Navigation – Plan du site

Les fêtes junines de Cachoeira (état de Bahia)

Quand la ville devient spectacle !
June Festivals in Cachoeira (Bahia): when the city becomes a show
Janio Roque Barros de Castro
p. 97-110

Résumés

Autrefois, les fêtes junines du Brésil avaient surtout lieu à proximité de la résidence et étaient liées à des pratiques mythiques et folkloriques. Avec le temps, les fêtes junines ont gagné les rues et sont devenues des évènements publics. On analysera dans ce travail le rôle des manifestations culturelles locales dans le contexte des fêtes junines spectacularisées de la ville de Cachoeira dans la région Nord-Est du Brésil. Pendant les fêtes du mois de juin, de nombreux groupes de samba de roda se présentent sur la scène principale, profitant ainsi d’une plus grande visibilité publique et médiatique. Ces groupes culturels enrichissent l’espace public des aspects et particularités de leurs lieux d’origine respectifs.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Parmi les nombreuses manifestations festives de l’agenda culturel brésilien se distinguent les fêtes junines ; comme leur nom l’indique, elles ont lieu pendant toute la période du mois de juin, notamment dans la Région Nord-Est du Brésil. Cette pratique festive avait autrefois une forte dimension communautaire et familiale, elle s’est étendue et englobe aujourd’hui plusieurs agents et espaces.

2Autrefois, on commémorait le cycle du mois de juin à la maison, dans la rue, avec la famille ou des amis sur les places publiques ou dans des espaces festifs privés. C’est surtout à partir des années 1970 qu’on constate le début d’une ébauche de ce nouveau schéma de fêtes junines, sous l’impulsion des préfectures, entreprises, commerçants et de certains membres des gouvernements des États du Nord-Est, qui ont commencé à investir dans la spectacularisation des fêtes junines comme stratégie à portée médiatique et touristique des villes.

3Selon les études des folkloristes brésiliens tels que Rossini Tavares de Lima (1961) et Luis da Câmara Cascudo (1954), les fêtes junines (jusqu’à la moitié du XXe siècle) étaient auparavant des évènements à portée familiale ayant lieu dans les alentours immédiats des unités résidentielles. La lecture des journaux de l’époque indique clairement qu’à partir de la moitié du XXe siècle, principalement depuis les années 1970, quand s’est intensifié le processus d’urbanisation au Brésil, cette modalité festive s’est étendue dans l’espace et a commencé à se réaliser dans les zones publiques (rues, places), concentrant alors de grandes foules dans quelques grandes villes brésiliennes comme Cachoeira.

  • 1 1. Éditions nº 21 et nº 33

4La ville de Cachoeira a été l’une des pionnières à promouvoir les fêtes junines comme spectacles. Selon la revue Viver Bahia1, la première expérience festive de cette nature a eu lieu en 1972, sous l’initiative de la Bahiatursa, entreprise de tourisme de Bahia, au cours de la période de reconnaissance de la ville de Cachoeira comme patrimoine national. La fête est réalisée depuis sa première édition dans la rue Avenida Virgilio Reis (Rua do Cais) qui borde le fleuve Paraguaçu, bénéficiant ainsi de tout le symbolisme culturel du marché libre qui a lieu sur les rives fluviales de Cachoeira, appelé Marché du Port (Feira do Porto). Autrefois, c’est sur ce marché qu’étaient commercialisés les produits typiques de l’époque junine. L’apogée du Marché du Port en tant que marché régional périodique, a eu lieu pendant la période de connexion multimodale du système de transports de Cachoeira, quand le mouvement des passants s’intensifiait entre la gare, l’arrêt de bus et l’important port fluvial (aujourd’hui désactivé). Dans les années 1970, quand le mouvement routier s’est consolidé, les options de transports fluviaux et ferroviaires se sont alors épuisées. La fête junine à l’emplacement de l’ancien port commence son cycle avec ses concours de quadrilles, ses baraques, la samba de roda (ronde de samba), les jeux de tresse-rubans (trança-fita) et d’autres divertissements populaires. La Bahiatursa, qui promeut le tourisme dans l’État de Bahia, a sponsorisé et organisé la fête junine de Cachoeira, contribuant ainsi de manière décisive à la croissance touristique de l’événement. À partir des années 1970, la Bahiatursa a peu à peu cédé la réalisation de l’événement à la préfecture locale.

5Le rôle des manifestations culturelles les plus importantes sera analysé dans cette étude, comme la samba de roda et autres pratiques ludiques et festives dans le contexte des fêtes junines spectacularisées dans la ville de Cachoeira. Ces manifestations enrichissent l’espace public, à l’apogée de la visibilité publique et médiatique du cycle de la période junine, des aspects de leurs lieux d’origine respectifs et des éléments qui mettent en évidence leurs parcours esthétiques et de divertissement. L’élaboration de ce travail de recherche, appartenant à une thèse de doctorat, a pris son origine à partir des observations, caractérisation et contextualisation de l’objet d’étude et de l’élaboration d’un référentiel théorico-conceptuel. Pour comprendre comment étaient réalisées les fêtes junines dans le passé, surtout pendant la période comprise entre le début du XXe siècle et les années 1970, on a utilisé les journaux de l’époque, revues et entretiens. Pour la lecture des fêtes junines actuelles, on a analysé des projets de fêtes, effectué des travaux sur le terrain, des entretiens et étudié les documents institutionnels comme le plan directeur urbain de Cachoeira.

6On est premièrement parti d’une appréciation préliminaire sur les sens et les origines des fêtes, puis, par la suite, on a analysé les spécificités des fêtes junines de la ville de Cachoeira, en insistant sur les manifestations culturelles locales comme, par exemple, la samba de roda.

Conceptions des fêtes et le sens de fêter : une approche préliminaire

7Quel est ou quels sont les sens de la fête ? Comment sont conçus les espaces festifs de la contemporanéité ? Selon la conception de Jean Duvignaud (1983), les fêtes se configurent comme des évènements qui déterminent une rupture de la vie sociale caractérisée par la production d’un temps et d’une forme du vivre offrant momentanément des alternatives au quotidien bureaucratisé dépendant des règles de conduite sociale. Par l’adhésion à cette réalité parallèle et éphémère, se créent des sujets ou groupes imaginaires qui peuvent être des êtres mythiques ou même de grandes personnalités ; dans ce contexte, un ouvrier salarié peut se transformer en un prince ou un roi, comme le rappelle l’anthropologue Roberto Damatta. Dans cette perspective, la fête urbaine se constituerait grâce à une métamorphose transitoire des rôles sociaux, assurant une rupture avec le quotidien fonctionnel comme le soulignent certains auteurs.

8Les fêtes populaires se constituent comme une importante manifestation culturelle qui peut avoir comme origine un évènement sacré, social, économique, ou même politique du passé et qui passe constamment par des processus de recréations et d’actualisations ; Comme l’observe Paul Claval (1999), la culture, comme héritage transmis, peut avoir comme origine un passé lointain, ce qui ne signifie pas qu’elle se constitue en un système clos et immuable. Cette conception de la culture comme système ouvert permet au chercheur de comprendre la dynamique de certaines manifestations culturelles qui préservent certains éléments importants qui représentent le passage entre passé, mythe fondateur et présent. Pour qu’aient lieu ces changements, transformations et réinventions des pratiques culturelles, les contacts sont fondamentaux, comme le rappelle Claval (1999) et, sous cet aspect, on observe une intensification des formes d’information et de communication au cours des dernières décennies. Par ailleurs, le côté mercantile de certaines fêtes actuelles défait le rapport entre l’acte de fêter et la remémoration, la connaissance historique, un mythe fondateur ou même une pratique de réactualisation, comme le soulignent des auteurs comme Mircea Eliade (1992) et Luis da Câmara Cascudo (1969). La perspective ludico-culturelle, empreinte de symbolisme, se différencie de la pratique festive comme loisir éphémère, fondé sur le loisir et le divertissement, comme l’a remarqué Hannah Arendt (2002), constituant fondamentalement une pratique présentéiste, qui, sous divers aspects, rappelle le passé en toile de fond ou dans une perspective d’esthétisation de l’espace festif. Il est évident qu’il ne s’agit pas de défendre dans ce travail le maintien de pratiques festives essentialistes, déterminées par une supposée aura qui les conserverait immuables au cours du temps ; la société est dynamique, c’est pour cette raison que l’acte et les sens du fêter se différencient avec le temps. Les réflexions sur les différences entre les fêtes de remémoration, possédant des liens solides avec les pratiques du passé, et les fêtes de loisirs, dont la finalité est de promouvoir le loisir, le divertissement ou la célébration déterminée du présent, ont pour but de présenter une contextualisation de certaines facettes de la pratique festive du peuple brésilien. Les fêtes junines, objet de cet essai, tout comme les autres manifestations festives, oscillent entre les deux acceptations abordées ci-dessus.

9On peut affirmer que les fêtes séculaires de la Saint-Jean se constituent comme tradition au Brésil, originaires des zones rurales, présentant une distribution spatiale ponctuelle (rencontres entre membres de la famille) et répétitive (réunions autour des feux de bois). En plus du fixe, on y trouvait le flux : les personnes se déplaçaient de manière diffuse en direction des autres résidences pour danser, déguster des nourritures typiques, boire les traditionnelles liqueurs, faire exploser des pétards, entre autres pratiques. Peu à peu, ces habitudes se sont progressivement urbanisées, certains éléments de coutumes anciennes ayant été réinventés.

Origine des fêtes brésiliennes du mois de juin

10Selon le chercheur Luis da Câmara Cascudo (1969), les fêtes junines ont été recréées à partir d’autres festivités européennes, plus spécifiquement portugaises. Elles avaient un caractère familial et/ou éventuellement communautaire, incorporant une atmosphère ritualistique qui comprenait des aspects religieux et mythiques.

11Selon les récits bibliques, Isabelle, la mère de Jean-Baptiste, était stérile et en âge avancé. En dépit de ces empêchements, elle tomba enceinte et dit à sa cousine Marie, la mère de Jésus-Christ, qu’elle annoncerait la naissance de son fils en allumant un grand feu. Le fils d’Isabelle sera le prophète Jean-Baptiste qui, plus tard, baptisera Jésus-Christ dans les eaux du fleuve Jourdain et sera le messager de la venue du Messie.

12Cette version, en rapport avec le sacré, expliquerait la pratique qui veut que l’on allume un feu le 23 juin. Cependant, certains chercheurs attribuent l’acte de faire un feu de bois aux pratiques européennes païennes ; certains peuples voyaient dans le feu un élément magique qui éloignait les peste des cultures. Selon une dimension mythique folklorique, on affirme que saint Jean dort dans les profondeurs profanes des fêtes junines. Si, par hasard, il se réveillait, témoin de la manière dont on fête sa naissance, il descendrait du ciel et perdrait sa sainteté. Il est important de rappeler que saint Jean, commémoré dans le Nord-Est brésilien dans sa dimension profane, est le saint sous forme d’enfant, comme le montrent certaines peintures représentant un enfant métis aux cheveux bouclés tenant entre ses bras un mouton.

13Les fêtes junines dans la région Nord-Est du Brésil sont des évènements à prédominance profane, mais qui ont leur origine dans les éléments du sacré, réinventés par la culture populaire et retracés dans l’espace urbain. Pour Eliade (1992), les fêtes d’origine religieuse sont liées aux pratiques et rituels de réactualisation d’évènements et de faits du passé. Ceci ne s’applique cependant pas aux festivités junines actuelles, dans lesquelles on ne note pas cette préoccupation vis-à-vis de la mémoire collective, ni des actes et évènements semi-divins du temps sacré. Les feux qui symboliseraient une ébauche de réactualisation d’événements continuent d’être allumés devant les maisons, même dans un contexte de grandes scènes urbaines de spectacles ; toutefois leur sens est plutôt profane.

14Saint Antoine, saint Jean et saint Pierre sont des saints vénérés par le catholicisme officiel à partir de rites liturgiques formels et fêtés par le catholicisme populaire à travers des pratiques créées et réinventées par le peuple au fil du temps. Saint Jean est le seul saint du calendrier catholique brésilien qui est fêté le jour de sa date de naissance. Autour des festivités religieuses et populaires de la Saint-Jean – celle-ci représentant le moment le plus fort du cycle de juin – existent des myriades de légendes, de superstitions, de mysticisme et de pratiques magiques qui se mêlent aux pratiques liées au sacré, au profane et au mythique, dans une atmosphère syncrétique dans laquelle les éléments de la nature sont essentiels. Dans ce contexte où le sacré, le profane et le mythique s’interpénètrent et se mêlent, les fêtes junines sont réinventées de manière ludique dans les maisons, dans les rues, dans une dimension communautaire, avec les groupes d’amis et en famille.

15

Photo 1. Chapelle improvisée avec l’image des trois saints de l’époque junine : Saint Antoine, Saint Jean et Saint Pierre dans la ville de Cachoeira, État de Bahia

Photo 1. Chapelle improvisée avec l’image des trois saints de l’époque junine : Saint Antoine, Saint Jean et Saint Pierre dans la ville de Cachoeira, État de Bahia

Janio Roque Barros de Castro, juin 2008

La samba de roda et le groupe culturel Esmola Cantada dans les grandes fêtes junines de Cachoeira

16La ville de Cachoeira se présente comme le deuxième ensemble urbain de l’État de Bahia, notable de par sa diversité et son potentiel esthétique et par sa localisation géographique. Le patrimoine naturel et de paysage des environs s'ajoute au patrimoine culturel reconnu. De nombreuses manifestations culturelles festives et religieuses sont reconnues au niveau international, la fête de Notre-Dame-de-la-Boa-Morte qui a une répercussion régionale, nationale et globale et la fête junine urbaine sur les bords du fleuve se distinguent dans ce cadre matériel. Ces évènements culturels s’insèrent dans l’espace-temps avec une plus grande visibilité pour les importantes manifestations culturelles locales/régionales, comme la samba de roda, reconnue comme patrimoine immatériel brésilien en 2004 et en 2005, inscrit sur la liste des œuvres primordiales du patrimoine oral et immatériel de l’humanité de l’UNESCO – Organisation des Nations Unies pour l'Éducation, la Science et la Culture.

17Lors de la programmation de la Saint-Jean de Cachoeira, on observe un mélange d’attractions intégrant les manifestations culturelles locales dans la grande masse des médias brésiliens. Certaines attractions du début des années 1970 sont encore présentes comme pratique culturelle active, d’autres se sont incorporées à la fête au cours du temps. Certaines demeurent comme des pratiques résiduelles ou comme exhibitions sporadiques, intermittentes ou même presque éteintes, comme le défi des joueurs de violes et certains jeux infantiles, comme le casse-pot. Certaines modalités ludiques festives du cycle de juin qui ont lieu à Cachoeira dans les années 1979 et 1980 ont été reprises et actualisées par d’autres entités junines actuelles, comme les dramatisations satyriques, dans lesquelles sont mises en scène des situations grotesques du quotidien rural des petites villes, adoptées par les organisateurs des fêtes junines de la ville d'Amargosa, dans l’État de Bahia.

18Le groupe culturel Esmola Cantada est un important élément d’attraction culturelle, originaire du quartier Ladeira da Cadeia dans les années 1940 et 1950, avec l’objectif de collecter des contributions pour réaliser la fête religieuse en hommage à la Sainte-Croix (Santa Cruz), patronne de cette communauté. Le groupe collecte des dons auprès des habitants en faisant du porte-à-porte du mois d’août au mois de novembre, il chante des cantiques religieux au son d’instruments typiques de la samba de roda, comme le tambourin, la viole, et la petite guitare appelée cavaquinho. Au moment où ils reçoivent l’offrande des habitants, les membres du groupe substituent le chant religieux par la samba de roda pour remercier de la collaboration, pour l’argent reçu. Le groupe Esmola Cantada a commencé à se présenter pendant la Saint-Jean de Cachoeira dès les années 1990 et est actuellement l’un des groupes les plus populaires.

19Les manifestations culturelles locales, les groupes de samba, le divertissement de Bumba meu Boi, marionnette dansante symbolisée par une vache, le groupe culturel Esmola Cantada se présentent généralement l’après-midi ou en début de soirée. Même si la traditionnelle samba de roda de Cachoeira se présente dans d’autres fêtes populaires, la Saint-Jean peut être considérée comme l’événement à travers lequel elle atteint l’apogée de la visibilité publique et médiatique. Toutes les attractions qui se présentent à Cachoeira sont actives, c’est-à-dire, qu’en dehors du cycle de la période junine, elles se présentent également dans leur lieu d’origine, dans d’autres quartiers de Cachoeira, ainsi que dans les autres municipalités de Bahia. Auparavant, la samba de roda et les autres présentations locales se réalisaient à « l’heure noble » des spectacles du mois de juin, c’est-à-dire à partir de 22 heures ; cependant, ces dernières années, les présentations culturelles locales ont pris leur place sur la scène principale durant l’après-midi ou la soirée. On observe clairement que l’option des promoteurs des fêtes junines de Cachoeira est de concilier l’aspect culturel des festivités junines avec les dites grandes attractions (artistes célèbres au niveau national) qui se présentent pendant toute la nuit jusqu’à l’aube. Les gestionnaires publics municipaux cherchent à allier les particularismes culturels locaux à la spectacularisation imagétique des chanteurs de renom afin de consolider l’intensification touristique saisonnière.

20Un aspect marquant de la Saint-Jean de Cachoeira est le lien entre attraction musicale, sa place d’origine et les racines culturelles dans lesquelles elle s’insère : Samba de Roda Filhos de Caquende (nom qui rend hommage à un quartier très connu localement) ; Samba de Roda Filhos de Nagô et Filles de Yasmim ; Samba de Roda Filhos de Ogum (noms qui rendent hommage à des divinités ou expressions des religions de matrices africaines), Samba de Roda du Varre Estrada (nom d’un quartier de la ville voisine, São Felix), entre autres. Le nom des groupes de samba de roda représente un hommage à la toponymie du lieu d’origine, qui correspond à l’espace où habitent la plupart des membres ou encore le lieu où a été fondé le groupe musical qui, par conséquent, représente une dimension historique, identitaire et relationnelle, comme le souligne Marc Augé (1994). Cette lecture du lieu à partir de l’attraction est topologique, toponymique, trans-temporelle et transcendantale, liée à l’ancestralité dans une dimension mythique et ethnique. C’est pour cela qu’apparaissent des dénominations liées aux cultes de matrice afro-brésilienne.

21Même pour les habitants qui ne fréquentent pas l’espace festif pendant la période de juin, la mention des noms des manifestations culturelles musicales, dansantes ou chantantes, de certaines rues de la ville, est un motif d’orgueil. Dans ce contexte de valorisation toponymique des attractions que les groupes culturels présentent au public par les moyens de communication dans le temps/espace festif urbain du cycle de l’époque junine, le toponyme d’origine donne son nom à l’attraction, à son balancement dansant, ou fait mention à son quartier avec une forte connotation tellurique et d’identité de quartier, comme dans les couplets chantés par le groupe Esmola Cantada :

22Inséré dans le caractère spectaculaire des fêtes junines, il existe un désir explicite de la part de certaines manifestations culturelles de faire l’apologie du lieu, non comme espace fonctionnel mais comme élément culturel multi-identitaire. L’expression « vadiar », traîner, vagabonder, utilisée dans les sambas de l’État de Bahia n’est pas liée à l’oisiveté ou la paresse d’un prétendu vagabond ; elle se réfère à la lucidité reconnue de la mobilité soit errante, soit directionnelle du sujet. Vadiar, c’est marcher de manière décontractée, sans engagement ni heures pour arriver dans un lieu déterminé ; d’ailleurs, il se peut qu’il n’y ait pas même un lieu où aller. C’est flâner, se promener. C’est la ginga, le balancement dansant et spontané du danseur. On peut vadiar de manière solitaire ou dans la perspective du groupe, en rondes de samba entre membres de la famille ou amis, ou dans la trame esthétique de la spectacularité des fêtes junines des villes comme Cachoeira. Comme le révèle la musique, la connotation inter-ponctuelle du déplacement du participant vers l’espace festif indique bien qu’il ne s’agit pas d’un déplacement totalement fondé sur une éphémère désorientation spatiale ; il s’agit d’un trajet qui alterne incessamment entre le canalisé et le ponctuel, alors que l’on se dirige vers la fête, puis vers la scène, ou au retour vers la maison, et pourtant partiellement errant lorsqu’a lieu la circularité à travers la ville ou l’espace festif et ses environs. L’apologie topophyle apparaît immiscée dans les paroles des musiques qui sont chantées de manière émotive et prenante par les artistes/participants locaux.

23On observe éventuellement quelques touristes de l’événement ou même des habitants de la ville de Cachoeira qui affirment avec nostalgie que de nombreuses manifestations culturelles ont disparu avec les fêtes junines actuelles, dans lesquelles on donne la priorité à la danse appelée forró, cette fois électronique, au détriment du potentiel culturel de la ville en question. Le forró électronique qui s’apparente à la lambada est une modalité musicale plus rapide, sensuelle, qui attire donc beaucoup les jeunes.

24Dans cette étude, on part de la conception de réinvention festive de certaines pratiques culturelles, qui se modifient dans le parcours historique de la dynamique sociale dans la contemporanéité, quand les moyens de communication et d’information mélangent, interpénètrent et rendent hybrides les manifestations culturelles à une vitesse bien supérieure à celle du passé. Le participant de la ville de Salvador, capitale de l’État, ou venu d’autres localités qui a choisi de passer la Saint-Jean à Cachoeira, attiré par la ginga et l’esthétique corporelle engageante de la samba de roda peut aussi apprécier la musique populaire brésilienne ou d’autres modalités musicales comme le forró électronique des nuits junines sur les bords fluviaux de la ville.

25Même si l’on reconnaît la dynamique culturelle analysée du point de vue de la coexistence et de la diversité, il nous faut souligner qu’il existe à Cachoeira beaucoup de personnes et certains segments culturels en opposition à ce modèle de fête junine spectacularisée selon une dimension touristique, qui revendiquent la promotion d’un événement festif plus horizontal et spontané, de dimension communautaire, à partir du protagonisme esthétique des manifestations culturelles locales. Il n’existe cependant pas de conflits explicites, mais même si elle est pionnière dans la promotion des fêtes junines concentrées et spectacularisées, cette modalité d’événement est vue de manière étrange par une partie de la population de Cachoeira qui valorise comme marque locale d’autres manifestations comme la fête de Notre-Dame-de-la-Bonne-Mort, Nossa Senhora da Boa Morte, qui a lieu au mois d’août, ou adhère plutôt à une pratique plus proche du divertissement, comme dans la fête de Nossa Senhora da Ajuda. Ces festivités locales, pendant la période junine, voient leur rayon de circularité osciller entre la maison et son entourage immédiat, rues adjacentes, valorisant la dimension communautaire, pendant la même nuit où les « grandes attractions » se présentent devant une foule massive formée par des milliers de personnes sur le bord du fleuve. Curieusement, certaines personnes venues de Salvador, capitale de l’État de Bahia, adhèrent à cette forme d’expérience du cycle des fêtes junines, alors que des milliers d’autres se déplacent vers la macro-fête. Ce sont là les questions, confrontations et particularités des fêtes junines de Cachoeira.

Réflexions finales

26Le caractère spectaculaire, l’inclusion des politiques de partis et les lois du ces évènements ont perdu leur aspect de célébration, comme on l’affirme de manière récurrente.

27Il est possible qu’il soit nécessaire de revoir le concept de célébration festive. En premier lieu, on peut affirmer qu’il y a eu une claire diminution des pratiques et des rites liés à la dimension religieuse de nombreuses festivités ; cependant, au-delà des célébrations totalisantes de la dimension du sacré, il existe les micro-célébrations en famille, de l’ordre profane, qui peuvent avoir lieu au sein de la fête junine spectacularisée : on y commémore anniversaires, mariages, congés, puisque dans le Nordeste, il est très commun de prendre des vacances au mois de juin pour profiter des fêtes de la Saint-Jean. Le pouvoir de réinvention des personnes fait surgir, dans les interstices macrospatiaux de la spectacularité, des modalités de pratiques qui pourront rendre possibles, dans un contexte prospectif, de nouvelles perspectives s’ajoutant aux sens du mot « fêter ».

28La mégafête junine de Cachoeira divulgue les attractions populaires, renforce les liens telluriques et topophyliques des participants avec le lieu d’origine (rue, quartier, localité) et construit dans l’espace-temps une plus grande visibilité des manifestations culturelles locales. Les groupes chantent en hommage à leur ville ou quartier, et en même temps, diffusent leur manière de fêter la Saint-Jean dans une ville reconnue pour son potentiel culturel.

29Avec les grandes fêtes réalisées sur les places publiques des villes de la région du Nord-Est du Brésil, comme Cachoeira, peut-on parler de la fin de petites fêtes dans les maisons ? La réponse est non. On comprend que les fêtes junines familiales, communautaires, résidentielles demeurent comme événements festifs réinventés. Les manifestations culturelles avec de nombreux groupes de samba de roda se présentent encore dans les maisons de certains participants, à proximité de leur résidence, mais se sont aussi étendues vers d’autres quartiers. Pendant les fêtes junines, ces groupes se présentent devant des milliers de personnes, les attirant dans l’espace public à l’aide des moyens de communication (TV, radio et journaux), à travers leurs paroles musicales et leur ginga dansante, aspects de la dynamique socioculturelle des lieux d’origine respectifs, de la lucidité et de l’affectivité.

Haut de page

Bibliographie

ARENDT, Hanna, 2002, Entre o passado e o futuro. Tradução de Mauro W. Barbosa, São Paulo, Perspectiva.

AUGÉ, Marc, 1994, Não lugares – introdução a uma antropologia da supermodernidade, Tradução Maria Lúcia Pereira, Campinas, Papirus.

BAHIA, 2008, Projeto São João da Bahia: a maior festa regional do Brasil, Salvador, Secretaria de Turismo/Bahiatursa.

BAHIATURSA, 1976, Revista Viver Bahia, n° 33, Revista mensal da Bahiatursa. Matéria : Aqui os sinos de Aleluia são envolvidos pelo som dos trios. Revista Viver Bahia, Salvador, Sistema Estadual de Turismo (Secretaria da Indústria e Comércio) / Coordenação de fomento ao turismo, junho.

BAHIATURSA, 1975, Revista Viver Bahia, n° 21, Revista mensal da Bahiatursa. Matéria : Em busca dos balões perdidos, Salvador, Sistema Estadual de Turismo (Secretaria da Indústria e Comércio) / Coordenação de fomento ao turismo.

BAILE E FORRÓ, 1973, « na feira do Porto : Quadra Montezuma », Jornal A Cachoeira, n° 1626, Cachoeira, 27 de maio.

BRANDÃO, C.-R., 1989, A cultura na Rua, Campinas, SP, Papirus.

CASCUDO, Luís da Câmara, 1969, Folclore do Brasil : pesquisas e notas, Brasil/Lisboa : Fundo de Cultura.

CASCUDO, Luís da Câmara, 1954, Dicionário do Folclore Brasileiro, Rio de Janeiro, Ediouro.

CASTRO, J. Roque Barros de, 2008, « As festas em louvor a São João Batista na Bahia : práticas devocionais e elementos míticos na interface sagrado/profano », dans SERPA, Angelo (dir.), Espaços Culturais : vivências, imaginações e representações, Salvador, EDUFBA, p. 181-197.

CASTRO, J. Roque Barros de, 2008, Dinâmica territorial das festas juninas na área urbana de Amargosa, Cachoeira e Cruz das Almas - BA : espetacularização, especificidades e reinvenções. Tese (Doutorado em Arquitetura e Urbanismo), Universidade Federal da Bahia – UFBA.

CLAVAL, P., 1999, « Geografia Cultural : o estado da arte », dans CORRÊA, R.-L. et Z. ROSENDHAL (dir.) Manifestações da cultura no espaço, Rio de Janeiro, EDUERJ, p. 59-97.

CORDÕES, 1955, « blocos e batucadas », Jornal Nossa Terra, n° 29, Cruz das Almas, 20 de fevereiro.

DAMATTA, Roberto, 1987, A casa e rua, Rio de Janeiro, Guanabara.

DAMATTA, Roberto, 1984, O que faz o brasil, Brasil ?, Rio de Janeiro, Rocco.

DURKHEIM, Émile, 1996, As formas elementares da vida religiosa : o sistema totêmico na Austrália, Tradução : Paulo Neves, São Paulo, Martins Fontes.

DUVIGNAUD, Jean, 1983, Festas e civilizações, Tradução de L. F. Raposo Fontenelle. Fortaleza : UFCE / Rio de Janeiro : Tempo Brasileiro,

ELIADE, Mircea, 1992, O Sagrado e o Profano, Tradução de Rogério Fernandes, São Paulo, Martins Fontes.

LIMA, E.-C. de Andrade, 2002, A fábrica dos sonhos : a invenção das festas juninas no espaço urbano. João Pessoa, Idéia.

LIMA, Rossini Tavares de, 1961, « Alguns complexos culturais das festas joaninas », Revista Brasileira de Folclore, Ano I, n° 1, Companhia de Defesa do Folclore, Rio de Janeiro, setembro/dezembro.

JACQUES, P. Berenstein, 2006, « Elogio aos Errantes : a arte de se perder na cidade » dans JACQUES, P. Berenstein et H.-P. JEUDY (dir.) Corpos e cenários urbanos : territórios urbanos e políticas culturais, Tradução de Rejane Janowitzer, Salvador, EDUFBA/FAUFBA.

NOITE de São João, Poema de Sabino Campos, Jornal A Cachoeira, n° 816, Cachoeira – Ba, 24 de novembro de 1957.

SERPA, Angelo, 2007, O espaço público na cidade contemporânea, São Paulo, Contexto.

TUAN, YI-Fu, 1983, Espaço e lugar, Tradução de Lívia de Oliveira, São Paulo, DIFEL.

TUAN, YI-Fu, 1980, Topofilia. Um estudo da percepção. Atitudes e valores do meio ambiente. Tradução de Lívia de Oliveira, São Paulo, DIFEL.

Haut de page

Notes

1 1. Éditions nº 21 et nº 33

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1. Chapelle improvisée avec l’image des trois saints de l’époque junine : Saint Antoine, Saint Jean et Saint Pierre dans la ville de Cachoeira, État de Bahia
Crédits Janio Roque Barros de Castro, juin 2008
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/640/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 293k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Janio Roque Barros de Castro, « Les fêtes junines de Cachoeira (état de Bahia) », Géographie et cultures, 78 | 2011, 97-110.

Référence électronique

Janio Roque Barros de Castro, « Les fêtes junines de Cachoeira (état de Bahia) », Géographie et cultures [En ligne], 78 | 2011, mis en ligne le 25 février 2013, consulté le 19 août 2017. URL : http://gc.revues.org/640 ; DOI : 10.4000/gc.640

Haut de page

Auteur

Janio Roque Barros de Castro

Université de l’État de Bahia – UNEB (Brésil)

janioroquec@yahoo.com.br

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org