté dans cet article par exemple) à ces mêmes distinctions normatives. Ces résistances produi­sent un espace en mouvement. Elles questionnent aussi la possibilité, pour des périphéries, d’utiliser leur caractère périphérique comme une ressource, pour parvenir à se recréer comme centre. L’espace de la plage, on l’a dit, autorise des franchissements, et par un jeu de seuils, doit être pensé comme hétérogène. Ce qui se joue à la plage à Rio, ce sont l’ensemble de ces stratégies quotidiennes de déplacement – glissement, pourrait-on dire – des périphéries sociales, spatiales, symboliques, par rapport à un centre des pouvoirs (spatial, social, idéologique). Les frontières n’y sont pas des lignes de division. Les tentatives de contrôle de la plage et des corps par les discours sont vouées à être court-circuités. J’appelle lignes d’horizon, pour reprendre la terminologie de Deleuze, ces tentatives de délimitation de territoires normatifs ainsi que les possibilités de subvertir ces délimitations sur les sables à Rio.

Une ligne rencontre une ligne. Une ligne évite une ligne. Aventures de lignes.
Une ligne pour le plaisir d’être ligne, d’aller, ligne. Points. Poudre de points.
Une ligne rêve.
On n’avait jusque-là jamais laissé rêver une ligne.

Aventures de lignes, Henri Michaux, 1954

Haut de page

Bibliographie

AUGÉ Marc, 1992, Non-lieux. Introduction à une anthropologie de la sur-modernité, Paris, Seuil, 150 p.

BALANDIER George, 1977, « Ruse et politique », in Cause commune : la ruse, Paris, Union générale d’éditions, coll. « 10/18 », p. 21‑31.

BIRMAN Joël, 2011, « Je suis vu, donc je suis : la visibilité en question », in Nicole Haubert, Claudine Haroche (dir.), Les tyrannies de la visibilité, Paris, ERES, p. 39-52.

BOURDIEU Pierre, 1977, « Remarques provisoires sur la perception sociale du corps », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 14, p. 51-54.

CERTEAU Michel de, 1980, L’invention du quotidien, Paris, Gallimard, 350 p.

DELEUZE Gilles, GUATTARI Felix, 1980, Capitalisme et schizophrénie. Mille plateaux, t. 2, Paris, Éditions de Minuit, 645 p.

DELEUZE Gilles, 1990, Pourparlers, Paris, Minuit, 249 p.

ELIAS Norbert, 1939, La civilisation des moeurs, Paris, Calmann-Lévy, 342 p.

FARIAS Patricia, 2003, Pegando uma cor na praia : relações raciais e classificação de cor na cidade de Rio de Janeiro, Rio de Janeiro, Divisão de Editoração.

FASSIN Didier et MEMMI Dominique (dir.), 2004, Le gouvernement des corps, Paris, Éditions de L’EHESS, 269 p.

FOUCAULT Michel, 1975, Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 360 p.

FOUCAULT Michel, 1976, Histoire de la sexualité. 1. La volonté de savoir, Paris, Gallimard, 211 p.

FREEMAN James, 2002, « Democracy and danger on the beach: class relations in the public space of Rio de Janeiro », Space and Culture, the Journal, p. 9-28.

GOFFMAN Erving, 1973, La mise en scène de la vie quotidienne. 1. La présentation de soi. Paris, Éditions de Minuit, 256 p. ; 2. Les relations en public. Paris, Éditions de Minuit, 396 p.

GOFFMAN Erving, 1975, Stigmate. Les usages sociaux des handicaps. Paris, Éditions de Minuit (Ed. originale : 1963, Prentice Hall), 175 p.

GOMES, Paulo Cesar Da Costa, 2002, A condiçao urbana : Ensaios de geopolıtica da cidade, Rio de Janeiro, Bertrand Brasil.

GONTIJO Fabiano, 1998, Corps, apparences et pratiques sexuelles. Socio-anthropologie des homosexualités sur une plage de Rio de Janeiro, Lille, Éd. GKC, 196 p.

HERSCHMANN Micael, 1997, Abalando os anos 90: funk e hip-hop, globalização, violência e estilo cultural, Rio de Janeiro, Rocco, 218 p.

JAURAND Emmanuel, 2005, « Territoires de mauvais genre ? Les plages gays », Géographie et cultures, n° 54, p. 71-84.

JAURAND Emmanuel, 2010, Construire des territoires d’un autre genre ? Perspectives de recherche sur des territorialités marginales dans l’espace touristique, HDR préparée sous la dir. de Jean-Christophe Gay, université de Nice-Sophia Antipolis, 3 vol., 183 p.

KALLMANN Daniela, SILVA Flavia, 2007, Faixa de areia : Um filme sobre as praias do Rio, Brasil, Film Connection.

LAGEISTE Jérôme et RIEUCAU Jean, 2008, « La plage : un territoire singulier : entre hétérotopie et antimonde », Géographie et cultures, n° 67, p. 3-6.

LUSSAULT Michel, 2003, « Régime de visibilité », in Jacques Lévy et Michel Lussault (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 1032 p.

MALYSSE Stéphane, 1997, « À la recherche du corps idéal : culte féminin du corps dans la zone balnéaire de Rio de Janeiro », Cahiers du Brésil Contemporain, n° 31, p. 157-174.

MALYSSE Stéphane, « Le gringo et l’anthropologue : apparence physique, subjectivités et sensualités dans la recherche de terrain », Sociedade e Estado, 2002, vol. 17, n° 2, p. 487-506.

MALYSSE Stéphane, 2010, Anthropologie musculaire : regards français dans les coulisses de la corpolâtrie carioca, Éditions Universitaires Européennes, 140 p.

MENDES-LEITE Rommel, 1990, « Genres et orientations sexuelles : une question d’apparences ? », in Greh et al., Homosexualités et lesbianisme : mythes, mémoires, historiographies. Actes du colloque international (3 vol.), Lille, Cahiers GKC, p. 109-147.

MENDES-LEITE Rommel, 1993, « Des vicissitudes d’être un "authentique macho », Les Cahiers de l’imaginaire. Les frontières de l’imaginaire, vol. 9, p. 23-38.

MICHAUX, Henri, 1963, Passages, Paris, Gallimard, 166 p.

PITANGUY, Ivo, 1988, Les chemins de la beauté, Rio de Janeiro, Éd. Graal, 230 p.

URBAIN Jean-Didier, 1994, Sur la plage : moeurs et coutumes balnéaires (XIX-XXe siècles), Paris, Payot, 375 p.

VIANNA Hermano, 1988, O mundo funk carioca, Rio de Janeiro, Zahar, 115 p.

Haut de page

Notes

1 Relatif à la communauté lesbienne, gay, bisexuelle, transgenre, queer.

2 Et par discours, est également entendu l’ensemble des images (publicitaires notamment) relatives à la plage, puisque je considère qu’elles véhiculent également un message.

3 La zona sul est îlot de prospérité que l’on oppose traditionnellement au nord de la ville à Rio.

4 L’article qui consistait en dix conseils aux étrangers attendus pour le Mondial a finalement été retiré de Fifa Weekly suite aux vives critiques, mais il est très facilement consultable car la trace a été gardée sur de nombreux réseaux sociaux.

5 À Rio de Janeiro, les postos renvoient à des points de repère pour les occupants de la plage. Sur une même plage existent donc plusieurs postos, bien visibles puisque le numéro est affiché en grand et en couleur sur un bloc de béton faisant office de sanitaires.

6 Les arrastões consistent en l’irruption d’une bande d’individus qui provoque la panique et la désertion de la plage par les personnes présentes, dont les affaires sont alors aisément déroba­bles. Le phénomène repose donc sur la peur mimétique dans le processus de désertion et apparaît comme une rupture dans la normalité, comme un moment de suspension de l’ordre.

7 À Rio de Janeiro, les barracas sont les stands de location de chaises et parasols installés directement sur les plages. Elles portent la plupart du temps le prénom de leur gérant – ici, barraca da Fatima.

8 Toute pratique qui ne se conforme pas aux injonctions du pouvoir en place n’exprime en effet pas nécessairement une résistance (Fassin et Memmi, 2004).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Revues nationales brésiliennes célébrant le culte de la « bonne forme »
Crédits C. Brisson, 13 février 2014
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/4041/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre Figure 2 – Graff dans le quartier de Santa Theresa, Rio de Janeiro
Crédits C. Brisson, 22 mars 2014
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/4041/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Titre Figure 3 – Ipanema (en haut) et Copacabana (en bas), des plages urbaines ouvertes au regard
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/4041/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Crédits C. Brisson, 2014
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/4041/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Figure 4 – Arpoador, entre postos 7 et 8, un dimanche midi, plage « noire » ?
Crédits C. Brisson, 19 janvier 2014
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/4041/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre Figure 5 – Modèle d’organisation spatiale type d’une plage de la zona sul de Rio
Crédits C. Brisson, 2014
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/4041/img-6.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre Figure 6 – La Farme d’Ipanema, une scène LGBT qui surjoue la déterritorialisation
Crédits C. Brisson, 26 janvier 2014
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/4041/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Titre Figure 7 – Le territoire de la Bolsa de Copacabana (1) : jeux de seuils et d’apparences comme conditions de débordement de l’ordre
Crédits C. Brisson, août 2014
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/4041/img-8.png
Fichier image/png, 157k
Titre Figure 8 – Le territoire de la Bolsa de Copacabana (2) : jeux de seuils et d’apparences comme conditions de débordement de l’ordre
Crédits C. Brisson, août 2014
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/4041/img-9.png
Fichier image/png, 146k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Brisson, « Taking a line for a walk », Géographie et cultures, 93-94 | 2015, 303-323.

Référence électronique

Claire Brisson, « Taking a line for a walk », Géographie et cultures [En ligne], 93-94 | 2015, mis en ligne le 17 octobre 2016, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://gc.revues.org/4041 ; DOI : 10.4000/gc.4041

Haut de page

Auteur

Claire Brisson

ENeC UMR 8185 CNRS
Université Paris-Sorbonne

brisson.clr@gmail.com

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org