Navigation – Plan du site
Lectures

Paul Claval, Terra dos homens : a geografia

Angelo Serpa
p. 270-272
Référence(s) :

Claval Paul, Terra dos homens : a geografia, São Paulo, Editora Contexto, 2010.

Texte intégral

1Le livre « Terra dos homens : a geografia » est une œuvre particulière. Il s’agit d’une ode aux géographies particulières, au savoir géographique construit par les êtres humains tout au long de leur existence sur notre planète, en contrepoint à la géographie scientifique, qui ne va se structurer que lentement, dans la première moitié du XIXe siècle, d’abord avec la géographie dite ‘physique’ et plus tard, avec aussi une géographie « humaine ». Paul Claval part de l’idée que les êtres humains et les sociétés disposent de « méthodes » grâce auxquelles « ils réussissent à se repérer, à se reconnaître et à se diriger » (p. 19) : c’est une géographie première, une géographie de l’orientation, qui se complète de repères linguistiques, par exemple, quand nous collons des ‘étiquettes’ aux lieux pour les baptiser et les reconnaître. Une telle géographie fait « nécessairement partie de toute culture » (idem).

2Les « géographies vernaculaires » se réfèrent aux pratiques, aux aptitudes et aux savoirs géographiques que « tout le monde possède ». Avec l’élargissement des sphères de la vie sociale et l’émergence des systèmes politiques, les savoirs « liés à l’exercice du pouvoir » (p. 30) s’ajoutent à ces géographies « premières ». Ce sont des savoirs marqués par les intérêts particuliers des masses populaires et de ceux qui les dirigent ; ils visent ‘à répondre aux nécessités de la vie et à l’exercice du pouvoir’ (idem). C’est à partir de ces prémisses que Claval va analyser, dans les deux premières parties de son livre, la géographie comme pratique et la géographie comme expérience de l’espace et des lieux, mettant l’accent sur les dimensions du quotidien, comment habiter et comment voyager. Au-delà de la vie quotidienne, il va également mettre l’accent sur l’imagination géographique et l’expérience des ‘autres mondes’.

3Dans ce contexte, la « terre sans mal » des indiens Tupi-Guarani du Brésil est rappelée pour souligner la force du mythe qui poussait les tribus en direction d’un lieu imaginé, ou la vie serait heureuse, la maladie n’existerait pas et les vivres se rencontreraient en abondance. Mené par un sorcier, le groupe abandonnait tout et partait ‘au hasard dans la sylve atlantique ou amazonienne ou dans les cerrados de l’intérieur’ (p. 59). À partir de là, les esprits humains vont construire deux types de géographie, une basée sur l’observation et l’expérience, et l’autre, qui répond aux aspirations profondes des hommes. Pour Claval, les « esprits scientifiques » se refusent à prêter une grande attention à ce second type de géographie apparenté « au songe » (idem). Cette seconde géographie admet l’existence de lieux sacrés, où « l’en-deçà » se manifeste comme une puissance mystérieuse et impressionnante, « menaçante souvent, mais qu’il est possible d’amadouer par des rituels, des sacrifices » (p. 60). La difficulté pour les esprits scientifiques à reconnaître une telle géographie réside dans le fait que les sociétés modernes sont nées du refus de la transcendance religieuse ou métaphysique.

4La troisième et la quatrième partie du livre vont révéler au lecteur la construction de la géographie comme science, à partir de la contribution des Grecs et de sa réinterprétation à la Renaissance, menant à la géographie moderne et à ses mutations. Avec le XVIIIe siècle commence un nouveau cycle dans la construction scientifique de la géographie.

5La géographie physique va naître à partir de la raison naturaliste, s’affirmant au long de tout le XIXe siècle (p. 92-96). De Carl Ritter à Elisée Reclus, de Ratzel à Vidal de la Blache, ce qui s’annonce, c’est la construction au commencement du XXe siècle d’une géographie humaine. Plus tard, le néo-positivisme logique va se constituer comme fondement de la Nouvelle Géographie, en contrepoint de la géographie classique. Par la suite, « l’irruption de la phénoménologie et des courants radicaux va bousculer à la fois les fidèles de l’approche classique et les tenants de la Nouvelle Géographie » (p. 121-122), donnant naissance aux diverses « écoles » de la géographie d’aujourd’hui.

6Les géographies vernaculaires et la géographie scientifique vont confirmer que la connaissance géographique « n’est pas un processus secondaire dans la vie des hommes » (p. 61). La géographie permet aux hommes de comprendre « ce qui fait de notre planète une Terre humaine – et ce qui risque de la rendre inhabitable » (p. 136). Le livre de Paul Claval ouvre beaucoup de portes d’entrée pour comprendre la géographie et son rôle dans le monde contemporain ; « n’est-ce pas à elle, somme toute, de faire comprendre à chacun comment s’est construite la Terre des hommes, et à quelles conditions elle peut le demeurer ? » (p. 137).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Angelo Serpa, « Paul Claval, Terra dos homens : a geografia », Géographie et cultures, 80 | 2011, 270-272.

Référence électronique

Angelo Serpa, « Paul Claval, Terra dos homens : a geografia », Géographie et cultures [En ligne], 80 | 2011, mis en ligne le 19 mai 2013, consulté le 21 août 2017. URL : http://gc.revues.org/581

Haut de page

Auteur

Angelo Serpa

UFBA, Brésil

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org