Navigation – Plan du site

Nouvelles approches, nouveaux sujets en géographie du commerce

Une géographie renouvelée par l’analyse culturelle
A geography of commerce under the influence of cultural analysis: new approaches and new subjects
Nathalie Lemarchand
p. 9-24

Résumés

Les nouveaux courants ne naissent pas spontanément. Ils sont engendrés par le fruit de débats épistémologiques, par des contestations intra et interdisciplinaires, enfin, par les transformations de la société elle-même. Au début des années soixante, la géographie française modernise son corpus, remettant en question la géographie vidalienne, non sans débats et dissensions. Dans ce contexte, la géographie du commerce émerge. Aujourd’hui, c’est par le biais du tournant culturel que de nouvelles perspectives apparaissent dans la géographie du commerce. La transformation et l’émergence de nouveaux domaines d’étude n’ont pu se réaliser véritablement que dans le dépassement de l’opposition entre culture et commerce. Aux sujets toujours essentiels pour saisir l’ensemble de la géographie du commerce de détail, telles que les formes, les structures ou les localisations, s’ajoute aujourd’hui la nécessité d’explorer une géographie du commerce et de la consommation. Les approches se diversifient, de nouveaux concepts sont utilisés. Le but de cet article est d’en retracer la généalogie et d’en faire le tableau.

Haut de page

Texte intégral

1La généalogie du savoir est imprévisible. Notamment quand elle est en formation. Les nouveaux courants ne naissent pas spontanément : ils sont engendrés par le fruit de débats épistémologiques, par des contestations intra et inter disciplinaires, enfin, par les transformations de la société elle-même. Ces trois forces peuvent du reste agir simultanément. Il est plus aisé et utile, cela se conçoit aisément, de retracer les croisements et bifurcations d’une discipline ou d’un domaine du savoir après coup, quand ils ont obtenu une certaine légitimité institutionnelle, scientifique ou académique.

2Au début des années soixante, la géographie française modernise son corpus, remettant en question la géographie vidalienne, non sans débats et dissensions. La France était devenue urbaine ; la géographie économique mais aussi la géographie sociale permettent aux géographes de parler de la ville, de la région et des réseaux, en intégrant de nouvelles approches et méthodes – généralement venues d’ailleurs –, voire de développer de nouvelles critiques sociales et politiques. Dans ce contexte, la géographie du commerce émerge. Aujourd’hui, de nouveaux débats se font jour autour du « tournant culturel », du paradigme de l’environnement ou encore de la mondialisation. Ils produisent le développement de nouveaux domaines, comme celui de la géographie de la consommation, qu’il n’est possible d’aborder qu’en considérant, sous l’effet de ces débats, le dépassement de catégories jusque-là réputées « étanches », soit, dans le cas qui nous intéresse, la culture et le commerce.

3L’introduction de ce numéro spécial « culture et commerce » de la revue Géographie et Cultures permettra de montrer cette filiation. Elle permettra de faire ainsi état du renouveau de la géographie du commerce qui s’observe depuis une quinzaine d’années dans la mouvance de la New Geography of Retailing, et qui émerge aussi, à sa façon et de plus en plus nettement, en France.

La géographie du commerce : un intérêt partagé

4La géographie du commerce de détail apparaît distinctement comme branche de la géographie humaine au milieu des années 1960. Un produit de deux courants majeurs. D’une part, la géographie économique anglo-saxonne, plus particulièrement celle qui développe les modèles spatiaux, d’autre part, la « géographie urbaine fonctionnelle » dont la démarche argumentative revendique une multiplicité d’approches (analyses statistiques et représentations). Ces courants vont se rejoindre facilement dans une « géographie de l’action », soit une géographie engagée dans la pratique de l’aménagement et de la planification. Les précurseurs de cette géographie ont situé leurs travaux dans le milieu urbain, un domaine d’étude qu’ils ont par ailleurs contribué à affirmer avec des travaux de référence, que ce soit Brian J. Berry aux États-Unis ou Jacqueline Beaujeu-Garnier en France.

5Le nom de Berry est associé à la théorie des places centrales, qui permet de saisir l’existence et la valeur d’un système urbain. Cette théorie est tout aussi essentielle dans la compréhension de l’organisation des places économiques basées sur le commerce de détail. Ce dernier entraîne en effet la formation de marchés, qui sont les places dans lesquelles se réalisent les échanges (Berry, 1971). Commerce et ville sont donc les deux parties d’un modèle :

« La ’théorie des places centrales’ est la théorie de la localisation, de la taille, de la nature et de l’espacement de ces groupes d’activités. Elle est donc la base théorique d’une grande partie de la géographie urbaine et de la géographie du commerce de détail et des services » (idem, p. 15).

  • 1 Citons, outre la Théorie des lieux centraux de Christaller, la loi Reilly qui s’appuie sur un modèl (...)

6On a donc bien, d’une part, une géographie du commerce de détail et, d’autre part, une géographie urbaine, pour lesquelles la théorie des places centrales ouvre de nouveaux horizons et qui s’associent dans l’explication de leur régularité spatiale. Cette géographie des modèles spatiaux va largement participer au développement d’une géographie du commerce modélisante. On retrouve dans l’ensemble de la géographie du commerce, anglo-saxonne comme francophone, les mêmes modèles et catégorisations, à quelques nuances près1.

  • 2 En France, Beaujeu-Garnier en 1975 affirme l’importance qu’elle accorde à une géographie qu’elle qu (...)

7Plus affirmée, la géographie du commerce va peu à peu s’impliquer dans l’action en lien avec le développement de la politique d’aménagement du territoire, tant en Europe qu’en Amérique2. Dès lors, la géographie du commerce s’inscrit pour une large part dans l’établissement d’une pratique à finalité opératoire, l’aménagement puis l’urbanisme commercial (Merenne-Schoumaker, 1995 ; Desse, 2001) : à cela s’ajoute, plus récemment, le géomarketing (Grimmeau et Wayens, 2003).

8Cette convergence n’est pas fortuite si l’on considère les transformations que connaît l’appareil commercial, et leurs conséquences sur la dynamique urbaine. Les analyses réalisées par les géographes ont montré, d’une part, le rôle indéniable joué par l’organisation des territoires dans le développement des établissements commerciaux et, d’autre part, l’impact du commerce de détail sur l’organisation du territoire.

9La place du commerce de détail dans la ville, par ses conséquences économiques, sociales et spatiales a suscité l’intérêt de nombreux chercheurs en sciences sociales. Sa valeur comme indicateur de la structuration des villes est soulignée par les géographes : Metton (1984), Soumagne (1996), Guermond et Lemarchand (1996) mais aussi par les économistes (Fellmann et More, 1998). Ces travaux, comme les sujets abordés et les problématiques développées, reflètent de même l’état d’une société. La structure du commerce accompagne, sinon anticipe, les changements spatiaux et sociaux qui y surviennent. Le déplacement du commerce en périphérie est un mouvement qui ne peut être dissocié de celui des populations et de l’émergence de nouvelles polarités périphériques, économiques et culturelles. Ce mouvement spatial ne peut être considéré en soi, il est aussi un aspect des transformations sociales amenant les sociétés des pays développés à devenir des sociétés de consommation.

10La transformation d’une société de production en une société de consommation a entraîné d’importants questionnements dans le monde de la recherche dans les sciences sociales et humaines. Les géographes du commerce ne pouvaient être indifférents à cette transformation qui conduit à reconsidérer les lieux du commerce autrement que comme des lieux de distribution de la production industrielle. La géographie anglo-américaine sera la première à remettre en cause ses pratiques et son champ d’études à partir de nouveaux questionnements et de nouvelles problématiques pour comprendre la relation entre commerce et consommation.

Le « tournant culturel » et la géographie de la consommation

  • 3 En géographie, le "tournant culturel" résulte principalement d’une radicalisation d’une partie de l (...)

11Le « tournant culturel » des sciences sociales n’a plus à être démontré. Les pages de Géographie et Cultures l’ont abondamment discuté et explicité3. À sa suite, les frontières entre les disciplines sont devenues plus perméables, alors que les thèmes se renouvèlent et qu’un nouveau vocabulaire, un nouvel appareillage conceptuel, voire de nouvelles méthodologies se développent. Dans Géographies anglo-saxonnes, tendances contemporaines (Staszak et al., 2001), les auteurs montrent que le « tournant culturel » ne prétend pas à une méthode, ni à une vérité scientifique, ils proposent une nouvelle lecture des faits de société en s’appuyant sur d’autres arguments que ceux utilisés précédemment pour établir des « vérités contestables ». Ainsi, malgré ses limites, le « tournant culturel » a indéniablement questionné la pratique scientifique et la fabrique intellectuelle de la géographie, et donc de la géographie du commerce, qui va alors jeter un nouveau regard sur l’acte de consommer :

  • 4 "Shopping is no longer just the mundane act of going out and buying a product…[it] has been imbued (...)

« Faire les magasins, à partir de ce moment [du succès de la culture commerciale], n’est plus l’acte simple et quotidien de sortir acheter un produit… [cet] acte est maintenant associé à une nouvelle manière d’être, à de nouvelles significations, un nouveau sens culturel – et les biens eux-mêmes semblent avoir pris une nouvelle dimension dans la vie des gens » (Gardner et Sheppard, 1989, p. 43)4.

Émergence de la géographie de la consommation

12La géographie de la consommation doit beaucoup à la sociologie de la consommation. Ce sont en effet les sociologues qui se sont d’abord interrogés sur la finalité sociale et politique de la consommation (Baudrillard, 1968, 1986). Pour d’autres sociologues, comme Maffesoli ou Aubert, mais aussi pour des philosophes comme Lyotard ou Balandier, la « pratique consommatoire » est un principe fondamental de la société qui s’établit au-delà des schémas d’interprétation classiques d’une société moderne. Qu’on la nomme postmoderne (Lyotard, 1979 ; Maffesoli, 1988, 1998), hypermoderne (Lipovestky, 2004, 2006) ou surmoderne (Balandier, 1994), il ne s’agit plus d’une consommation conventionnelle ou distinctive, mais d’une consommation d’affirmation identitaire qui, sans exclure une dimension sociale liée aux variables économique et catégorielle, n’en fait plus la référence essentielle. Pour la géographie, sans surprise, ce constat amène à considérer les lieux du commerce comme des lieux d’expression de ces nouvelles formes sociales des sociétés postmodernes. Cependant, l’étude des lieux emblématiques de la consommation, comme les magasins ou les centres commerciaux, ont été peu étudiés par les analystes français de la consommation ; ce sont d’abord les chercheurs anglo-saxons qui l’ont fait (Jackson et Thrift, 1995). En France, René Péron, sociologue spécialiste de la ville et de l’urbanisme commercial, publiera en 1993 La fin des vitrines. Des temples de la consommation aux usines à vendre, alors que l’anthropologue Michelle de la Pradelle publiera en 1996 Les Vendredis de Carpentras. Faire son marché en Provence ou ailleurs, ces deux ouvrages étant précurseurs de ces nouveaux objets que sont les lieux du commerce.

Culture et commerce : controverse et dépassement

13Les théories et les pensées de l’interface culture et consommation furent d’abord françaises (Baudrillard, 1986 ; Bourdieu, 1979). En géographie, les premières analyses en rupture avec cette dichotomie sont le fait de la géographie culturelle anglo-américaine (Crang, 1998 ; Miles, 1998), alors que certains cercles de la géographie culturelle française éprouvaient de la difficulté à faire rimer culture et consommation : la consommation y était plus facilement opposée à l’authenticité. En effet, cette réticence, encore fréquente, que Baudrillard a bien explicitée dans son livre sur la société de consommation (1986) s’appuie sur deux postulats : le premier est que la culture est l’expression privilégiée et singulière d’une société renouvelée ou traditionnelle dans un processus de temps long ; le deuxième postulat est que la consommation est la forme la plus aboutie de l’immédiateté ou de l’éphémère, ce que Baudrillard appelle l’actualité. Faire rimer culture et consommation revient alors à détruire la culture. Cependant, en dépassant cette tension, l’association de la culture et du commerce ou l’étude des facteurs culturels dans les espaces commerçants enrichit l’analyse de la place spatiale, sociale et culturelle qu’occupent les lieux du commerce dans nos sociétés. Les travaux des auteurs anglo-américains démontrent l’émergence et l’étendue des sujets possibles. Parmi ceux-ci, la réflexion sur la nature de ces lieux (espace privé d’usage public ou espace public de plus en plus sélectif) renvoie à un questionnement d’ensemble sur la marchandisation (commodification) de la société. D’autres travaux, tout aussi riches, portent par exemple sur les entreprises du commerce de détail, sur le commerce ethnique ou sur les paysages produits par les espaces commerçants.

14Dans la géographie française, l’intérêt pour la société de consommation s’est plutôt inscrit dans la continuité des recherches entreprises par les géographes sur la place du lien social dans l’espace commercial (Metton et Lemarchand, 1997). Le commerce de détail y est conçu comme un lieu de sociabilité entre les différents acteurs de l’échange marchand. Ce lien s’affirme d’autant plus qu’en apriori de l’acte d’achat, il y a une perception du territoire commercial qui l’entraîne aujourd’hui dans la sphère identitaire. Les lieux et les territoires participent donc à l’identification communautaire. L’appartenance à ceux-ci, qu’ils soient réels ou symboliques, passe par l’affichage d’un certain nombre de signes. Ces travaux ont trouvé un écho dans la remise en question épistémologique entreprise par la géographie culturelle associée au « tournant culturel ». La vitrine qu’offre Géographie et Cultures nous le montre bien, que ce soit par l’article de Philippe Crang (2001), « La géographie de la culture de consommation », un des plus prolifiques géographes de la géographie de la consommation britannique, qui aborde cette nécessité de dépasser l’opposition entre culture et consommation, l’article de Dupont et Lemarchand (1999) « Culture et commerce. Du système national américain au système-monde : le cas type de Mc Donald’s », mais aussi, dans le même esprit, le numéro spécial « Économie et culture : nouveaux enjeux géographiques » (2004) qui, comme le présent numéro, n’est possible que par ce dépassement de catégories qui, en les posant comme étanches, sont incapables de rendre compte des transformations sociales actuelles.

15Aujourd’hui, avec le système-monde, la consommation et sa signification identitaire franchissent une étape de plus, soulignant plus fortement le rapport qui existe entre les deux. Selon la définition et l’application généralement faite du concept de système-monde, on s’aperçoit qu’il est perçu comme un système utilisé pour signifier et comprendre des flux économiques, des échanges mesurables en terme financier. Il s’applique aussi à la sphère culturelle, car celle-ci est indissociable de la mondialisation des échanges. En effet, nul ne peut prétendre vendre dans le monde aujourd’hui s’il n’est pas d’abord connu, et s’il n’est pas associé à une qualité ou un caractère :

« La culture est à la fois le résultat et la condition préalable de la reproduction de la société. […] La culture est le lien entre passé et futur, la continuité inconsciente de la société » (Lipietz, 2000).

16C’est sur ce socle culturel que s’appuie la consommation pour s’épanouir dans l’espace marchand.

Renouveau et perspectives

17La transformation de la géographie du commerce et l’émergence de nouveaux domaines d’étude n’ont pu se réaliser véritablement que dans le dépassement de l’opposition entre culture et commerce, ce dernier impliquant un sens économique et consommatoire qui, pour des raisons idéologiques et scientifiques, était, comme nous l’avons souligné, perçu comme antinomique à la culture. Comme le remarquent M. Lowe et N. Wrigley :

  • 5 "[…] the emergence of a reconstructed subdiscipline of retail geography, as the subject moved away (...)

« […] l’émergence d’une sous-discipline renouvelée en géographie du commerce, qui prend ses distances par rapport à son traditionnel objet d’étude, soit la localisation du commerce, et commence à se pencher à la fois sur les géographies économique et culturelle. Cette ““nouvelle géographie du commerce”, comme l’ont baptisée Wrigley et Lowe (1996), est caractérisée par un effort de réflexion théorique et par l’évaluation que le commerce et la consommation apportent potentiellement un des plus fascinants et des plus motivants champ d’études en géographie humaine, ’si l’on considère les subtilités et l’importance du capital qui lient le commerce de détail, la consommation et l’espace’ (Blomley, 1996, p. 256) » (Lowe et Wrigley, 2000, p. 640)5

18Ainsi, la consommation ne se résume pas au commerce, mais l’un et l’autre sont en interrelation, car dans les économies de marché qui sont aujourd’hui dominantes, le commerce est le lieu, si l’on se réfère au magasin, ou le moyen, si l’on pense en système économique, par lequel les consommateurs disposent des produits. La consommation devient un sujet qui intéresse les géographes, d’abord ceux de la géographie économique qui consacrent leurs travaux au commerce puis, plus largement au-delà de ce cercle. Inspirés des travaux sur la société de consommation des sociologues, les géographes s’attachent à saisir le sens des lieux dans la consommation :

  • 6 "Through studying consumption, geographers have sought to explain how and why economy and culture, (...)

Avec l’étude de la consommation, les géographes ont cherché à expliquer comment et pourquoi interagissent l’économie et la culture, le symbolique et le matériel, démontrant de ce fait comment les significations et expressions complexes de la consommation dans des lieux sont à leur tour connectées à d’autres espaces et échelles géographiques ; ceci leur a permis de contribuer à la connaissance critique des relations entre l’espace et la société (Mansvelt, 2005, p. 6).6

19On peut distinguer deux voire trois domaines dans cette « nouvelle géographie du commerce » comme la qualifient Wrigley et Lowe (1996). Le premier s’intéresse à l’interaction entre le commerce de détail et la consommation, soit une géographie du « commerce et de la consommation ». Le second se penche plus spécifiquement sur les liens entre la société de consommation et l’espace, en fait une « géographie de la consommation » dans laquelle les espaces du commerce sont un espace de consommation parmi d’autres ; quant au dernier, il s’agit d’une géographie du « shopping », c’est-à-dire en quelque sorte une géographie qui se penche sur la mise en œuvre de « la pratique des courses ».

20Les géographes du commerce et de la consommation restent principalement attachés à la place qu’occupe le commerce de détail dans la consommation. C’est dans cette perspective que les lieux mais aussi les entreprises du commerce sont étudiés. Les lieux sont à la fois des éléments du circuit du commerce et de la consommation, et des objets de consommation en soi. Les lieux de commercialisation, qu’il s’agisse des espaces commerçants de la ville ou des centres commerciaux, sont les lieux tangibles de la manifestation de l’établissement de la société de consommation. Ils sont, comme le souligne Baudrillard (1986) à propos des grands magasins, « comme le paysage primaire et le lieu géométrique de l’abondance ».

21En ce qui concerne la géographie de la consommation, elle s’attache globalement à saisir comment la consommation se manifeste dans l’espace ou le façonne, et les lieux du commerce occupent une place parmi d’autres dans cette perspective. C’est dans cet esprit qu’ont été abordés par exemple l’analyse de la maison ou encore les lieux de transit (aérogares, gares, etc.) comme espaces de consommation (Miller et al., 1998). Quant aux travaux sur la géographie du « shopping », Mansvelt précise :

  • 7 "[They] are concerned with explicating how shopping is talked about, understood and practised by co (...)

« [qu’ils] sont préoccupés par la façon dont les consommateurs parlent du shopping, comment ils voient cette activité et comment ils la pratiquent […] plutôt que par l’espace commercial en soi »7 Mansvelt (2005, p. 68).

22Aujourd’hui, la production scientifique de l’ensemble de ce qui constitue ainsi une « nouvelle géographie du commerce » est très abondante et l’article de M. Lowe et N. Wrigley, publié en 2000 dans Urban Geography, intitulé « Retail and the Urban » en atteste :

  • 8 "The result, by the end of the decade, was a body of work significant not only in its own right (se (...)

« À la fin de la décennie [1990-2000], le constat était celui d’un ensemble de travaux ayant non seulement leur valeur propre (voir entre autres les comptes rendus de Lowe et Wrigley, 1996 ; Crewe, 2000 ; Wrigley et Lowe, 2001 ; et le travail de Blomley, Clarke, Crang, Crewe, Doel, Domosh, Dowling, Goss, Gregson, Guy, Hallsworth, Hughes, Jackson, Leslie, Lowe, Marsden, Marston, Reimer, Thrift, Valentine, Wood, and Wrigley), mais aussi en termes d’impact interdisciplinaire. D’importantes collaborations entre géographes, anthropologues de la culture, sociologues et historiens du social et de la culture caractérisent les travaux publiés à la fin des années 1990 (cf. Miller et al., 1998 ; Jackson et al., 2000), plusieurs soutenus financièrement, au moins au Royaume-Uni, par des projets du Conseil de la Recherche […]. Le résultat fut que la recherche en géographie sur le commerce et la consommation trouva une audience nouvelle et variée, allant des études culturelles et anthropologiques jusqu’aux études de l’entreprise et en marketing, et aux études d’organisation économique (p. 640) ».8

  • 9 Tel que le "Réseau Interdisciplinaire sur la Distribution", en cours de formation, associant géogra (...)

23À cette revue de publications produites par la géographie anglo-saxonne peut s’ajouter désormais celle des géographes francophones. Les travaux des géographes émergent à partir de nouveaux questionnements sur l’espace marchand, parmi lesquels on peut placer des travaux sur les relations entre le commerce et le tourisme (Lemarchand 2004, 2007 ; Lemarchand et Leroux, 2008) ; ceux sur la nature des centres commerciaux (Lestrade, 2001 ; Lemarchand, 2005) ; le développement du fun-shoping (Desse, 2002) ; la dimension distractive du commerce (Lemarchand, 2008) ; l’espace public et le commerce (Fleury, 2003) ; la dimension durable du commerce (Dugot et Pouzenc, 2010). Les temps et les rythmes sociaux interpellent aussi sur le rapport à la consommation, sur la fréquentation des espaces commerçants comme en témoigne le colloque tenu en 2003 à Lille sur « Temps des courses, course des temps ». Le dictionnaire du groupe de recherche sur la géographie du commerce du CNFG, intitulé Dictionnaire du commerce et de l’aménagement (2008), montre, par l’entrée d’associations telles que « commerce et architecture » (Soumagne) ou encore « commerce et homosexualité » (Blidon) mais aussi d’expressions telles qu’« univers d’approvisionnement » (Lestrade), que ce renouvellement est en cours. D’autres abordent la question du commerce et de la consommation en traitant de « la consommation déambulatoire » (Monnet et Staszack, 2008). L’enrichissement de l’interdisciplinarité à laquelle sont sensibles de longue date les géographes travaillant sur le commerce, avec les travaux déjà cités de Péron et De La Pradelle, auxquels s’ajoutent ceux de la sociologue Claudine Marenco, se poursuit aujourd’hui par l’attention portée aux travaux des sociologues, anthropologues ou encore économistes formant ainsi une communauté qui s’élargit de plus en plus dans le cadre de nouvelles rencontres ou de nouveaux projets interdisciplinaires tournant autour du commerce de détail, mais aussi de la consommation9. En ethnologie, les travaux d’Emmanuelle Lallement (2004, 2005) sur Barbès interrogent sur le commerce et le multiculturalisme ; en économie, ceux de Philippe Moati (2001) renvoient à l’organisation des entreprises et au modèle de société qui y est associé. Le commerce ethnique est un sujet traité de longue date par Emmanuel Ma Mung (1990) qui, partant de la question migratoire, étudie l’établissement des migrants asiatiques et magrébins dans les villes françaises. L’anthropologue Anne Raulin aborde elle aussi cette question des quartiers de commerces ethniques dans les grandes métropoles (Raulin, 2000). Ainsi, les récents travaux de la commission de géographie du commerce du CNFG, nourris de ces croisements disciplinaires, ont élargi le questionnement sur les liens entre le commerce de détail, son environnement, urbain ou rural, et son contexte socioculturel en s’appuyant largement sur l’analyse culturelle.

Conclusion générale

24En dépassant l’opposition entre culture et consommation, le « tournant culturel » a permis de valider l’usage de l’analyse culturelle pour mieux saisir la place qu’occupent désormais les lieux et les territoires du commerce dans une société où la pratique consommatoire est devenue une pratique d’identification.

25Aux sujets toujours essentiels pour saisir l’ensemble de la géographie du commerce de détail, telles que les formes, les structures ou les localisations, s’ajoute aujourd’hui la nécessité d’explorer une géographie du commerce et de la consommation. Les approches se diversifient, de nouveaux concepts sont utilisés. Chez les géographes, comme pour toute analyse scientifique et disciplinaire, celle des lieux du commerce a conduit, d’une part, à de grands questionnements d’ordre général comme la nature des lieux et, d’autre part, à des questionnements plus directement opératoires à propos des lieux du commerce, tels que l’organisation de l’entreprise, la problématique de l’ethnicité et de l’exotisme, celle du paysage commercial. De nouvelles thématiques associent le commerce de détail aux questions de sociétés, telles que le commerce distractif, l’environnement ou la diversité culturelle. D’autres se posent, comme la consommation engagée, l’action du « consom’acteur », l’artificialisation des lieux du commerce et les références culturelles auxquelles ils renvoient, ainsi, bien sûr, que l’approfondissement de l’interaction entre le commerce et le tourisme. Ces sujets sont généralement traités dans une interdisciplinarité enrichissant la connaissance de ces lieux et, plus largement, du système commercial et sociétal. Ce numéro spécial de Géographie et Cultures s’inscrit dans cette perspective.

Haut de page

Bibliographie

APPLEBAUM, W., 1961, « Teaching Marketing Geography by the Case Method », Economic Geography, vol. 37, n° 1, p. 48-60.

BALANDIER, G., 1994, Le Dédale, pour en finir avec le XXe siècle, Paris, Fayard, 236 p.

BAUDRILLARD, J., 1986, La société de consommation, Paris, Gallimard, collection Folio- Essais, 318 p. (1re édition : Paris, Denoël, 1970).

BAUDRILLARD J., 1968, Le Système des objets : la consommation des signes, Paris, Denoël-Gonthier, collection Bibliothèque médiations, 254 p.

BEAUJEU-GARNIER J., 1975, « Les géographes au service de l’action », Revue internationale des sciences sociales, UNESCO, 27, n° 2, p. 290-302.

BEAUJEU-GARNIER, J. et A. DELOBEZ, 1977, Géographie du commerce, Paris, Masson, 282 p.

BERRY, B.-J.-L., 1971, Géographie des marchés et du commerce de détail, Paris, Colin, collection U, 254 p. (1re edition : Englewood Cliffs, Prentice-Hall, 1967).

BONDUE, J.-P., 2004, Temps des courses, course des temps, Actes du colloque de Lille-Roubaix 2003, Université de Lille, 340 p.

BOURDIEU, P., 1979, La distinction, critique sociale du jugement, Paris, éditions de Minuit, 672 p.

BROWN, S., 1996, Retail Location : a Micro-Scale Perspective, Avebury (GB), Aldershot Hants, 315 p. (1re édition : 1992).

CLAVAL, P., 2003a, La géographie du XXIe siècle, Paris, L’Harmattan, 243 p.

CLAVAL, P., 2003b, Géographie culturelle, une nouvelle approche des sociétés et des milieux, Paris, Armand Colin, 287 p.

COOK, I. et al., 2000, Cultural Turns/Geographical Turns: Perspectives on Cultural Geography, Harlow, England, Pearson Education Limited, 392 p.

CRANG, M., 1998, Cultural Geography, London, Routledge, 215 p.

CRANG, P, 2001, « La géographie de la culture de consommation », Géographie et Cultures, n° 39, p. 98-107.

DAVIES, R.-L., 1984, Retail and commercial planning. London, Croom Helm, 379 p.

DE LA PRADELLE, M., 1996, Les Vendredis de Carpentras. Faire son marché en Provence ou ailleurs, Paris, Fayard, 372 p.

DESSE, R.-P., A. FOURNIE, A. GASNIER, N. LEMARCHAND, A. METTON, J. SOUMAGNE, (dir.), 2008, Dictionnaire de commerce et de l’aménagement, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, collection Espace et territoires, 358 p.

DESSE, R.-P., 2002, « Les centres commerciaux français, futurs pôles de loisirs ? », Flux, 2002/4 n° 50, p. 6-19.

DESSE, R.-P., 2001, Le nouveau commerce urbain. Dynamiques spatiales et stratégies des acteurs. Rennes, Presses Universitaires de Rennes, collection Espace et territoires, 198 p.

DUGOT P. et M. POUZENC (dir.), 2010, Territoires du commerce et développement durable, Paris, L’Harmattan, 198 p.

DUGOT, P., 2008, « Modèles spatiaux » dans DESSE, R.-P. et al. (dir.), Dictionnaire du commerce et de l’aménagement, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, p. 232-237.

DOMOSH, M., 1996, « The Feminized Retail Landscape: Gender Ideology and Consumer Culture in 19th Century New York City », dans WRIGLEY, N. et M. LOWE (dir.), Retailing, Consumption and Capital: Towards the New Retail Geography, Harlow, Longman, p. 257-270.

DUPONT, L. et N. LEMARCHAND, 1999, « Culture et commerce. Du système national américain au système-monde : le cas type de Mc Donald’s », Géographie et Cultures, n° 32, p. 51-65.

DUPONT, L., 1999. « La postmodernité : Visions anglophone et francophone ». Géographie et Cultures, n° 31, 144 p.

EASTLICK, M.-A., S. LOTZ et S. SHIM, 1998. « Retail-tainment: factors impacting cross-shopping in regional malls », Journal of Shopping Center Research, p. 8-30.

FELLMANN, T. et B. MOREL, 1998, « Métropolisation et archipels commerciaux : le Grand Marseille et ses enseignements », Les Annales de La Recherche Urbaine, n° 78, p. 20-27.

FLEURY A., 2003, « De la rue-faubourg à la rue  »branchée«  : Oberkampf ou l’émergence d’une centralité des loisirs à Paris », L’Espace géographique, 2003/3, tome 32, p. 239-252.

GARDNER, C. et J. SHEPPARD, 1989, Consuming passion: the rise of retail culture, Londres, Unwin Hyman, 258 p.

GÉNEAU DE LAMARLIÈRE, I. (dir), 2004, « Économie et culture : nouveaux enjeux géographiques », Géographie et Cultures, n° 49.

GLENNIE, P., 1998, « Consumption, Consumerism and Urban Form: Historical Perspectives », Urban Studies, vol. 35, n° 5-6, p. 927-951.

GOSS, J., 1993, « The ’Magic of the Mall’: An Analysis of Form, Function, and Meaning in the Contemporary Retail Built Environment », Annals of the Association of American Geographers, vol. 83, n° 1, p. 18-47.

GRIMMEAU, J.-P. et B. WAYENS, 2003, « La modélisation gravitaire appliquée au géomarketing », Article mis en ligne sur le site : www.iag.asso.fr, consulté le 20-06-2008.

GUERMOND, Y et N. LEMARCHAND, 1996, « La relocalisation du commerce dans l’espace urbain », dans METTON, A. et N. LEMARCHAND (dir.), 1997, Commerce et lien social, Actes du colloque de Rouen, CNFG, Université de Rouen, collection Commerce et société, p. 15-26.

HANNIGAN, J., 1998, Fantasy city: pleasure and profit in the postmodern metropolis, London, New York, Routledge, 239 p.

HINE, T., 2002, I Want That!: How We All Became Shoppers, New York, Harper Collins, 222 p.

JACKSON, P., M. LOWE, D. MILLER et F. MORT (dir.), 2000. Commercial Cultures: Economies, Practices, Spaces, Oxford, Berg, 284 p.

JACKSON, P. et N.-J. THRIFT, 1995, « Geographies of consumption », dans MILLER, D. (dir.), Acknowledging consumption: a review of new studies, London, Routledge, p. 204-236

KIM, Y.-K., P. SULLIVAN, C. TROTTER et J. FORNEY, 2003, « Lifestyle shopping center: A retail evolution of the 21st century », Journal of Shopping Center Research, vol. 10, n° 2, p. 61 - 94.

KOWINSKI, W.-S., 1985, The Malling of America: an inside look at the great consumer paradise, New York, Morrow, 415 p.

LALLEMENT, E., 2010, La ville marchande, enquête à Barbès, Téraèdre, Coll. Un lointain si proche, 251 p.

LALLEMENT, E., 2001, « Commerces et urbanité dans les quartiers dits sensibles : l’exemple de Barbès dans le 18e arrondissement de Paris », Bulletin de l’association de géographes français, actes du colloque « Commerces et requalification des territoires sensibles », (LESTRADE, S., coord.), Union géographique internationale, Université de Limoges.

LEMARCHAND, N. ET S. LEROUX, 2008, « Tourisme et commerce », dans DESSE, R.-P. et al. (dir.), Dictionnaire du commerce et de l’aménagement, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, p. 304-308.

LEMARCHAND, N., 2008, Géographie du commerce et de la consommation : les territoires du commerce distractif, Habilitation à Diriger les Recherches, 220 p.

LEMARCHAND, N., 2007, « Le magasin de souvenirs et d’artisanat, marqueur spatial du tourisme ? », dans J. RIEUCAU et J. LAGEISTE (dir.), L’empreinte du tourisme, Paris, L’Harmattan, p. 225-251.

LEMARCHAND, N., 2005, « Le centre commercial, lieu de consommations et de transactions culturelles », Géographie et Cultures, n° 53, p. 117 - 122.

LEMARCHAND, N., 2004, « Images et produits touristiques dans un espace périphérique : l’Ile du Prince-Édouard à l’Est du Canada », dans LESTRADE S,, « Actes du colloque international ’Commerce et requalification des territoires sensibles’, Limoges, 2001 », éd. A. METTON, CNRS – UGI-IUF, Coll. Commerce et société, p. 234-240.

LESTRADE, S., 2001, «  Les centres commerciaux : centres de vie en région parisienne ? », Bulletin de l’Association de Géographes Français : « Commerce et centralité dans les très grandes villes », volume 4, p. 339-349.

LESTRADE, S., 2001, « De nouveaux univers d’approvisionnement », Urbanisme « Le commerce et la ville », n° 321, p. 45-46.

LEY, D., et M. SAMUELS (dir.), 1978, Humanistic Geography: Prospects and Problems, Londres, Croom Helm, 337 p.

LIPIETZ, A., 2000, « Géographie culturelle, économie et écologie », Géographie, Économie et Société, vol 2, n° 2.

LIPOVETSKY, G., 2006, Le bonheur paradoxal, essai sur la société d’hyperconsommation, Paris, Gallimard, 377 p.

LIPOVETSKY, G. ET S. CHARLES, 2004, Les temps hypermodernes, Paris, Grasset & Fasquelle - Nouveau collège de Philosophie, 187 p.

LOWE, M. et N. WRIGLEY, 2000, « Retail and the Urban ». Urban Geography, vol. 21, n° 7, p. 640-653.

LYOTARD, J.-F., 1979, La Condition postmoderne, Rapport sur le savoir, Éditions de Minuit, Coll. « Critique », 128 p.

MAFFESOLI, M., 1998, « De la ’postmédiévalité’ à la postmodernité », dans BOISVERT, Y. (dir.), Postmodernité et sciences humaines, Montréal, Liber, p. 9 - 21.

MAFFESOLI, M., 1988, Le Temps des tribus. Le déclin de l’individualisme dans les sociétés de masse. Paris, Librairie Méridien/Klincksieck. Réédition (1991), Le Livre de Poche, Biblio/essais.

MA MUNG E. et G. SIMON, 1990, Commerçants maghrébins et asiatiques en France, Masson, coll. Recherches en Géographie, Paris, 138 p.

MANSVELT, J., 2005, Geographies of consumption, Londres, Sage Publications, 190 p.

MASSEY, D., 2004, « Économie, culture et lieu : quelques réflexions sur les relations en jeu », Géographie et cultures, n° 49, p. 59-70.

MERENNE-SCHOUMAKER, B., 2003, Géographie des services et des commerces, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, Coll. Didact Géographie, 239 p.

MERENNE-SCHOUMAKER, B, 1995, « Urbanisme commercial et géographie » Revue Belge de Géographie, n° 59, p. 307-315.

METTON, A. et N. LEMARCHAND (dir.), 1997, Commerce et lien social, Actes du colloque de Rouen, Éditeur CNFG, Université de Rouen, collection Commerce et société.

METTON, A. (dir.), 1984, Le commerce urbain français. Paris, PUF, collection Université d’Orléans, 280 p.

MILLER, D., JACKSON, P., THRIFT, N., et al., 1998, Shopping, Place and Identity. London, Routledge (2nde édition), 214 p.

MILES, S., 1998, Consumerism as a way of life. New York, Sage publications, 192 p.

MOATI, P., 2001, L’avenir de la grande distribution. Paris, Odile Jacob, 392 p.

MONNET, J. et STASZAK J.-F., 2008, « Éditorial », numéro « Le consommateur ambulant », Espaces et sociétés, 2008/4, n° 135, p. 19-24

MORT, F., 2000, « Introduction. Paths to Mass Consumption : Historical Perspectives », dans JACKSON, P., M. LOWE, D. MILLER et F. MORT (dir.), Commercial Cultures : Economies, Practices, Spaces, Oxford, Berg, p. 7 - 13.

PERON, R., 1993, La fin des vitrines. Des temples de la consommation aux usines à vendre. Paris, éditions de l’ENS-CACHAN, 306 p.

RAULIN, A., 2000, L’ethnique est quotidien. Diasporas, marchés et cultures métropolitaines, Paris, L’Harmattan, 2000, 229 p.

SACK, R., 1988, « The consumer’s world: Place as context ». Annals of the Association of American Geographers, vol. 78 n° 4, p. 642-666.

SALCEDO, R., 2003, « When the Global Meets the Local at the Mall ». American Behavioral Scientist, vol. 46, n° 8, p. 1084-1103.

SHIELDS, R. (dir.), 1992, Lifestyle Shopping: The Subject of Consumption. London, Routledge, 239 p.

SOUMAGNE, J., 1996, Géographie du commerce de détail dans le Centre-Ouest de la France. Thèse d’État, Université de Bordeaux III, direction P. Barrère, 2 vol. , 854 p. et 377 p.

SPORCK, J.-A., 1964, Étude de la localisation du commerce de détail. Aspects méthodologiques, Bulletin de la Société Belge d’Études géographiques, XXXIII, n° 1, p. 63-70.

STASZAK, J.-F., et al., 2001, Géographies anglo-saxonnes. Tendances contemporaines, Paris, Belin, 2001, 313 p.

WRIGLEY, N. et M. LOWE, 2002, Reading Retail: A Geographical Perspective on Retailing and Consumption Spaces. London, Arnold, 280 p.

WRIGLEY, N. et M. LOWE (ed.), 1996, Retailing, Consumption and Capital: Towards the New Retail Geography, Harlow, Longman, 352 p.

ZUKIN, S., 1998, « Urban Lifestyles: Diversity and Standardization in Spaces of Consumption ». Urban Studies, vol. 35, n° 5-6, p. 825-839.

Haut de page

Notes

1 Citons, outre la Théorie des lieux centraux de Christaller, la loi Reilly qui s’appuie sur un modèle gravitaire, ou encore les modèles présentés par Weber, Lösch, Von Thünen ou Hotteling (Merenne-Schoumaker, 2003 ; Massey, 2004 ; Dugot, 2008).

2 En France, Beaujeu-Garnier en 1975 affirme l’importance qu’elle accorde à une géographie qu’elle qualifie "d’active" et entraîne une grande partie de ceux qui travaillent sur le commerce de détail. En Belgique, les premiers travaux de géographie du commerce de détail sont dus à J. A. Sporck (1964) qui participa à l’élaboration du Plan régional d’aménagement et de développement de l’agglomération de Liège. Ailleurs en Europe, avec Davies (1984), mais aussi en Amérique, avec Applebaum (1961), où la géographie du commerce de détail a là aussi une dimension appliquée, une "approche praticienne" (Brown, 1996).

3 En géographie, le "tournant culturel" résulte principalement d’une radicalisation d’une partie de la New Cultural Geography américaine, qui émerge à la fin des années soixante-dix en s’opposant au positivisme des méthodes quantitatives et à la géographie théorique (réaliste) marxisante. L’idée était de ramener l’homme (le sujet, son libre arbitre, son indétermination, etc.) au cœur des pratiques géographiques tel que le propose l’ouvrage de référence de Ley et Samuels (1978) : Humanistic Geography. C’est l’association d’une partie de cette géographie "humaniste" avec la critique postmoderne de la science, ou le courant postmoderne de la sociologie, qui donne corps au "tournant culturel" en géographie.

4 "Shopping is no longer just the mundane act of going out and buying a product…[it] has been imbued with a whole new ethos, a new significance, a new cultural meaning – and commodities themselves seem to have taken on a new central role in people’s lives".

5 "[…] the emergence of a reconstructed subdiscipline of retail geography, as the subject moved away from its traditional focus on issues of retail location and began to take both its economic and cultural geographies seriously. This “new retail geography,” as christened by Wrigley and Lowe (1996), was characterized by theoretical engagement and by an appreciation that retailing and consumption provided potentially one of the most fascinating and challenging areas of study in contemporary human geography “given the subtlety and importance of retail capital, consumption and space” (Blomley, 1996, p. 256)".

6 "Through studying consumption, geographers have sought to explain how and why economy and culture, the symbolic and material, collide, demonstrating how the complex meanings and expressions of consumption in place are in turn connected to others spaces and scales, and making a critical contribution to the relationship between society and space".

7 "[They] are concerned with explicating how shopping is talked about, understood and practised by consumers […] rather than with retail spaces per se".

8 "The result, by the end of the decade, was a body of work significant not only in its own right (see the reviews of Lowe and Wrigley, 1996 ; Crewe, 2000 ; Wrigley and Lowe, 2001 ; and the work of Blomley, Clarke, Crang, Crewe, Doel, Domosh, Dowling, Goss, Gregson, Guy, Hallsworth, Hughes, Jackson, Leslie, Lowe, Marsden, Marston, Reimer, Thrift, Valentine, Wood, and Wrigley, among others) but also in terms of its cross-disciplinary impact. Important collaborations between geographers, cultural anthropologists, sociologists, and social and cultural historians characterized the late 1990s (e.g., Miller et al., 1998 ; Jackson et al., 2000), supported, in the United Kingdom at least, by Research Council programs […] offering significantly enhanced opportunities for research in the area. The result was that geographical research on retailing and consumption found a new and diverse audience ranging from anthropology and cultural studies, through business studies and marketing, to industrial-organization economics".

9 Tel que le "Réseau Interdisciplinaire sur la Distribution", en cours de formation, associant géographes, économistes, sociologues, spécialistes du marketing ou encore historiens.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Lemarchand, « Nouvelles approches, nouveaux sujets en géographie du commerce », Géographie et cultures, 77 | 2011, 9-24.

Référence électronique

Nathalie Lemarchand, « Nouvelles approches, nouveaux sujets en géographie du commerce », Géographie et cultures [En ligne], 77 | 2011, mis en ligne le 12 février 2013, consulté le 20 février 2017. URL : http://gc.revues.org/703 ; DOI : 10.4000/gc.703

Haut de page

Auteur

Nathalie Lemarchand

Laboratoire LADYSS UMR CNRS 7533 – Université Paris 8
Nathalie.Lemarchand@univ-paris8.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org