Navigation – Plan du site

La sexualisation des espaces publics
dans la subculture gay

Entre-soi masculin et territorialisation
The sexualisation of public spaces in gay subculture: territorial construction among males
Emmanuel Jaurand
p. 29-58

Résumés

La subculture gay se développe à travers des lieux de drague et d’interactions sexuelles anonymes dans divers espaces publics, dans les villes et ailleurs. Ces lieux anciens qui continuent d’être répertoriés et fréquentés consti­tuent des formes d’appropriation collectives transgressives de l’espace public. Elles questionnent les normes sociales, le rapport que les individus et un collectif entre­tiennent avec les espaces publics, ainsi que le statut de ces derniers. Ces lieux utilitaires associés à un certain mode de vie et de sexualité ont une fonction sociale qui dépasse la subculture gay et questionne les rapports de genre. Ils sont en effet les illustrations de formes de territorialisation fondamentalement masculines, ce dont témoigne notamment l’absence de lieux équivalents chez les femmes homo­sexuelles.

Haut de page

Texte intégral

1Dans le prologue de son ouvrage Le gay voyage (1980), sous-titré Guide et regard homosexuels sur les grandes métropoles, Guy Hocquenghem, figure emblématique du mouvement homosexuel français des années 1970, écrit :

  • 1 Guy Hocquenghem, 1980, Le gay voyage. Guide et regard homosexuels sur les grandes métropoles, Paris (...)

« Il est des choses que je sais d’instinct : bords de rivières, alentours de gares, jardins publics me sont favorables. Ce livre est celui d’un piéton de la nuit. On y marche à travers les villes, sur des trottoirs qu’éclaire une lune complice. Car les pédés vivent beaucoup la nuit, et marchent sans arrêt. Infatigables arpenteurs des cités endormies, ils ne peuvent prendre leur plaisir qu’au terme d’explorations interminables, de va-et-vient souples et mystérieux. Les pédés sont des chats, avant d’être des hommes, et ils ont besoin de parcourir leur territoire avant d’y élire leur place, leur amour. »1.

2Ce témoignage sur le mode de vie emblématique d’une partie des homo­sexuels masculins a une valeur largement historique, liée au contexte social de marginalité de l’identité homosexuelle dans la France d’avant 1981 et aux moyens d’identification et de rencontres d’alors des hommes ayant des rela­tions sexuelles avec d’autres hommes. On y relève cependant un condensé de l’intérêt géographique que représente l’activité de la drague homo­sexuelle dans l’espace public, urbain en l’occurrence : la recherche de l’invisibilité à travers la nuit, la dimension fantasmatique attribuée aux espaces publics des villes, l’association paradoxale de la mobilité et de la territorialité, une territo­rialité homosexuelle indissociable du corps et du sexe et présentant des analogies avec la territorialité animale.

3En tant que géographe, je souhaite questionner les processus de construction et le sens de ces micro-territoires singuliers au sein des espaces publics que sont les lieux de drague des hommes entre eux, parfois qualifiés de « zones érogènes » (Bell et al., 2001). Au-delà de leur diversité topographique et paysagère (bois et jardins publics, quais de rivière ou de canaux, lieux de passage tels que les gares ou les aires d’autoroutes, plages, etc.), ils présentent des modes de fonctionnement assez ressemblants relevés dans des travaux sociologiques ou géographiques français à caractère ethnographique et portant sur des lieux emblématiques à Paris (Proth, 2002, ; Leroy, 2012), à Toulouse et dans la campagne audoise (Gaissad, 2000 et 2006) ou sur les plages (Jaurand, 2005 ; Raibaud, 2008). À partir de ces études de cas incluant mes recherches en terrain littoral et de l’analyse des discours inscrits dans la subculture gay, je souhaiterais considérer ces pratiques spécifiques comme des opérateurs pour enrichir ou discuter la notion d’espace public et surtout le concept de territoire, dont la place est désormais centrale dans la géographie française.

4L’intérêt géographique de ces pratiques va bien au delà de leur localisation dans un espace à caractère géométrique : par leur répétition dans des lieux répertoriés dans la subculture gay, elles sont à l’origine de territoires de rencontres dans des espaces publics, ce qui pose des questions sur le statut et le sens des espaces publics ainsi que sur les territorialités de collectifs d’indi­vidus. Comment s’opère la sexualisation de ces espaces publics alors même que si la drague n’y est évidemment pas interdite, l’activité sexuelle est répréhen­sible à travers la notion d’« exhibition des caractères sexuels imposés à la vue d’autrui » (article 222-32 du Code pénal, 1994) ? Quelles rela­tions réciproques s’établissent entre un collectif d’hommes partageant une activité sexuelle et un fragment d’espace public investi par lui ? Que nous apprennent les pratiques de ce collectif sur les processus de territoria­lisation ? Qu’en est-il de l’identité et du genre des constructions territoriales réalisées dans un espace public fortement investi par des hommes, qui partagent au moins des affinités en matière de préférences et de pratiques sexuelles (pas forcément exclusives) ? Nous formulons l’hypothèse sui­vante : ces espaces publics sexualisés sont habituellement considérés comme emblématiques de la subculture gay (Chauvin et Lerch, 2013) et comme permettant aux intéressés de valider leur identité homosexuelle à travers l’acte homosexuel (Binnie, 2004). Ils nous paraissent tout autant pouvoir être interprétés comme des espaces publics révélateurs de la relation entre genre masculin et territorialisation. Loin de produire des territorialités inversées aux territorialités classiques, déjà marquées par la supériorité du genre mascu­lin, ces collectifs d’hommes à la recherche de sexe entre eux dévelop­peraient des formes de territorialités hyper-masculines, normées, exclusives voire excluantes.

5Précisons que par territorialités nous entendons simplement les relations qu’un collectif entretient avec l’espace. Celles-ci sont multidimensionnelles, dépassant la seule dimension politique, incluant les pratiques spatiales (dimension matérielle de la territorialité) et les identités spatiales des indivi­dus et des groupes (dimension idéelle de la territorialité) (Di Méo, 2003). Dans une perspective de géographie sociale, nous considérons d’ailleurs le territoire comme une production de ces acteurs sociaux, dans un jeu permanent et parfois conflictuel, la territorialisation. Il existe en effet un mouvement double de fabrique du territoire, ascendant de la part des acteurs d’en bas (groupes, individus, entreprises, etc.) et descendant de la part des acteurs d’en haut, c’est-à-dire des acteurs institutionnels (Di Méo, 1998 et 2004). Ces derniers, légitimes et ayant l’autorité et le pouvoir de faire les règles du jeu, ainsi que celui de découper les territoires officiels (régions, départements, communes, etc.), sont loin de décider à eux seuls des dynamiques à l’œuvre dans les territoires. Les acteurs d’en bas agissent continuellement dans l’espace et accroissent par leurs pratiques quotidiennes leurs connaissances et savoir-faire sur l’espace (le capital spatial) et peuvent compen­ser leur infériorité par la ruse (Certeau, 1990), fondement de la tactique du détournement d’usage de l’espace. Dans cette perspective, les espaces publics sont évidemment un champ de déploiement privilégié des territorialisations de la part de différents acteurs, en incluant les individus et les groupes. À l’instar de Thierry Paquot (2009), nous envisageons les espaces publics (au pluriel) comme des lieux réellement existants, des endroits potentiellement fréquentés par tous, avec un principe d’accès libre et gratuit. Conformément à une caractéristique des subcultures identifiée par Ken Gelder (2007), la subculture gay se développe de façon privilégiée dans des espaces publics. Elle est partagée et revendiquée par un collectif d’indi­vi­dus qui se reconnaissent dans des expériences, des représentations, des rituels et des codes communs, dont la recherche d’interactions sexuelles dans des espaces publics fait partie. Alors que cette pratique peu banale constitue une rupture avec des pratiques socialement acceptables, elle occupe une place de choix dans la subculture gay : elle joue un rôle fondateur dans l’apprentissage de l’homosexualité et dans l’affiliation et l’identification à un collectif (Redoutey et al., 2003 ; Eribon 2009).

Cadre théorique et méthodologique de recherches en terrain (homo-)sexuel

Des recherches qui posent des problèmes
à la géographie ?

6Les lieux extérieurs de la drague entre hommes existent depuis fort longtemps, ainsi que l’a montré l’historien britannique David Higgs (1999). À travers l’étude de sept villes anglaises, et à partir de sources d’une grande diver­sité permettant de compenser l’invisibilité sociale du phénomène (rapports de police, articles de presse, poèmes, journaux intimes, etc.), il démon­tre qu’un espace homosexuel existait dès l’époque moderne : des lieux publics aussi divers que des jardins, des cimetières, des églises ou des bois étaient détournés à des fins sexuelles. Une majorité de travaux concer­nant les lieux de drague actuels a été conduite en sociologie, dans la lignée des travaux sur la déviance développés dans les années 1960 outre-Atlantique (Becker, 1963). L’étude ethnographique de Laud Humphreys (1970) sur les aventures homosexuelles dans les toilettes publiques d’une ville du Middle West a valeur de travail pionnier en la matière. En France, dans les années 2000, le contexte de l’épidémie de SIDA a justifié la nécessité de connaître les comportements homosexuels à travers des enquê­tes effectuées sur les lieux de drague : deux thèses de sociologie ont été consacrées à cette thématique (Proth, 2002 ; Gaissad, 2006), précédées ou suivies d’autres travaux à caractère ethnographique (Busscher et al., 2000 ; Mendes-Leite et Proth, 2002 ; Gaissad et Deschamps, 2007 ; Redoutey, 2008). Si les travaux sociologiques dominent dans les recherches sur l’homosexualité masculine, la géographie anglophone a vu se développer un véritable champ d’études gays et lesbiennes dans les années 1990. Les études, principalement menées sur l’espace urbain, ont insisté sur la forte charge érotique de la ville et le rôle complémentaire de ces lieux peu visi­bles, détournés et appropriés à des fins sexuelles, par rapport aux quartiers de la visibilité gay (Bell, 1997 ; Bell et al., 2001). Ces études ont joué un rôle pionnier dans la construction d’une géographie des sexualités, attestant l’intérêt des marginalités ou des sexualités autres pour questionner des normes et des processus plus généraux (Hubbard, 2000 ; Browne et Lim, 2009). Dans la géographie française, l’intérêt pour l’homosexualité s’est déve­loppé à partir des années 2000. Les territorialités liées à la drague homosexuelle dans l’espace public ont été principalement abordées à propos des plages (Jaurand, 2005) et de Paris (Leroy, 2005 et 2012). La thèse de Marianne Blidon montre que la rencontre, « une des clés de compréhension des logiques d’investissement ou d’appropriation de l’espace par les homo­sexuels (…) se décline dans une très grande variété de lieux » (Blidon, 2007, p. 121). L’inexistence de lieu de sexualité spécifiquement lesbien dans l’espace public a été soulignée par contraste avec leur grand nombre et leur variété côté homosexuel masculin (Cattan et Leroy, 2014).

7Le cadre théorique et méthodologique des recherches géographiques sur l’homosexualité a fait l’objet d’échanges entre Roger Brunet et Jean-François Staszak dans le cadre d’un débat sur le postmodernisme en géographie dans les colonnes de L’Espace géographique (2004). Roger Brunet y estime possible d’utiliser des méthodes modernes pour traiter des sujets abordés dans les études postmodernistes, comme l’homosexualité. En revanche, Jean-François Staszak considère comme aussi indispensable et irremplaçable l’apport des postures méthodologiques postmodernes sur un tel objet : « appliquer la grille de l’analyse spatiale pour comprendre la géo­gra­phie des lieux homosexuels comme on le fait avec le commerce de détail, c’est passer à côté de ce qui fait la spécificité et l’intérêt de cette géographie. Le nouvel objet demande une nouvelle méthode car ce n’est pas un objet de plus, c’est une autre nature d’objet » (L’Espace géographique, 2004, p. 18). Il me semble que les positions de Roger Brunet et de Jean-François Staszak, en apparence contradictoires, méritent plus d’être additionnées que sous­traites l’une à l’autre, et ce, à dessein de saisir toutes les dimensions de la géographie de l’homosexualité.

8D’une part, il est attesté que l’homosexualité peut-être, aussi, abordée par des méthodes éprouvées de la géographie. Aux États-Unis, les premières études sur les espaces de l’homosexualité ont été fondées sur des méthodes relevant de l’analyse spatiale, avec la prise en compte des localisations de commerces gays, de lieux associatifs, de résultats électoraux de candidats gays, etc. (Castells, 1983). C’est à partir de données à la fois quantifiées et localisées que la géographie de l’homosexualité a émergé, d’ailleurs en réponse à une construction visible dans l’espace urbain de San Francisco. On soulignera l’apport essentiel que constitue la cartographie à base quantitative de la présence des couples homosexuels dans les Etats, les comtés et les quartiers des grandes villes des États-Unis (Gates et Ost, 2004). En France, la thèse de Marianne Blidon (2007) repose aussi largement sur les méthodes de l’analyse spatiale. De façon générale, l’analyse spatiale répond à l’exi­gence d’objectivation d’un fait social : elle n’épuise pas pour autant toute la richesse d’un objet, qui s’étudie autant qu’il se construit selon d’autres approches géographiques.

9En effet, si l’on veut comprendre globalement le rapport de l’homosexualité à l’espace, il est indispensable de prendre d’autre part en compte des prati­ques qualifiées d’invisibles, ce qui est difficile avec des méthodes fondées sur la seule objectivation des faits sociaux. Leur caractère invisible signifie que ces pratiques passent inaperçues aux yeux des non initiés, qui ne possèdent pas les codes qui leur permettraient de comprendre le manège qui se déroule sous leurs yeux dans certains lieux publics. Une approche moderne de ceux-ci, c’est-à-dire purement objectivante, serait partielle et insuf­fisante, d’abord en raison des lacunes ou du manque de fiabilité des données statistiques facilement disponibles ou constituables sur ceux-ci, ensuite parce qu’elle ignorerait le rapport que les homosexuels entretiennent (ou pas) avec ces lieux investis d’une dimension affective ou imaginaire. Howard S. Becker (1963) soulignait que les déviants utilisaient des métho­des spécifiques pour dissimuler leurs actions aux yeux des personnes extérieures, et qu’un faible nombre de ces actions prenait place dans des lieux contrôlés, avec en conséquence plusieurs difficultés pour le chercheur : trouver les personnes, gagner leur confiance, parvenir à observer des zones inconnues ou dangereuses. Ces remarques valent pour les homosexuels, particu­lièrement dans le cas d’actions contraires à la loi ou aux normes sociales comme des interactions sexuelles dans l’espace public. La question du pourquoi et du comment, ajoutée à celle du où, ainsi que la dimension cachée d’une partie de la géographie de l’homosexualité rendent indispen­sable l’exploration de sources à la fois peu habituelles et multiples.

Le choix assumé d’un syncrétisme méthodologique

10La nécessité de s’adapter à la faiblesse des sources officielles disponibles me semble commander un pluralisme ou mieux, un syncrétisme méthodo­logique. On se gardera donc d’opposer et de choisir une fois pour toutes et exclusivement tel ou tel type de méthodologie de recherche, qui ne recouvre d’ailleurs pas exactement la division en courants géographiques. Attachant la plus grande attention aux acteurs d'en bas, à l’origine d’un mouvement ascendant de territorialisation (Di Méo, 2004), nous avons ainsi choisi d’associer plusieurs démarches méthodologiques :

  • tout d’abord des méthodes inspirées des autres sciences sociales. Courante en microsociologie, en ethnométhodologie ou en anthropo­logie, l’observation participante a fait la preuve de sa bonne adaptation à des groupes en décalage par rapport aux normes sociales comme les militants du Front national (Bizeul, 2003) ou les échangistes, qui au Cap d’Agde, opèrent également des interactions sexuelles dans l’espace public (Beylot, 2000 ; Welzer-Lang, 2005). L’observation participante a pu être pratiquée en dévoilant ou non ma qualité d’observateur, l’appartenance au groupe étudié facilitant par ailleurs l’immersion sur le terrain et la compréhension des actions observées. Des méthodes relevant de l’approche culturelle ont aussi été mobilisées : l’analyse des discours écrits et représen­tations propres aux groupes étudiés, a été ponctuellement effectuée à partir des guides spécialisés (celui de la Fédération naturiste inter­nationale et Spartacus International Gay Guide) et du magazine gay Têtu, riches en photographies, recensions et commentaires sur les lieux de drague ou de récits biographiques ou de romans. Dans tous les cas, ces représentations ont été envisagées en articulation avec les pratiques observées, comme permettant ou non d’en fournir des éléments d’interprétation ;

  • ensuite, une méthode plus classique de la géographie. Une carto­graphie à base qualitative, fondée sur les observations de terrain des espaces publics en rapport avec l’homosexualité, a été réalisée à propos de plages : Berck (Pas-de-Calais, France) (figure 1), Bredene (Belgique), Playa del Inglès (Grande Canarie, Espagne) et Provincetown (Massachussetts, États-Unis), (Jaurand, 2010). Ces cartes ont pu être confrontées à celles d’autres lieux de drague en plein air comme celle du Bois de Vincennes (Leroy, 2012) ou d’une aire d’autoroute des Pays-Bas (Van Lieshout, 1997). On notera que les publications anglophones sur la géographie de l’homosexualité sont pauvres en productions cartographiques, à l’exception des cartes de localisation d’établissements spécialisés en ville, donc officiels, comme celles sur les spatialités lesbiennes à Montréal (Podmore, 2006). Pourtant, Jacques Lévy (2002) a souligné les défis que les dynamiques sociales en cours posent à la représentation cartographique, à travers la multiplication des mobilités ou des lieux de résidence des individus. La carte produite dans cet article a cependant plusieurs limites (figure 1). La situation représentée corres­­­pond à un instantané et, donc, à une temporalité particulière (dans l’année et dans un cycle de 24 heures) : la carte a le défaut de figer ce qui est fluide et éphémère. En outre, la plage a été divisée en secteurs selon la pratique de la nudité, la composition sexuée des publics et la déambulation associée à la drague d’une façon évidem­ment simplifiée qui passe sous silence les exceptions et les fluctua­tions des discontinuités au gré des « appropriations tacites » (Gay, 2004, p. 41). Critiquable, la cartographie est cependant utile au géogra­phe intéressé par les individus et les tribus, car « elle est au cœur de ce travail de mise en forme et de médiation entre l’indivi­duel et le collectif » (Lévy et Lussault, 2003, p. 500).

11L’association de méthodes permet de répondre à plusieurs questions posées par la sexualisation des espaces publics pour laquelle on rappellera qu’elle ne peut être abordée par des sources officielles et fait fi des découpages territoriaux habituels : le « qui ? », le « comment ? » et le « pourquoi ? » pour les entretiens, l’observation participante et l’analyse des représen­tations, le « où ? » pour la cartographie.

Le rassemblement dans un lieu public d’individus à la recherche de relations (homo-)sexuelles ou la constitution
d’une communauté d’hommes éphémère

Le lieu fait le groupe

12Nous nous plaçons délibérément dans une géographie sociale intégrant l’ap­pro­che culturelle, donc soucieuse d’adaptations méthodologiques pour rendre compte des territorialités construites à la fois par les acteurs d’en haut ou acteurs institutionnels et aussi par les acteurs d’en bas : ces derniers sont loin d’être des « idiots culturels » (Luze, 1997). Ils sont certes animés d’une rationalité bornée par ce qu’ils savent et comprennent, mais leurs pratiques spatiales sont l’expression de la marge de liberté de tout individu-acteur (Séchet et Veschambre, 2006). Précisément, les acteurs auxquels nous nous intéressons ici sont des individus qui ne se connaissent pas a priori mais sont animés au minimum d’un désir commun pour le corps de l’autre (ou plutôt du même que soi pour ce qui est de la sexuation) et se constituent en un collectif à travers un fragment d’espace qu’ils investissent. Si « effet de lieu » il y a, selon l’expression de Guy Di Méo (1998), elle est fondamen­talement ici liée à la co-présence de ces individus qui rend explicite et permet le fonctionnement sur place d’un marché (homo-)sexuel. On pourrait aussi reprendre l’idée de Michel Maffesoli selon laquelle le lieu fait lien social et permet à un groupe de se constituer de façon éphémère autour du partage d’émotions et de la recherche du plaisir (2003 et 2012). Le lieu donne une existence concrète à un collectif jusque-là dispersé dans des lieux de résidence éloignés, collectif invisible dans le reste de l’espace public largement hétéronormé, avec en particulier la présomption générale d’une identité hétérosexuelle associée au genre masculin. Celle-ci rend aléatoire, pour ne pas dire risquée, la drague homosexuelle en dehors de lieux dédiés à celle-ci, ce qui signe une infériorité forte par rapport à la drague hétéro­sexuelle, socialement légitime partout, et qui peut être ressentie par des femmes comme du harcèlement de rue. Autant que d’infériorité symbolique, il s’agit aussi de la conséquence d’une situation de petite minorité pour l’homosexualité, au sens statistique cette fois, qui fait que derrière le même apparent (l’homme) il y a une plus forte probabilité de rencontrer l’autre (l’hétérosexuel). Les lieux spécialisés dans la drague entre hommes sont donc conçus pour permettre la sélection et la constitution d’un groupe d’hommes réunis par leurs affinités sexuelles, ce qui dote ces lieux d’un rôle décisif au moment de la découverte de ses penchants homosexuels par un individu (Eribon, 2009). Ce dernier a besoin de retrouver ses semblables quelque part, ce que relatent nombre de témoignages biographiques, tels celui de Romain, vingt-sept ans, enseignant à Tours, cité par David Lelait :

  • 2 David Lelait, Gayculture, Paris, Anne Carrière, 1998, p. 138.

« J’habitais Montpellier où je faisais mes études. Je n’étais pas très sûr de ma sexualité ; je ne voulais pas être pédé et pourtant ça me semblait de plus en plus évident. Il était difficile d’en parler à qui que ce soit et mes désirs étaient aussi grandissants que ma curiosité. J’avais besoin de rencontrer d’autres garçons gays, j’ai découvert le Peyrou, un grand parc en plein centre de la ville. C’est là que le soir les homos se draguent. J’ai peu à peu exploré ma sexualité, j’ai appris les codes. C’est dans ce même Peyrou que j’ai rencontré le premier garçon qui a compté dans ma vie »2.

13Les lieux de drague entre hommes permettent la constitution d’un « nous » distinct des autres, ce qui est la caractéristique d’un micro-territoire plus que celle d’un espace public, en principe ouvert à tous. Les pratiques qui s’y développent consistent largement en scripts codifiés et stéréotypés, ce qui leur confère une fonction intégratrice des individus qui s’y adonnent au sein d’un collectif auquel ils sont amenés à s’identifier sur place. Nous faisons nôtre ici l’appellation de « lieu territorialisé » (Cailly, 2002, p. 59) dans la mesure où il s’agit d’un micro-espace qui à la fois rassemble (un collectif) et sépare (des autres) (Retaillé, 1995) et se singularise par une unité d’action et de fonction fondée sur la co-présence et l’abolition de la distance (Lévy et Lussault, 2003, p. 561-563).

Un lieu plus fonctionnel que communautaire

14Pour un homme à la recherche de contacts sexuels avec un partenaire du même sexe, il y a évidemment une difficulté à aborder un inconnu dans l’espace public en général, car la probabilité de mal tomber est élevée. En revanche, dans ces lieux où se rassemble un collectif d’hommes à la recherche de relations sexuelles entre eux, existe une grande facilité de l’accès au corps de l’autre. On pourrait parler d’un fragment d’espace public spécialisé, fonctionnel, où se réalisent les fantasmes d’un accès simple et immédiat à des corps disponibles et en attente. La logique d’efficacité et de rationalisation dans la recherche des partenaires constitutive de ces lieux de drague homosexuelle a été mise en évidence par Michael Pollak (1993) tout comme par Alain Soral dans sa Sociologie du dragueur, personnalité pour­tant aux antipodes du profil du chercheur-militant homosexuel… Il livre un raccourci éclairant de la spécificité de la drague homosexuelle par rapport à la drague hétérosexuelle qui est l’objet de son ouvrage :

  • 3 Alain Soral, 2004, Sociologie du dragueur, Paris, Éditions Blanche, p. 118.

« Draguer des hommes c’est autre chose. Fondée sur une optimisation fonctionnelle des possibilités d’échan­ge grâce à des codes et des lieux prévus à cet effet, la drague homo se situe d’emblée à l’opposé du mensonge et de la frustration qui président à la drague hétéro. Entre hommes on se comprend, et comme on est tous là pour ça, on ne tourne pas autour du pot. Gain de plaisir et de temps appréciables dont les hommes qui ne vont pas au corps des femmes auraient tort de se priver… »3.

15Une nuance doit cependant être apportée par rapport à la désignation des acteurs de cette « drague homo » (« les hommes qui ne vont pas au corps des femmes »), dont l’identité n’est en fait pas des plus simples à définir et catégoriser. À la suite de Pierre Verdrager (2007), il convient de distinguer au moins deux régimes d’homosexualité pour notre propos : le régime relationnel, notamment en vigueur dans le cadre de la vie commune de deux hommes, et le régime actantiel, centré sur l’activité (homo-)sexuelle. Les lieux de drague entre hommes sont très clairement dévolus au déploiement de ce deuxième régime : le collectif des hommes qui fréquentent ces lieux partage à coup sûr et au minimum une activité et des désirs sexuels, mais les identités sexuelles personnelles de ces dragueurs sont diverses, et parfois plurielles pour un même individu. Sur une plage isolée de la côte égéenne de la Turquie, abritant occasionnellement des pratiques transgressives de nudisme sauvage et de sexualité, nous avons entendu le témoignage suivant :

Extrait du cahier de notes de terrain. Jeudi 15.9.2005, 18h, Turquie, côte égéenne, Dilek Yarimadasi National Park, plage isolée à environ un kilomètre au nord de la terminaison de la route côtière desservant le parc. Mansour, 50 ans, seul, habitué de cette plage peu visible depuis le sentier qui longe la falaise recouverte de pinède, vit seul, se dit hétérosexuel, a des relations sexuelles avec des femmes ou des hommes, ce qui lui est déjà arrivé sur cette plage avec des personnes qu’il y a rencontrées.

  • 4 Une essentialisation marque les études portant sur l’orientation sexuelle des individus. Le rapport (...)

16Interrogeant les dragueurs du Bois de Vincennes à la recherche d’inter­ac­tions sexuelles avec d’autres hommes, Stéphane Leroy relate le cas d’un homme marié fréquentant ce haut lieu lors de sa pause déjeuner, appréciant la possibilité de s’ébattre avec un partenaire masculin en tout anonymat tout en se disant heureux de sa vie conjugale avec sa femme (Leroy, 2012). La présence de nombreux hommes ne s’identifiant pas eux-mêmes comme homo­sexuels est une constante des lieux de drague et de consommation sexuelle entre hommes, ainsi que l’ont relevé les enquêtes de nombreux chercheurs : à commencer par Laud Humphreys (1970), qui démontra en utilisant l’appui de sources policières au mépris des règles déontologiques, que la majorité des hommes qui avaient des relations homosexuelles dans des toilettes publiques d’une ville du Middle West étaient mariés et sociale­ment intégrés. Les lieux de drague entre hommes attirent donc à la fois des hommes dont les penchants homosexuels sont exclusifs (les homo­sexuels « identitaires ») et d’autres qui ont une activité homosexuelle en dehors de leur vie de couple avec une femme, et qui sont donc de simples « pratiquants » plus ou moins occasionnels. Malgré les différences de trajec­toires et d’identité personnelles, ces hommes se retrouvent en ces lieux pour assouvir des désirs partagés, sans plus pour les uns, mais voire beaucoup plus pour les autres, avec par exemple le souhait de rencontrer un partenaire de vie. L’importance quantitative relative sur les lieux de la drague homosexuelle d’hommes se définissant autrement que comme homosexuels s’explique en partie par leur proportion écrasante dans la popu­la­tion adulte masculine (part estimable à 96 % environ en France4). En effet, quand bien même une fraction infime des hommes non homosexuels fréquenterait occasionnellement ou régulièrement des lieux de drague, leur part relative parmi les hommes qui s’y retrouvent y est inévitablement nettement supérieure compte tenu de la dimension de l’échantillon de référence par rapport à celle de la population masculine s’identifiant comme homo­sexuelle.

Comment et où réaliser un entre-soi masculin dans l’espace public ?

17Une des caractéristiques évidentes et communes des lieux de drague entre hommes est l’absence des femmes (Proth, 2002). Il s’agit donc de fragments d’espaces publics monosexués dont la constitution mérite d’être éclaircie. La réalisation du marché homosexuel requiert un désir partagé entre tous les membres participants, ce qui suppose un filtrage du public, jamais totale­ment garanti. L’évitement de l’autre (la femme, le couple hétérosexuel, l’homme dépourvu de désir sexuel pour d’autres hommes, l’enfant) se construit par différents processus possibles :

  • une mise à distance. Les lieux de drague entre hommes se carac­térisent par une situation et une configuration telles qu’ils limitent l’accès possible des autres. Il peut s’agir de la distance géométrique, comme dans le cas de portions de plages qui vont être relativement éloignées des stations balnéaires, des parkings, des points d’accès facile au littoral et des autres aires de baignade surveil­lée, que ce soit dans les hauts lieux du tourisme gay (Sitges ; Mykonos) ou pas (Plouescat, Finistère ; Palavas-les-Flots, Hérault). Cet éloignement relatif décourage la majorité du public familial, qui privilégie la proximité pour des raisons de commodité, de confort ou de sécurité.

  • une invisibilisation. La réalisation de l’invisibilité de la scène de drague homosexuelle peut être permise par effet d’obstacle : une clôture, une haie d’arbres ou un mur, dont Abraham Moles et Elisabeth Rohmer (1998) ont souligné l’effet condensateur de la distance, font que malgré la proximité d’autres formes de déambu­lation dans l’espace public, le manège de la drague voire des inter­actions sexuelles peuvent se dérouler à quelques mètres seulement de passants. Dans un dossier intitulé « Quand la drague prend l’air », le magazine gay Têtu évoque le cas révélateur des jardins du Carrousel du Louvre, envahis de touristes, sauf dans certains secteurs à l’abri des regards :

« Ces jardins à la française sont constitués de laby­rinthes de buissons taillés de près, plantés autour de deux terrasses à l’écart des lumières du musée. Dès l’après-midi, alors que les touristes se pressent un peu partout autour, les dragueurs peuvent s’y retrouver. (…) De chaque côté du Carrousel se situent deux sorties de secours en contrebas des terrasses, permettant de consommer sur place. » (Têtu, n° 159, octobre 2010, p. 98)

  • une circulation de l’information via des médias spécialisés ou le bouche-à-oreille. Une enquête personnelle sur le secteur gay de la plage nudiste de Playa del Inglès auprès de 67 hommes s’identifiant comme homosexuels en février 2008 a révélé que la moitié d’entre eux (50,7 %) avait connu cette plage spécialisée par des relations, un quart par des sites internet (25,4 %) et plus d’1/8e en suivant d’autres hommes supposés gays (13,4 %) et le reste par des guides et magazi­nes (7 ,5 %) ou l’office de tourisme (3 %) (Jaurand, 2010). Le rôle de l’information officielle est donc quasi nul, alors même qu’il s’agit ici d’une station majeure du tourisme gay international. La connais­sance des lieux gays extérieurs, qui sont avant tout des lieux de drague, passe donc d’abord par la médiation d’hommes s’identifiant ou étant identifiés comme gays ou par des sites Internet ou des publications telles l’International Spartacus Gay Guide sur lesquels les lieux gays d’une localité sont répertoriés, avec des commentaires sur leur intérêt et leur fréquentation, ainsi que des informations sur les itinéraires d’accès. Il s’agit parfois de suivre un itinéraire compliqué, qui permet à des hommes totalement étrangers à la localité de se retrouver dans des endroits improbables, dont nous donnons plusieurs exemples :

Quelques lieux de drague cités dans des publications emblématiques de la subculture gay :

L’étang de Bairon, sur la commune du Chesne, dans le département des Ardennes : « De Sedan prendre en direction de Chalons-sur-Marne. À Chéhery prendre vers Chéméry-sur-Bar en direction de Chesne sur la D977. Quelques km avant Hesne prendre à droite vers l’Étang de Bairon. Lieu calme. » (Guide Gai France 2000/2001, Éd. Gai Pied, 17e éd.).

Plage de Varengeville, Étretat (Seine-Maritime) : « Depuis Varengeville, prendre la route de l’église vers les terres. Tourner à droite (à l’opposé de Dieppe) sur la D75. Au lieu-dit Haut-Blancmesnil, tourner une nouvelle fois à droite, puis se garer et descendre la route du phare d’Ailly. C’est en fait au lieu-dit du Port d’Ailly qu’il faut se rendre pour atteindre la plage de Varengeville. » (Têtu-Plage, été 2009, n° 10, p. 54)

Tirana (Albanie): « Street the main bridge close to the pyramide and ends up to the street called Rruga e Elbasanit (especially Small bridge between the two big bridges Deshmoret e Kombi Blvd. Bridge and the Rruga e Elbasanit bridge). » (Spartacus International Gay Guide, 2012/2013, 41e édition, p. 2).

Goa (Union Indienne): « Panaji park in Campal, on main road leading to Miramar beach, on the river side of the road, go to area with trees with dimly lit in promenade along the beach edge, best times are in the evening, from 17h. » » (Spartacus International Gay Guide, 2012/2013, 41e édition, p. 437).

18On soulignera à la fois la profusion d’indications, certaines imprécisions (dans le premier exemple, remarquons qu’il peut être difficile de savoir qu’il faut tourner quelques kilomètres AVANT une localité) et des erreurs mani­festes (Hesne au lieu du Chesne ?) par rapport à des lieux défavora­blement connus par la rumeur locale ou dont le détournement est tout simple­ment ignoré des habitants. La chasse à laquelle se livre le dragueur concerne la recherche du lieu de l’action avant celle de la proie éventuelle et constitue une double mise à l’épreuve, une sorte de tempête symbolique au cours de laquelle son capital spatial est à la fois sollicité et accru.

    • 5 On pourrait aussi évoquer le cas de lieux monosexués de fait car les femmes, sans y être interdites (...)
    • 6 Claude Lévi-Strauss a relevé les « contradictions insurmontables » auxquelles les musulmans se trou (...)

    la mise à profit de lieux monosexués. Le processus de sélection du public peut être institué d’en haut et ne concerner que la sexuation, non le désir sexuel. Il s’agit de tous les lieux officiellement réservés aux hommes et qui ont longtemps été et continuent parfois d’être détour­nés à des fins homosexuelles selon une tactique que nous appe­lons la « tactique de l’épiphyte »5. Qu’on veuille bien accepter cette métaphore biogéographique, somme toute parlante, puisque l’épi­phyte est une plante qui se développe en ayant pour support une autre plante (plus grosse), généralement un arbre. Elle traduit bien l’appropriation d’un espace qui n’a pas été créé par ou pour les hommes à la recherche d’autres hommes, compte tenu de leur rela­tive marginalisation sociale. Le détournement d’usage du lieu public signe une « réussite du faible contre le fort », puisque le faible ne peut pas compter sur un « propre » (à lui) (Certeau, 1990, p. XLVI). C’est évidemment le cas des toilettes publiques, surnommées « tas­ses » dans la subculture gay, et dont la division sexuée a constitué une occasion parfois unique pour des hommes à la recherche de partenaires du même sexe (Humphreys, 1970). Dans le monde arabo-musulman, de longue date, la spécialisation sexuée de nom­breux lieux publics est la règle, avec une présence relativement faible ou discrète des femmes. Cette caractéristique, qui explique l’attrait historique de nombreux voyageurs homosexuels célèbres ou non pour le Maghreb (Genet, Gide, Montherlant, etc.), est fonda­men­talement ambivalente. La division des sexes et leur inégale visibilité dans l’espace public expriment la puissance de l’hétéro­centrisme et de la supériorité masculine, mais elle favorise aussi une ambiance homoérotique dans nombre d’endroits, de fait propices à des interactions homosexuelles de substitution, compte tenu de sur­croît de la difficulté à accéder au corps féminin avant le mariage6.

19Ces divers processus de filtrage des individus concourent à la formation d’un collectif qui ne peut être confondu avec une communauté préexistante. Ce collectif existe par le rassemblement éphémère en un lieu et dans l’anonymat d’individus jusque là dispersés et sans lien les uns avec les autres. La carac­téristique commune du groupe est en fait minimale : elle est liée au partage d’une activité homosexuelle plus qu’à la revendication d’une identité person­nelle et collective homosexuelle ou gay, qui ne concerne en fait qu’une partie des individus en question.

L’homosexualisation des espaces publics : quel genre de territorialisation ?

20Le détournement d’espaces publics à des fins d’interactions homosexuelles permet de poser deux questions sur le sens de ces territorialités : quelles sont les logiques spatiales d’appropriation liées aux pratiques de drague et de sexualités ? Comment se situent ces territorialités qui sont le fait d’hommes par rapport à la question du genre des territoires et comment comprendre l’absence de territorialité symétrique dans la subculture lesbienne ?

La construction d’un micro-territoire sexualisé

21La dynamique d’appropriation d’un fragment d’espace public par un collec­tif d’hommes à des fins sexuelles relève d’un mouvement de territo­rialisa­tion ascendant puisqu’il est fondamentalement lié à des acteurs d’en bas (Di Méo, 2004). Il s’agit bien là de formes d’appropriation de l’espace sauvages ou transgressives par rapport aux usages et à la loi, qui de fait réclament une certaine discrétion ou invisibilité par rapport au commun. On peut parler ici de la construction d’un territoire, au sens d’espace approprié régulièrement par un collectif, répondant à ses besoins, servant ses projets et permettant son existence ou sa reproduction en tant que collectif. Cette construction d’un micro-territoire ou « lieu territorialisé », pour reprendre l’expression de Laurent Cailly (2002) passe d’abord par sa représentation dans les médias spécialisés et sa nomination par le groupe qui permet la circulation de l’information entre initiés : il existe fréquemment un surnom attribué au lieu (par exemple « Tata Beach » pour le quai des Tuileries à Paris selon le Guide gai France 2000/2001) qui renforce le caractère confidentiel de la connaissance du lieu et surtout de son utilité pour le collectif. La possibilité de relations sexuelles dans un contexte tranquille constitue pour le collectif un élément de la qualité du lieu, comme l’indique le classement par étoiles en fonction du « degré d’excitation » des lieux recensés dans la rubrique « Le tour de France du sexe en plein air » (Têtu, été 2003). À cette dimension idéelle de la territorialisation se relie la dimen­sion matérielle, liée au déploiement de pratiques spatiales par les individus, incluant effectivement les interactions sexuelles réservées à l’espace privé selon les normes sociales et la loi. L’inscription de ces pratiques sexuelles en plein air procède d’une véritable incorporation de l’espace par les individus, avec l’acquisition d’un savoir-faire en matière de dissimulation des corps et de détournement d’usage des espaces publics.

22Un cas emblématique de sexualisation complexe d’un espace public est fourni par une partie de la plage nudiste officielle de Berck (Pas-de-Calais, figure 1). La partie de la plage relativement éloignée du cœur de la station balnéaire voit le regroupement d’un public essentiellement masculin, avec des hommes seuls, des couples ou des groupes. Fait assez exceptionnel, ce secteur de plage bien recensé dans les publications et sites gays comme « le rendez-vous gay de la région »7 montre l’existence de trois lieux différents qui jouent le rôle d’« arrière-plage », c’est-à-dire de lieu dévolu à des inter­actions sexuelles. Le premier est uniquement découvert à marée basse puisque situé sur l’estran, c’est-à-dire en avant de la plage de sable sec (figure 1) : il s’agit du parc à moules, constitué d’alignements de piquets d’une hauteur comparable à celle d’un homme, ce qui permet une certaine dissimulation, surtout par rapport à un observateur éloigné. Les deux autres lieux sexualisés sont d’accès interdit : l’hôpital maritime désaffecté situé près du chemin d’accès au parking et les dunes qui dominent la plage, partiel­­lement végétalisées. La sexualisation de l’espace résulte de sa perception par les individus qui lui confèrent une nouvelle fonction : différents lieux situés à proximité de la zone d’installation des plageurs et qui permettent une relative invisibilité (surtout aux yeux des personnes non initiées qui ne peuvent décoder la situation) sont ainsi détournés de leur usage habituel, selon une tactique commune aux autres lieux de drague (Bell, 1997 ; Mendès-Leite et Proth, 2002). Est ainsi réalisée une véritable incor­poration individuelle et collective de l’espace, la condition de la réalisation de relations sexuelles en plein jour et dans l’espace public étant que des éléments matériels (artificiels ou naturels) constituent un contexte propice à l’action, permettant de construire une « intimité publique » (Proth, 2002, p. 148). Dans les caractères qui distinguent l’espace sexualisé, Emmanuel Redoutey (2000) a souligné l’importance d’une luminosité atténuée. Mais l’espace ne joue pas le rôle de simple support de l’action : il est le lieu d’une expérience à caractère fantasmatique, où le corps assure une médiation entre soi et le monde et même, selon Nicolas Boivin, « devient un élément à part entière de la configuration spatiale » (Boivin, 2012, p. 93). On assiste sur la plage de Berck à l’application du processus d’érotisation des espaces publics relevé à propos de la ville par David Bell (1997), qu’il voit comme une réponse à l’injonction de la dissimulation de l’homosexualité. Nous nuan­çons cependant cette interprétation dans la mesure où la démarginalisation sociale de l’homosexualité n’entraîne pas la disparition de ces lieux, qui sont aussi des lieux fonctionnels à forte valeur hédonique ou des défouloirs : c’est particulièrement le cas de la plage, investie dans le cadre des vacances, évidemment propices au relâchement des contraintes habituelles et à des excès de toutes sortes.

23On voit dans cet exemple que la sexualisation d’un espace public approprié s’accompagne d’une spécialisation des espaces, selon un modèle fonctionnel permettant une rationalisation de la rencontre et de l’échange sexuel et que l’on retrouve dans des lieux de drague extérieurs ou fermés. Ce secteur de la plage de Berck montre la distinction entre un espace de sociabilité, où les corps sont pris dans des flux de signes, à travers les regards et les paroles, et un espace de sexualité (arrière-plage) où le langage corporel est à dominante gestuelle. Étudiant une aire d’autoroute des Pays-Bas investie la nuit pour des pratiques homosexuelles, Maurice van Lieshout (1997, p. 350) retrouve la même segmentation que dans les bars ou clubs gays entre une « zone sociale d’exploration » et une « zone sexuelle ». Un tel dispositif peut être rapproché de la distinction qu’Erwing Goffman (1973) opère entre « région antérieure » et « région postérieure », région étant entendue comme le lieu où se déroule une représentation sociale et qui se caractérise par certains usages. La première est la scène ou la façade, où des normes de bienséance prédominent, alors que la seconde est la coulisse où les acteurs se détendent et ont entre eux d’autres formes d’interactions : dans la région postérieure se déroulent des faits dissimulés qui ont un caractère de régression et qui peuvent contredire l’impression produite par la représentation donnée dans la région antérieure. La région postérieure est à la fois séparée et cachée, pour éviter toute intrusion intempestive. Le déroulement de relations sexuelles sur la plage elle-même, à l’endroit d’installation du public, est rare et dépend de conditions pas toujours réunies (sécurité par rapport à des intrusions, certitude du consentement du public), et variables au cours de la journée. La territorialisation d’un espace public en liaison avec sa sexualisation par des hommes passe donc par une division fine de l’espace, généralement binaire, plus ou moins mouvante ou rigide au gré des pratiques des individus et du contexte spatial ou actoriel.

Des lieux homosexuels ?...

24Il est commun pour les intéressés et dans le langage courant de qualifier ces lieux de drague entre hommes de lieux gays ou lieux homosexuels. Nous avons déjà utilisé l’expression de « plages gays », empruntant par là même à la langue vernaculaire utilisée dans la subculture gay : mais sans doute s’agit-il d’une expression biaisée, qui ne rend compte que partiellement de la réalité désignée. En effet, il est possible d’avancer que ces lieux de drague entre hommes dans des espaces publics sont des formes d’appropriation de l’espace qui ont au moins autant à voir, si ce n’est plus, avec le masculin qu’avec l’homosexualité en général.

25Une comparaison révélatrice peut être faite avec la place des femmes homo­sexuelles dans l’espace public. Il ne s’agit pas ici d’ériger l’homosexualité masculine en modèle de référence de l’homosexualité en général. Il s’agit plutôt de voir si le rapport des lesbiennes à l’espace public renvoie plus à la place de l’homosexualité (en général) dans la société ou bien à celle des femmes dans cette même société. On partira ainsi du constat simple de l’absence de construction territoriale et sexualisée dans l’espace public de la part de femmes homosexuelles. Les lieux de rencontre lesbiens sont claire­ment des lieux à l’accès filtré, qu’il s’agisse de lieux commerciaux privés spécifiques ou loués pour des événements festifs (bars, discothèques, etc.), de locaux associatifs, avec une règle variable de non-mixité ou de mixité et qui sont pour la plupart d’entre eux assez dispersés dans les parties centrales des villes (Cattan et Clerval, 2011).

26Le cas de la plage permet de relever les enjeux et limites de la présence et de la visibilité lesbiennes dans les espaces publics. Alors que les plages sont l’objet de multiples signalements et développements dans les divers médias de la subculture gay, un guide des lieux lesbiens en France qui n’est plus édité aujourd’hui ne mentionne qu’une plage, d’une façon qui laisse augurer une difficulté à affirmer une forme de territorialisation : « cette plage a été décrétée “plage lesbienne”. Elle le sera si vous relevez le défi. Les filles des 3G un bar associatif lesbien s’y rendent régulièrement » (Dyke Guide, 2001-2002, p. 136). Une telle dissymétrie entre les territorialités de plage des gays et des lesbiennes s’observe jusque dans des stations balnéaires majori­tairement fréquentées par des homosexuel(le)s des deux sexes, ainsi à Provincetown, dans le Massachusetts (Jaurand, 2010). La présence et la visibilité des gays et des lesbiennes se remarquent dans l’espace public de la station balnéaire, mais les homosexuels des deux sexes ne fréquentent pas le même secteur de plage, et leurs rapports au corps et à sexualité y sont mani­fes­tement diffé­rents. En moyenne, sur trois jours au cours du mois d’août 2005, j’ai relevé 1 % de femmes et 45 % de nudistes sur le secteur gay, uniquement fréquen­tée par des adultes, segmentée entre une partie à dominante « textile » et une partie à dominante nudiste, éloignée de l’accès principal et à l’arrière de laquelle se développe une arrière-plage, investie par des pratiques de drague et de sexualité anonyme. Par contraste, à plusieurs centaines de mètres de là, la plage à public quasi exclusivement féminin se singularise par l’absence de nu, sans même parler d’éventuelles relations sexuelles, l’extrême rareté des seins nus (2 %) et la présence d’enfants. Cette plage féminine est accolée à la plage familiale, très acces­sible, proche d’un parking, alors que la plage gay nécessite un long trajet à pied. Le poids de l’hétéronormativité ou d’une quelconque stigmatisation de l’homosexualité, minimal dans le cas de cette station, ne nous paraît pas expliquer ces formes de territorialités. La mise à distance du public masculin répond à une recherche de l’entre-soi et au déve­lop­pement de pratiques transgressives qui sont le nudisme (non officiel­lement autorisé) et l’activité sexuelle en espace public.

  • 8 Marylène Lieber (2008) note que l’espace privé donne aux femmes une impression de sécurité alors qu (...)

27La faiblesse ou l’absence de territorialisation lesbienne sur les plages, sans même parler de sexualisation, a été également relevée par la chercheuse Rachele Borghi (2012), avec laquelle nous avons aussi mené une enquête de terrain sur des plages bretonnes en juillet 2013. Nous avons constaté une évidente dissymétrie dans la visibilité de la présence homosexuelle mascu­line et féminine, l’évidence de sexualisation de l’espace public de la part des hommes, son absence de la part des femmes, ce qui ne signifiait pas l’ab­sence des lesbiennes en tant qu’individus. À notre connaissance, aucune étude n’a mentionné l’existence d’un équivalent féminin des lieux extérieurs de sexualité anonyme entre hommes. Une situation aussi contrastée renvoie d’abord à une dissymétrie de genre dans le rapport des uns et des autres à l’espace public en général. Celui-ci est reconnu avant tout comme une construction masculine. Jacqueline Coutras (1996) a ainsi souligné le carac­tère masculin de la rue : même si la présence numérique des femmes et des hommes y est équivalente, la rue constitue plutôt un territoire de genre mas­culin, car en tant que lieu symbolique et politique, elle est appropriée par les hommes, comme à l’occasion des manifestations de violence. L’invisi­bilité territoriale relative des lesbiennes par rapport aux gays renvoie selon Nadine Cattan et Anne Clerval (2011) à un facteur économique général (différence de revenus entre hommes et femmes), un facteur sociétal, puisque les lesbiennes sont infériorisées doublement, en tant que femmes et en tant qu’homosexuelles, et un facteur psychologique, l’intériorisation des normes de comportements liées au genre. Il s’agit là d’un effet de contrainte majeur qui pèse sur toutes les femmes. L’intégration par les femmes de leur vulnéra­bilité par rapport à la violence masculine est une donnée essentielle de leur rapport à l’espace8 (Lieber, 2008). Elle les amène à limiter leur champ d’action dans l’espace public, mais ce retrait conduit également en retour à renforcer l’idée que, dans certains lieux à certaines heures, leur présence est déplacée. L’effet conjugué des représentations corporelles féminines asso­ciées au désir masculin (considéré comme toujours en excès) et de l’appro­priation essentiellement masculine de l’espace public, rend pratiquement inenvisageable la possibilité d’existence d’un lieu comprenant uniquement des femmes à la recherche de relations sexuelles entre elles. Dans l’espace public, le contrôle collectif est vu comme un élément de sécurité et de protec­tion pour les femmes (Di Méo, 2011), ce qui explique que les cas raris­simes de plages où les lesbiennes sont visibles en tant que groupe existent dans un contexte local où l’affichage de l’homosexualité ne suscite pas de réaction hostile, comme à Provincetown ou à Lesbos. En revanche, l’anonymat et l’invisibilité qui caractérisent les territoires interstitiels inves­tis par les gays s’accompagnent d’un risque de violence élevé. Mais celui-ci est à la fois intégré par eux et moins inhibiteur, conformément aux normes dominantes du genre masculin, ainsi qu’en témoigne l’indication fréquente, au droit des lieux de drague mentionnés dans le guide Spartacus, « AYOR » pour at your own risk.

… ou des territoires du masculin ?

  • 9 On signalera l’exception néerlandaise, avec le cas de la commune d’Amsterdam où les autorités munic (...)

28La sexualisation de certains espaces publics apparaît bien comme une spécificité masculine, à la fois par le sexe des acteurs qui réalisent cette forme d’appropriation sauvage et par les valeurs qui lui sont associées. Conce­rnant le genre des territoires, Yves Raibaud (2011) distingue le double critère du sex ratio et du degré d’hétéronormativité. Certes, la recherche de partenaires du même sexe paraît contraire à l’injonction sociale ancienne à l’hétérosexualité. Mais peut-être que la sexualité discrète entre hommes et dans l’anonymat, parce qu’elle est cachée et non revendiquée, et donc relève d’une pratique marginale, remet moins en cause l’hétéronormativité qu’une revendication et un acte politique comme l’ouverture du mariage à deux personnes du même sexe. En effet, l’ancienneté de ces lieux montre qu’ils ne remettaient pas en cause la suprématie du modèle de conjugalité hétéro­sexuelle. Et des hommes s’affichant comme hétérosexuels et sociale­ment identifiés comme tels fréquentent aussi ces lieux publics de la sexualité masculine, alors que l’évitement de la femme y est la règle. La condition pour participer au manège de la drague entre hommes n’est pas d’être homo­sexuel mais bien d’avoir une valeur sur le marché sexuel, ce qui implique comme condition minimale d’être un homme ; d’autres critères (apparence physique, âge, tenue vestimentaire, etc.) conditionneront eux la rencontre avec un partenaire occasionnel et la chance de concrétiser une interaction sexuelle. On ajoutera que les compétences mises en œuvre pour parvenir à ces lieux, d’accès parfois difficile, s’y maintenir malgré le risque d’agres­sion, de vol ou d’interpellation policière, y remporter un succès dans un contexte de concurrence et de hiérarchie fondée sur les apparences, y transgresser l’interdit de la sexualité dans un lieu public ainsi que la forme de rapport sexuel recherchée (sur le mode de la consommation immédiate et sans investissement affectif) renvoient à des valeurs socialement construites comme masculines. La prise de risque délibérée et la transgression que repré­sente l’acte sexuel dans l’espace public sont à relier à l’expression de la violence dans l’espace public, très majoritairement masculine et qui signe une tendance à son appropriation beaucoup plus forte, complète et revendi­quée par rapport à celle des femmes (Coutras, 1996). Le degré de risque lié à la fréquentation de ces lieux extérieurs et interlopes de l’homo­sexualité masculine a été augmenté ces dernières années en lien avec les politiques de « nettoyage » des espaces publics métropolitains, dont la prostitution de rue et la mendicité constituent d’autres cibles (Hubbard, 2004 ; Séchet, 2009). Ces politiques répressives et la réalisation d’aména­gements tels la fermeture d’espaces verts urbains ou la requalification de friches industrielles provoquent le déclin ou la disparition de certains lieux de drague entre hommes, dont l’activité opère alors un déplacement vers des lieux jugés moins défavorables9. On pourrait aussi rapprocher ces formes d’appropria­tion d’espaces publics liées à la sexualité entre hommes de pratiques de loisirs en espaces de nature, dans les bois, les déserts ou sur les torrents, qui sont associées à une construction de la masculinité au sein d’un collectif d’hommes, dans un mélange d’esprit d’équipe et de compétition (Kenway et Hickey-Moody, 2009).

29Les codes de comportement en vigueur dans ces lieux qui sont autant de scènes d’expression et de performance publiques, témoignent d’une confor­mité aux normes de la masculinité ou du virilisme (Mosse, 1996) et s’accor­dent avec la position de Daniel Welzer-Lang (2000, p. 230), qui voit dans l’homosexuel « une figure paradigmatique de l’identité masculine ». Pierre Bourdieu (1998) souligne le caractère agissant de la dichotomie féminin/ masculin sur les modèles des homosexuels, même si ces derniers sont stigmatisés au nom d’une hiérarchie de genre. Les homosexuels des deux sexes sont affectés par l’hétéronormativité, mais il n’existe pas de rejet du masculin de la part des gays à la différence des lesbiennes. L’asymétrie des représentations de la sexualité entre les deux sexes (vue comme l’expres­sion d’un besoin physique pour les hommes, affectif pour les femmes), expliquerait les différences de nombre de partenaires sexuels entre hommes et femmes en général, avec des attitudes largement calquées sur les stéréo­types (Bereni et al., 2008). Cet élément ainsi que la différence de rapport à l’espace public et au corps entre gays et lesbiennes, permettraient de com­prendre l’existence de construction territoriale extérieure associée à la sexua­lité chez les premiers, son absence chez les secondes. Cela s’accorde avec les développements de géographes sur le caractère masculiniste des concep­tions de la territorialité (Hancock, 2004 et Piveteau, 1996) et aussi le constat de Christine Bard dans l’introduction à l’ouvrage collectif Le genre des territoires (Bard, 2004, p. 10) : « La création de territoires homosexuels dans les trente dernières années modifie-t-elle le genre des territoires ? Sans doute pas, si l’on prend la mesure de la différence liée au genre entre gays et lesbiennes en matière d’occupation de l’espace ».

Conclusion

30La drague ou plutôt le cruising – comme mouvement de déambulation où la sexualité n’est qu’une potentialité (Redoutey, 2008) – et les interactions sexuelles impersonnelles entre hommes sont à l’origine d’un mouvement ascendant de territorialisation. Certes, les espaces ainsi appropriés et détour­nés n’ont pas la surface étendue, les limites précises et la reconnaissance officielle des territoires classiques que sont les territoires d’intervention des acteurs publics, correspondant à la forme achevée et parfaite des territoires (« forme prototypale », Debarbieux, 2009, p. 29). Mais les espaces publics de l’homosexualité masculine se singularisent par une certaine permanence de leur fréquentation dans le temps, permise par le rôle de la transmission de l’information au sein d’un collectif d’hommes et de médias communautaires accessibles à tous avec la révolution de l’Internet. À côté des hauts lieux historiques comme les jardins des Tuileries et du Louvre, « plus vaste lieu de drague à ciel ouvert de Paris » (Redoutey, 2008), dont l’usage sexuel est attesté dans les romans libertins du XVIIIe siècle, d’autres lieux moins connus mais plus nombreux se maintiennent en dépit de la dynamique de démarginalisation sociale de l’homosexualité engagée en Europe occidentale depuis plusieurs décennies. On citera le cas du bois de Verrières, à une dizaine de kilomètres au sud-ouest de Paris, où nous avons relevé à l’automne 2010 l’inscription suivante sur le panneau d’information situé au principal point d’accès au bois : « Ici drague homo depuis le XIXe siècle », ce qui traduit au moins la revendication, si ce n’est la réalisation, d’une appropriation sur la longue durée. C’est qu’il s’agit ici de lieux territorialisés qui remplissent finalement une fonction sociale de régulation des pulsions sexuelles masculines, au-delà de la subculture gaie et d’une hypothétique communauté gaie.

  • 10 Cette notion de rôle en lien avec des pratiques homosexuelles masculines anonymes est empruntée à E (...)

31Une telle territorialisation de l’espace public joue à la fois sur la transgres­sion du principe général de l’espace public et sur certains de ses avantages. Isaac Joseph (1984) définit les espaces publics comme des éten­dues dont la qualité est qu’elles ne sont appropriables par un aucun groupe particulier. Mais ce principe général de l’hospitalité des lieux publics est mis à mal par des pratiques sauvages d’appropriation dont la sexuali­sation par des groupes d’hommes n’est qu’un cas parmi d’autres. Le déploiement dans l’espace public de pratiques intimes que la norme sociale confine au privé représente une transgression par rapport aux usages et à la loi, ce qui dote ces lieux d’une dimension fantasmatique pour les intéressés. Par effet d’effacement des limites de l’espace public et de l’espace privé, de ce qui relève de l’extime ou de l’intime, on relèvera que nombre de lieux commer­ciaux de l’homosexualité dédiés à des interactions sexuelles anonymes (sex clubs) portent le nom de ces lieux extérieurs potentiellement sexualisés : on citera le Bunker (Paris 11e), dont l’ancien nom était les Docks, ou encore le Dépôt (Paris 3e), le Chantier (Montpellier), l’Autre Quai (Nantes), etc. Mais les lieux extérieurs de sexualité entre hommes présentent aussi les qualités des espaces publics en permettant davantage d’anonymat que les réseaux sociaux ou les lieux commerciaux affichés comme gays de type sex club ou saunas et ils sont d’accès gratuit et non contrôlé. Cela s’accompagne évi­dem­ment de risques d’intrusion d’individus ou de groupes hostiles ou malveillants, de contrôle et d’arrestation par les forces de l’ordre, risques connus des intéressés mais dont l’assomption est très liée au désir sexuel, ce dernier pouvant d’ailleurs en être augmenté. Dans les pratiques homosexuelles masculines, la relation entre la transgression des normes, lois et interdits et l’excitation sexuelle a été démontrée (Luze, 1996). L’inves­tissement d’espaces marqués par un certain degré de « sauvagerie », la prise de risque, le goût pour la promiscuité sexuelle et une sexualité impersonnelle renvoient clairement à des codes de comportement socialement reliés au masculin. L’appartenance au sexe masculin est d’ailleurs le plus petit dénominateur commun des individus qui participent à la totalité des actions menées dans ces lieux territorialisés et réalisent donc pleinement œuvre d’appropriation spatiale. Par l’interaction homosexuelle, certains hommes viennent y valider leur identité homosexuelle, d’autres viennent y jouer un rôle10 transitoire et chercher un complément ou un substitut à d’autres formes de sexualité. Il est donc plus juste de qualifier ces lieux de masculins que de gays, même si leur référencement et leur célébration sont le fait de la subculture gay.

Haut de page

Bibliographie

BARD Christine, 2004, Le genre des territoires. Féminin, masculin, neutre, Angers, Presses de l’université d’Angers.

BECKER Howard Saul, 1963, Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié, éd. 1983.

BELL David, 1997, « One-handed geographies: an archaeology of public sex », in Gordon Brent Ingram, Anne-Marie Bouthillette et Yolanda Retter, Queers in space. Communities, public spaces, sites of resistance, Seattle, Bay Press, p. 81-94.

BELL David, BINNIE Jon, HOLLIDAY Ruth, LONGHURST Robyn et PEACE Rob, 2001, Pleasure zones. Bodies, cities, spaces, New York, Syracuse University Press.

BERENI Laure, CHAUVIN Sébastien, JAUNAIT Alexandre et REVILLARD Anne, 2008, Introduction aux gender studies. Manuel des études sur le genre, Bruxelles, De Boeck.

BEYLOT Jean-Marc, 2000, « Comment épouser son terrain ? L’accès à autrui dans l’imaginaire des rencontres », Journal des anthropologues, n° 82‑83, p. 215-233.

BINNIE Jon, 2004, The globalization of sexuality, Londres, Sage.

BIZEUL Daniel, 2003, Avec ceux du FN. Un sociologue au Front national, Paris, La Découverte.

BLIDON Marianne, 2007, Distance et rencontre. Eléments pour une géographie des homosexualités, thèse inédite de doctorat de géographie de l’université Paris 7.

BOIVIN Nicolas, 2012, « Territoires hédonistes du sexe : pour une géographie des subjectivations », Géographie et cultures, n° 83, p. 87-100.

BORGHI Rachele, 2013, « Plages gays vs plages lesbiennes ? », in Alexandre Alessandrin et Yves Raibaud, Géographie des homophobies, Colin, p. 171-178.

BOURDIEU Pierre, 1998, « Quelques questions sur la question gaie et lesbienne », in Didier Eribon, Les études gay et lesbiennes, textes du colloque du centre Georges Pompidou 23 et 27 juin 1997, Paris, Supplémentaires, p. 45-50.

BROWNE Kath et LIM Jason, 2009, Geographies of sexualities. Theory, Practices and Politics, Londres, Ashgate.

BUSSCHER Pierre-Olivier de, MENDES-LEITE Rommel et PROTH Bruno, 2000, Chroniques socio-anthropologiques au temps du sida. Trois essais sur les (homo)sexualités masculines, Paris, L’Harmattan.

CAILLY Laurent, 2002, « Le lieu, une unité élémentaire et pertinente d’observation des processus de territorialisation », in Yves Jean et Christian Calenge, Lire les territoires, Tours, Publications de la MSH, 3, p. 159-172.

CASTELLS Manuel, 1983, The city and the grassroots. A cross-cultural theory of urban social movements, Berkeley, University of California press.

CATTAN Nadine et CLERVAL Anne, 2011, « Un droit à la ville ? Réseaux virtuels et centralités éphémères des lesbiennes à Paris », Justice spatiale, n° 3, URL : http://www.jssj.org/article/un-droit-a-la-ville-reseaux-virtuels-et-centralites-ephemeres-des-lesbiennes-a-paris/, consulté le 10.03.2016.

CATTAN Nadine et LEROY Stéphane, 2014, Atlas des sexualités, Paris, Autrement.

CERTEAU Michel de, 1990, L’invention du quotidien. Arts de faire, t. 1, Paris, Gallimard.

CHAUVIN Sébastien et LERCH Arnaud, 2013, Sociologie de l’homo­sexualité, Paris, La Découverte.

COUTRAS Jacqueline, 1996, Crise urbaine et espaces sexués, Paris, Colin.

DEBARBIEUX Bernard, 2009, « Territoire-Territorialité-Territorialisation : aujourd’hui encore, et bien moins que demain… », in Martin Vanier, Territoires, territorialité, territorialisation. Controverses et perspectives, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 19-30.

DI MÉO Guy, 1998, Géographie sociale et territoires, Paris, Nathan.

DI MÉO Guy, 2003, « Territorialité », in Jacques Lévy et Michel Lussault, 2003, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, p. 919.

DI MÉO Guy, 2004, « Une géographie sociale dans le triangle des rapports hommes, sociétés, espaces », Bulletin de l’association de géographes français, n° 2, p. 193-204.

DI MÉO Guy, 2011, Les murs invisibles. Femmes, genre et géographie sociale, Paris, Armand Colin.

ERIBON Didier, 2009, Retour à Reims, Paris, Fayard.

GAISSAD Laurent, 2000, « L’air de la nuit rend libre ? Lieux et rencontres dans quelques villes du Sud de la France », Les Annales de la recherche urbaine, n° 87, p. 37-42.

GAISSAD Laurent, 2006, Une forme notoire de sexualité secrète : chronique territoriale du désir entre hommes dans le sud de la France, thèse de doctorat inédite de sociologie et sciences sociales, université de Toulouse le Mirail.

GAISSAD Laurent et DESCHAMPS Catherine, 2007, « Des sexualités dans l’espace public. Moments “autres” et co-voisinages multiples », Espace, populations, sociétés, n° 2-3, p. 357-369.

GATES Gary J. et OST Jason, 2004, The gay and lesbian atlas, Washington, D.C., Urban Institute Press.

GAY Jean-Christophe, 2004, Les discontinuités spatiales, Paris, Economica, 2e éd.

GELDER Ken, Subcultures. Cultural histories and social practice, Londres, Routledge.

GOFFMAN Erwing, 1973, La mise en scène de la vie quotidienne. 2. Les relations en public, Paris, Éditions de Minuit.

HANCOCK Claire, 2004, « L’idéologie du territoire en géographie : incursions féminines dans une discipline masculiniste », in Christine Bard, Le genre des territoires : masculin, féminin, neutre, Angers, Presses de l’université d’Angers, p. 165-174.

HIGGS David, 1999, Queer sites: gay urban histories since 1600, Londres, Routledge.

HUBBARD Phil, 2000, « Desire/disgust: mapping the moral contours of heterosexuality », Progress in human geography, vol. 24, n° 2, p. 191-217.

HUBBARD Phil, 2004, « Cleansing the metropolis: sex work and the politics of zero tolerance », Urban studies, vol. 41, n° 9, p. 1687-1702.

HUMPHREYS Laud, 1970, Le commerce des pissotières. Pratiques homosexuelles anonymes dans l’Amérique des années 1960, Paris, La Découverte, trad. fr. 2007.

JAURAND Emmanuel, 2005, « Territoires de mauvais genre ? Les plages gays », Géographie et cultures, n° 54, p. 71-84.

JAURAND Emmanuel, 2010, Construire des territoires d’un autre genre ? Perspectives géographiques sur des territorialités marginales dans l’espace touristique, mémoire inédit d’HDR, t. 3, université de Nice-Sophia Antipolis.

JOSEPH Isaac, 1984, Le passant considérable. Essai sur la dispersion de l’espace public, Paris, Librairie des méridiens.

KENWAY Jane et HICKEY-MOODY Anna, 2009, « Spatialized leisure-pleasures, global flows and masculine distinctions », Social and cultural geography, vol. 10, n° 8, p. 837-852.

LEROY Stéphane, 2005, « Le Paris gay. Eléments pour une géographie de l’homosexualité », Annales de géographie, vol. 114, n° 646, p. 579-601.

LEROY Stéphane, 2012, « “Tu cherches quelque chose ? ” : ethno­géogra­phie de la drague et des relations sexuelles entre hommes dans le Bois de Vincennes », Géographie et cultures, n° 83, p. 51-67.

L’Espace géographique, 2004, « Débat : le postmodernisme en géographie », n° 1, p. 6-37.

LÉVY Jacques, 2002, « Un tournant cartographique ? », in Bernard Debarbieux et Martin Vanier, Ces territorialités qui se dessinent, Paris, L’Aube, p. 129-144.

LÉVY Jacques et LUSSAULT Michel, 2003, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin.

LIEBER Marylène, 2008, Genre, violences et espaces publics. La vulnérabilité des femmes en question, Paris, Presses de Sciences Politiques.

LUZE Hubert de, 1997, L’ethnométhodologie, Paris, Anthropos.

LUZE Hubert de, 1996, Une morale ondulatoire. Enquête chez les sauvages parisiens de l’archipel du Ive arrondissement et plus particulièrement de l’île du Marais, Paris, Loris Talmart.

MAFFESOLI Michel, 2003, Notes sur la postmodernité. Le lieu fait lien, Paris, Editions du Félin/Institut du monde arabe.

MAFFESOLI Michel, 2012, Homo eroticus. Des communautés émotion­nelles, Paris, Éditions du CNRS.

MENDES-LEITE Rommel et PROTH Bruno, 2002, « Pratiques discrètes entre hommes », Ethnologie française, vol. 32, n° 1, p. 31-40.

MOLES Abraham et ROHMER Élisabeth, 1998, Psychosociologie de l’espace, Paris, L’Harmattan.

MOSSE Georges L., 1996, L’image de l’homme. L’invention de la virilité moderne, Paris, Éditions Abbeville.

PAQUOT Thierry, 2009, L’espace public, Paris, La Découverte.

PIVETEAU Jean-Luc, 1996, « Notre territorialité n’est-elle pas essentiel­lement masculine ? », Géographie et cultures, n° 20, p. 69-80.

PODMORE Julie A., 2006, « Gone underground? Lesbian visibility and the consolidation of queer space in Montreal », Social and cultural geography, vol. 7, n° 4, 595-624.

POLLAK Mickaël, 1993, Une identité blessée. Études de sociologie et d’histoire, Paris, Éditions Métailié.

PROTH Bruno, 2002, Lieux de drague. Scènes et coulisses d’une sexualité masculine, Toulouse, Octarès Éditions, 2e éd., 2003.

RAIBAUD Yves, 2008, « Le genre et le sexe comme objets géogra­phiques », Cahiers de l’ADES, n° 2, p. 97-105.

RAIBAUD Yves, 2011, Géographie socioculturelle, Paris, L’Harmattan.

REDOUTEY Emmanuel, 2000, Ville et homosexualités : architectures et géo­graphie du désir à Paris, mémoire de DEA inédit, université Paris 12, IUP.

REDOUTEY Emmanuel, 2008, « Drague et cruising. Géométaphores d’un mouvement exploratoire », Echogéo, URL : https://echogeo.revues.org/3663, consulté le 02.03.2016.

REDOUTEY Emmanuel, PROTH Bruno, MENDES-LEITE Rommel et BUSSCHER Pierre-Olivier de, 2003, « Sexe anonyme et lieux de rencontres », in Didier Eribon, Dictionnaire des cultures gays et lesbiennes, Paris, Larousse, p. 426-427.

RETAILLE Denis, 1995, « Ethnogéographie : naturalisation des formes socio-spatiales », in Paul Claval et Singaravelou, Ethnogéographies, Paris, L’Harmattan, p. 17-38.

SÉCHET Raymonde, 2009, « La prostitution, enjeu de géographie morale dans la ville entrepreneuriale : lectures par les géographes anglophones », L’Espace géographique, n° 1, p. 59-72.

SÉCHET Raymonde et VESCHAMBRE Vincent, 2006, « Introduction générale », in Raymonde Séchet et Vincent Veschambre, Penser et faire la géographie sociale. Contributions à une épistémologie de la géographie sociale, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 7-24.

VAN LIESHOUT Maurice, 1997, « Leather nights in the woods: locating male homosexuality and sadomasochism in a Dutch highway rest area », in Gordon Brent Ingram, Anne-Marie Bouthillette et Yolanda Retter, Queers in space. Communities, public spaces, sites of resistance, Seattle, Bay Press, p. 339-355.

VERDRAGER Pierre, 2007, L’homosexualité dans tous ses états, Paris, Les Empêcheurs de penser en rond.

WELZER-LANG Daniel, 2000, « Les catégories pour penser les sexualités », in Monique Membrado et Annie Rieu, Sexes, espaces et corps. De la catégorisation du genre, Toulouse, Éditions Universitaires du Sud, p. 223-236.

WELZER-LANG Daniel, 2005, La planète échangiste. Les sexualités collectives en France, Paris, Payot.

Haut de page

Notes

1 Guy Hocquenghem, 1980, Le gay voyage. Guide et regard homosexuels sur les grandes métropoles, Paris, Albin Michel, p. 10.

2 David Lelait, Gayculture, Paris, Anne Carrière, 1998, p. 138.

3 Alain Soral, 2004, Sociologie du dragueur, Paris, Éditions Blanche, p. 118.

4 Une essentialisation marque les études portant sur l’orientation sexuelle des individus. Le rapport Kinsey estimait à 13 % les hommes « à dominante homosexuelle » (échelle de 4 à 6), ce qui est souvent considéré comme élevé. D’autres enquêtes sur des échantillons représen­tatifs de la population adulte mesurent l’activité sexuelle. L’enquête Contexte de la sexualité en France (CSF) de 2006 indique que 4,1 % des hommes de 18 à 69 ans interrogés déclarent avoir eu des pratiques sexuelles avec un partenaire du même sexe au cours de leur vie (7,5 % en agglomération parisienne, 2,9 % dans les communes rurales). Au total, seuls 0,3 % des hommes n’auraient eu que des rapports homosexuels. Source : http://gazette.kb.inserm.fr/csf/PDF/HOMOFemmes.pdf

5 On pourrait aussi évoquer le cas de lieux monosexués de fait car les femmes, sans y être interdites d’accès, les évitent, tels les cinémas spécialisés dans les films pornographiques.

6 Claude Lévi-Strauss a relevé les « contradictions insurmontables » auxquelles les musulmans se trouvent confrontés, dont la tentation permanente de l’homosexualité masculine associée à son rejet simultané et aussi fort fait partie. Il parle à ce sujet de « l’imposition homosexuelle de la communauté par la promiscuité » (Lévi-Strauss Claude, 1955, Tristes Tropiques, Paris, Plon, coll. « Terre humaine/Poche », éd. 1984, p. 483).

7 Site internet Gay Séjour, http://www.gay-sejour.com/fr/a-5129/plage-de-berck.html, consulté le 13.03.2016

8 Marylène Lieber (2008) note que l’espace privé donne aux femmes une impression de sécurité alors que c’est précisément celui où la violence contre elles est la plus répandue. Le rapport des femmes à l’espace public est commandé par un sentiment de vulnérabilité qui les amène à ajuster leurs comportements et pratiques par une stratégie d’évitement.

9 On signalera l’exception néerlandaise, avec le cas de la commune d’Amsterdam où les autorités municipales ont, en 2008, autorisé les interactions sexuelles dans un secteur du Vondelpark pendant la nuit, avec une signalétique spécifique. La raison invoquée est celle d’une mise en sécurité du lieu, la police étant appelée à réprimer les actes de violence et non les relations sexuelles dans l’espace public. Communication orale d’Amandine Chapuis et http://www.tetu.com/actualites/international/La-drague-en-plein-air-autorisee-a-Amsterdam-12727, consulté le 20.08.2010.

10 Cette notion de rôle en lien avec des pratiques homosexuelles masculines anonymes est empruntée à Eric Fassin, dans la préface qu’il a signée de l’ouvrage de Laud Humphreys (1970), dans sa réédition française de 2007.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://gc.revues.org/docannexe/image/4089/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 919k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Jaurand, « La sexualisation des espaces publics
dans la subculture gay
 », Géographie et cultures, 95 | 2015, 29-58.

Référence électronique

Emmanuel Jaurand, « La sexualisation des espaces publics
dans la subculture gay
 », Géographie et cultures [En ligne], 95 | 2015, mis en ligne le 12 janvier 2017, consulté le 26 avril 2017. URL : http://gc.revues.org/4089 ; DOI : 10.4000/gc.4089

Haut de page

Auteur

Emmanuel Jaurand

UMR CNRS Espaces et Sociétés (ESO)
Université d’Angers
emmanuel.jaurand@univ-angers.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org