Navigation – Plan du site

Un territoire de cospatialités en recomposition

la plage de Maguelone
Cospatiality in progress: The Maguelone beach
Dominique Chevalier
p. 21-42

Résumés

La plage de Maguelone se distingue des autres plages de la région Languedoc-Roussillon par un cosmopolitisme singulier : à la fois gay et hétéro, nudiste et textile, locale et touristique, elle abrite, le temps des vacances et sur une bande littorale de deux kilomètres, des cospatialités diverses. à la fois parenthèse spatiale, temporelle et existentielle, la fréquentation de cette plage revêt un fort caractère identitaire. Entre isolats communautaires et micro-territoires, la recherche sélective d'entre-soi choisis revêt différentes formes qui ne sont pas sans conséquences sur la géopolitique de la plage.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous utilisons "antimonde" selon la définition qu'en donne R. Brunet : "Partie du Monde mal connue (...)
  • 2 C'est ainsi que les naturistes désignent les usagers de la plage qui se couvrent d'un maillot de ba (...)

1à bien des égards, la plage de Maguelone intrigue par son caractère singulier. Contrairement à bon nombre de plages naturistes, véritables territoires de « l'antimonde »1 localisés en marge des autres plages, elle héberge les « textiles »2 et les nudistes, les « homos » et les « hétéros », les familles et les célibataires. On ne repère pas, à première vue, de partition organisée du lieu. Quelque peu en retrait par rapport aux autres plages de la région (Palavas, Carnon), elle reste néanmoins aisément accessible depuis Montpellier par la D 986. Moyennant quatre euros de frais de parking durant les trois mois d'été, il est possible d'accéder directement à la plage. Il est également possible de marcher le long d'une petite route qui longe le littoral, mais celle-ci n'est pas ouverte au public pendant l'été. Un petit train touristique, gratuit, l'emprunte durant la haute saison et relie régulièrement le parking à la cathédrale. Au cours du trajet, le chauffeur s'arrête à la demande des touristes et des usagers qui accèdent alors à la plage par des escaliers en bois.

  • 3 Le restaurant fait face à la plage. Il propose, en dehors de ses plats de poissons grillés à la pla (...)
  • 4 Durant les mois de juillet et d'août, sous la houlette de la police nationale, des activités nautiq (...)

2Accolée au parking, une paillote abrite le restaurant Le Souleil3 ; elle marque la rupture entre le côté où le nudisme est implicitement toléré, et celui où il ne l'est pas. C'est précisément à partir de cet endroit, et jusqu'au centre de loisirs jeunes (CLJ)4 animé par la police nationale, que nous avons mené notre travail d'enquêtes en 2003, 2005 et 2007.

3Comment les nudistes partagent-ils les lieux avec les autres pratiquants de la plage ? Que cherchent-ils dans cet espace ni tout à fait nudiste, ni tout à fait textile ; ni tout à fait « gay », ni tout à fait « hétéro » ; ni tout à fait local, ni tout à fait touristique ? Finalement, sur cet espace restreint – deux kilomètres – et au cours d'une temporalité réduite aux deux mois d'été –, quelles sont les différentes expériences spatiales partagées, les stratégies de co-existence mises en place implicitement et les co-spatialités vécues par les divers usagers ? Pour répondre à ces divers questionnements, nous nous sommes entretenus avec une centaine de nudistes à l’aide de questionnaires écrits, entre les paillotes et le centre de loisirs.

4Trois entrées guideront notre réflexion. Nous envisagerons tout d'abord ce lieu singulier sous l'angle d'un isolat utopiste, d'un songe communautaire, tant il est vrai que les propos des usagers de cette plage révèlent une recherche de parenthèse spatiale, temporelle et existentielle très forte, puis nous nous interrogerons sur les différents marqueurs spatiaux et sociétaux de cette plage. Si la métaphore géométrique du centre et de la périphérie ne s'applique pas pour expliquer l'organisation spatiale de ce lieu, il ne faudrait pas davantage penser que la plage de Maguelone est un espace lisse, fluide et non polarisé sur lequel l'usager « navigue à vue ». La question de la localisation de son installation est capitale. Ces diverses co-spatialités nous conduiront enfin à nous interroger sur les différents partages de l'espace et les conflits d'usages qui peuvent en résulter.

Le sens du territoire : la plage comme un isolat utopiste, comme un songe communautaire

5La toute première caractéristique de la plage réside en un mot : mixité. Cet aspect est d'ailleurs unanimement reconnu et largement apprécié. Il permet une utilisation souple de l'espace. Les non nudistes peuvent ainsi accompagner leurs amis nudistes. Les pratiques naturistes elles-mêmes sont très contrastées. Les naturistes puristes qui ne fréquentent que les plages naturistes côtoient des nudistes occasionnels qui ne pratiquent le nudisme que sur cette plage. Parmi les personnes enquêtées, les plus anciens pratiquent le naturisme depuis une quarantaine d'années, et le plus récent depuis quatre heures.

Localisation de la plage

  • 5 Palmarès du Pavillon bleu des communes.

6Située à l'ouest de Palavas-les-Flots, à une douzaine de kilomètres de Montpellier, la plage de Villeneuve-lès-Maguelone, promue au rang de laboratoire balnéaire des genres (Jaurand, 2005) est aussi « l'une des plus grandes plages naturistes d'Europe […] et certainement la plus belle plage du Languedoc-Roussillon » d'après l'annuaire des plages naturistes. étangs et tamaris d'un côté, eaux de qualité lui valant le label Pavillon bleu5 depuis 1985 de l'autre, tels sont les éléments du paysage qui bordent le lieu. Le tableau est idyllique, mais la réalité n'est-elle pas plus nuancée ? Le paysage n'est en effet pas totalement paradisiaque et souffre de quelques faiblesses. Constituée de galets et de sable grossier, elle est peu entretenue par la commune ; le trait de côte subit une érosion très forte, la dérive littorale des eaux du Lez charrie son lot de pollution et les dunes elles-mêmes sont relativement dégradées.

  • 6 Pour qu'une plage soit reconnue "naturiste", il faut qu'un arrêté le stipule. Ce n'est pas le cas d (...)

7Le nudisme y est toléré6 mais reste interdit par arrêté municipal. La plage est située sur un cordon dunaire qui s'étend sur une douzaine de kilomètres, depuis Palavas-les-Flots jusqu'à Frontignan-Plage, entre mer et étangs. Trois voies sans issues permettent d'accéder à ce lido, à proximité duquel trône, au milieu d'un petit bois de pins, la cathédrale romane de Villeneuve-lès-Maguelone. En raison de cet isolement relatif, le nudisme ne fait pas objet de débats. Certains touristes non informés de cet arrangement viennent parfois évoquer leur surprise ou leur stupéfaction auprès de l'office du tourisme ou de la Mairie. Mais cette situation reste assez exceptionnelle ; ce sont surtout des habitués qui fréquentent la plage, des touristes d'Europe du Nord qui en recherchent précisément le caractère naturiste ou des gays et lesbiennes qui apprécient de se retrouver sous le drapeau arc-en-ciel.

Un espace homogène, sans frontières et sans ségrégation ?

  • 7 Entretien téléphonique du 30 août 2007.

8Dès le premier coup d'œil, la plage, très calme, se distingue des autres plages. La densité y est nettement plus faible qu'à Palavas ou à Carnon. Les groupes de jeunes, les vendeurs ambulants de chouchous et de beignets sont absents du paysage visuel et sonore. Très peu de cerf-volants ou de jeux de raquettes et de ballons. L'usager idéal-typique de Maguelone est tranquille, voire serein. D'ailleurs, régulièrement, certains exercent quelques mouvements de taï chi chuan face à la mer. Pas de bornage apparent pour discriminer les nudistes et les textiles, les « hétéros » et les « homos ». La plage de Maguelone est, selon les dires du responsable de l'agence de tourisme de Villeneuve-les-Maguelone, un exemple de tolérance7, ce qui est confirmé par bon nombre de propos, enthousiastes pour évoquer précisément cette tolérance. De rares éclats de rires ou sonneries de téléphones portables viennent parfois brouiller l'expression des vagues.

  • 8 En trois années de fréquentation relativement assidue de la plage avec les questionnaires en main, (...)

9La question des corps, de leur beauté, fait l'objet d'une double réalité. Certes le culte du corps est omniprésent. L'image contemporaine de la beauté oscille, ici comme ailleurs, entre l'allure minimaliste des mannequins et l'allure athlétique des bodybuilders (Marzano-Parisoli, 2002, p. 23). Beaucoup de corps apparaissent « sous contrôle » : minces, « bodybuildés », savamment et méticuleusement épilés et bien sûr intégralement bronzés. Certains peuvent être fermement domestiqués, des corps-décors en quelque sorte. D'ailleurs les propos vont dans ce sens : « ici les gens sont bien faits » ; « quand on est naturistes, on fait plus attention à soi » ; « ceux qui font du naturisme sont plus attentifs à leur corps. » Néanmoins, ces corps-là, superbes dans leur perfection, ne sont pas légion. La grande majorité des corps est relativement quelconque. Les discours traduisent parfois un brin de désappointement : « les gens se trompent totalement. Ils pensent qu'il y a que des gens bien foutus qui viennent sur les plages naturistes, c'est faux, c'est plutôt le contraire ! » Et au final, on compare, on juge, on se rassure et on se dit que : « finalement, je ne suis pas si mal que ça » ; « on a son corps à soi et on s'accepte avec ses qualités et ses défauts ». La moyenne d'âge de la plage est plutôt élevée, en raison de la sous-représentation des enfants et surtout des adolescents8. Implicitement, la règle tacite est celle de la tolérance. « Il n'y a pas de moqueries. Traditionnellement les gens seraient offusqués s'il y en avait. » La plage apparaît alors comme une sorte de huis clos au sein duquel l'idée même de stigmates physiques est impensable. De nombreux témoignages relatent des expériences de confrontation aux corps blessés d'autrui. Citons les plus probants :

« J'ai vu plein de gens différents sur cette plage : des nains, des handicapés, des trisomiques, des gens qui avaient une prothèse. Ils viennent là, sans forcément faire de naturisme, mais ils savent qu'ici ils sont acceptés et qu'il n'y aura pas de moqueries. »
« Ici on trouve la vraie nature de l'être humain. Par exemple l'an dernier, un monsieur enlevait sa jambe artificielle pour aller nager. Cette impression ne dure peut-être que les quinze jours de vacances, mais elle existe. »
« L'autre jour, il y avait une femme qui avait eu une ablation des deux seins. Je me suis dit 'chapeau à cette femme-là. Elle accepte, elle assume son image'. Ici le corps n'est pas un objet d'attirance. »

10Plus généralement, le regard porté sur l'Autre et l'altérité dont il est porteur évolue :

« Ça a changé ma façon de voir les gens, oui. Ma façon de voir les personnes âgées ou les personnes handicapées. On porte un regard différent sur une plage naturiste. »

« Les gens sont très respectueux, on respire. Tout le monde est accepté, tout le monde est beau d'une certaine façon. Ça me réconcilie un peu avec la société de consommation et les magazines qui ne présentent que des supers corps. »

11Ces propos montrent que les interactions entre « normaux et stigmatisés » sont manifestement plus nombreuses ici qu'ailleurs. Mais, alors que cette fréquence devrait théoriquement engendrer des risques élevés de fausses notes (Goffman, 1975), la probabilité que ces « contacts mixtes » adviennent apparaît au contraire comme un élément valorisant la qualité du lieu. Implicitement ou explicitement, la teneur du discours se résume ainsi : la pratique du nudisme permet des formes de convivialité qui ne s'appuient pas sur de traditionnels modes de sociabilité costumée et urbanisée.

Un idéal de vie, un idéal de plage : une plage idéale ?

  • 9 "[…] La grande révolution esthétique et morale qui laissera au civilisé moderne le droit qu'avait l (...)

12Cette tolérance, cette heureuse cohabitation font-elles de cette plage une plage idéale ? Corréler utopie, monde meilleur et naturisme ne date pas d'aujourd'hui. Elisée Reclus lui-même pensait que la nudité était tout à fait propice à la socialisation entre les individus et il en vantait les mérites et les bienfaits tant moraux que physiologiques9. Le nudisme paraît consubstantiel d'une recherche de monde meilleur. Pour de nombreuses personnes enquêtées, l'expression « art de vivre » revient fréquemment. La beauté de la plage, si elle existe, est davantage le fruit d'une appropriation ; sa quiétude, son essence même suscitent des envies d'installation plus durable :

« C'est paradisiaque. Il n'y a pas de routes, pas de béton partout, c'est calme. Avant j'allais sur la Côte d'Azur, mais depuis que je connais ici, ça ne me plaît plus du tout de retourner là-bas. C'est pareil pour mes voyages à l'étranger. Avant j'aimais bien voyager et découvrir de belles plages, ailleurs, mais depuis que je connais Maguelone l'étranger ne m'attire plus du tout, mis à part les plages de l'île Maurice. J'aime tellement cette plage que j’ambitionne de monter une antenne de mon agence ici et de m'y installer. C'est un objectif à court terme, d'ici deux ans, auquel l'existence de cette plage contribue fortement. »

13Cette quête d'un « nouvel humanisme » s'accompagne, au moins l'espace du séjour sur la plage, d'une rupture avec la société, et notamment « la société de consommation », puisque le terme revient de nombreuses fois. Le site lui-même n'apparaît pas comme un lieu balnéaire hautement touristique. Aucun magasin de souvenirs ou d'objets de plage ne vient « valoriser » le paysage, la cathédrale s'en charge : les marchands sont apparemment chassés du Temple. Aucun vendeur ambulant ne vient profaner la formidable acoustique de la plage ; cela ne signifie pas qu'aucun vendeur ne passe. Mais au lieu de brailler crescendo « CHOUchououou, BEIgneeeeeets, BOIssons fraîaîaîaîaîches !!! » comme sur les autres plages, les vendeurs ambulants de Maguelone susurrent « café ? thé ? boissons fraîches ? ». C'est là une différence incommensurable ! Une forme d'idéologie sociale règne sur la plage, ce qui lui confère une identité spatiale forte.

« C'est la plus jolie plage de la région. On ne fréquente que cette plage. Je ne supporte plus les vendeurs de beignets, de chouchous… L'autre jour, je suis retournée à la plage de Carnon j'ai trouvé que c'était vraiment insupportable, on ne peut pas rester cinq minutes tranquille. »

14La cathédrale de Maguelone contribue amplement à valoriser le site. Elle n'est pas directement visible, mais elle est là, elle fait partie du décor « mental » :

« Y a la mer, les vignes, la cathédrale, on n'est pas dans la société de consommation. C'est un vrai dépaysement, un moment de détente, il y a une vraie qualité de l'environnement. »

15Cette beauté de la plage, si subjective, englobe tout à la fois une façon d'être au monde et un espace plus vaste qui inclut les étangs, la cathédrale et l'environnement dénué de résidences touristiques.

16La plage et les usages de plage engendrent et facilitent une sociabilité simplifiée, dépouillée de la « méta-signification » du costume et d'un certain nombre de signes identitaires, soigneusement rangés dans le cabas. Ce gommage des signes favorise l'impression, (l'illusion ?) d'un effacement des hiérarchies entre les individus : « on voit les gens différemment, il n'y pas de barrières sociales quand tout le monde est à poil ! On ne cherche pas à voir qui a le plus beau maillot ! » ; « on ne rejette pas les autres, on est plus sociable. Il n'y a pas de différences sociales. Socialement, c'est positif, c'est l'égalité la plus totale ». Faisant fi d'une probable gêne si toutefois l'occasion se présentait, on n'hésite pas à dire que « sur la plage naturiste il n'y a pas de différences sociales. Tout le monde est égal. Tu peux croiser ton patron, il est aussi à poil que toi ! ». La rivalité, les antagonismes de « classe » semblent ipso facto annihilés par la pratique du naturisme. Sous les pavés, la plage, en quelque sorte ! Le jeu balnéaire du nudisme repose sur l'illusion qu'une société sans classe est possible. Pour que ce jeu fonctionne, il suffit que chacun en respecte les règles, tacites et contraignantes : le respect et la tolérance envers autrui. Les impressions de somnolence, les « regards dans le vague », qui « glissent » des nudistes sur la plage sont en fait les garants d'une cohabitation harmonieuse. On peut être frappé par la récurrence des propos tels que « sur une plage naturiste, on ne regarde pas » ; une femme le dit clairement en ces termes : « le vrai naturiste s'occupe de lui, il regarde pas ». Or, précisément, la plage de Maguelone n'est pas uniquement naturiste. C'est probablement dans le mélange des genres que tient cette forme élevée de tolérance et de respect d'autrui, que chacun apprécie et revendique. On peut faire l'hypothèse que la présence majoritaire mais non exclusive de naturistes, le regard qu'ils portent sur le monde en général et les coups d'œil qu'ils jettent sur la plage en particulier garantissent le bon fonctionnement de la cohabitation. Ils exercent un contrôle, un « droit de regard » sur « leur » plage. D'ailleurs, pour certains, cela ne fait aucun doute : si les homosexuels et les handicapés viennent ici, c'est parce qu'ils savent qu'ils ne pourront pas être importunés. La plage apparaît ainsi comme le théâtre d'un corps-accord avec le monde.

17Le vocabulaire utilisé emprunte souvent au registre « militant ». Plusieurs personnes évoquent des « conversions » d'ami/e/e/es ou de membres de la famille ; d'autres précisent qu'ils pratiquent le naturisme mais ne le « revendiquent » pas. Ou à l'inverse « J'en fais avec ma compagne depuis vingt-cinq jours et je le proclame ! Je suis très fier de cela ! Ça me semblait un progrès dans ma vie… mais l'effet est assez faible ! ». D'ailleurs de nombreux naturistes sont à l'origine du caractère naturiste de la plage. Ils ont lutté pour que cette tolérance soit acceptée : « C'est normal que je sois naturiste. Déjà, les premiers seins nus c'était ici. C'était la liberté. Les flics nous couraient après ! »

  • 10 A. Finkielkraut, Petit dictionnaire illustré, Virgule poche, 1981.

18La définition qu'Alain Finkielkraut10 donne du naturisme est la suivante : « corps sages sans corsage ». La définition correspond-elle à la réalité de Maguelone ? Les corps sont-ils si sages ? Certes, de nombreuses personnes évoquent des situations paradoxales, des faits croustillants qui vont dans ce sens-là :

« J'ai une anecdote à raconter… Il y a quelques années, j'avais une collègue super canon. Tous les collègues en étaient dingues, elle portait des pantalons hyper moulants. Il se trouve qu'un jour, nous étions en vacances en Yougoslavie avec ma femme et on la rencontre de façon fortuite ! Nous sommes allés ensemble sur une plage naturiste. Et je me suis rendu compte après que je n'aurais pas su dire comment elle était ! »

19Un homme gay reconnaît que son ami apprécie modérément qu'il fréquente cette plage car « il trouve que le naturisme détruit l'érotisme ». Il semblerait néanmoins qu'un tourisme sexuel et libertin ait cours, selon une répartition spatiale et temporelle bien précise (Jaurand, 2004, p. 227-240). Trois personnes avouent avoir été « choquées », « dégoûtées » par divers spectacles qu'elles ont pu entr'apercevoir entre homos ou couples échangistes, en fin d'après-midi.

Le naturisme comme « être au monde »

20Si les attitudes sexuelles libertines choquent ceux qui ne sont pas concernés par cette scénographie, ce n'est pas uniquement parce qu'elles risquent de heurter des enfants possiblement témoins. D'une part, les enfants sont assez rares sur cette plage, et d'autre part, le coin « homo » et échangiste se trouve assez éloigné de la plage familiale. C'est plutôt, nous semble-t-il, parce que ces conduites engagent trop ostensiblement l'espace et contrarient la recherche de « tendre utopie » de bon nombre des usagers. Le corps érotique n'y a pas sa place.

21Les trajectoires de vie occupent une place importante dans les récits pour évoquer les raisons pour lesquelles les personnes en sont arrivées à l'adoption du naturisme. Le divorce peut être, notamment chez les femmes, le détonateur. « Je ne savais plus trop où j'en étais, par rapport à ma féminité. C'était pour moi un nouveau départ, pas évident dans ma vie. Alors ma foi, pourquoi pas le naturisme ?! » Ou encore : « Je fais du naturisme depuis plus de trente ans. J'ai commencé juste après mon divorce. J'étais jeune et belle à l'époque ! J'étais très complexée ; et c'est vrai que venir faire du naturisme à Maguelone, ça m'a décomplexée ! » Chez les gays et les lesbiennes, l'usage du naturisme n'est pas anodin ; le sujet est sensible et les récits quelque peu douloureux : « le naturisme m'a aidé à accepter mon corps », « ça m'a permis de m'affirmer plus facilement » ; « pour mon entourage, la plage et le naturisme, c'est un détail, c'est peu par rapport à l'importance qu'ils accordent à mon homosexualité » (hommes) ; ou encore : « mes proches savent que je fais du nudisme ; ils me regardent comme une bête curieuse, ça leur donne un argument supplémentaire pour penser que c'est lié à mon homosexualité. Ils se disent que de toutes façons je suis particulière ! » (femme).

22De manière beaucoup plus légère, le rapport existentiel qui lie les nudistes à la plage de Maguelone peut résider en une phrase-slogan : « oui à un monde sans marques… corporelles ». La chasse aux marques disgracieuses est récurrente. Le corps intégralement bronzé est signe de plaisir, de liberté assumée, mais également de frivolité ou de coquetterie : « je le fais vraiment pour ne pas avoir la marque du maillot. C'est plus esthétique. Sinon ça sert à rien d'avoir de jolis dessous si c'est pour que ça soit gâché par les marques du maillot ! ». Mais l'absence de marques peut aussi trahir l'usager aux yeux de ses proches : « je ne fais du naturisme qu'à Maguelone et ce n'est pas du tout accepté par mon entourage. Mon fils a fait du naturisme avec moi jusqu'à huit ans. Puis un jour, il a voulu mettre un maillot. Quand il a eu la marque du bronzage, il a dit, soulagé  »ah mamie va être contente !« . C'est comme ça que j'ai su que c'était pas particulièrement apprécié ! »

23La plage de Maguelone est un lieu, voire, pour certains, un haut lieu de la région, pourvu d'attributs sociaux, démographiques, culturels, économiques, physiques et juridiques singuliers. Elle s'inscrit pleinement comme un objet identifiable et identitificatoire, dans un fonctionnement collectif (Lussault, 2007, p. 105). Par ailleurs, ce lieu est fortement chargé de valeurs communes. On appelle en général territoire ce genre d'espace qu'un groupe s'est approprié, qu'il a conscience de s'être approprié, et qu'il a approprié à ses besoins, à sa structure (Brunet, 1986, p. 303). Le sentiment d'appropriation est en effet très affirmé sur cette plage : « Je connais cette plage comme on connaît sa maison », et pas seulement pendant la saison estivale : « Je viens ici tous les jours de l'hiver pour marcher. Je connais tout de cette plage, chaque dune, chaque morceau de bois ». Cette territorialité s'appuie, notamment durant l'été lorsque la plage est cosmopolite et que la cohabitation est en péril, sur des mécanismes d'autorégulation et des actions de coopération. Certains usagers s'autodésignent comme gardiens ou sentinelles, garants du bon fonctionnement du vivre-ensemble de la plage : « Je surveille les maboules qui se masturbent et je fais la police. L'autre jour, j'ai chopé un gars qui filmait ». Un autre se remémore les hauts faits des années 1970 : « Les policiers passaient et demandaient les papiers d'identité. Un jeune en mobylette passait et disait 'remettez les maillots'. Il nous prévenait, pour qu'on soit pas embêté par les flics. Il faisait ça par sympathie. On était sûrement dénoncé… » Et encore aujourd'hui, quand la « civilisation de la plage » est menacée, quand la représentation mythique des origines du territoire comme lieu historique d'exposition des premiers seins nus, des premiers naturistes et des premiers gays, est en danger, l'entraide et le secours mutuel s'appliquent toujours : « Quand quelqu'un a un problème, par exemple avec quelqu'un qui vient mater, on se lève pour l'aider ». La géographicité de la plage est à ce prix.

Les différentes aires offertes aux usagers de la plage : quelle cospatialité selon quels classements?

24Les usagers de la plage arrivent à la plage par la D 986 et garent leur véhicule motorisé au parking. Ils peuvent aussi emprunter la petite route qui mène à la cathédrale s'ils sont à vélo, ou prendre le petit train gratuit mis en place par la municipalité de Villeneuve-les-Maguelone. Mais dans tous les cas, la question est la même : jusqu'où aller ? Quand est-ce qu'on s'arrête de marcher ou de pédaler ? Quels sont les indices qui déterminent le choix de l'installation ? Sur les autres plages, la décision est encouragée par la disponibilité des places de stationnement, le long de la plage. On gare alors son véhicule et on avance sur la plage, perpendiculairement à celui-ci. Là, c'est différent. C'est parfois irrationnel. « J'ai pas envie d'aller trop loin car je mets de sandales et si je vais trop loin j'ai trop de sable dans les pieds et c'est désagréable. Et si j'ai pas de sandales j'ai vite mal aux pieds ! » Privilégier la notion de distance ? De co-présence et de co-spatialité ? Choisir la présence de douches et de sanitaires ? La proximité du snack et du bar ? Quels critères de discrimination des lieux favoriser ? Qui exclure et vers qui s'agréger ? Le champ des possibles est vaste, tout comme la multiplication des paramètres. Et le choix d'occupation du sol n'est pas non plus toujours planifié d'avance ! Une part de contingence existe. Néanmoins, tous ces phénomènes macrospatiaux de choix, de partage de l'espace, issus de processus d'agrégation de conduites individuelles, finissent par produire du sens et par qualifier, marquer l'espace. Les marqueurs spatiaux ont pour vocation d'être vus, repérés et interprétables par chacun (Lageiste, 2007).

25Au-delà des deux zones commerçantes existantes, le bar qui jouxte le restaurant Le Souleil au niveau des paillotes et le bar-snack situé sur la plage au niveau du drapeau arc-en-ciel, différents espaces aux identités spatiales différentes cohabitent sur la plage.

La plage dans sa version familiale ?

26Le rôle du parking est déterminant. Pour ceux qui n'aiment pas marcher, pour ceux qui ne pratiquent pas le naturisme mais préfèrent la fréquentation de cette plage à d'autres, pour ceux qui font du naturisme mais sont accompagnés « d'ami/e/s textile », pour ceux qui viennent avec des enfants et qui se sentent rassurés par la présence d'un poste de secours, pour ceux qui apprécient la présence de douches et de sanitaires, pour tous ceux-là, le « début » de la plage est l'endroit adéquat. D'ailleurs, ils sont nombreux à faire ce choix car c'est ici que, sans conteste, la densité est la plus forte. C'est là également que le sex ratio et la structure par âge est la plus équilibrée. La plage est plutôt familiale, les adultes sont souvent accompagnés d'enfants, très peu bruyants au demeurant. C'est néanmoins l'endroit le plus sonore, en raison de la présence de la base de location de jet skis qui fonctionne en partenariat avec le restaurant et la plage privée du restaurant Le Souleil. « Plus on se rapproche des paillotes, moins c'est naturiste et plus c'est snob ». Inversement, plus on s'en éloigne et plus la densité d'occupation décroît. La plage devient alors de plus en plus naturiste, même si elle l'est rarement exclusivement. Différents marqueurs spatiaux servent de repère : les poubelles, les canisses et les escaliers. Les rendez-vous se donnent alors à « la deuxième poubelle », au « troisième escalier » ou « aux canisses ». à un kilomètre environ, un nouveau marqueur émerge qui flotte et fièrement bouge : le drapeau arc-en-ciel, ou rainbow flag, signe de ralliement de la communauté LGBT (lesbienne, gay, bisexuel/le et transgenre).

La plage de Maguelone : une destination touristique gay ?

  • 11 Notamment la ville de Barcelone, qui a désormais supplanté Amsterdam pour le titre de capitale gay (...)
  • 12 La première fut Eurogays et la dernière née est Attitude Travel ; celle-ci est davantage qu'une sim (...)

27Bien que plus tardif en France par rapport aux pays anglo-saxons ou à l'Espagne11, le tourisme gay et lesbien commence néanmoins à prendre de l’ampleur. Des agences de voyages12 à destination des gays sont ainsi apparues sur le marché français. La plage de Maguelone est de nombreuses fois évoquée : dans le Guide Herault gay et lesbien, dans le Guide Languedoc-Roussillon gay, lesbienne et gay-friendly, dans Têtu, le magazine des gays et lesbiennes, dans le Guide de tourisme gay et lesbien.

  • 13 Les femmes lesbiennes que nous avons rencontrées étaient souvent installées en dehors de cet espace (...)

28Le « coin homo » est connu des baigneurs. Le touriste de passage sait en général qu'il existe, « quelque part ». Où précisément ? Il l'ignore souvent. Le drapeau ne fait pas sens pour tout le monde. Néanmoins, il marque considérablement l'espace. Certes, les gays et lesbiennes y viennent en priorité ; ils donnent même parfois l'impression, à les entendre, que la plage est spécifiquement gay : « Je ne fais du naturisme qu'ici. Sur une plage hétéro je n'en ferais pas. Ici on se retrouve dans notre milieu, entre nous ». Pourtant, le drapeau est également attractif pour les filles hétéro qui viennent en célibataire : « Je viens là, au moins je suis sûre de ne pas me faire embêter ! Certes, je peux me faire brancher par une fille lesbienne, mais elle sera moins lourde que le  »beauf«  qui vient draguer ! ». La probabilité d'être accostée par une fille lesbienne dans cet espace « homo » reste faible car l'appropriation de cet espace est essentiellement « gay »13. De ce fait, il est, bien au-delà de ses limites implicites, répulsif pour les hommes qui viennent en célibataire : « Je ne veux pas qu'il y ait méprise et je ne veux pas me faire draguer par des hommes », « Quitte à regarder, je préfère regarder une fille plutôt qu'un homme ». Le niveau sonore de la plage, à cet endroit, est plus élevé qu'ailleurs en raison de la musique techno diffusée par le snack, installé à proximité du drapeau.

Maguelone : une plage essentiellement locale

  • 14 Pour les non Villeneuvois, il est à 4 euros, comme celui qui jouxte la plage naturiste. Les recette (...)

29Hormis les gays et lesbiennes qui viennent sur la plage parce qu'ils ont été informés de son existence par des biais divers, les touristes lambda en ignorent généralement l'existence. Les employés de la municipalité de Villeneuve-les-Maguelone et de l'office de tourisme ne l'indiquent pas aux touristes ; seule la curiosité et l'esprit d'aventure peuvent les amener à découvrir cet endroit pourtant relativement accessible. Les risques de conflits ou de plaintes envers les élus et les professionnels du tourisme sont ainsi limités. D'autant que la commune est dotée d'une autre plage, indiscutablement familiale celle-là. Tout est mis en œuvre pour en faciliter la fréquentation : le parking qui la dessert est gratuit pour les Villeneuvois14, alors que celui qui jouxte Le Souleil est payant. Un petit train, similaire à celui qui dessert la cathédrale, est également mis en service, gratuitement, pour faciliter l'accès de cette plage textile.

30Au grand dam de certains, la plage est donc largement peuplée de locaux, les jours de la semaine comme les week-ends. On le déplore dans le milieu gay : « Le moins de la plage ? Sans les Montpelliérains, la plage serait mieux, non15 !!! ». Et même quand on est installé à Palavas depuis de longues années, on fustige « l'archaïsme méridional » ! « Mon entourage sait que je pratique le naturisme. On est Parisiens, on est évolué ! Ici dans leur tête ils sont pas évolués. La province c'est la province tout de même ! » En revanche, les « autochtones » apprécient ce localisme estival :

« Les gens ne sont pas les mêmes que sur les plages de Carnon ou de Palavas, les gens sont plus locaux, ils ont l'accent d'ici ! Et puis, il y a pas beaucoup de gens tout blancs ! On voit bien qu'ils sont déjà allés à la mer plusieurs fois avant le début de l'été. à Carnon, on reconnaît les nouveaux vacanciers à leur teint cachet d'aspirine ! »

31Une fois de plus, les marques de bronzage trahissent et discriminent.

32Les critères d'installation des locaux sont manifestement très influencés par leur appartenance sociale. Le social influence, une fois n'est pas coutume, le spatial. « Près des paillotes, y a tout le gotha montpelliérain ; si tu veux te déconnecter c'est pas là qu'il faut aller, y a monsieur Machin Machin…, on les connaît tous, c'est les nuitards commerçants », « au niveau de la buvette, c'est tout ce qu'on veut sauf de vrais naturistes. On retrouve le 'tout Montpellier', les petites vendeuses les employés de bureau qui crânent, qui font du snobisme ». Ces derniers se dorent en effet sur la plage privée du restaurant et non loin des douches. La fréquentation de la plage représente parfois une parenthèse dans la journée de travail et la possibilité de prendre rapidement une douche influence le choix de l'installation.

33Finalement, les critères d'installation des nudistes sur la plage s'organisent autour de la thématique du choix des catégories de lieu. La plage familiale, la plage gay, la plage des adeptes d'un naturisme plus militant (située d'une part entre la plage familiale et la plage gay, et d'autre part après la plage gay), présentent des points communs ; ils sélectionnent de petites unités spatiales relativement homogènes. Les flux de personnes, les discours, les représentations, les récits mis en œuvre pour les évoquer varient, mais sont constitutifs de leur existence et de leur pérennité. Sans être bornées, les limites de chacun de ces lieux sont explicitement perceptibles et sensibles. Ils deviennent ainsi, pour certains, et durant l'espace d'un été, des lieux de vie. Mais, si la fréquentation de ces lieux par les habitants de l'agglomération montpelliéraine s'appuie sur une bonne connaissance de leur région, celle des gays, lesbiennes et des nudistes d'Europe du Nord repose sur la lecture de documents, de brochures, de guides vantant dans un cas les caractéristiques homosexuelles du lieu, dans l'autre ses particularités naturistes. Une analyse plus fine permet de mettre en évidence une véritable géopolitique de la plage.

Partage de l'espace, recherche d'entre-soi et conflits d'usages

34Le théâtre des opérations géopolitiques se situe, nous l'avons déjà mentionné, entre la paillote et le CLJ où les jeunes, provenant essentiellement de la Paillade, viennent pratiquer des jeux de plage sous la surveillance de la police nationale. Entre ces deux aires, le partage de l'espace est en jeu. à première vue, la cohabitation se déroule de manière courtoise, un pacte de non agression entre nudistes et textiles, entre homos et hétéros fixe les lignes de conduite, sous la houlette de sentinelles et d'agents de surveillance autoproclamés. Mais l'équilibre n'est-il pas toujours précaire ?

Un entre-soi choisi 

35Outre le fait de pouvoir pratiquer le naturisme, la fréquentation de la plage de Maguelone assure aussi la possibilité d'un entre-soi choisi. La plage est ainsi souvent présentée pour elle-même et en elle-même dans ses diverses qualités, mais en filigrane l'essence sélective de cette plage par rapport aux plages traditionnelles apparaît. Les termes sont d'ailleurs assez rudes pour qualifier « les autres », ceux qui se rendent sur les plages textiles : « ici c'est moins plouc» , « il y a moins de familles 'beauf' qui braillent », «  il y a pas le côté populo des plages textiles, avec la glacière et tout le tintouin », « il y a pas la populace et la marmaille qui crie », « c'est pas Bidochon ». Ici, on est assuré de partager « les mêmes valeurs » et le même mode de vie : «  Ici, j'ai confiance, je vais me baigner en laissant mes affaires. Je ne le ferais pas sur une plage avec maillot ; elles sont plus populaires, les gens sont moins respectueux. Ici c'est à la fois plus calme et plus propre ». Sous-entendu : les usagers de cette plage maîtrisent les codes sociaux : « Les gens ne parlent pas fort, ils lisent et sont tranquilles. »

36Finalement, la recherche de cet entre-soi est doublement scalaire. Maguelone n'est pas Carnon, et au sein de « l'espace plage » différents lieux permettent une sélection encore plus affinée. C'est notamment le cas pour l'endroit où la bourgeoisie commerçante montpelliéraine se retrouve, près du restaurant, et pour le lieu où les gays et les lesbiennes se rassemblent, près du drapeau. Le terme d'homosociabilité revient plusieurs fois dans les discours des homosexuels pour qualifier le bonheur de se retrouver entre-soi et « dans son milieu ». Les affinités sont sélectives, et les sociabilités négociées.

Des voisinages provisoires et élaborés

  • 16 Distance physique qui s'établit entre des personnes prises dans une interaction.

37à l'échelle de la plage, comment gérer la coprésence d'autrui et les diverses altérités qui en découlent ? La question est ici plus cruciale qu'ailleurs, en raison de la nudité qui expose davantage les individus. La notion de distances et de limites spatiales occupe une place centrale. Auteur de la notion de « proxémie »16, E.T. Hall a montré qu'il existe, au-delà des cultures de chacun, l'emboîtement des sphères de relations. La distance doit être ajustée entre les sujets. Cette compréhension implicite de l'espace et la maîtrise du langage des codes interpersonnels sont appréciés par les habitués de Maguelonne ; la plage textile apparaît toujours, en creux, comme un lieu repoussoir : « Les gens s'agglutinent plus facilement », « Les gens sont les uns sur les autres ». Les naturistes interrogés évoquent avec moquerie les estivants s'agglomérant, braillards, sur les plages textiles proches. Cela n'est pas sans rappeler la manière dont Albert Dubout, dessinateur humoriste et peintre croqua, un rien moqueur, les estivants qui empruntaient le petit train carnavalesque reliant Palavas à Montpellier, de 1872 à 1968.

Des alliances et des conflits

38Différents facteurs, diverses situations aboutissent à la constitution d'alliances ou de conflits. Les personnes enquêtées en ont mentionné un certain nombre. Les gays et lesbiennes sont au cœur des alliances stratégiques ; est-ce le signe d'une insertion plus grande dans la société civile ?

39- Alliance des femmes seules et des homos :
C'est une alliance de sexe et de genre. « Vers les paillotes tout le monde est agglutiné, et au fond, quand on est une fille seule on se fait aborder. Alors je vais chez les homos et là je suis tranquille ! » ; « je viens ici dans le coin des homos ; comme ça je ne suis ni importunée par les familles et leurs enfants, ni par les mecs qui viennent me brancher. » Néanmoins, ces rapports pacifiés entre femmes et homos dans la construction de l'espace social de la plage commencent à se tendre : « il y a quelques années, les filles allaient davantage dans le coin des homos. On était mélangé, on était tranquilles, les homos sont les amis des femmes ! Mais maintenant ils deviennent moins tolérants. Ils sont plutôt en couples, ils se touchent beaucoup. On se sent un peu de trop ».

40- Alliance des nudistes et des homos :
Pour de nombreux nudistes, il ne fait aucun doute que si la plage fut historiquement l'une des premières plages gay de la région, c'est sans aucun doute parce que les nudistes sont plus tolérants que les textiles. Nudistes et homos constituaient deux catégories sociales « dominées »; leur alliance, les interactions qui en découlaient, produisaient des dynamiques socioterritoriales qui ne pouvaient que bénéficier à l'un et à l'autre de ces groupes. Or depuis quelques années, de nombreux gays ont délaissé la pratique du nudisme au profit du port, seyant, du boxer. Cette allégeance à la mode est souvent vécue comme une trahison.

41- Conflits textiles / naturistes :
Il s'agit là d'un conflit banal. Le « textile » est accusé, à tort ou à raison, de voyeurisme. Certains souhaiteraient de fait que la plage devienne exclusivement naturiste : « Des fois y a des bonshommes qui viennent là, ils s'installent tout à côté. Ils se jettent sur toi comme la misère sur le pauvre monde ! Alors qu'il y a plein de place ailleurs. Ils devraient interdire aux gens en maillot de venir ici, y a des gens qui matent, surtout au milieu de l'été ».

42Ce type de conflits, selon les années et selon l'autorité du responsable de la colonie, est exacerbé près de la base du CLJ. Pour éviter toutes sortes de discordes, le territoire autorisé des jeunes est circonscrit d'une part par un mur de gros galets qui borde un chemin et d'autre part par un panneau en bois « Ville, Vie, Vacances » présentant le centre de loisirs. Les naturistes ne peuvent passer nus à cet endroit ; ils doivent, au minimum, se couvrir d'une serviette ou d'un pagne. Cette situation engendre quelques ressentiments : « Du côté de la colo, on n’a pas le droit de passer devant, mais les gamins viennent faire les voyeurs ici et personne ne dit rien »; « Il y a des problèmes avec les Maghrébins de la colo ; eux peuvent passer, nous non. Ce n'est pas normal ». Le conflit dépasse alors le cadre de l'ordinaire opposition « textiles / naturistes » ; c'est l'harmonie de l'entre-soi qui est menacée.

Un espace en voie de fragmentation ?

43Pourquoi avoir choisi d'installer un centre de loisirs à destination de jeunes essentiellement issus de l’immigration précisément sur cet espace-là : une plage où le naturisme est toléré et où flotte le drapeau arc-en-ciel ? Sur le plan des mœurs, la h'chouma (pudeur, pudibonderie…) règne généralement sur la sexualité des hommes et des femmes du Maghreb, ou du moins sur le discours qui l'accompagne ; et a fortiori sur les pratiques sexuelles qui sont réputées « déviantes » (rapports hors mariage, homosexualité, etc.). La confusion entre nudité, liberté sexuelle, pornographie et « Occident », souvent considérable, ne pouvait a priori laisser présager une sereine concorde. Alors, pourquoi là ?

  • 17 Pour ce faire, un bus est mis à disposition des familles certains mercredis des deux mois d'été. Le (...)

44Le responsable du centre est catégorique : « Cela ne pouvait être que là ! On n'embête personne. Nous, on a notre tranquillité, et les estivants ont la leur. Ça n'aurait pas été possible ailleurs. Vous imaginez tous ces gamins à côté d'un restaurant touristique ? ». Pour ce qui les concerne, les modèles centre / périphérie et inclus / exclus valent pour la ville et pour la plage. La faible densité de la plage présente une « plus-value » spatiale pour abriter, l'espace d'un été, un centre de loisirs réservé aux jeunes des espaces relégués. Elle présente également une plus-value qui rend possible une action et une démarche sociale plus large : offrir aux familles qui ne partent pas en vacances l'occasion de sortir de leur environnement quotidien pour partager avec leurs enfants des moments de repos et de détente sur le littoral17.

45La plage de Maguelone, après avoir été le champ de lutte des premiers seins nus, puis des premiers nudistes, puis enfin des gays et lesbiennes est-elle aujourd'hui en train d'incorporer une autre catégorie d'exclus : les jeunes des cités ? Leur installation sur la plage de Maguelone, via le CLJ, représente-t-elle un signe de leur inclusion dans la société ? Ou bien témoigne-t-elle plutôt d'un processus de fragmentation de la plage ?

46La faible densité de la plage, atout majeur aux yeux des usagers de Maguelone, en constitue-t-elle son talon d'Achille ? Ne tend-elle pas à devenir une plage marquée par une certaine forme de communautarisme : un côté gay, un côté beur… L'installation, depuis cette année, d'un spot de kitesurf18, tend à valider cette dernière hypothèse : plage naturiste immense entre Palavas et Frontignan, Maguelone permet de profiter des trop rares « renverses » après un coup de Sud-Est, mais aussi de la tramontane. Ce vent souffle quasiment off-shore (side off-shore tribord) sur une mer assez lisse19. Pourquoi installer un spot de kitesurf précisément sur cette plage ? « Ça ne pouvait pas être ailleurs », répond un usager éprouvé. D'une part le kitesurf s'est particulièrement développé sur les côtes sablonneuses du littoral languedocien, au point d'en faire le berceau mondial de la discipline, et d'autre part le fait que la plage ne soit pas endiguée et sa faible fréquentation en font un spot de prédilection. Sur les espaces réservés aux kitesurfeurs la baignade est interdite, pour des raisons évidentes de sécurité ; peu d'usagers peuvent ainsi se plaindre de leur présence. Il reste qu'ils se sont installés sur un des plus beaux endroits de la plage, à mi-chemin entre le CLJ et le drapeau arc-en-ciel, le spot favori des naturistes chevronnés.

47La plage de Maguelone, insérée dans le système plus vaste des plages du Sud de la France, est un espace attractif à maints égards. Le tourisme balnéaire naturiste s'inscrit semblablement dans un espace régional plus vaste puisque le Languedoc-Roussillon représente la première région naturiste de France. Mais cette plage, précisément, par son cosmopolitisme et sa spécificité, est un lieu privilégié de mise en scène de la société. La société locale y est doublement présente. Tout d'abord, en partant du parking, sous la forme de ses élites, généralement commerçantes, le plus souvent branchées, qui se regroupent au niveau du restaurant le Souleil, sur la plage privée. Ensuite, sous la forme de ses « exclus », généralement issus de l'immigration, le plus souvent jeunes. Ces derniers se retrouvent sur un territoire borné, au niveau du centre de loisirs, dans l'espace le plus éloigné du parking. Le bus qui les amène est exceptionnellement autorisé à emprunter la petite route fermée au public pendant l'été et dépose les jeunes face à l'endroit qu'ils occuperont dans la journée. En dehors de ces deux lieux, la provenance géographique des estivants est davantage hétéroclite : Europe du Nord essentiellement pour les naturistes convaincus, principalement régionale ou franco-française pour les homosexuel/le/s ou les kitesurfeurs.

48Les usagers locaux et les élus de la commune apprécient son relatif isolement, garant d'une certaine quiétude, alors que les véritables naturistes louent la commodité de son accessibilité (Photos 1 et 3). L'identité de la plage est construite, inventée collectivement par les acteurs de la municipalité communistes et les divers acteurs spatiaux de la plage. L'essence de la plage, les sens du lieu semblent se deviner dans la prégnance d'un engagement particulier, d'un rapport singulier à l'identité individuelle et collective. C'est précisément cette forme d'unité qui permet aux uns et aux autres de « se sentir chez soi », de se reconnaître dans l'appartenance à un horizon bien particulier, d'éprouver le sentiment de faire partie intégrante de la culture et des mythes qui ont imprégné les lieux, et d'en recevoir, in fine, les richesses. Le cosmopolitisme est la règle, autant que la recherche sélective de l'entre-soi.

49à l'envi, les acteurs spatiaux ont raconté leur perception de la plage et leurs récits ont amplement nourri notre réflexion. La plage, appropriée de maintes manières, est souvent apparue comme un territoire à préserver. Quitte à raconter des histoires. Laissons une dernière fois la parole à une usagère :

« Il faut absolument protéger cette plage, il faut absolument qu'elle reste sauvage ; on n'a pas besoin de guinguettes ! Et surtout, qu'on n'y fasse rien ! C'est la prunelle de l'espace. Elle est propre, bien nettoyée, c'est bien, il y a des poubelles… On ne veut pas de snobisme commercial, on veut notre plage brute, on veut notre plage brute (sic). Ici on ne veut personne, on ne veut pas que ça se sache que c'est si bien ici. Dîtes dans votre étude qu'il reste des bombes de la guerre de 14-18 !!! »

Haut de page

Bibliographie

BARTHE-DELOIZY, F., 2003, Géographie de la nudité, être nu quelque part, Rosny-sous-Bois, éditions Bréal.

BRAUNSTEIN, F. et J.-F. PEPIN, 1999, La place du corps dans la culture occidentale, Paris, PUF, Pratiques corporelles.

BRUNET, R., 1986,  »L'espace, règles du jeu« , dans F. Auriac et R. Brunet (dir.), Espaces, jeux et enjeux, Paris, Fayard, Fondation Diderot, p. 297-316.

GOFFMAN, E., 1975, Stigmate. Les usages sociaux des handicaps, 1963, traduit de l'anglais par A. Kihm, Paris, éditions de Minuit, Coll. Le sens commun.

GRANGER, C., 2004,  »La plage a-t-elle un genre ? (1950-1975)« , dans C. Bard (dir.), Le genre des territoires : masculin, féminin, neutre, Angers, Presses de l'université d'Angers, p. 241-251.

HALL, E. T., 1966/1971 (trad. française), La dimension cachée, Paris, Seuil [rééd.  »Points« , 1978].

JAURAND, E., 2004,  »Ces plages où les genres s'affichent ? Les territoires du nu sur la Côte d'Azur« , dans C. Bard (dir.), Le genre des territoires. Féminin, masculin, neutre, Angers, Presses de l'université d'Angers, p. 227-240.

JAURAND, E., 2005,  »Territoires de mauvais genre ? Les plages gays« , dans F. Barthe et C. Hancock (dir.),  »Le Genre, constructions spatiales et culturelles« , Géographie et cultures, n° 54, p. 71-84.

KAUFMANN, J.-C., 2004, Corps de femmes, regards d’hommes, Paris, Pocket.

LAGEISTE, J., 2007,  »Les marqueurs spatiaux des lieux touristiques. Conceptualisation, typologie et portée symbolique« , dans J. Rieucau et J. Lageiste (dir.), L'empreinte du tourisme, contribution à l'identité du fait touristique, Paris, L’Harmattan, p. 11-43.

LéVY, J. et M. LUSSAULT, 2003, Dictionnaire de géographie et de l'espace des sociétés, Paris, Belin.

LUSSAULT, M., 2007, L'homme spatial. La construction sociale de l'espace humain, Paris, Seuil, La couleur des idées.

MARZANO, M. (dir.), 2007, Dictionnaire du corps, Paris, PUF, Quadrige.

MARZANO-PARISOLI, M., 2002, Penser le corps, Paris, PUF, Questions d'éthique.

MERLEAU-PONTY, M., 1945, Phénoménologie de la perception, Paris, Gallimard.

MOLES, A. et E. ROHMER, 1972, Psychologie de l’espace, Paris, Casterman.

RIEUCAU, J.,  »La promenade maritime de la station aristocratique à la ville de l'âge postouristique. L'urbanité d'un espace public aux limites de l'œkoumène", dans J. Rieucau et J. Lageiste (dir.), L'empreinte du tourisme, contribution à l'identité du fait touristique, Paris, l'Harmattan, p. 121-175.

SANSOT, P., 1986, Les formes sensibles de la vie sociale, Paris, PUF.

URBAIN, J.-D., 2002, Sur la plage. Mœurs et coutumes balnéaires (XIXe-XXe siècles), Paris, Petite Bibliothèque Payot.

Haut de page

Notes

1 Nous utilisons "antimonde" selon la définition qu'en donne R. Brunet : "Partie du Monde mal connue et qui tient à le rester, qui se présente à la fois comme le négatif du monde et comme son double indispensable" dans Les mots de la géographie. Dictionnaire critique, Reclus, La Documentation française, 1992.

2 C'est ainsi que les naturistes désignent les usagers de la plage qui se couvrent d'un maillot de bain.

3 Le restaurant fait face à la plage. Il propose, en dehors de ses plats de poissons grillés à la plancha, des locations de transats et de jet-skis. Le mobilier en bois, les tables zellige en carreaux de terre cuite et les bambous en pots confèrent à la décoration un aspect ethnique. De nombreuses soirées à thèmes sont organisées par des DJ de renommée. Le patron de ce restaurant est également celui de la Villa rouge, club-restaurant électro gay très en vogue à Montpellier. Montpellier est en effet aujourd'hui la ville gay la plus importante de province.

4 Durant les mois de juillet et d'août, sous la houlette de la police nationale, des activités nautiques, multisports et des jeux de plage sont organisés au centre de loisirs de Villeneuve-les-Maguelone, en partenariat avec le tissu associatif local, le département de l'Hérault et Hérault sport. Ces activités concernent majoritairement les jeunes (entre 6 et 18 ans) du quartier de la Paillade (ex. ZUP de Montpellier) et de manière plus marginale les jeunes des quartiers du Petit Bard, de Près d'Arènes et dans une moindre mesure de quartiers défavorisés d'autres localités du département.

5 Palmarès du Pavillon bleu des communes.

6 Pour qu'une plage soit reconnue "naturiste", il faut qu'un arrêté le stipule. Ce n'est pas le cas de la plage de Villeneuve-les-Maguelone. Néanmoins, le naturisme est toléré ; personne ne peut donc être verbalisé pour "atteinte sexuelle" selon la qualification judiciaire en vigueur. "L'exhibition sexuelle imposée à la vue d'autrui dans un lieu accessible aux regards du public est punie d'un an d'emprisonnement et de 15 000 euros d'amende", Code pénal français, Article 222-32, modifié par Ordonnance n°2000-916 du 19 septembre 2000 art.3 Journal officiel du 22 septembre 2000 en vigueur le 1er janvier 2002.

7 Entretien téléphonique du 30 août 2007.

8 En trois années de fréquentation relativement assidue de la plage avec les questionnaires en main, je n'ai rencontré qu'un seul adolescent, âgé de 12 ans en 2005 ! Il était accompagné de sa mère et vient sur cette plage depuis sa plus tendre enfance puisqu'il est né en juillet et que dès septembre il fréquentait déjà les lieux ! Son entourage amical ne le sait pas. Quelques jours auparavant, il a été confronté à une situation délicate ; il s'est en effet aperçu que deux filles de son collège, en maillot, étaient non loin de lui. Il s'est alors rapidement vêtu de son slip de bain. (75).

9 "[…] La grande révolution esthétique et morale qui laissera au civilisé moderne le droit qu'avait le Grec autrefois de se promener débarrassé de langes à la lumière du soleil, cette grande révolution est encore, parmi toutes les ambitions de l'homme moderne, celle qui paraît la plus difficile à réaliser", E. Reclus, L'homme et la terre, Albin Michel, 1931. à la même époque, L.C. Royer considérait que "l'habitude de vivre nu sur les plages pendant l'été serait […] le meilleur moyen d'apprendre aux êtres, et surtout aux jeunes gens, à mieux se connaître, tant physiquement que moralement, et cette coutume ferait vite disparaître l'hypocrisie qui est le poison du cœur." dans Au pays des hommes nus, Paris, éditions de France, 1929, cité par J.-D. Urbain (2002, p. 14).

10 A. Finkielkraut, Petit dictionnaire illustré, Virgule poche, 1981.

11 Notamment la ville de Barcelone, qui a désormais supplanté Amsterdam pour le titre de capitale gay européenne.

12 La première fut Eurogays et la dernière née est Attitude Travel ; celle-ci est davantage qu'une simple agence, puisqu'il s'agit d'un tour-opérateur. Ces agences référencent des produits de deux catégories : ceux qui sont spécifiquement gay et ceux qui sont à tendance gay friendly. Sinon, de nombreuses agences ont maintenant ouvert des départements gay ; c'est le cas de nombreuses agences sur Paris et de l'agence BLB en Bretagne.

13 Les femmes lesbiennes que nous avons rencontrées étaient souvent installées en dehors de cet espace homo, soit juste avant, soit juste après. Elles apprécient généralement le calme de la plage et sont plutôt indisposées par l'arrière-fond sonore de la musique techno. Elles ne s'installent pas précisément "en couple" mais plutôt en groupe d'amies. Elles sont, plus souvent que les gays, des adeptes du nudisme.

14 Pour les non Villeneuvois, il est à 4 euros, comme celui qui jouxte la plage naturiste. Les recettes des parkings servent à entretenir la plage.

15 http://www.gayfrance.fr/MAG/magtexte.jsp?dma=33§RUB=sc, page consultée le 15-08-2007.

16 Distance physique qui s'établit entre des personnes prises dans une interaction.

17 Pour ce faire, un bus est mis à disposition des familles certains mercredis des deux mois d'été. Les familles sont par la suite encouragées à accéder de façon autonome aux loisirs et aux vacances par une communication sur les opportunités de loisirs de proximité.

18 Le kitesurfer évolue sur une planche (un flotteur) tracté par l'énergie d'un cerf volant de 6m² à 20m², relié à des lignes à 30 mètres de hauteur en moyenne, à la manière d'un skieur nautique derrière un bateau.

19 http://www.decouvrir-l-herault.com/kite-maguelone.htm, page consultée le 3 septembre 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Chevalier, « Un territoire de cospatialités en recomposition », Géographie et cultures, 68 | 2008, 21-42.

Référence électronique

Dominique Chevalier, « Un territoire de cospatialités en recomposition », Géographie et cultures [En ligne], 68 | 2008, mis en ligne le 30 décembre 2012, consulté le 23 mai 2017. URL : http://gc.revues.org/788 ; DOI : 10.4000/gc.788

Haut de page

Auteur

Dominique Chevalier

chevalier.dom@wanadoo.fr

LISST-Cieu Toulouse – UMR 5193 laboratoire interdisciplinaire solidarités, sociétés, territoires – IUFM de Lyon.

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org