Navigation – Plan du site

Introduction : entrechocs culturels

Louis Dupont
p. 3-4

Texte intégral

1Ce numéro de Géographie et cultures s’ouvre sur un texte de Raja Choueiri qui s’intéresse à la distinction entre « choc culturel » et « choc des cultures », « deux archétypes construits [qui servent] de grille d’interprétation aux phénomènes interculturels ». Le premier serait positif et débouche sur une relativisation de sa propre culture par rapport à celle de l’autre, alors que le second, négatif, mène à la fermeture, voire au repli sur soi et même à l’affrontement. Chacun n’a-t-il pas un jour, au gré de ses voyages, de ses recherches ou encore de ses « terrains », été choqué par la culture de l’autre, provoquant un sentiment paradoxal où se mêlent étonnement et répulsion, retour sur soi et désir de dépassement ? Chacun n’a-t-il pas aussi en tête des images de situations bien réelles où la rencontre entre deux cultures produit un choc qui semble séparer irrémédiablement ? Ce texte et les questions qu’il soulève sont à l’origine de ce numéro thématique sur les « entrechocs culturels ».

2Utilisée en analyse politique mais aussi en sociologie, la notion « d’entrechoc culturel » renvoie plus largement que le simple « choc » à des lieux et des situations où s’entrechoquent non seulement des cultures, mais aussi des phénomènes et des événements. L’entrechoc implique l’existence de plusieurs « chocs » ou entrechoquements qui amènent une réaction en chaîne (réelle ou potentielle) permettant de rendre compte de situations particulières dans des lieux et territoires. Si, comme le suggère Raja Choueri, il est possible dans la réalité de passer du « choc culturel » salutaire au « choc des cultures » conflictuel, l’entrechoc culturel permet de penser comment, dans la réalité et dans l’analyse, ce passage se réalise.

3La plage de Maguelone (Languedoc-Roussillon) est un de ces lieux d’entrechoquements culturels : gay et hétéro, nudiste et textile, locale et touristique, là où d’autres lieux tendent à la spécialisation identitaire. Comment ces groupes a priori antinomiques se partagent-ils l’espace ? C’est la question que se pose Dominique Chevalier qui s’est penchée sur les expériences partagées et les diverses cospatialités de ce territoire. La réponse se trouve entre la « recherche élective d’entre-soi choisis » et les stratégies de coexistence qui dépendent des entrechocs culturels. Le texte suivant de Frédéric Dejean focalise sur la série d’entrechocs culturels que produisent à différentes échelles les acteurs culturels que sont les églises évangélistes et pentecôtistes. Une conception déterritorialisée de l’identité accompagne ici la revendication d’un ancrage dans les cultures locales.

4Dans « Le corps des femmes, enjeu géopolitique. Le cas mahorais », les entrechocs se produisent entre l’espace, le pouvoir et le corps des femmes enceintes à travers la reconfiguration du système de santé par l’état français. Anne Fournand se penche sur les enjeux politiques locaux, nationaux et internationaux qui s’entrechoquent à Mayotte. De son côté, Michaël Davie s’est intéressé à un phénomène peu étudié : l’enjeu politique que revêt la diffusion de cartes des religions sur Internet, ici dans le cas du Liban. Il s’interroge sur l’ampleur des confusions sémantiques et conceptuelles, ainsi que sur les finalités géopolitiques inavouées.

5Le texte de Benoît Montabone explore un autre champ : le monde de Harry Potter. Ce monde « existe » d’abord grâce à des frontières magiques qui séparent le monde des sorciers de celui des non-sorciers (les « moldus »). Il n’y a pas d’entrechoquements entre ces deux mondes, séparés mais indissociables, sauf par sorciers interposés lorsqu’ils daignent se déplacer dans « notre » monde. Dans le monde des sorciers, qui a la configuration spatiale d’un archipel, la continuité territoriale est assurée par différents moyens de transport. Cette configuration de l’espace et cette organisation du territoire n’est pas sans rappeler certaines analyses de la ville postmoderne où le jeu entre frontières abstraites (et parfois concrètes) et moyens de transport est pensé en fonction du mouvement, sans entrechoquements. Le numéro se termine sur un autre phénomène culturel dont la portée sociale et politique est souvent négligée : les tags et les graffitis. Pour la micro-région que constitue la Balagne (Corse), Pierre Bertoncini en a fait le répertoire et a analysé leurs localisations. Il montre ainsi que tags et graffitis, réalisés par des locaux ou des continentaux, agissent spatialement comme une frontière qui résulte de l’entrechoquement entre deux groupes qui inscrivent ainsi leurs intentions d’appropriation.

6Ce numéro est le dernier dune suite de 25 numéros publiés sous ma direction. Cest aussi le dernier numéro dune série encore plus longue quaura assurée Myriam Gautron, comme secrétaire de rédaction. Je tiens à louer son professionnalisme et redire le plaisir que j’ai eu de travailler en équipe avec elle. Elle connaît la géographie, les géographes et ces personnages singuliers que sont « les auteurs de texte » ou encore les « responsable de numéro ».

7Je tiens à remercier tous les membres du comité de rédaction qui mont accompagné et soutenu au cours des six dernières années. Je souhaite également le meilleur des succès à la nouvelle directrice, Francine Barthe, qui, dans ces temps incertains pour les revues, aura besoin de tous ceux et celles qui ont à cœur de maintenir et de faire bouger ce forum de lanalyse culturelle, mais aussi cette fenêtre sur le monde, que constitue Géographie et cultures.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Louis Dupont, « Introduction : entrechocs culturels », Géographie et cultures, 68 | 2008, 3-4.

Référence électronique

Louis Dupont, « Introduction : entrechocs culturels », Géographie et cultures [En ligne], 68 | 2008, mis en ligne le 30 décembre 2012, consulté le 26 juin 2017. URL : http://gc.revues.org/723 ; DOI : 10.4000/gc.723

Haut de page

Auteur

Louis Dupont

UMR ENeC – Université Paris 4

duponlouis@aol.com

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org