Skip to navigation – Site map

96 | 2015
Géographie de la danse

Edited by Yves Raibaud

Une fois déconstruites les représentations associant mécaniquement danse et territoires (le tango à Buenos-Aires, le hip-hop en banlieue), la géographie culturelle se penche sur le corps dansant, ce qu’il nous dit de l’espace et des relations singulières qu’il entretient avec d’autres corps dansants, des musiques, des décors, un public. Apparaît alors un paysage nouveau dans lequel le corps prend toute sa place. Les chorégraphes interprètent la ville, les ballets occupent les scènes du monde, les danseur.euse.s s’orientent dans le cadre étroit du théâtre ou en rapport à leurs cosmogonies, arbres, forêts, étoiles, terre des ancêtres ou divinités tutélaires. La géographie de la danse se nourrit d’approches historiques, anthropologiques, des épistémologies féministes et des études postcoloniales, avant d’envisager les espaces de pratiques et leurs territorialités, les liens entre danse et politique, la circulation des danses, les hybridations et les métissages. L’introduction de ce numéro propose quelques jalons pour une géographie de la danse, suivis de six textes choisis pour leur complémentarité.

  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org