Navigation – Plan du site
Note

Géographie et littérature au Brésil

État de la recherche
Maria Auxiliadora da Silva

Indexation

Géographie :

Brésil
Haut de page

Texte intégral

1Le pionnier de la recherche en géographie et littérature au Brésil est le géographe Carlos Augusto de Figueiredo Monteiro, fondateur de l’École Brésilienne de Climatologie et anciennement professeur de l’université de São Paulo, aujourd’hui retraité. Son ouvrage Tempo de Balaio (Temps de panier) publié en 1993 se déroule au XIXe siècle, dans le contexte de la Guerre des Paniers (Guerra dos Balaios, 1839-1842) et de la création de la ville de Teresina, capitale du Piauí, dans le Nordeste du Brésil. Dans O Mapa e a Trama (La Carte et la trame), publié en 2002, Monteiro présente des essais sur la dimension géographique de romans d’auteurs représentatifs de la littérature brésilienne, tels que Guimarães Rosa, Aluísio de Azevedo, Graciliano Ramos, Machado de Assis, Lima Barreto e Graça Aranha. En 2010, il publie dans un recueil sur « Le réel et le mystique dans le Grand Sertão » (O Real e o místico na paisagem do Grande Sertão) une analyse du roman Grande Sertão : Veredas, de Guimarães Rosa, un classique de la littérature romanesque brésilienne du siècle dernier. Monteiro se présente donc non seulement comme un spécialiste confirmé des œuvres du grand écrivain brésilien Guimarães Rosa, mais encore comme le précurseur des études de géographie et littérature.

2Comme Monteiro, d’autres géographes explorent la géographie dans la littérature, mais également dans d’autres domaines artistiques tels que cinéma, peinture, photographie et musique, pris comme sources de représentation de l’espace géographique.

3Dans les régions Sud et Sudeste du Brésil, certains groupes de recherche se distinguent, en particulier dans des universités publiques : Universidade Estadual de Campinas, Universidade Estadual de Londrina, Universidade de Sorocaba, Universidade de São Paulo, Universidade Federal de Minas Gerais et de Goiás. Les thèmes étudiés concernent la géographicité d’œuvres poétiques et de fiction dans lesquelles l’imagination des auteurs recrée des territoires dans lesquels l’humain se produit. Dans ce contexte, les ouvrages d’auteurs classiques de la littérature mondiale sont objet d’étude, tels que Jules Verne et Joseph Conrad, auteurs qui explorent l’imagination des voyages et des quêtes de terre inconnue que Wright encourageait les Américains à rechercher. La poésie et le théâtre de Garcia Lorca, ainsi que le réalisme magique d’Italo Calvino suscitent également bien des lectures géographiques. En ce qui concerne la littérature brésilienne, les territorialités amazoniennes offrent à la géographie un ensemble de légendes, mythes, remèdes et croyances issus des peuples indigènes, à quoi s’ajoutent les connaissances de la biodiversité de la forêt qui fournissent l’analyse de l’œuvre de Peregrino Júnior. Quant à l’écrivain moderniste Mário de Andrade, son œuvre « Manunaíma, un héros sans caractère » (Macunaíma – o herói sem nenhum caráter) représente la formation du territoire brésilien à partir d’un personnage essentiellement spatial. En effet, Macunaíma est un héros qui représente l’identité nationale, mêlée de traits culturels hérités des Portugais, des Indiens et de Noirs, comme une profonde immersion dans la culture populaire, dans le folklore indigène et celui du sertão, qui constitue un champ très fertile pour les études de géographie. La littérature de la région centrale du pays dénote également, avec la poétesse Cora Coralina, d’une représentation marquante de la brésilianité. Ses textes sont caractérisés par la présence de la ville de Goiás, ancienne capitale de l’État du même nom, dont ils révèlent les coutumes anciennes, les confiseries, les rues et ruelles, ainsi que la place prépondérante du fleuve Rio Vermelho, au bord duquel se trouve la maison où la poétesse a vécu, préservée jusqu’à ce jour. Le sud du pays apparaît dans des études sur l’œuvre de Luís Fernando Veríssimo, un des principaux chroniqueurs du Brésil, dont l’œuvre offre la possibilité d’une riche lecture de l’espace et du temps du quotidien, révélant peu à peu la ville écrite.

4Dans la région Nordeste, on distingue un petit groupe de recherche de l’Universidade Federal do Rio Grande do Norte et un laboratoire déjà confirmé à l’Universidade Federal da Bahia, en activité depuis 1994. L’UFBA propose le seul cours de second cycle sur l’espace géographique dans la littérature, qui a donné lieu à la publication de trois ouvrages et à l’organisation d’un colloque national sur le sujet. Les travaux publiés développent des visions distinctes des villes de Salvador (Bahia) et Récife (Pernambuco). En ce qui concerne Bahia, notons les études sur l’œuvre de Jorge Amado, dont les décors comprennent la ville historique de Salvador et la région cacaoyère de l’État de Bahia, ses paysages, ses habitants caractéristiques et ses problèmes sociaux et économiques ; l’œuvre musicale de Caymmi, qui chante les lieux et types humains de la ville ; les contes de Vasconcelos Maia qui font le portrait de Salvador et de ses personnages ; les poèmes de Godofredo Filho, qui participent à la compréhension de certains aspects de la géographie de Salvador comme ses rues escarpées, ses ruelles et ses maisons coloniales ; les musiques de Gilberto Gil, qui montrent une Salvador plus contemporaine et mettent en avant les représentations, perceptions et significations de l’espace de la ville. La géographie de Récife est étudiée à travers les chansons du groupe Chico Science & Nação Zumbi, qui décrivent la dynamique urbaine de cette capitale. Ce ne sont que quelques-uns des thèmes analysés dans les 45 articles publiés dans les trois ouvrages du groupe de géographie et littérature de l’UFBA.

5La plupart des études développées sont une invitation des auteurs à une découverte de la magie du monde littéraire et artistique avec le regard aiguisé d’un géographe et ses outils conceptuels. Il s’agit d’une relecture d’œuvres d’art à partir de perspectives présentes dans la géographie actuelle, ce qui enrichit tant la lecture littéraire que la lecture géographique, dans un exercice de multi-, inter- ou transdisciplinarité, tout à fait compatible avec les approches théorico-méthodologiques qui définissent la production de connaissances à l’époque contemporaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria Auxiliadora da Silva, « Géographie et littérature au Brésil », Géographie et cultures [En ligne], 78 | 2011, mis en ligne le 04 février 2013, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://gc.revues.org/689

Haut de page

Auteur

Maria Auxiliadora da Silva

Université Fédérale de Bahia (Brésil)

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org