Navigation – Plan du site

Gestion du risque et résilience des pratiques spatiales du sport LGBT

Risk management and resilience of the spatial practices of LGBT sports
Antoine Le Blanc
p. 99-116

Résumés

Cet article se propose d’analyser les pratiques spatiales des membres d’associations sportives LGBT, à diverses échelles, et notamment la mise en place de marqueurs territoriaux souvent controversés. Nous étudierons ici ces pratiques par le prisme de la gestion du risque, à laquelle est associée l’inscription d’individus dans des espaces identitaires bien définis. Ces pratiques et ces lieux reflètent une dimension classique de l’étude des territoires du risque, à savoir le paradoxe d’une marginalisation choisie par un groupe social dans un objectif de sécurité, combinée à un objectif (non consensuel) de dé-marginalisation. Sont créés des réseaux flexi­bles et résilients, et des territoires sécurisés, temporaires, tandis que les frontières de genre se déplacent, mais demeurent fortes.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 La FSGL est l’héritière, à échelle nationale, du CGPIF, centre sportif LGBT francilien, qui avait é (...)

1En 2016, on compte en France une cinquantaine d’associations affiliées à la Fédération Sportive Gaie et Lesbienne (FSGL), avec près de 6 000 adhérents pratiquant 45 sports1. L’analyse des pratiques spatiales de membres de ces associations sportives montre une certaine diversité, et un système résilient rarement analysé en tant que tel, en tout cas dans une perspective géographique. L’affichage LGBT (lesbiennes, gays, bis, trans) constitue un marqueur identitaire fort, avec une composante territoriale originale (Lefebvre, Roult, Augustin, 2013). Ces pratiques spatiales peuvent être appréhendées par le prisme de la gestion du risque à laquelle est associée l’inscription d’individus dans des espaces identitaires bien définis. Ces pratiques et ces lieux identitaires reflètent une dimension classique de l’étude des territoires du risque, à savoir le paradoxe d’une marginalisation choisie par un groupe social dans un objectif de sécurité, combinée à un objectif de dé-marginalisation – objectif non partagé par tous les membres du groupe.

2Les pratiques spatiales en question sont diverses : forte structuration réticulaire doublée d’une hyperconcentration à différentes échelles, création d’isolats territoriaux temporaires, mise en place de marqueurs territoriaux symboliques… Ces pratiques peuvent rappeler des processus classiques de diasporas. Dans le cas des associations sportives, elles sont toutefois asso­ciées à des caractéristiques socio-économiques diversifiées, liées notamment à des parcours différenciés entre les lieux de résidence et ceux de pratiques sportives.

3Ces caractéristiques se retrouvent à différentes échelles, de l’échelle mon­diale (avec des compétitions telles que les Gay Games) à l’échelle nationale (avec des systèmes de tournois), de l’échelle locale (les réseaux de convivialité) à l’échelle du gymnase (lors des entraînements), voire du corps, expression à la fois de diversité et de revendication (Liotard et Ferez, 2007).

Notes méthodologiques préliminaires

  • 2 La revue de littérature sur le sport et l’orientation sexuelle proposée par Brackenridge et al. en (...)

4En géographie française et internationale, il n’y a, à notre connaissance, aucune étude sur ce sujet précis ; on en trouve quelques-unes en sociologie et en sciences du sport, rares en France (Ferez, Liotard…), plus fréquentes en sociologie anglo-saxonne2. Il en résulte un besoin d’enquêtes et d’études plus approfondies, suivant des méthodologies spécifiques. Nous proposons ici une approche proprement géographique de ces problématiques. Outre les quelques recherches notamment sociologiques sur le sujet, nous nous appuierons principalement sur nos observations pendant huit années de participation et d’organisation d’événements liés aux associations LGBT, sur des entretiens menés par nos soins, et sur des sources diverses, dont les documentations des sites internet des associations étudiées, leurs statuts, chartes, et sur les bilans analytiques des événements sportifs. Cette démarche en partie empirique permet de mieux appréhender une réalité mouvante, difficile à délimiter, qui est celle de la perception individuelle et collective des discriminations et des territoires à risques. Comme le notent Arnaud Alessandrin et Yves Raibaud (2013, p. 17), « la géographie des homopho­bies questionne les espaces » et « évite de dessiner des frontières ou des limites » de manière trop fixiste, dans la mesure où « l’acte du dessin matérialise les relégations et les processus d’invisibilisation ».

5Nous appelons clubs sportifs LGBT, ou associations sportives LGBT, les clubs et associations qui choisissent de s’étiqueter ainsi et de l’afficher. Ils se distinguent d’autres associations sportives qui peuvent être gay-friendly et le revendiquer, et des associations traditionnelles, non étiquetées en fonction d’une sexualité ou d’un genre, qu’elles soient dans les faits gay-friendly ou non. L’affichage en tant qu’association LGBT est un marqueur identitaire et territorial important, comportant des implications en termes de pratiques spa­tiales et de gestion des risques.

6Ce marqueur public est fondamental car il correspond à une visibilisation de la norme hétérosexuelle majoritaire plus qu’à une fermeture communautaire. Les associations étiquetées LGBT, en France comme ailleurs, sont des asso­cia­tions de facto ouvertes à tous sans distinction de genre ou de sexualité. Ce sont des associations qui mettent l’accent sur l’ouverture aux sexualités et genres minoritaires mais sans qu’il y ait de discrimination « inverse » à l’entrée.

  • 3 Les enquêtes menées par la FSGL font apparaître des pourcentages très variables d’une association à (...)

7Toutefois, la majeure partie des inscrits dans ces associations sont homo­sexuels3, et cette inscription dans un club sportif estampillé LGBT correspond à une perception et à des motivations complexes. C’est en réalité une réinscription spatiale, à diverses échelles, dans un milieu sportif, qui répond à une marginalisation antérieure, réelle ou perçue.

Décalages : les associations sportives LGBT comme outils de gestion de risques sociaux

Marginalisation subie ou marginalisation choisie ?

8Au cours d’entretiens menés personnellement, il apparaît que nombre de personnes s’interrogent sur la pertinence du choix de faire du sport dans un club estampillé LGBT, en soulignant que la sexualité n’entre pas en ligne de compte dans le sport. En effet, la sexualité ne devrait peut-être pas être considérée comme facteur décisionnel, mais les études sur le sujet montrent que c’est une illusion de croire qu’elle est absente des clubs traditionnels ; en réalité, c’est sans doute dans les clubs estampillés LGBT que les sexualités rentrent le moins en ligne de compte, ces clubs constituant une réponse pragmatique au fait que les clubs traditionnels, non estampillés LGBT, prati­quent une normativité hétérosexuelle marquée, qui se traduit, volontairement ou non, par une discrimination envers les homosexuels plus ou moins visible et plus ou moins assumée. Le sport demeure un « espace privilégié de construction de la masculinité virile » (Guérandel, 2014, p. 139), un puissant outil de la « fabrique des garçons » selon une certaine norme (Raibaud et Ayral, 2014).

9Ainsi, les premières pratiques spatiales liées à l’homosexualité dans le sport sont des formes de mises à l’écart, volontaires ou non, spatialisées ou discursives, dans le milieu non spécifiquement LGBT. Cela aboutit, surtout en ce qui concerne l’homosexualité masculine, à des phénomènes de margi­na­lisation à diverses échelles, notamment dans le gymnase, mais aussi socialement et plus généralement dans l’ensemble du domaine sportif.

10Les enquêtes montrent que l’expérience de l’exclusion des homosexuel.le.s dans le sport est forte et fréquente, bien que prenant des formes diverses et parfois discrètes. Il s’agit parfois de violences physiques (6 % des personnes interrogées dans l’échantillon de Sylvain Ferez (2007), ce qui est un chiffre important), plus fréquemment verbales, et souvent difficiles à appréhender : impression d’étrangeté, regards, mise à l’écart implicite… et auto-exclusion (Ferez, 2007, p. 40). S’il semble que l’homophobie dans le milieu sportif soit aujourd’hui en baisse dans les pays occidentaux (Anderson, 2009), la peur de l’homophobie continue d’expliquer l’inscription dans les clubs sportifs LGBT, en particulier dans les sports collectifs (Mette, 2015).

  • 4 Citée par Mette (2015, p.156).

11Lorsque l’on pose la question de leur choix de pratique sportive aux mem­bres des clubs LGBT, les réponses sont variées, mais immanquablement on aboutit, parfois en première réponse, parfois plus tard, à la gestion de certains risques sociaux, à des comportements d’évitement des clubs non LGBT pour des raisons liées aux discriminations envers les homosexuels (Ferez, 2007). D’après une enquête menée par Baks et Malecek en 20044, 72 % des personnes inscrites dans des associations LGBT ont pratiqué aupa­ravant dans des clubs traditionnels avant de rejoindre un club LGBT. Au cours des entretiens menés personnellement et dans l’enquête menée par Sylvain Ferez, on retrouve, dans la majorité des réponses, l’envie ou le besoin de s’extraire d’un milieu sportif perçu comme hostile aux homosexuels. Certes, d’autres réponses sont données : les personnes interrogées répondent parfois qu’il s’agit d’une envie d’ordre communau­taire, un besoin de rencontre, une occasion qui s’est présentée, un choix économique rationnel, entre autres (Elling et al., 2003). Dans tous ces cas de figure, le fait est que la personne effectue un choix entre un club LGBT et la possibilité d’intégrer d’autres clubs non estampillés LGBT. Le choix est réfléchi, et donc significatif.

Une modalité particulière de réappropriation du territoire sportif, qui constitue un choix de gestion des risques

12L’inscription dans un club sportif estampillé LGBT correspond donc à un mouvement complexe, à une réinscription spatiale à diverses échelles dans un milieu sportif, à considérer que « j’ai ma place dans le gymnase ou sur le terrain », à comprendre que cette place peut se situer au sein d’un collectif, n’est pas forcément individuelle, isolée, que prendre cette place ne signifie pas abandonner une partie de son identité, etc. Au décalage initial, marqué par une mise à l’écart, répond une réappropriation territoriale.

13Ainsi, que cela soit formulé ou non, l’inscription dans un club de sport LGBT constitue une revendication, avec un aspect territorial fort. Paradoxa­lement, cette démarche de réappropriation territoriale se fait, dans un premier temps, au sein d’un collectif minoritaire et avec des marqueurs spatiaux discrets, et non dans le milieu sportif hétérosexuel. La réappropria­tion du sport par le biais d’associations LGBT est ainsi à l’opposé de coming out plus ou moins médiatiques de sportifs et sportives homosexuel.le.s pratiquant le sport dans les organismes traditionnels majoritairement hétérosexuels.

  • 5 Le lien entre les corps et le sport est largement étudié par ailleurs.

14Cette première étape de re-territorialisation peut être interprétée comme une forme de gestion des risques : on avance un pion, on teste la réaction du collectif, on se renforce, avant d’imaginer aller plus loin. Ces pratiques et cette gestion des risques peuvent être identifiées à l’échelle plus fine et plus intime des corps. Sans entrer dans le détail5, on peut aisément retrouver ces dynamiques de marginalisation et de revendication dans la mise à l’écart ou la mise en avant des corps, de la virilité ou de la féminité, de la peur de la nudité (de sa nudité ou de celle des autres) dans les vestiaires par exemple. Montrer son corps nu devant un public d’autres hommes sportifs est pour un certain nombre d’homosexuels un cauchemar durant la scolarité ; les vestiai­res des clubs sportifs LGBT constituent un lieu de ré-apprentissage, de ré-acceptation, de monstration des corps. Processus qui a ses contraintes et ses excès, par exemple dans une forme d’hypersexualisation, quand il prend parfois la forme de séduction et peut aboutir à une autre forme de violence.

Hyperconcentration et construction identitaire de groupe

15Au sein de la communauté LGBT, si tant est qu’elle existe, les sportifs constituent un groupe spécifique, voire minoritaire (rappelons que nous parlons ici des sportifs inscrits dans des clubs LGBT, non des sportifs au sens large d’homosexuels pratiquant du sport. Voir Ferez (2007) qui évoque le sport en salle comme lieu de pratique sportive homosexuelle). Il y a donc une forme de double marginalité des sportifs de clubs LGBT, qui se traduit par une concentration redoublée : les pratiques sportives mais aussi de convi­vialité sont restreintes à un petit nombre de lieux. Ce processus se nourrit lui-même : l’hyperconcentration permet une interconnaissance forte des membres les plus actifs des associations, le petit nombre de lieux bien identi­fiés constituant une base solide de construction identitaire.

16Cette construction identitaire de groupe s’appuie sur des pratiques de convivialité, comme dans la plupart des clubs traditionnels. Ce terme de « convivialité » marque une pratique spatiale de regroupement, caractérisée, dans le cas des clubs LGBT, par une très forte centralisation à différentes échelles, ce qu’on peut appeler une hyperconcentration : les grandes villes des pays développés, la capitale à l’échelle de la France, le centre et l’Est à l’échelle de Paris, quelques lieux spécifiques à l’échelle de ce qui a pu être identifié comme le « village gay » parisien (le Marais)…

17Comme dans beaucoup de domaines, la capitale française constitue un lieu d’hyperconcentration en matière de clubs sportifs LGBT. Ceci s’explique par de nombreux facteurs, historiques, socio-culturels, économiques, entre autres, mais la gestion du risque n’est pas le moindre : « la ville incarne égale­ment la possibilité accrue de rencontres et d’entre-soi LGBT, d’accès à des modèles d’identification positifs, à des ressources et à des espaces-refuges » (Lerch, dans IDEM, 2015, p. 219).

18Toutefois, les clubs « régionaux » se multiplient depuis la fin des années 1990 et surtout la fin des années 2000, sous l’impulsion notamment de la FSGL, et suite à certains événements plus ou moins médiatiques comme l’organisation du Tournoi International de Paris ou la candidature (réussie) de Paris à l’organisation des Gay Games en 2018.

Carte 1 – Les clubs adhérents à la FSGL en France, 2014

Carte 1 – Les clubs adhérents à la FSGL en France, 2014

Régis Dugué et Antoine Le Blanc

19À l’échelle de la ville de Paris, on constate de façon assez intéressante que les lieux de la pratique sportive se concentrent à l’est, dans les arrondis­se­ments moins riches, ou tenus par des mairies de gauche. Une hypothèse d’explication serait l’attitude plus conciliante des mairies d’arrondissement tenues par la gauche, politiquement plus portées à mettre en œuvre des politiques de lutte contre les discriminations. Une autre hypothèse, difficile à démontrer sans carte d’évolution des lieux de pratique, serait que ces choix de localisation tendent petit à petit à mieux correspondre aux attentes des membres et à rapprocher les sites sportifs des lieux d’habitation. En tout cas la conséquence semble être une localisation moins « à risques », puisque située dans des quartiers où le vote majoritaire est traditionnellement plutôt favorable aux droits LGBT.

Résiliences : mobilité et flexibilité des réseaux de pratiques sportives

Des réseaux flexibles

20Ces personnes et associations se constituent en réseaux actifs, qu’ils soient de sport, de convivialité et parfois de revendications. La spatialité en réseaux est particulièrement importante dans le cas des pratiques sportives LGBT, compte tenu des longues distances parcourues entre le domicile et le lieu de pratique sportive, et d’une forte mobilité internationale (voir plus loin). Les pratiques spatiales construisent des territoires qui s’organisent en tant que réseaux extrêmement forts (en lien avec l’interconnaissance forte déjà évo­quée) et autonomes (par volonté de gérer le risque social), presque super­posés aux réalités spatiales plus communes. On pourrait dire que le monde sportif LGBT superpose des territoires en réseaux sur l’espace hétéronormé ordinaire sans que le monde non LGBT (ni le monde LGBT non sportif) n’en ait la moindre conscience. Le grand public ne connaît pas le système de tournois sportifs internationaux LGBT. Pourtant, un événement comme les Gay Games, qui se tiendront à Paris en 2018, constitue « la plus grande manifestation sportive, culturelle et festive du monde »6, avec une partici­pation attendue de 15 000 athlètes.

21La territorialité spécifique du monde sportif LGBT engendre la création d’îlots qui sont autant de nœuds. Dans le sillage des géographies queers, qui « pensent l’espace en termes de réseau, de rhizome et de constellation plutôt que de territoire délimité, marqué et approprié de manière durable » (Prieur, 2014, p. 174), on pourrait parler d’un archipel, au sens où les liens entre ces nœuds ne constituent pas spécifiquement, ou pas toujours, des liens territo­rialisés, appropriés, par les LGBT ; et les îlots sont appropriés, mais cette appropriation est, le plus souvent, réduite dans le temps. Par exemple, tel gymnase est transformé, le temps d’un entraînement, en îlot communautaire, sécurisé. La communauté sportive LGBT, par besoin de sécurité, recrée un espace clos, un isolat au sein d’un monde perçu comme hostile.

22Certes, la création d’isolats territoriaux temporaires n’est pas spécifique à la communauté gay, par rapport à d’autres communautés (par exemple linguis­tiques ou de minorités ethniques). Toutefois, l’aspect réticulaire est plus marqué. Les LGBT, ensemble de minorités non visibles, sont plus dissé­minés dans l’espace, notamment en ce qui concerne leur domicile. Les marqueurs territoriaux sont également moins visibles, sans doute partiel­lement pour des raisons de sécurité, la visibilité étant parfois perçue comme une provocation et donc un marqueur de risque. Les isolats sont plus mobiles que ceux d’autres communautés, c’est d’ailleurs ce qui explique les dynami­ques de changement repérées dans le Marais parisien, celui-ci perdant peu à peu son aspect identitaire gay et lesbien (Giraud, 2014), tandis que les quar­tiers dits ethniques par exemple se caractérisent par une grande stabilité dans le temps et l’espace.

Ouverture internationale et forte mobilité

23Les membres des associations sportives LGBT se caractérisent par une mobilité importante à l’échelle nationale et internationale, par le biais notamment de tournois internationaux. Ceci est dû à plusieurs facteurs. Premièrement, le faible nombre de personnes concernées et la forte structu­ration réticulaire aboutissent à des interconnaissances à un niveau d’échelle supérieur à ce qu’on peut observer dans le sport non LGBT. Le nombre de personnes membres de clubs LGBT d’arts martiaux dans toute l’Europe n’excède pas deux cents, les effectifs étant encore bien plus faibles pour des disciplines telles que le golf ou le softball, et pouvant monter à quelques centaines tout au plus (toujours à l’échelle européenne) pour les sports les plus recruteurs (natation, volleyball, badminton, football). Il y a une sorte de hausse de niveau d’échelle par rapport à la pratique sportive hétérosexuelle : pour la pratique hétérosexuelle, l’échelle de base est le quartier, alors que pour les LGBT c’est la ville voire la région ; pour les hétérosexuels, l’échelle régionale puis nationale sont compétitives et difficiles d’accès en termes de compétition, alors que pour les LGBT c’est seulement le 2e gradient scalaire. Ainsi, par exemple, la mobilité à l’échelle européenne est forte, car ce niveau est plus accessible que pour les sportifs non LGBT.

24Un second facteur majeur de mobilité est l’hétérogénéité des niveaux de pratiques sportives dans les clubs LGBT, soulignée par la sociologie de ces clubs LGBT et par les règles d’adhésion. Il s’agit d’une pratique amateur, de loisir, pour le plaisir – ce qui n’exclut pas la compétition. Les athlètes de haut niveau sont présents (dont le niveau est parfois reconnu par les instan­ces nationales non LGBT), mais il n’y a « pas de sélection des meilleurs » (Ferez, p. 136-138). Ceci aboutit à un effacement partiel des barrières psychologiques à la participation aux tournois.

25Troisième facteur, moins important : suivant une logique associative et de lutte contre les discriminations, il existe différents systèmes d’aides, qui facilitent les déplacements par des frais minorés par exemple (aides finan­cières directes, hébergements chez les sportifs participants, etc.).

Tableau 1 – Pratiques sportives et échelles

Clubs non LGBT

Clubs LGBT

1er gradient scalaire, échelle de l’entrainement sportif

quartier

Ville ou région

2e gradient scalaire, échelle de compétition accessible

Ville ou région

France ou Europe

3e gradient, échelle de forte compétition

France ou Europe

Monde

4e gradient, échelle de très forte compétition

Monde

-

26En conséquence, les chiffres de participation sont très importants dans de nombreux tournois à l’échelle européenne, qui est, on l’a vu, une échelle de compétition accessible facilement : le tournoi de Noël de Francfort (1 700 athlètes), le tournoi Rainbow Spring à Prague (600 athlètes), le tournoi de Bruxelles, le LAT41 à Rome et Madrid, des tournois plus récents dans les pays est-européens comme à Cracovie… Tous ces tournois sont annuels.

27L’échelle internationale connaît les mêmes processus que l’échelon local : une hyperconcentration dans un pôle identitaire reconnu et stable dans le temps, une forme de réticularité très spécifique, dynamique, évolutive, en archipel, dont les nœuds sont situés dans les centres économiques (quartiers centraux urbains, capitales nationales ou grandes métropoles, pays dévelop­pés occidentaux).

28La localisation des villes hôtes (tableau ci-dessous), ainsi que des villes candi­dates non choisies, pour les Gay Games (Sao Paulo, Rio de Janeiro, Limerick, Londres, Orlando, Amsterdam...) comme pour les World Out-Games (Utrecht, Manchester, Sao Paulo, Le Cap, Denver, Philadelphie…) confirme ces tendances.

Tableau 2 – Historique des Gay Games et des World Outgames

Gay Games

Année

Ville hôte

Participants

1982

San Francisco

1 350, 12 pays

1986

San Francisco

3 500, 17 pays

1990

Vancouver

8 800, 27 pays

1994

New York

12 500, 40 pays

1998

Amsterdam

13 000, 88 pays

2002

Sydney

12 100, 70 pays

2006

Chicago

11 700, 70 pays

2010

Cologne

9 500, 70 pays

2014

Cleveland-Akron

8 000, 51 pays

2018

Paris

15 000, +/- 70 pays

2022

-

-

World Outgames

2006

Montréal

10 000

2009

Copenhague

8 000

2013

Anvers

5 000, 100 pays

2017

Miami

-

2021

-

-

Des réseaux résilients

29Nous avons brièvement comparé les pratiques spatiales des sportifs LGBT à celles d’une diaspora, avec un lieu central de référence et des îlots commu­nautaires disséminés et à la hiérarchie évolutive, avec toutefois plus de dissémination sur le territoire, et un caractère plus évolutif, moins dura­ble, des dynamiques. Les diverses pratiques spatiales au sein des clubs sportifs LGBT pourraient rappeler peut-être également des stratégies de survie de certaines espèces végétales… Est-ce le signe d’une gestion des risques optimisée, bien que partiellement consciente seulement ? Nous y voyons le signe d’une certaine résilience. Ainsi, le caractère « non visible » de l’homo­sexualité permet une certaine souplesse des choix de localisation ou de relocalisation. Le fonctionnement par création d’isolats fermés temporaires, associée à une mobilité facile, permet une flexibilité. En cas d’indisponibilité d’un gymnase, ou de changement politique, l’aire de recrutement vaste des associations sportives LGBT leur permet de chercher des solutions alternatives dans un espace vaste, contrairement à un club de proximité, qui n’aura qu’un choix très limité, et se trouve donc moins résilient face à une crise. Les pratiques spatiales des membres d’associations sportives LGBT construisent des territoires qui s’organisent en tant que réseaux mobiles, résilients et flexibles, qui marquent l’espace urbain par une visibilité tout à fait particulière, temporaire et controversée ; ces réseaux sont en croissance, comme le montre l’augmentation rapide du nombre d’associations et de tournois sportifs LGBT, en France mais aussi aux échelles européenne et mondiale. On peut parler d’une véritable résilience systémique de ces territoires et de ces réseaux.

Frontières et territoires controversés

Aires de recrutement des clubs : la diversité socio-économique comme neutralisation de marqueurs sexuels

  • 7 Malheureusement, nous ne disposons pas encore suffisamment de données d’enquêtes pour étudier en dé (...)

30La majorité des personnes interrogées parcourent un trajet important entre leur domicile et leur lieu de pratique sportive. Il existe peu de clubs sportifs LGBT, mais il existe en revanche de très nombreux clubs non LGBT. Par exemple, il existe à Paris un grand nombre de clubs de boxe ou du volleyball non LGBT, toute personne désireuse de pratiquer ces sports aura donc le choix, notamment celui de s’inscrire dans un club de proximité. En revanche, il n’existe qu’un seul club LGBT de boxe à Paris (Paname Boxing Club) et un seul club de volleyball (Contrepied) : une personne voulant s’ins­crire dans l’un de ces clubs n’aura donc qu’une seule possibilité. Préférer faire un trajet éventuellement long entre le domicile et le lieu de pratique sportive constitue donc un choix significatif7.

  • 8 Sur ces aspects et sur la caractérisation du sport LGBT comme regroupement communautaire (ou « affi (...)

31Cette stratégie, de parcourir éventuellement une distance longue, entraîne une mixité socio-économique plus importante que dans des clubs sportifs de voisinage ; et en effet, l’analyse sociologique des membres des associations sportives LGBT tend à montrer un vaste éventail de caractéristiques socio-économiques et culturelles (Ferez, 2007, p. 60-61), avec une « dispersion plus grande des origines sociales » parmi les sportifs FSGL. D’après nos observations personnelles, l’amplitude d’âge est également beaucoup plus importante, et l’enquête de Sylvain Ferez note un âge moyen relativement élevé parmi les sportifs FSGL. Au final, ceci aboutit, paradoxalement, à faire de ces lieux clos et marqués par une revendication identitaire, des espaces d’expression de la diversité (Ferez et Beukenkamp, 2009), diversité socio­professionnelle, d’âge et de quartier d’origine, au sein des associations. Sylvain Ferez identifie donc une pratique « contre-communautaire », au sens où la communauté est une illusion, car elle est variée et ouverte, non exclu­sive (p. 178)8.

  • 9 Voir Lerch, dans Collectif IDEM, 2015, p. 219 : « Cet entre-soi est souvent décrit comme du “commun (...)

32Au cours d’un entretien mené personnellement, une personne membre d’une association sportive LGBT résume ces aspects de la façon suivante : « dans mon club, il y a des hommes, des femmes, des homos, des lesbiennes, des bis, des trans. Ça va de 20 ans à 60 ans en gros. Il y a des Blancs, des Noirs, des Maghrébins, des Asiatiques. Les gens viennent de tout Paris, et de banlieue, de milieux très différents. Dans le club de bridge de ma grand-mère, il n’y a que des femmes hétérosexuelles de plus de 70 ans, blanches, toutes du même quartier et du même milieu social. Alors, quel est le club le plus communautariste ? » Ajoutons que les mots utilisés sont, comme toujours, lourds de sens : les clubs LGBT sont taxés de « commu­nau­tarisme », alors qu’on dira que le club de bridge est « select » ; l’emploi des mots est significatif d’une auto-légitimation des communautés majori­taires, qui conduit à une exclusion des autres formes commu­nautaires9.

33Les membres des clubs LGBT sont tout de même plutôt des urbains, et la tranche d’âge 25-44 y est majoritaire. Il y a plus d’hommes que de femmes (un quart à un tiers de femmes), et beaucoup plus d’homosexuels que d’hété­ro­sexuels. Les milieux sociaux d’origine sont hétérogènes, mais cette hétérogénéité à l’échelle de tous les clubs semble moins forte à l’intérieur de chaque club ; autrement dit, le sport choisi est un marqueur, plus ou moins important, d’un milieu socio-économique, comme lorsque l’on étudie le sport non LGBT. Si la sociologie a pu identifier assez facilement ces caracté­ristiques, l’analyse géographique permet d’aller au-delà, et de poser les pratiques spatiales comme un des facteurs explicatifs de ces caractères.

34Au final, cette diversité vient contrebalancer l’affichage communautaire LGBT, et entrave au moins en partie la volonté initiale de revendication poli­ti­que, constituant ainsi une sorte de neutralisation des marqueurs identitaires. Mais cette atténuation des marqueurs de sexualité peut aussi s’expliquer par la peur, toujours présente, face au sentiment d’homophobie.

Des marqueurs territoriaux controversés : la peur toujours présente ?

35Le fait d’assumer un affichage LGBT pour un club de sport constitue en soi un marqueur territorial, social et culturel qui est perçu fréquemment comme une provocation, et qui sert effectivement, par définition et par une dénon­ciation de la norme, à engendrer des interrogations. De surcroît, l’affichage de l’homosexualité est souvent confondu avec l’affichage d’une intimité, de la seule sexualité, ce qui est également perçu comme provocateur. Toutefois, face à ce choix d’engendrer des interrogations ou à cette éventuelle confron­tation avec l’homophobie, une ligne de clivage se dessine très nettement parmi les membres des clubs sportifs LGBT, entre celles et ceux qui souhaitent une dé-marginalisation, et donc une visibilité, et celles et ceux qui voient dans le club un espace protecteur, fermé, sécurisé, et qui préfèrent la discrétion. La peur est toujours présente, et l’affichage volontariste n’est pas du tout consensuel.

36En témoignent ne serait-ce que les noms des clubs, qui pour la plupart font référence à l’homosexualité de manière détournée, voire difficile à appréhender. Le nom du club de karaté Niji-Kan signifie « maison de l’arc-en-ciel »… en japonais. Le club de handball féminin « Décalage » fait réfé­rence à une technique de handball mais aussi à un côté « décalé » sociale­ment, de même que le nom « Contrepied », du club de volleyball parisien. Le club Aquahomo affiche plus clairement cette identité, mais propose à ses adhérents de n’écrire que « AH » sur les justificatifs de paiement des inscriptions. À Nice, le club multisport propose un affichage beaucoup plus marqué, puisque le nom choisi est GAIS, pour Groupe Azur Inter-Sports, mais ce club est beaucoup plus récent que les autres (il a été créé en 2009 alors que les clubs pré-cités ont été fondés dans les années 1990).

37Dans notre analyse des noms des associations membres de la FSGL en 2015, on dénombre 9 noms d’associations explicites quant à l’appartenance au monde LGBT (Femmes entre Elles, Gays Randonneurs, Volley Club Gay de Lyon…), 36 noms ambigus (Les Dérailleurs, Double Jeu Tennis Paris, Golf Friendly…), et 20 noms ne comportant aucune allusion au monde LGBT (Paris Aquatique, Acrobad…).

38Entre affichage et discrétion, entre communauté forte et communauté assiégée, les choix ne sont pas toujours clairs. Le dosage entre loisir sportif et militantisme est difficile, et sont mises en place aussi bien des stratégies de visibilité que des « techniques de neutralisation des marqueurs » (Ferez, p. 152). Dans les pratiques spatiales, cela a un certain nombre de conséquen­ces, et aboutit à beaucoup de débats. Comment faire la part des choses entre visibilité des associations et visibilité des membres ? Quels marqueurs territoriaux choisir, comment l’espace public est-il investi ? Lors des tournois, affiche-t-on clairement la couleur, en ville, à l’extérieur des gym­nases, ou bien cantonne-t-on cette visibilité à l’intérieur de l’espace spor­tif, par sécurité ou respect de la vie privée des athlètes ? Les goodies et sacs des athlètes sont souvent estampillés LGBT d’une manière ou d’une autre, par un code couleur, une écriture, une allusion, un sponsor… Comment ces sacs ou affichages sont-ils portés, amenés dans l’espace public ?

Des frontières de genre toujours présentes

39Au-delà de ces controverses sur la territorialisation de la sexualité, la mixité de genre et des sexualités n’est pas aussi importante que le discours politique d’ouverture de ces associations le souhaiterait. Il existe à Paris deux clubs LGBT pratiquant le handball, tous deux en théorie ouverts aux deux sexes, mais dans la réalité l’un quasi exclusivement féminin (Décalage), l’autre quasi exclusivement masculin (Aquahomo). Plus généralement, les femmes sont sous-représentées, bien qu’elles soient proportionnellement plus nom­breu­ses et plus intégrées que dans le sport traditionnel (FSGL, 2010).

40Parmi les divers facteurs d’explication, une des idées principales est que le sport en milieu scolaire est le véhicule majeur de normes hétérosexuelles masculines plus que féminines (Elling et al, 2003). En d’autres termes, en milieu scolaire ordinaire, il serait moins grave pour une femme que pour un homme de n’être pas douée en sport. Par conséquent, le vécu sportif par les fem­mes homosexuelles en milieu scolaire serait différent de celui des hom­mes homosexuels, peut-être moins violent. Nous n’entrerons pas dans les détails de ces explications qui peuvent toutes être discutées et qui sont relativement étudiées (Anderson, 2009 ; Guérandel, 2014 ; Raibaud et Ayral, 2014).

41Toujours est-il que le milieu sportif LGBT intègre des pratiques spatiales de mixité telles que le partage des vestiaires (comme le font par exemple le club d’arts martiaux Niji-Kan ou les clubs de danse), ou le jeu mixte sur le terrain lors d’entraînements ou même de tournois (Contrepied, en volleyball). Ce n’est pas toujours possible au regard des règles de certains sports, mais certaines associations en déduisent qu’il convient d’adapter ces règles (par exemple, abaisser légèrement la hauteur du filet au volleyball), parfois par la mise en place de politiques controversées, comme le fait de compter double un but marqué par une femme (lors de tournois mixtes de handball).

42Une réflexion sur l’intégration des transgenres est menée et approfondie depuis quelques années par la FSGL, qui permet de poser frontalement nombre de ces questions, sur la visibilité des corps et la mixité dans les vestiaires, sur la dissipation de la frontière rigide hommes-femmes et sur les moyens de vivre le continuum sexuel / de genre dans la pratique sportive. Ainsi les pratiques spatiales comme la mixité dans les vestiaires sont loin d’être anodines : elles reflètent une sociologie, un état d’esprit, et une politique, dont les implications sont fortes – ce qui est parfois souligné par des formes de rejet de ces choix, avec la persistance de clichés et de discours véhiculant de l’homophobie, du sexisme, de la transphobie.

Conclusion

43En conclusion, on peut poser un certain nombre de questions, par exemple sur la convivialité et les pratiques intégratives de ces clubs. Sont-ils si ouverts ? Permettent-ils réellement un être-ensemble, dans un même lieu ? Sylvain Ferez répond par l’affirmative, par opposition aux « non-lieux » que sont les salles de sport, lieux de passage, de drague mais non de convivialité (p. 153, 246). Il semble que l’interrogation des membres des clubs ne per­mette pas d’être aussi affirmatif. La convivialité concerne un petit nombre des membres en réalité, de même que l’investissement dans la gestion du club ou l’organisation des tournois (Ferez, p. 183). Les logiques de diversité sociale et économique aboutissent finalement à une grande diversité de position­nements politiques et de pratiques au sein des clubs. Beaucoup refusent la convivialité hyperconcentrée ; beaucoup d’autres souhaiteraient des marquages territoriaux plus forts, plus assumés. La mobilisation des sportifs LGBT et des associations a permis à Paris de gagner la course à l’organisation des prochains Gay Games, à l’été 2018. Gageons que cet événement, qui vise à accueillir 15000 athlètes, ravivera les lignes de partage entre revendicateurs et protectionnistes, entre compétiteurs et sportifs de loisir, entre militants des stratégies d’autonomisation et tenants des stratégies de conformité (Le Pogam et al., 2004).

Haut de page

Bibliographie

ALESSANDRIN Arnaud, RAIBAUD Yves (dir), 2013, Géographie des homophobies, Paris, Armand Colin.

ANDERSON Eric, 2009, Inclusive Masculinity. The changing nature of masculinities, Routledge.

Collectif IDEM, 2014, Les LGBT font bouger les sociétés. Cultures et politiques de l’émancipation, Paris, Des Ailes sur un tracteur.

ELLING Agnes, DE KNOP Paul, KNOPPERS Annelies, 2003, « Gay/lesbian sport clubs and events. places of homo-social bonding and cultural resistance », International Review for the Sociology of Sport, vol. 38, n° 4, p. 441-456.

FEREZ Sylvain, 2006, « Entre loisir et militantisme : naissance d’une com­mu­nauté sportive gay et lesbienne », in Thierry Terret (dir.), Sport et genre : la conquête d’une citadelle masculine, Paris, L’Harmattan, p. 312‑330.

FEREZ Sylvain, 2007, Le corps homosexuel en-jeu, Presses universitaires de Nancy.

FEREZ Sylvain, BEUKENKAMP Kirsten, 2009, « Le “sport homosexuel”, une pratique communautaire ou contre-communautaire ? », Movement and Sport Sciences, 2009-3, n° 68, p. 39-50.

FÉDÉRATION SPORTIVE GAIE ET LESBIENNE, 2010, Pratique sportive féminine dans les associations sportives affiliées à la FSGL. Description quantitative et retours d’expériences, disponible à l’url : www.fsgl.org

GIRAUD Colin, 2014, Quartiers gays, PUF, coll. « Le lien social ».

GUÉRANDEL Carine, 2014, « genre et sport(s) », Miroir/miroirs, Des Ailes sur un tracteur, hors-série n° 1 « Genre ! », p. 139-141.

LEFEBVRE Sylvain, ROULT Romain, AUGUSTIN Jean-Pierre, 2013, Les nouvelles territorialités du sport dans la ville, Québec.

LE POGAM Yves, LIOTARD Philippe, FEREZ Sylvain, MOLES Jean-Bernard, POULIQUEN Guillemette, 2004, « Homophobie et structuration des jeux sportifs homosexuels », Corps & Culture, n° 6-7, p. 57-98.

LIOTARD Philippe, FEREZ Sylvain, 2007, « Lesbiens, gays, bis et trans : des corps et des jeux », Corps, 2007-1, n° 2, p. 61-66.

LIOTARD Philippe (dir.), 2008, Sport et homosexualités, Carnon, Association Quasimodo & Fils.

METTE Anthony, 2015, Les homos sortent du vestiaire ! La fin du tabou de l’homosexualité dans le sport ?, Paris, Des ailes sur un tracteur.

PRIEUR Cha, 2014, « Le genre en géographie », Miroir/miroirs, Des Ailes sur un tracteur, hors-série n° 1 « Genre ! », p. 173-175.

RAIBAUD Yves, AYRAL Sylvie (dir), 2014, Pour en finir avec la fabrique des garçons. Volume II : Loisirs, sport, culture, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine.

Sites internet cités, consultés en 2016

www.fsgl.org : site de la Féfération sportive gaie et lesbienne française.

www.Paris2018.org : site de l’association Paris 2018, organisatrice des Gay Games 10.

www.Gg9cle.com : site de la Cleveland Foundation, organisatrice des Gay Games 9 à Cleveland et Akron.

Haut de page

Notes

1 La FSGL est l’héritière, à échelle nationale, du CGPIF, centre sportif LGBT francilien, qui avait été fondé en 1986. Nous remercions la FSGL et l’association Paris 2018 pour leur soutien et les données fournies.

2 La revue de littérature sur le sport et l’orientation sexuelle proposée par Brackenridge et al. en 2008 montre que la grande majorité des études sont nord-américaines, et centrées sur le sport féminin (cité par Mette, 2015, p.44).

3 Les enquêtes menées par la FSGL font apparaître des pourcentages très variables d’une association à l’autre, avec des personnes qui se disent hétérosexuelles au sein de ces asso­ciations comptant pour 0 % à plus de 50 % des membres. À Cleveland, le questionnaire de satisfaction, après les Gay Games de 2014, fait apparaître un chiffre de 88 % de participants se déclarant gays ou lesbiennes (Gg9.com, 2016).

4 Citée par Mette (2015, p.156).

5 Le lien entre les corps et le sport est largement étudié par ailleurs.

6 Site de l’association Paris 2018 : www.Paris2018.org

7 Malheureusement, nous ne disposons pas encore suffisamment de données d’enquêtes pour étudier en détail, comprendre, et cartographier, ces stratégies, qui s’expriment dans des mobilités spécifiques.

8 Sur ces aspects et sur la caractérisation du sport LGBT comme regroupement communautaire (ou « affinitaire ») mais non refermé sur lui-même, voir Ferez et Beukenkamp, 2009.

9 Voir Lerch, dans Collectif IDEM, 2015, p. 219 : « Cet entre-soi est souvent décrit comme du “communautarisme” » mais cette désignation « occulte systématiquement les causes sociales du dit “communautarisme” en feignant de croire que l’espace public est également accueillant à toutes les identités. »

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 – Les clubs adhérents à la FSGL en France, 2014
Crédits Régis Dugué et Antoine Le Blanc
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/4131/img-1.png
Fichier image/png, 1,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antoine Le Blanc, « Gestion du risque et résilience des pratiques spatiales du sport LGBT », Géographie et cultures, 95 | 2015, 99-116.

Référence électronique

Antoine Le Blanc, « Gestion du risque et résilience des pratiques spatiales du sport LGBT », Géographie et cultures [En ligne], 95 | 2015, mis en ligne le 12 janvier 2017, consulté le 27 mai 2017. URL : http://gc.revues.org/4131 ; DOI : 10.4000/gc.4131

Haut de page

Auteur

Antoine Le Blanc

Laboratoire TVES (Territoire, Villes, Environnement, Sociétés) – EA 4477
Université du Littoral - Dunkerque
Antoine.Le-Blanc@univ-littoral.fr

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org