Navigation – Plan du site
Lectures

Mauricio de Almeida Abreu, Une géographie historique de Rio de Janeiro

Paul Claval
Référence(s) :

Mauricio de Almeida Abreu, Geografia Histórica de Rio Janeiro (1502-1700), Rio de Janeiro, Andrea Jakobsson Estudio, 2 vol., 484 p.

Indexation

Géographie :

Brésil
Haut de page

Texte intégral

1Mauricio Abreu est mort le 8 juin 2011, à l’âge de 63 ans. Il tenait un rôle éminent dans la géographie brésilienne. Son autorité venait de la maîtrise qu’il avait acquise de la géographie d’inspiration française qu’on lui avait enseignée, de la nouvelle géographie qu’il avait apprise aux États-Unis, et des orientations radicales qu’il avait découvertes à son retour au pays, à la fin des années 1970. Il avait retenu le meilleur de ces divers apports. Il en avait tiré parti pour développer un domaine jusqu’alors négligé au Brésil, celui de la géographie historique.

2Mauricio Abreu était un géographe de classe mondiale, aussi à l’aise en français qu’en anglais ou en espagnol ; il y joignait une bonne connaissance de l’allemand et de l’italien. Sa rigueur lui valait d’être universellement respecté. Chargé par Brasilia de mettre en place les nouvelles formations doctorales en géographie des universités brésiliennes, il les avaient propulsées au niveau international ; la remarquable promotion qu’a connue la discipline au Brésil au cours des quinze dernières années lui devait beaucoup.

3Mauricio Abreu travaillait sur Rio de Janeiro depuis vingt-cinq ans. Au milieu des années quatre-vingt-dix, il s’était lancé dans la préparation d’une géographie historique de cette cité. Il y consacra quinze ans : le temps, pour lui, de dépouiller les archives de Rio de Janeiro (où beaucoup de documents, tenus secrets, n’avaient pas été inventoriés), de Lisbonne (où il en allait de même d’innombrables caisses), du Vatican, de Paris et de bien d’autres lieux.

4L’ouvrage, qui couvre la période 1502-1700, sort en décembre 2010, six mois avant la disparition de Mauricio. C’est une œuvre monumentale, en deux forts volumes, merveilleusement illustrés de documents d’époque, de mappemondes ou de plans anciens, et de cartes originales tirées du dépouillement systématique des sources.

5L’étude vaut par le cadre théorique qu’Abreu mobilise (celui du système mercantiliste européen éclairé par Fernand Braudel et Immanuel Wallerstein), et par l’originalité de sources que personne n’avait eu la patience d’explorer : celles, en particulier, qui racontent l’histoire foncière de la baie de Guanabara.

6L’ouvrage met en évidence le rôle des populations indiennes et souligne la signification du bref épisode de la France Antarctique. Les premiers contacts s’établissent entre un peuplement très divisé d’agriculteurs-chasseurs-pécheurs amérindiens, et des marins et colons portugais qui maîtrisent des techniques déjà modernes de navigation, de guerre et de mise en valeur du territoire (exploitation minière, plantation de sucre). Cimentés par leur fidélité à la Couronne et la foi catholique, les nouveaux venus mobilisent les moyens d’organisation de l’espace mis au point au Portugal durant la Reconquête. L’essentiel est d’attirer les hommes nécessaires à la mise en valeur du pays : c’est la finalité du contrat de sesmaria, concession gratuite de terres, à charge pour le bénéficiaire de les défricher et de les cultiver. L’économie sucrière se développe au Brésil à partir des années 1530. À dater de 1580, elle fait du pays une pièce essentielle du système mercantiliste qui associe, sous l’autorité de l’Espagne, du Portugal, puis de la France, des Pays-Bas et de l’Angleterre, l’entreprise européenne, les terres américaines et les esclaves africains.

7Lorsque la Rivière de Janvier reçoit son nom, en 1502 peut-être, (il est attesté par une carte turque de 1513), la baie de Guanabara est une zone de peuplement dense, aux multiples villages indigènes. Elle abrite deux groupes Indiens les Tamoio et les Temimino (des Tupis). Les premiers contacts se passent bien : les indigènes abattent et acheminent volontiers jusqu’aux bateaux le pau brasil, le bois de Brésil, dont les commerçants portugais ou français sont friands : ils apprécient les haches ou les hameçons qu’ils reçoivent en échange. Tout se gâte lorsque la capitainerie de São Vicente (près du port actuel de Santos), dont dépend la baie de Guanabara, se lance dans la production du sucre : les colons ont besoin de main-d’œuvre ; ils rachètent les prisonniers tamoio capturés par les Temimino pour en faire des esclaves.

8Les Français arrivent sur ces entrefaites. Ne s’intéressant qu’au bois de brésil, ils sont bien reçus. Mauricio Abreu tire un admirable parti des matériaux ethnographiques que le huguenot Jean de Léry et le moine cordelier André Thevet nous ont laissés. Il montre combien était fragile la colonie française et rappelle les querelles religieuses qui la minaient et expliquent sa chute. Son rôle essentiel ? Faire comprendre aux Portugais la valeur stratégique de la baie de Guanabara. L’expédition de Mem de Sa déloge les Français. Son fils, Estacio de Sa, fonde la ville au pied du pain de Sucre d’abord, puis dans son site actuel, en 1559. Avant même la conquête effective, il divise en sesmarias la totalité des rivages de la baie.

9Grâce au dépouillement exhaustif des archives foncières, Maurricio Abreu suit la progression des colons, la mise en valeur des terres et le développement de la culture du manioc et de l'économie sucrière à la fin du XVIe siècle et au XVIIe. Acteurs politiques, familles concessionnaires et ordres religieux coopèrent au développement de la colonie. L’importance de Rio vient de sa baie, le plus beau mouillage de l’Atlantique Sud, qui en fait un site stratégique et facilite l’ouverture maritime. Très périphérique dans la construction coloniale portugaise, l’établissement connaît des débuts médiocres.

10Tout change en 1580 avec l’union des couronnes ibériques. La route la plus courte – même si ce n’est pas celle qu’a choisie Madrid – pour envoyer l’argent du Potosi en Europe passe par Buenos Aires. Rio de Janeiro n’est pas encore un centre majeur, mais elle participe déjà à l’économie-monde du temps. La ville fait venir les esclaves d’Angola, et s’enrichit de la contrebande fort active avec l’Empire espagnol dans les parages de la Plata. Ses bateaux partent avec une cargaison de farine de manioc, puis de tabac et enfin d’eau de vie pour l’Angola, y chargent les esclaves, ajoutent les produits européens achetés à Salvador ou à Rio et vendent le tout à Buenos Aires : ils font des profits considérables. Les plantations occupent rapidement toute la baie. Les nouveaux Chrétiens jouent un rôle important dans le commerce et dans la production sucrière.

11La rupture de l’union ibérique, en 1641, la chute des cours du sucre dans les années 1650, et les actions que l’Inquisition lance contre les Nouveaux Chrétiens, provoquent une crise au milieu du XVIIe siècle. Rio y résiste assez bien.

12Tous les éléments ainsi rassemblés par Mauricio Abreu expliquent comment est née la ville, de quoi elle vit ; ils montrent ce qu'elle est à la fin du XVIIe siècle. On découvre au passage l'existence d'un modèle urbain colonial portugais, qui n'a pas la simplicité de la Loi espagnole des Indes, mais explique la relative régularité et la cohérence des ensembles bâtis dans la partie basse de la ville. À la fin du XVIIe siècle, celle-ci occupe une cinquantaine d’hectares, sur trois rues en gros parallèles au rivage et une dizaine de voies perpendiculaires. Ses espaces collectifs commencent à être pavés ; les maisons à étage se multiplient. La Camara (l’assemblée municipale) dispose de larges pouvoirs. Structurée en corporations, en confréries, marquée par de nombreux monopoles, la société carioca est très hiérarchisée. Les esclaves vivent et travaillent beaucoup dans la rue. La partie septentrionale de la ville basse est plutôt artisanale ; les planteurs vivent au Sud ; le commerce se concentre dans ce secteur mais près de la baie. C’est là que se trouve le quartier marrane.

13Au seuil du XVIIIe siècle, la découverte de l’or et des diamants du Minas Geraes donne une nouvelle envergure à Rio de Janeiro.

14Mauricio avait rassemblé et dépouillé tous les documents disponibles pour suivre le destin de Rio au moment où la ville devient capitale de la colonie, puis reçoit, en 1808, la Cour portugaise chassée de Lisbonne par les armées de Junot. Espérons que le travail qu’il avait ainsi préparé sera mené à bien.

15Avec cet ouvrage, Mauricio Abreu acquiert la stature internationale que Milton Santos était jusque-là le seul à avoir acquis au Brésil.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Claval, « Mauricio de Almeida Abreu, Une géographie historique de Rio de Janeiro », Géographie et cultures [En ligne], 78 | 2011, mis en ligne le 20 mai 2013, consulté le 23 mai 2017. URL : http://gc.revues.org/692

Haut de page

Auteur

Paul Claval

Université Paris IV-Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org