Navigation – Plan du site

Danse, mobilités et dynamiques territoriales au Mali

Dance, mobilities and territorial dynamics in Mali
Élina Djebbari
p. 62-83

Résumés

Au Mali, le genre musico-chorégraphique du ballet s’est développé depuis l’indépendance du pays (1960) à travers la création du Ballet national puis plus tard des troupes privées. Participant au processus de la construction identi­taire nationale malienne, les répertoires de danses traditionnelles des troupes de ballet témoignent des difficultés rencontrées pour représenter toute la diversité culturelle du territoire national. L’action des festivals soutenus par l’État, Semaine nationale de la Jeunesse puis Biennale artistique et culturelle, a parallè­lement entraîné la mise en réseau de ces danses à l’échelle nationale. D’abord des régions vers la capitale Bamako, le rapport s’est ensuite inversé à partir des années 1990 avec les politiques de décentralisation. Au niveau local, les troupes de ballet contribuent à la structuration de l’espace urbain, reflétant certains enjeux propres à l’urbanité africaine postcoloniale. À Bamako, les jeux de mobilités et d’échanges artistiques sont intenses et se superposent en autant de flux qui traversent et (re)configurent la ville : circulation des danseurs et musiciens entre les différentes troupes de la capitale, circulation entre les différents espaces culturels du territoire bamakois, circulation entre les diverses sphères de la création musico-chorégraphique. Cet article propose ainsi de mettre en perspective le genre musico-chorégraphique du ballet au Mali à l’aune de ses dimensions territoriales et circulatoires afin de montrer comment l’historicité des dynamiques artistiques nationales et locales est à la fois produite par la gestion politique du territoire malien et par les différentes formes de mobilité que sous-tend la pratique de la danse au Mali.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article a bénéficié des échanges scientifiques qui ont eu lieu entre les membres de l’équipe du programme ANR Globamus dirigé par Emmanuelle Olivier entre 2009 et 2013 et qui a également permis le financement de missions de terrain au Mali. La rédaction du présent article s’effectue par ailleurs dans le cadre d’un con­trat postdoctoral au sein du projet Modern Moves basé au King’s College (Londres), financé par le Conseil Européen de la Recherche et dirigé par Ananya Jahanara Kabir.

Texte intégral

  • 1 Les principales troupes privées de Bamako sont : le Ballet du district de Bamako (créé en 1978, ave (...)

1Le genre musico-chorégraphique du ballet au Mali s’est développé à l’indépendance du pays, acquise en 1960, au moment où les politiques culturelles œuvraient pour la construction d’une identité nationale malienne. Si les formations artistiques nationales créées à l’indépendance ont large­ment décliné aujourd’hui, le modèle du Ballet national du Mali a cependant présidé à la création d’une multitude de troupes de ballet privées1. Ces troupes, souvent fondées par d’anciens membres du Ballet national et établies en des points stratégiques de la capitale Bamako, s’inspirent de son répertoire de danses traditionnelles tout en intégrant d’autres influences musicales et chorégraphiques, sous-régionales et globales (hip-hop, danse contemporaine). Au-delà de leurs productions artistiques, ces troupes catalysent le déploiement de trajectoires individuelles prises à la fois dans des processus culturels globalisés et des logiques sociales propres à la société malienne contemporaine. Les interactions de ces troupes avec l’environnement urbain dans lequel elles évoluent et les intenses réseaux créés par leurs membres définissent une géographie artistique des échanges et des mobilités, du quartier à la ville jusqu’aux scènes des festivals natio­naux et internationaux.

  • 2 Les données empiriques ont été collectées entre 2007 et 2011, principalement à Bamako mais aussi da (...)

2Cet article propose ainsi de suivre les différents parcours géographiques offerts à l’analyse par les troupes de ballet au Mali en resituant leurs itinéraires dans leur historicité et leur diversité depuis l’indépendance jusqu’à aujourd’hui. Des données empiriques recueillies sur le terrain lors de recherches ethnographiques menées dans le cadre d’une thèse de doctorat en ethnomusicologie (Djebbari, 2013)2 seront ici mobilisées pour montrer comment les danses produisent à la fois du local et du national tout en devenant autant de « flux » de la globalisation culturelle (Appadurai, 2001 ; Olivier, 2014, p. 11). Dans un premier temps, nous étudierons comment, à un niveau symbolique et idéologique, la convergence des pratiques musico-chorégraphiques du pays sur la scène nationale à l’indépendance a contribué à donner corps à l’idée de territoire national, jugée alors nécessaire à la construction de l’identité culturelle malienne. Ensuite, par la création des Semaines nationales de la Jeunesse puis des Biennales artistiques et culturelles, nous observerons la manière dont ce rapport de convergence des danses régionales vers la capitale était orchestré et comment il s’est plus tard inversé au moment de l’application des politiques de décentralisation à partir des années 1990. Enfin, à un niveau local, nous montrerons le rôle que jouent les troupes de ballet dans l’appropriation de l’espace urbain et des équipements collectifs de Bamako tout en évoquant d’autres formes de mobilités induites par la mise en réseaux des danses au sein des différentes sphères de la création artistique malienne.

Danses et diversité du territoire national : le Ballet national et la mise en scène des danses régionales

  • 3 Le territoire malien présente une superficie d’1 241 238 km2, soit plus de deux fois celle de la Fr (...)
  • 4 Pour une analyse plus détaillée de la question du territoire en lien avec les autres problématiques (...)

3Héritées de la colonisation et maintenues à l’indépendance, les frontières politiques du Mali définissaient un territoire national au sein duquel devaient cohabiter les populations très diverses qui y étaient rassemblées. L’immen­sité du territoire3, la grande variété des populations et le caractère aléatoire des frontières (témoignant de surcroît du legs des empires coloniaux) représentaient d’emblée un défi4 à la construction de l’unité nationale au Mali, à l’instar de nombreux autres États africains nouvellement indépen­dants (Gaugue, 1997, p. 9 ; Hastings, 1997, p. 159 ; Hobsbawm, 1992, p. 221 ; Kipré, 2005, p. 23).

4La notion de territoire comme entité garante de l’État-nation a été largement remise en cause, notamment dans une perspective postcoloniale saisissant les processus de globalisation en termes de « déterritorialisation » (Appadurai, 2001) et de « cultures de la circulation » (Lee, LiPuma, 2002). La définition des territoires nationaux a néanmoins soutenu la constitution des États africains indépendants, à tel point que, selon Roland Pourtier, « le territoire fonde la légitimité de l’État »en Afrique (1990, p. 82). La territorialisation de l’espace national apparaissait alors comme l’un des principaux critères mobilisables par l’État pour forger le sentiment national et déterminer ainsi les populations constituant la nation malienne à l’indépendance. Toutefois, Adrian Hastings suggère que les États africains fondés sur la reconnaissance du territoire souffriraient d’une plus grande fragilité identitaire (1997, p. 164) :

  • 5 Les traductions des citations de l’anglais au français dans ce texte sont le fait de l’auteure.

Les nations territoriales exigent plus de temps pour parler au cœur que les nations ethniques. Alors que l’on peut dire que les États coloniaux représentent la primauté de la territorialité sur l’ethnicité, leurs fonda­tions étaient simplement trop superficielles, leurs struc­tures et leurs frontières trop récemment imposées par l’extérieur pour devenir immédiatement les vecteurs stables d’un sentiment national profond.5 

  • 6 Notamment lors des principales rébellions touaregs de 1963, 1990, 2006 et 2012.
  • 7 Les affrontements entre certains groupes touaregs et l’armée malienne, qui s’étaient intensifiés au (...)
  • 8 Au Mali, à Djenné par exemple, les individus se définissent d’abord en fonction d’un lieu, leur vil (...)

5Le « nationalisme territorial » (Pourtier, 1990, p. 84) malien s’est d’ailleurs confronté à de nombreuses reprises aux velléités indépendantistes de certaines populations du nord6 (Boilley, 1999), et ce très récemment encore7. La territo­rialité, si elle peut représenter une voie d’identification nationale ou locale8, ne suffit pas comme seul creuset de fondation du sentiment national au Mali comme ailleurs (Thiesse, 1999, p. 227-228).

6Nonobstant ces contradictions, la définition du territoire national agit cepen­dant comme un élément important de la configuration identitaire malienne. L’identification au territoire doit en effet permettre de faire naître un sentiment d’appartenance nationale aux populations incises au sein de ces limites, l’identification nationale devant dépasser le référent « ethnique » ou communautaire afin de former la « communauté imaginée » où il s’agit idéalement que « dans l’esprit de chacun vive l’image de leur communion » (Anderson, 2002 [1983], p. 19). Le territoire national doit être vécu par les populations maliennes comme une ressource symbolique de la puissance de l’État, en ce que « l’énonciation du territoire et toute l’iconographie que les États se donnent alimentent un imaginaire, conduisent à une fétichisation qui a nom patrie » (Pourtier, 1990, p. 85).

  • 9 Le Groupe dramatique, qui portera plus tard le nom de Koteba National, a pour objet l’expression th (...)

7La création des quatre formations artistiques nationales9 au lendemain de l’indépendance participe de l’appareil discursif dont s’est doté l’État malien pour construire l’identité culturelle du pays et matérialiser son contrôle du territoire national. Le Groupe dramatique, l’Ensemble instrumental, l’Orchestre moderne et le Ballet national permettaient à l’État d’orchestrer la patrimonialisation des pratiques culturelles et artistiques de l’ensemble des populations maliennes. En ce que le répertoire du Ballet national réunissait les genres musicaux et chorégraphiques locaux issus des diverses régions du pays, les spectacles produits permettaient de donner corps à « l’énonciation du territoire » sur la scène nationale dans une unité de temps et de lieu.

Figure 1 – Musiciens du Ballet national du Mali lors de leur spectacle à l’occasion de l’ouverture de la Coupe de l’UEMOA

Figure 1 – Musiciens du Ballet national du Mali lors de leur spectacle à l’occasion de l’ouverture de la Coupe de l’UEMOA

Stade Modibo Keïta, Bamako, novembre 2008

© Élina Djebbari

  • 10 Lors de l’étude, le Mali était divisé en neuf régions administratives : Kayes, Koulikoro, Sikasso, (...)
  • 11 Notes de terrain, avril 2008.

8Les découpages administratifs internes ont aussi été hérités de la colonisa­tion et en partie repris à l’indépendance du pays, tout en étant transformés par les régimes successifs (Kassibo, 1997, p. 3). Les divisions admi­nistratives en régions10 jouent un rôle important dans la conception et l’appropriation du territoire national par les Maliens. Cela est prégnant au niveau du répertoire du Ballet national tant les discours liés aux provenances des pièces (notamment relayés par les plaquettes de présentation des numéros du répertoire) se situent dans une lignée volontiers essentialisante, visant à lier la population concernée à une région administrative qui délimiterait en elle-même une zone géographique et culturelle homogène, ce qui est bien sûr illusoire (Bazin, 1999 [1985], p. 38). Au cours des répétitions du Ballet national suivies lors des recherches menées sur le terrain, il était fréquent que les membres de la troupe m’indiquent le nom de la pièce qu’ils s’apprêtaient à exécuter en l’accompagnant aussitôt de la mention de sa région de provenance : « Ça, ça vient de la première région » ou « Mainte­nant, c’est la danse de la troisième région »11.

Figure 2 – Carte du Mali et des régions administratives

Figure 2 – Carte du Mali et des régions administratives

9Dans le cadre du Ballet national du Mali, le répertoire et les spectacles présentés devaient incarner la diversité des popu­la­tions présentes sur le territoire national. La scène de théâtre devenait ainsi une synecdoque symbolique de l’espace national, voire une réduction de celui-ci. Les danseurs et musiciens membres du Ballet national (et fonction­naires de l’État), supposés avoir été recrutés dans toutes les régions du pays, devaient donner à voir sur scène une réplique à échelle réduite de la diversité culturelle malienne incise au sein des frontières. Cependant, la volonté irénique de réunir sur la scène nationale l’ensemble des expressions musico-chorégraphiques des différentes populations maliennes a été parallèlement mise en défaut par l’édification d’une identité nationale essentiellement mando-centrée, c’est-à-dire fondée autour des populations Malinké/Bambara vivant majoritairement dans la moitié sud du pays (Schulz, 2001, p. 206), marginalisant de fait les populations du nord (Songhay, Touareg) (Boilley, 1999 ; Lecocq, 2002). Le choix des popula­tions représentées au sein du Ballet national révèle donc à la fois le rôle respectif qui leur a été attribué dans l’élaboration de l’identité nationale malienne et l’appréhension du territoire national comme culturellement divisé en deux moitiés sud et nord.

10Le répertoire du Ballet national reflète ainsi le fort tropisme bambara/ manding de la construction de la culture nationale malienne à l’indépen­dance, visible aussi bien dans les pièces jouées que dans la manière dont le recueil des sources s’est opéré (Djebbari, 2013, p. 199-212). Les campagnes de collecte et d’enregistrement ont en effet principalement favorisé les populations du sud du pays, tandis que la radio nationale, outil majeur de valorisation du patrimoine des différentes régions, donnait une large place aux griots et aux répertoires musicaux du sud du Mali dans ses programmes, en particulier aux chants en langue bamanan (Schulz, 2001, p. 178). D’autres institutions créées pour seconder l’effort des formations artistiques nationales dans la fabrication du patrimoine culturel malien sous l’angle du paradigme de la « diversité culturelle » – Semaine nationale de la Jeunesse puis Biennale artistique et culturelle – témoignent de difficultés semblables.

Nation versus régions : danse et festivals d’État

11Créée en 1962 sur le modèle de la Quinzaine Artistique emprunté à la Guinée voisine (Counsel, 2009, p. 124), la Semaine nationale de la Jeunesse consistait à faire s’affronter dans différentes épreuves artistiques et sportives des troupes de jeunes gens constituées après différents échelons élimina­toires dans toutes les régions du pays (Samaké, 2008). Chacune des six régions administratives que le pays comptait alors était concernée et les compétitions commençaient à l’échelle du village, au cours de la semaine locale d’arrondissement. Suivaient la semaine locale de cercle puis la semaine régionale, avant la phase nationale à Bamako (Counsel, 2009, p. 124). Les meilleurs numéros et les meilleurs artistes qui s’y distinguaient venaient alors respectivement alimenter le répertoire et l’effectif des formations nationales. Les Semaines nationales ont ainsi joué un rôle important dans la prospection et la spectacularisation de répertoires locaux mis en valeur sur la scène nationale (Diawara, 1996, p. 596). Un double mouvement était donc observable : d’une part, les troupes régionales convergeaient vers Bamako lors de la phase nationale et y présentaient des répertoires musicaux et chorégraphiques locaux ; d’autre part, les meilleurs éléments (artistes et numéros) pouvaient être retenus à Bamako et intégrés aux formations nationales. Ce système pyramidal assurait la mise à disposi­tion de ressources individuelles et artistiques issues des régions au profit des ensembles artistiques nationaux établis dans la capitale.

  • 12 Cependant à l’inverse, les résultats des dernières éditions de la Biennale (2008 à Kayes et 2010 à (...)
  • 13 Malgré l’amélioration des infrastructures routières dans certaines zones, ce n’est qu’assez récemme (...)

12Néanmoins, là encore et ce malgré l’effort d’intégration de l’ensemble des populations maliennes, les spectacles et les palmarès offraient une vitrine plus large aux populations du sud du pays12. Les populations du nord souffraient alors notamment de l’éloignement géographique, aggravé par le mauvais état, voire l’absence, de routes praticables pour assurer leur dépla­ce­ment sécurisé jusqu’à Bamako. « Par conséquent, comme le souligne Dorothea Schulz, les traditions artistiques du nord étaient moins présentées lors des événements nationaux » (2001, p. 174)13.

  • 14 Ces biennales sont aussi sportives de 1970 à 1978, puis les activités sportives et artistiques se d (...)

13Les Semaines nationales de la Jeunesse ont été interrompues en 1968 lors de la chute de Modibo Keïta après le coup d’État militaire perpétré par Moussa Traoré. Ce dernier a instauré en 1970 la Biennale artistique, culturelle et sportive14. De nouveau arrêtée à la chute de la dictature en 1991, elle n’a véritablement repris sous l’appellation Biennale artistique et culturelle et dans sa forme actuelle qu’en 2003, après une tentative en 2001 sous le nom de Semaine nationale des arts et de la culture (SNAC).

  • 15 Elle n’a pour l’instant pas encore été réorganisée à l’heure de la rédaction du présent article.
  • 16 Les troupes sont hébergées dans des conditions très précaires au sein des écoles et lycées réquisit (...)

14Alors que les artistes convergeaient auparavant depuis les régions pour se regrouper à Bamako, les politiques de décentralisation mises en place depuis le début des années 1990 ont désormais enclenché le processus inverse. Alors que Bamako, symbole de la centralisation du pouvoir, était l’hôte privilégié, les principales villes du pays ont désormais pris le relais, mais non sans rencontrer d’obstacles. Depuis 2005, la Biennale est ainsi déloca­lisée dans les différentes régions du Mali afin de favoriser la politique de décentralisation du pays et l’autonomie économique des régions. En 2005, la Biennale eut lieu à Ségou, la deuxième ville du pays ; en 2008, elle se déroulait à Kayes ; en 2010 à Sikasso. Elle était prévue à Mopti en 2012, mais les troubles politico-militaires ont contraint à l’annuler15. Pour l’ensem­ble de ces villes, l’organisation de la Biennale représente une occasion de développer la localité et la région, à l’instar des villes accueillant les Jeux Olympiques. « Les territoires urbains se laissent ici décomposer en une série d’espaces musicaux » (Toffin, 1998, p. 132) et chorégraphiques, si bien que la Biennale permet plus particulièrement de développer les infra­structures culturelles et touristiques du pays, notamment en rénovant ou équipant les villes de salles de spectacle adaptées (construction de la salle Massa Makan Diabaté à Kayes pour la Biennale 2008, rénovation de la salle Lamissa Bengaly à Sikasso pour la Biennale 2010). La ville doit également s’acquit­ter de certains travaux (assainissements, réfection des routes) et prévoir en nombre les possibilités d’hébergement pour abriter l’ensemble des équipes liées à la Biennale : troupes16, journalistes, officiels, mais aussi spectateurs. Ce problème est crucial dans la mesure où la pénurie d’infrastructures hôtelières se heurte au projet de la Biennale d’attirer les touristes. Alors que la ville de Ségou, plus touristique et mieux équipée, était à même de recevoir cet afflux massif de visiteurs en 2005, les éditions de Kayes et Sikasso ont révélé d’importants dysfonctionnements à ce niveau.

  • 17 Chacune des neuf troupes étant constituée d’une centaine de personnes, l’effectif total des troupes (...)

15La tenue de l’événement entraîne des mouvements de population dans tout le pays à chaque édition. En effet, troupes, officiels, journalistes et publics convergent vers la ville où se déroulent les manifestations mettant en compétition les neuf troupes régionales17. Une fois en ville, peut-on observer les soirs de compétition le défilé des voitures, des bus des troupes, des piétons et des mobylettes qui s’acheminent vers le stade. À l’occasion de la Biennale, un nouveau réseau de circulation artistique se configure ainsi temporairement dans la ville d’accueil, entre les espaces d’hébergement des troupes et les lieux de performance (stade, salle de spectacle, autres sites dédiés au ‘off’), « cette structure musico-spatiale [étant] aussi temporelle » (ibid., p. 132). Cela répond en pratique à la rhétorique de la Biennale qui entend en effet œuvrer au « brassage des populations » afin de favoriser la « cohésion sociale » à travers l’échange et la découverte de pratiques culturelles. En ce sens et à l’instar des autres pratiques artistiques célébrées dans le festival, la danse agit comme un point de rencontre possible entre les diverses populations du territoire national, que ce soit lors des épreuves de ‘danse traditionnelle’ ou de ‘ballet à thème’ ou lors des grands ‘mouvements d’ensemble’ exécutés par plusieurs centaines de danseurs pour les cérémonies d’ouverture et de clôture.

  • 18 Pour de plus amples détails sur ces circulations de compétences artistiques dans le cadre de la Bie (...)

16En amont de la phase nationale, l’organisation de la Biennale crée tout un réseau de circulations entre les principaux acteurs de l’événement. Pour pallier la disparité du savoir chorégraphique entre les différentes régions et les mettre potentiellement sur un pied d’égalité, des sessions de formation sont organisées par la DNAC – Direction Nationale de l’Action Culturelle (service sous l’égide du ministère de la Culture) – à Bamako ou dans les grandes villes du pays. Les troupes régionales peuvent aussi solliciter des compétences extérieures à la région18. Les diverses Directions régionales de la Jeunesse, des Sports, des Arts et de la Culture qui organisent leur partici­pation à la Biennale cherchent souvent à s’assurer le concours d’artistes reconnus dans leur domaine. Dans la plupart des cas, il s’agit de faire appel à certains de leurs ressortissants établis dans d’autres régions, le plus souvent à Bamako. Toutes les disciplines sont concernées par ce « transfert des compétences », pour reprendre un terme lié à la politique de décentralisation. Ainsi, des directeurs de troupes de ballet de Bamako ou certains de leurs danseurs, considérés comme plus professionnels, sont mandatés dans les régions pour y former et entraîner leurs confrères. Ou inversement, certains danseurs des régions sont envoyés dans la capitale pour y suivre un entraînement intensif auprès d’une troupe de ballet avant le début des épreuves. Ces jeux de mobilité mettent en mouvement et en réseau non seulement les individus mais aussi les répertoires musico-chorégraphiques à travers les différentes régions maliennes. Complexifiant l’appréhension du territoire malien et de ses flux reliant la capitale aux grandes villes en proposant d’autres sens et types de circulations, ces déplacements à grande échelle s’incarnent dans les corps des danseurs et dans les gestes qu’ils transmettent. Bamako figure néanmoins au cœur de ces jeux d’échange et de mobilité chorégraphique, la ville étant elle-même le théâtre de flux intenses entre les différentes troupes de ballet et les espaces culturels de la capitale.

Danse, dynamiques urbaines et mobilités

17Si la ville africaine postcoloniale est de fait considérée comme un haut-lieu de production culturelle et de créativité artistique (Larkin, 2002 ; Malaquais, 2005), un véritable « espace de création culturelle » (Coquery-Vidrovitch, 2006, p. 107), certains travaux ont montré comment la musique contribue à définir et répond à l’espace urbain dans lequel elle est performée (Larkin, 2002 ; Olivier, 2004 ; Toffin, 1998). En dehors des danses définies comme spécifiquement ‘urbaines’ en Afrique (coupé-décalé ivoirien, azonto ghanéen, kuduro angolais par exemple), peu d’études ont, à notre connais­sance et en dehors des travaux existant sur le sabar sénégalais (Castaldi, 2006 ; Neveu-Kringelbach, 2007), pris en compte les danses dites tradition­nelles dans le rapport à leur contexte urbain de performance. Or, tout comme la musique, la danse est, à notre sens, « un élément déterminant de l’organisation spatiale de la ville » (Toffin, 1998, p. 127).

18Même si l’usage d’un répertoire de danses traditionnelles est associé à la ruralité dans les représentations, le genre du ballet au Mali apparaît néan­moins comme résolument urbain. En effet, à l’instar de nombreuses autres formes chorégraphiques transnationales « forgées à partir de l’expé­rience de la ville urbaine » (Kabir, 2011, p. 44), les troupes de ballet sont nées dans un contexte urbain et s’intègrent pleinement au tissu social qui les environne. Elles n’isolent pas leur pratique scénique de la vie sociale locale et en déterminent même certaines dynamiques interactionnelles. À Bamako, chaque quartier possède sa troupe de ballet, si ce n’est plusieurs. À ce titre, le genre du ballet fait partie intégrante du paysage musical et chorégraphique de la ville et devient un espace de circulation des savoirs, des pratiques et des artistes.

Les lieux de la création chorégraphique à Bamako

19Les lieux de répétition et de spectacle des troupes de ballet dépendent principalement des infrastructures et des équipements collectifs mis en place par les politiques culturelles locales (centres culturels et foyers de jeunes munis d’une scène en dur) ­qui souvent datent des années ayant suivi l’indépendance du pays, mais dont la gestion est aujourd’hui largement privatisée. Leurs emplacements stratégiques dans la ville et au sein des quartiers créent des points de convergence de la vie musicale et chorégra­phique bamakoise. Les nœuds ainsi formés créent un réseau qui est utilisé aussi bien par les artistes que par les institutions. Il se dessine ainsi pour le chercheur les contours d’une géographie artistique de la ville, au sein de laquelle les artistes, les musiques et les danses circulent sans relâche.

  • 19 Cela pouvant parfois créer des tensions avec les employés présents dans les locaux environnants ou (...)

20Les plus importants de ces creusets de la vie musico-chorégraphique bamakoise, comme la Maison des Jeunes et le Carrefour des Jeunes, sont situés en plein centre-ville et de fait placés au cœur des circuits touristiques qui traversent la ville. La fréquentation de ces lieux est donc assurée, aussi bien par la population locale que par les touristes étrangers. Cela offre ainsi une visibilité importante aux troupes de danse qui y répètent quotidien­nement. Au Carrefour des Jeunes, la troupe du Ballet Babemba est ainsi visible en répétition tous les jours de la semaine « au petit soir », de 16 h à 18 h environ. En face de cet espace culturel, sur la terrasse des locaux attenants au Musée de la ville de Bamako, se tiennent aux mêmes horaires les répétitions du Ballet du district de Bamako. Par leur occupation de l’espace urbain non seulement physiquement mais aussi au niveau sonore, les troupes de ballet créent ainsi un paysage multi-sensoriel où l’« appro­priation du territoire aboutit à une véritable mise en scène musicale de la structure urbaine » (Toffin, 1998, p. 131)19.

  • 20 Le Conservatoire est la première structure publique offrant une formation en danse classique, conte (...)

21Tout comme la Biennale artistique et culturelle offre un terrain de jeux officiel à la rencontre entre les troupes régionales au niveau national, d’autres événements locaux rassemblent l’ensemble des troupes bamakoises, faisant converger en un seul endroit de la ville, pour un temps limité, ces îlots de la production artistique bamakoise. Des espaces culturels importants comme le Palais de la Culture, là où répètent le Ballet national et les autres formations nationales, ou le nouveau Conservatoire des Arts et Métiers Multimédia Balla Fasséké Kouyaté inauguré en 200420 et bâti sur l’une des collines qui surplombent Bamako, représentent d’autres points de rencontre stratégiques pour les artistes des troupes privées qui les fréquentent.

Figure 3 – La troupe du Ballet Babemba en répétition à la Maison des Jeunes

Figure 3 – La troupe du Ballet Babemba en répétition à la Maison des Jeunes

Bamako, décembre 2010. Leur lieu de répétition habituel, le Carrefour des Jeunes, étant en travaux, la troupe s’était provisoirement relocalisée dans cet espace culturel important à Bamako, illustrant la circulation des troupes entre les différents espaces culturels de la ville.

© Élina Djebbari

22Dans les quartiers, les foyers de jeunes jouent le même rôle que ces centres névralgiques en catalysant et diffusant les ressources artistiques locales. L’implantation de la Troupe Don, dirigée par Karim Togola, dans le quartier populaire « sensible » de Sabalibougou et l’aspect pédagogique et sensibi­lisateur sur les problèmes de société développé dans le répertoire lui ont valu le soutien d’ONG et d’institutions internationales (UE, coopérations étrangères). Depuis 2002, en effet, des subventions de l’Union Européenne à partir du fonds PSIC (Programme de soutien aux initiatives culturelles décentralisées), ainsi que le soutien des coopérations allemande, française et espagnole, ont permis la construction d’un centre culturel au cœur de ce quartier. Composé notamment d’une salle de spectacle à ciel ouvert dotée d’une grande scène, le Centre Togola de Sabalibougou abrite désormais les répétitions de la Troupe Don et de nombreuses autres initiatives artistiques. Cet exemple montre tant « la capacité des individus et des sociétés à mobiliser, à capter des ressources à l’échelle globale pour les reconfigurer et les re-sémantiser au niveau local » (Olivier, 2014, p. 11) que la façon dont l’activité chorégraphique peut servir les politiques de développement local et de fait potentiellement influer sur les plans d’urbanisme.

Figure 4 – Centre Togola, Sabalibougou, Bamako

Figure 4 – Centre Togola, Sabalibougou, Bamako

© Élina Djebbari

23Le Foyer des Jeunes de Quinzambougou a abrité pendant longtemps les répétitions du Ballet Kelete avant que cette troupe ne se délocalise « derrière le fleuve » en 2010, au Centre de Recherche et de Création Artistique (CRCA) nouvellement créé et dirigé par Racine Mocktar Dia, homme de théâtre important de la vie culturelle malienne. D’autres troupes sont immédiatement venues occuper le créneau laissé libre par le Ballet Kelete, de façon provisoire ou plus pérenne. Ces lieux voient ainsi des essais se transformer ou sont, au contraire, les témoins d’initiatives fugaces.

24Tout comme l’espace de la rue en Afrique « est susceptible de recouvrir plusieurs temporalités d’usages » (Janin, 2001, p. 180), les lieux de la vie musicale et chorégraphique bamakoise sont autant « d’empreintes vivantes » (ibid., p. 187), attestant de l’historicité de pratiques artistiques stratifiées. Ainsi, comme une réduction de l’espace urbain conçu comme le produit « d’une superposition historique de réseaux connectés par les infrastruc­tures » (Larkin, 2002, p. 743), la dalle de béton sur laquelle s’entraînent les troupes témoigne de l’activité chorégraphique du quartier dans son historicité.

  • 21 De nombreuses occasions de performance sont offertes aux troupes de ballet de la capitale malienne  (...)

25Produisant une congruence entre les lieux de création et de diffusion, les espaces de répétition des troupes sont aussi des lieux réguliers de spectacle (concerts, danse, théâtre) et de nombreux autres événements s’y déroulent (enregistrement d’émissions télévisées, festivals, célébrations privées, compétitions inter-quartiers pour les phases locales et régionales de la Biennale). Par ailleurs, l’intégration des troupes de ballet dans le paysage urbain se réalise aussi par le fait que la plupart de leurs spectacles se déroulent dans l’espace public, car à Bamako comme à Dakar, « une portion de rue, un toit terrassé, une cour d’école ou une “maison des jeunes” peuvent se trans­former à tout moment en espace de “performance” » (Neveu-Kringelbach, 2007, p. 83)21.

Figure 5 – Spectacle du Ballet Kelete au Centre de Recherche et de Création Artistique (CRCA)

Figure 5 – Spectacle du Ballet Kelete au Centre de Recherche et de Création Artistique (CRCA)

Sogoniko, Bamako, avril 2008

© Élina Djebbari

  • 22 Dans son étude de l’émergence de la salsa dans les métropoles indiennes de Delhi et Bombay, Ananya (...)

26La création de nouveaux centres culturels ou la réappropriation et la transformation d’anciennes infrastructures entraînent la reconfiguration et une nouvelle identification de l’espace urbain autour de ces lieux d’activité. Des individus s’y rassemblent, y passent, s’y attardent et y reconstituent des formes de sociabilité connues par ailleurs telles que les grin, ces groupes de jeunes gens d’une même classe d’âge (souvent du même quartier ou voisinage) réunis autour du thé. Musiciens et danseurs forment une communauté structurée en un réseau très dense de connaissances et de relations favorisant les échanges et la mobilité où « les différentes formes de danse circulent à travers la ville et se renvoient les unes aux autres » (ibid., p. 83). Les troupes de ballet sont donc initiatrices de reconfigurations urbaines et de formes de sociabilités alternatives à la structure familiale ou limitées au quartier d’habitation22. Ce réseau peut servir une sorte de solidarité corporative tout en créant une émulation et une concurrence artistique.

Mobilité esthétique et mise en réseau des flux musico-chorégraphiques, du local au global

  • 23 Comme exposé ci-dessus, les danseurs se déplacent sans cesse entre différents lieux à l’échelle tan (...)
  • 24 Pratiquée à un niveau professionnel, la danse peut permettre le développement de « nouvelles figure (...)
  • 25 L’objet de cet article n’est pas de questionner les parcours et interactions des danseurs par rappo (...)

27Les danseurs qui sillonnent la ville et font vivre ces troupes se distinguent par leur mobilité et leur polyvalence, nécessaires à leur insertion dans la vie artistique de Bamako, du pays et au-delà. Les différentes « formes de mobi­lités » (Montulet, 2005) perceptibles à travers la pratique de la danse au Mali ne sont pas seulement d’ordre spatial23 ou social24 pour ne citer que ces deux aspects25, mais peuvent aussi être identifiées en termes de mobilité esthétique.

  • 26 Un autre niveau de mobilité, virtuelle ou « digitale » (Shipley, 2013), pourrait aussi être analysé (...)
  • 27 Les maquis sont des lieux de divertissement, des sortes de bars musicaux où l’on peut boire, danser (...)
  • 28 Par exemple, Bernard Müller en rend compte au niveau des acteurs du monde du théâtre yoruba au Nigé (...)

28Loin de se cantonner au seul genre du ballet, les artistes engagés dans les troupes circulent entre différentes pratiques musicales et chorégraphiques, les frontières entre les genres étant largement poreuses26. En effet, à la mobilité entre les différentes troupes de la capitale, qui double les déplacements entre les espaces culturels du territoire bamakois, s’ajoute une circulation entre divers univers de création musicale et chorégraphique. Musiciens et danseurs sont sollicités pour animer de nombreuses fêtes populaires ; ils jouent au sein d’orchestres qui se produisent dans les maquis27, les salles de spectacles ou les festivals ; ils peuvent être ponctuellement engagés dans d’autres compagnies ou préparer leur propre création ; ils donnent éventuellement des cours et des stages à des élèves occidentaux ; ils peuvent figurer dans les vidéo-clips ou apparaître « derrière les artistes » qui se produisent en live ou en play-back pour les émissions de télévision ou lors de concerts publics. La circulation des danseurs et musiciens entre différentes sphères d’activités artistiques n’est pas un phénomène isolé ou spécifique au Mali ; cette mobilité esthétique est au contraire une caractéristique partagée par les artistes évoluant dans les grands centres urbains ouest-africains28.

Figure 6 – La troupe du Ballet du district de Bamako après leur performance pour la cérémonie d’ouverture de la 15e édition de la rue marchande des Halles de Bamako à l’occasion des fêtes de fin d’année

Figure 6 – La troupe du Ballet du district de Bamako après leur performance pour la cérémonie d’ouverture de la 15e édition de la rue marchande des Halles de Bamako à l’occasion des fêtes de fin d’année

Faladié, Bamako, 15 décembre 2009

© Élina Djebbari

  • 29 Pour des raisons économiques, rares sont les artistes de Ballet qui se limitent à une seule activit (...)
  • 30 Ces deux institutions proposent des structures de formations professionnelles en danse tradi­tionne (...)

29Dans un véritable « processus de capitalisation de compétences chorégra­phiques » (Andrieu, 2012, p. 64) doublé d’impératifs économiques29, les danseurs vont et viennent ainsi avec aisance de la « danse traditionnelle » à la « danse contemporaine » dont ils ont parfois suivi les deux formations, mélangent les esthétiques dans les vidéo-clips et définissent leur propre style dans divers concours et autres occasions de création chorégraphique. S’ils essaient en outre de voyager aussi loin que les restrictions des politiques migratoires peuvent le leur permettre, la majorité des artistes de ballet a néanmoins régulièrement l’occasion de parcourir la sous-région ouest-africaine (notamment à l’occasion de stages de danse contemporaine à l’École des Sables de Toubab Dialaw au Sénégal ou au Centre de Développement Chorégraphique-La Termitière de Ouagadougou au Burkina-Faso30). De plus, certains sont recrutés au sein de compagnies de danse occidentales le temps d’une création, ou bien collaborent avec des associations et en profitent pour fréquenter cours, stages et centres de formation lors de leurs déplacements en Europe (le centre Georges Momboye à Paris en est un exemple) ou aux États-Unis.

30Les troupes de ballet maliennes sont donc loin d’être des mondes clos. Au contraire, elles permettent d’observer l’intense réseau de circulations et d’échanges qui existe entre les artistes et les différents contextes de produc­tion musico-chorégraphique (répétitions, spectacles, « fêtes tradition­nelles », maquis, boîtes de nuit, vidéo-clips). Les membres de ces troupes, que ce soient les directeurs, les musiciens ou les danseurs, participent ainsi pleine­ment à la vie culturelle et artistique malienne, impliqués tant localement qu’au niveau national, comme l’organisation de la Biennale le suggère. Au-delà, ils peuvent également intégrer les réseaux de diffusion africains et interna­tionaux. Cet intense réseau d’échanges entre les artistes, les réper­toires, les univers musicaux et les sphères de production, fait de l’espace scénique des ballets un reflet des flux à l’œuvre tant dans la création des pièces que dans l’environnement social urbain dans lequel ils évoluent. Les registres de mobilité esthétique et socio-spatiale évoqués ici témoignent d’une « mise en réseau du local » (Olivier, 2014, p. 11) apte à connecter différents espaces du local au global, de façon tant empirique que symbolique.

Conclusion

31La mise en perspective du genre musico-chorégraphique du ballet au Mali à l’aune de ses dimensions territoriales et circulatoires montre comment différents espaces géographiques du territoire malien sont ainsi dessinés, reliés, traversés, connectés. De l’émergence d’une scène nationale à l’indé­pendance par la création des formations nationales et des festivals d’État, au mouvement inverse de décentralisation à l’époque contemporaine, nous voyons comment les processus de spectacularisation et de patrimo­nialisation des danses permettent de mettre en réseau le local et le national. Par l’action de l’État, les danses issues des différentes régions maliennes ont ainsi franchi les kilomètres pour être spectacularisées à Bamako lors des Semaines nationales de la Jeunesse puis des Biennales artistiques et culturelles. Plus tard, les politiques de décentralisation obligèrent le décentrement symbo­lique du monopole artistique de Bamako et dotèrent les régions d’infra­structures culturelles. La gestion politique du territoire malien a donc entraîné la production de dynamiques artistiques nationales et locales que cet article a cherché à replacer dans leur historicité à l’ère de l’État malien postcolonial, tout en montrant les différentes formes de mobilités que sous-tend la pratique de la danse au Mali.

32Si « le mouvement fait partie intégrante de la dynamique des villes » (Miaux, 2014, p. 3), ce constat est exacerbé dans le contexte du ballet au Mali tant les individus et les danses circulent tous azimuts, aussi bien au niveau local qu’au niveau national et sous-régional, illustrant des formes de mobilités enchevêtrées qui s’informent réciproquement. La géographie urbaine de la ville et du pays est (re)modelée en permanence par l’activité des troupes et de leurs membres, aussi bien quotidiennement que lors de la tenue des grands événements nationaux comme les Biennales. La vie urbaine de ces troupes crée des réseaux de sociabilités artistiques qui passe par une appropriation de l’espace public, rendant nébuleuse la frontière entre les sphères privées et publiques, témoignant d’un enjeu social et politique plus général (Janin, 2001). Révélatrice des enjeux de l’urbanité africaine ainsi que des changements de paradigme à l’aune de la globalisation (territoire versus déterritorialisation, national versus transnational voire post-national), l’activité des troupes de ballet façonne l’identité du quartier et de la ville tout en en se distinguant par l’intense mobilité de ses membres. Doublée d’une dimension circulatoire à grande échelle, la pratique de la danse au Mali crée l’ambiguïté entre affranchissement et attachement à un ancrage territorial spécifique tout autant qu’elle transforme « la relation des populations à la fois envers l’État-nation et les circulations globales » (Shipley, 2013, p. 364).

33Au-delà des réseaux activés officiellement lors des Biennales, les danseurs créent leurs propres entrecroisements, leurs propres espaces de circulation, du local au global. Sillonnant l’espace géographique de la ville et du pays, constituant des noeuds d’interconnexions sous-tendus par des logiques sociales et artistiques complexes, différents réseaux de circulation s’entre­mêlent, se chevauchent, se complètent, se superposent, à l’image des « villes flux » africaines (Malaquais, 2005) qui sont faites « d’accumulations de réseaux superposés » (Larkin, 2002, p. 741). L’imbrication des différentes sphères d’activité des troupes, qui constituent le paysage musical et choré­gra­phique de la ville et au-delà, reflète une plasticité territoriale et circulatoire témoignant des dynamiques créatives urbaines de la ville africaine postcoloniale.

Haut de page

Bibliographie

ANDERSON Benedict, 2002 [1983], L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte.

ANDRIEU Sarah, 2012, « Artistes en mouvement. Styles de vie de chorégraphes burkinabè », Cahiers d’ethnomusicologie, n° 25, p. 55-74.

APPADURAI Arjun, 2001, Après le colonialisme : les conséquences culturelles de la globalisation, Paris, Payot et Rivages.

BANEGAS Richard, WARNIER Jean-Pierre, 2001, « Nouvelles figures de la réussite et du pouvoir », Politique Africaine, n° 82, p. 5-23.

BAZIN Jean, 1999 [1985], « À chacun son Bambara », in Jean-Loup Amselle et Elikia M’Bokolo, Au cœur de l’ethnie. Ethnies, tribalisme et État en Afrique, Paris, La découverte, p. 87-127.

BOILLEY Pierre, 1999, Les Touaregs Kel Adagh. Dépendances et révoltes : du Soudan français au Mali contemporain, Paris, Karthala.

CASTALDI Francesca, 2006, Choreographies of African identities, negritude, dance, and the National Ballet of Senegal, Urbana/Chicago, University of Illinois Press.

COQUERY-VIDROVITCH Catherine, 2006, « De la ville en Afrique noire », Annales. Histoire, Sciences Sociales, n° 5, p. 1087-1119.

COUNSEL Graeme, 2009, Mande popular music and cultural policies in West Africa, Paperback, Vdm Verlag.

DIAWARA Mamadou, 1996, « Le griot mande à l’heure de la globalisation », Cahiers d’études africaines, vol. 36, n° 144, p. 591-612.

DJEBBARI Élina, 2013, Le Ballet national du Mali : créer un patrimoine, construire une nation. Enjeux politiques, sociologiques et esthétiques d’un genre musico-chorégraphique, de l’indépendance du pays à aujourd’hui, thèse de doctorat, École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris.

FRÉTIGNY Jean-Baptiste, 2015, « L’hypermobilité : une figure introuvable ? », SociologieS [en ligne], mis en ligne le 02 novembre 2015, consulté le 10 avril 2016. URL : http://sociologies.revues.org/5166

GAUGUE Anne, 1997, Les États africains et leurs musées, Paris, L’Harmattan.

HASTINGS Adrian, 1997, The construction of nationhood: ethnicity, religion and nationalism, Cambridge, Cambridge University Press.

HOBSBAWM Eric, 1992, Nations et nationalisme depuis 1780, Paris, Gallimard.

HOLDER Gilles, 2001, Poussière, Ô Poussière ! La Cité-État sama du pays dogon (Mali), Nanterre, Société d’ethnologie.

JANIN Pierre, 2001, « Une géographie sociale de la rue africaine (Bouaké, Côte d’Ivoire) », Politique Africaine, n° 82, p. 177-189.

KABIR Ananya Jahanara, 2011, « Salsa/Bhangra: transnational rhythm cultures in comparative perspective », Music and Arts in Action, vol. 3, n° 3, p. 40-55.

KABIR Ananya Jahanara, 2013, « Hips don’t lie: salsa and new cosmopolitanisms in the Indian city », Moving Worlds. A Journal of Transcultural Writings, vol. 13, n° 2, p. 161-174.

KASSIBO Bréhima, 1997, « La décentralisation au Mali : état des lieux », Bulletin de l’APAD [En ligne], n° 14, mis en ligne le 26 janvier 2007, consulté le 01 août 2012. URL : http://apad.revues.org/579

KIPRE Pierre, 2005, « La crise de l’État-nation en Afrique de l’Ouest », Outre-Terre, n° 11, p. 19-32.

LANNOY Pierre, RAMADIER Thierry (dir.), 2007, La mobilité généralisée. Formes et valeurs de la mobilité quotidienne, Louvain-la-Neuve, Bruylant-Académia.

LECOCQ Jean Sebastian, 2002, That desert is our country: Tuareg rebellions and competing nationalisms in comtemporary Mali (1946-1996), PhD, Faculty of Social and Behavioural Sciences, Amsterdam Institute for Social Science Research, Amsterdam.

LEE Benjamin, LIPUMA Edward, 2002, « Cultures of circulation: the imaginations of modernity », Public Culture, vol. 14, n° 1, p. 191-213.

MALAQUAIS Dominique, 2005, « “Villes flux” Imaginaires de l’urbain en Afrique aujourd’hui »,
Politique africaine, vol. 4, n° 100, p. 15-37.

MIAUX Sylvie, 2009, « Introduction », Géographie et cultures, n° 70, p. 3‑6.

MONTULET Bertrand, 2005, « Au-delà de la mobilité : des formes de mobilités », Cahiers internationaux de sociologie, n° 118, p. 137-159.

MÜLLER Bernard, 2006, La tradition mise en jeu. Une anthropologie du théâtre yoruba, Paris, Aux lieux d’être.

NEVEU KRINGELBACH Hélène, 2007, « “Le poids du succès”, construction du corps, danse et carrière à Dakar », Politique Africaine, n° 107, p. 81-101.

OLIVIER Emmanuelle, 2004, « La petite musique de la ville. Musique et construction de la citadinité à Djenné (Mali) », Journal des Africanistes, vol. 74, n° 1-2, p. 97-123.

OLIVIER Emmanuelle, 2014, « Composer avec le monde », Volume ! La revue des musiques populaires, n° 10-1, Éditions Seteun, p. 7-27.

POURTIER Roland, 1990, « L’Afrique dans tous ses États », Espaces Temps, n° 43-44, p. 82-86.

SAMAKÉ Sada, 2008, Mémoire de la jeunesse malienne, tome 1, Bamako, Togouna Édition.

SCHULZ Dorothea E., 2001, Perpetuating the politics of praise: jeli singers, radios, and political mediation in Mali, Köln, Köppe.

SHIPLEY Jesse Weaver, 2013, « Transnational circulation and digital fatigue in Ghana’s Azonto dance craze », American Ethnologist, vol. 40, n° 2, p. 362–381.

THIESSE Anne-Marie, 1999, La création des identités nationales, Europe XVIII-XXe siècle, Paris, Éditions du Seuil.

TOFFIN Gérard, 1998, « Le tambour et la ville. De l’ethnomusicologie à l’anthropologie urbaine (Népal) », L’Homme, n° 146, p. 113-142.

TOURÉ Younoussa, 1996, La Biennale Artistique et Culturelle du Mali (1962-1988) : socioanthropologie d’une action de politique culturelle africaine, thèse de doctorat, EHESS, Marseille.

Haut de page

Notes

1 Les principales troupes privées de Bamako sont : le Ballet du district de Bamako (créé en 1978, avec une refonte en 1999), le Ballet Babemba (créé en 1983), la Troupe Sewa (créée en 1983), le Ballet Kelete (créé en 1992 et refondu en 2002) et la Troupe Don (créée en 1985). Une troupe de ballet est en moyenne constituée d’une vingtaine de personnes incluant un directeur/chorégraphe, cinq ou six musiciens, une quinzaine de danseurs et danseuses en proportion si possible équilibrée mais variant selon les troupes. Si la plupart des membres revendiquent le statut d’« artiste » et combine leur pratique du ballet à d’autres formes musico-chorégra­phiques afin de multiplier les possibilités de rétribution financière, beau­coup occu­pent d’autres types de métiers pour assurer leurs revenus journaliers. Les membres des troupes ne sont pas rétribués lors des répétitions quotidiennes mais le sont lors des spectacles, on pourrait donc parler de pratique semi-professionnelle. Les troupes répètent en moyenne deux heures par jour du lundi au vendredi et se produisent en spectacle de manière aléatoire selon les occasions qui leur sont offertes à Bamako, dans l’ensemble du territoire malien et à l’étranger ; cela peut aller de plusieurs fois par semaine à trois ou quatre spectacles par mois selon les périodes. Le genre du ballet se caractérise par l’exécution d’un répertoire de danses dites traditionnelles chorégraphiées et accompagnées d’une musique polyrythmique exécutée sur les tambours jembé et dunun.

2 Les données empiriques ont été collectées entre 2007 et 2011, principalement à Bamako mais aussi dans d’autres villes maliennes dont Sikasso et Kayes où se sont tenues deux éditions de la Biennale artistique et culturelle en 2008 et 2010. Des entretiens ont été réalisés sur le terrain avec différents acteurs culturels : musiciens, danseurs, directeurs de troupes (Ballet national et troupes privées), personnel du ministère de la Culture et des différents services (à Bamako et dans les régions) notamment liés à l’organisation de la Biennale, personnel d’autres institutions culturelles maliennes dont il est question dans l’article.

3 Le territoire malien présente une superficie d’1 241 238 km2, soit plus de deux fois celle de la France.

4 Pour une analyse plus détaillée de la question du territoire en lien avec les autres problématiques rencontrées par le Mali indépendant dans l’effort de construction nationale, voir Djebbari (2013, p. 21-50).

5 Les traductions des citations de l’anglais au français dans ce texte sont le fait de l’auteure.

6 Notamment lors des principales rébellions touaregs de 1963, 1990, 2006 et 2012.

7 Les affrontements entre certains groupes touaregs et l’armée malienne, qui s’étaient intensifiés au début de l’année 2012, avaient provoqué la déroute de l’armée malienne dans le nord. Un coup d’État militaire perpétré le 22 mars 2012 avait renversé le gouvernement d’Amadou Toumani Touré, qui achevait son deuxième mandat présidentiel. Profitant de la débâcle militaire, des groupes islamistes liés à AQMI et des groupes touaregs réunis au sein du MNLA (Mouvement National pour la Libération de l’Azawad) avaient très rapidement pris les principales villes du Nord-Mali. Le MNLA avait proclamé l’indépendance du territoire de l’Azawad le 6 avril 2012, mais il avait été par la suite dominé par les groupes islamistes. Ces derniers ont contrôlé les principales villes du nord dans lesquelles ils avaient établi la charia avant que l’armée française n’intervienne en janvier 2013.

8 Au Mali, à Djenné par exemple, les individus se définissent d’abord en fonction d’un lieu, leur ville. Ils se disent « gens de Djenné » (jenne bòrò) (Olivier, 2004). Il en est de même à Ségou et dans d’autres villes importantes du Mali. Gilles Holder analyse différents éléments d’identification des Saman au Mali, et montre comment ils se disent aussi Djennenke (« ceux de Djenné ») (Holder, 2001).

9 Le Groupe dramatique, qui portera plus tard le nom de Koteba National, a pour objet l’expression théâtrale ; l’Ensemble instrumental est un orchestre regroupant les instruments traditionnels du pays. L’Orchestre moderne est constitué d’instruments de musique dits modernes, c’est-à-dire de facture occidentale et dont la plupart sont amplifiés : basse, batterie, guitare électrique, synthétiseur, cuivres, etc. Enfin, le Ballet national, dont il est question ici, se consacre à la représentation des danses des différentes régions du pays.

10 Lors de l’étude, le Mali était divisé en neuf régions administratives : Kayes, Koulikoro, Sikasso, Ségou, Mopti, Tombouctou, Gao, Kidal et le district de Bamako, elles-mêmes subdi­visées en cercles, en arrondissements et en communes. Deux autres régions, Taoudénit et Ménaka, ont été créées en 2012.

11 Notes de terrain, avril 2008.

12 Cependant à l’inverse, les résultats des dernières éditions de la Biennale (2008 à Kayes et 2010 à Sikasso) ont mis en avant les régions du nord du pays. En 2008 par exemple, les régions de Gao et Tombouctou remportaient respectivement les première et troisième places du classement général. Cette manifestation s’est ainsi avérée récemment propice à la mise en œuvre de mesures symboliques visant à favoriser le nord et à encourager le développement artistique des autres régions. Dans cette optique, la décentralisation des Biennales apparaît comme un vecteur de changement du monopole artistique longtemps localisé à Bamako. Cette mise en valeur confère ainsi une reconnaissance symbolique aux populations septentrionales longtemps écartées de la construction nationale.

13 Malgré l’amélioration des infrastructures routières dans certaines zones, ce n’est qu’assez récemment que les troupes des régions du nord du pays, notamment celle de Kidal, participent régulièrement à ces événements et assurent la compétition dans toutes les disciplines de la Biennale. La région de Kidal en tant qu’entité administrative n’existe que depuis 1990 ; elle était auparavant englobée dans la région de Gao. Ce découpage administratif explique donc la participation récente de la troupe de Kidal en tant que telle. Lors de la SNAC en 2001, la troupe de Kidal n’avait participé qu’à trois épreuves, mais avait tenu à être présente pour ne pas déclarer forfait. Amadou Toumani Touré (ATT), alors président de la République du Mali, saluait dans son discours inaugural de la Biennale de Kayes en 2008 la venue de la troupe de Kidal qui effectuait un déplacement très important étant donné leur éloignement géo­gra­phique – Kidal et Kayes sont en effet distantes de plus de 2000 kilomètres l’une de l’autre.

14 Ces biennales sont aussi sportives de 1970 à 1978, puis les activités sportives et artistiques se déroulent en alternance de 1979 à 1984 avant d’être à nouveau réunies en 1986 et 1988 (Touré, 1996). Depuis 2003, la Biennale est seulement « artistique et culturelle ».

15 Elle n’a pour l’instant pas encore été réorganisée à l’heure de la rédaction du présent article.

16 Les troupes sont hébergées dans des conditions très précaires au sein des écoles et lycées réquisitionnés pour l’occasion. Les artistes se plaignent à chaque édition de leurs conditions de logement où règnent la promiscuité et l’insalubrité entre autres problèmes de manque d’eau potable, d’électricité, de nourriture.

17 Chacune des neuf troupes étant constituée d’une centaine de personnes, l’effectif total des troupes représente environ un millier de personnes.

18 Pour de plus amples détails sur ces circulations de compétences artistiques dans le cadre de la Biennale, voir Djebbari (2013, p. 402-405).

19 Cela pouvant parfois créer des tensions avec les employés présents dans les locaux environnants ou concurrencer d’autres présences sonores comme les appels à la prière des mosquées bamakoises par exemple.

20 Le Conservatoire est la première structure publique offrant une formation en danse classique, contemporaine et traditionnelle au Mali.

21 De nombreuses occasions de performance sont offertes aux troupes de ballet de la capitale malienne : cérémonies publiques d’inauguration de nouveaux espaces architecturaux, ouver­ture d’événements ponctuels, accueil des chefs d’État étrangers à l’aéroport, réunions d’asso­ciations, fêtes de mariages ou de baptêmes, concerts, festivals, concours de danse, etc. En outre, un autre espace médiatique est également investi par ces troupes ou certains de leurs membres : les vidéo-clips, qui passent en grand nombre à la télévision malienne. Ainsi, les troupes dans leur ensemble ou leurs principaux acteurs (danseurs ou musiciens) investissent massivement le paysage culturel de la capitale et du pays, tant physiquement que virtuellement.

22 Dans son étude de l’émergence de la salsa dans les métropoles indiennes de Delhi et Bombay, Ananya Jahanara Kabir (2013) montre comment l’adoption de cette pratique choré­graphique transnationale crée de nouvelles formes de sociabilité et de cosmopolitisme défiant certains modes de régulation sociale en vigueur jusqu’alors. De la même manière, les troupes de ballet représentent aussi un espace de transgression sociale en ce qu’elles permettent le développement de carrière artistique que les familles souvent réprouvent a priori (Djebbari, 2013, p. 327-331).

23 Comme exposé ci-dessus, les danseurs se déplacent sans cesse entre différents lieux à l’échelle tant locale que nationale, sous-régionale et internationale.

24 Pratiquée à un niveau professionnel, la danse peut permettre le développement de « nouvelles figures de la réussite » (Banegas, Warnier, 2001).

25 L’objet de cet article n’est pas de questionner les parcours et interactions des danseurs par rapport à l’espace urbain et à la notion de « territoire » en termes de « mobilité généralisée » (Lannoy, Ramadier, 2007) voire d’« hypermobilité » (Frétigny, 2015) mais de voir comment différents registres de mobilités se superposent et agissent comme autant de dynamiques réciproques.

26 Un autre niveau de mobilité, virtuelle ou « digitale » (Shipley, 2013), pourrait aussi être analysé en ce que les possibilités de circulation de l’image des danses et des danseurs sont décuplées par leur inscription dans les nouveaux formats médiatiques tels que les vidéo-clips diffusés à la télévision et via internet.

27 Les maquis sont des lieux de divertissement, des sortes de bars musicaux où l’on peut boire, danser et écouter de la musique généralement jouée par un orchestre.

28 Par exemple, Bernard Müller en rend compte au niveau des acteurs du monde du théâtre yoruba au Nigéria (2006, p. 66-68) ; Francesca Castaldi pour les danseurs dakarois (2006, p. 125).

29 Pour des raisons économiques, rares sont les artistes de Ballet qui se limitent à une seule activité et à un genre artistique unique car il leur faut au contraire multiplier les opportunités de performance pour faire de la danse leur principale mode de subsistance.

30 Ces deux institutions proposent des structures de formations professionnelles en danse tradi­tionnelle et contemporaine et des espaces de résidence pour que les artistes puissent y monter des créations.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Musiciens du Ballet national du Mali lors de leur spectacle à l’occasion de l’ouverture de la Coupe de l’UEMOA
Légende Stade Modibo Keïta, Bamako, novembre 2008
Crédits © Élina Djebbari
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/4197/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Figure 2 – Carte du Mali et des régions administratives
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/4197/img-2.png
Fichier image/png, 30k
Titre Figure 3 – La troupe du Ballet Babemba en répétition à la Maison des Jeunes
Légende Bamako, décembre 2010. Leur lieu de répétition habituel, le Carrefour des Jeunes, étant en travaux, la troupe s’était provisoirement relocalisée dans cet espace culturel important à Bamako, illustrant la circulation des troupes entre les différents espaces culturels de la ville.
Crédits © Élina Djebbari
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/4197/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Figure 4 – Centre Togola, Sabalibougou, Bamako
Crédits © Élina Djebbari
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/4197/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Figure 5 – Spectacle du Ballet Kelete au Centre de Recherche et de Création Artistique (CRCA)
Légende Sogoniko, Bamako, avril 2008
Crédits © Élina Djebbari
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/4197/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Figure 6 – La troupe du Ballet du district de Bamako après leur performance pour la cérémonie d’ouverture de la 15e édition de la rue marchande des Halles de Bamako à l’occasion des fêtes de fin d’année
Légende Faladié, Bamako, 15 décembre 2009
Crédits © Élina Djebbari
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/4197/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 295k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élina Djebbari, « Danse, mobilités et dynamiques territoriales au Mali », Géographie et cultures, 96 | 2015, 62-83.

Référence électronique

Élina Djebbari, « Danse, mobilités et dynamiques territoriales au Mali », Géographie et cultures [En ligne], 96 | 2015, mis en ligne le 20 janvier 2017, consulté le 16 octobre 2017. URL : http://gc.revues.org/4197 ; DOI : 10.4000/gc.4197

Haut de page

Auteur

Élina Djebbari

King’s College, Londres
elina.djebbari@kcl.ac.uk

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org