Navigation – Plan du site
Lectures

Patrick Pigeon, L'environnement au défi de l'urbanisation

Catherine Fournet-Guérin
p. 131-132
Référence(s) :

Patrick Pigeon, L'environnement au défi de l'urbanisation, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007, 189 p.

Texte intégral

  • 1 Patrick Pigeon, 2007, L'environnement au défi de l'urbanisation, Rennes, Presses universitaires de (...)

1Le dernier livre de Patrick Pigeon, spécialiste des risques, intéressera à plus d’un titre les géographes, quel que soit leur domaine de prédilection. Lenvironnement au défi de lurbanisation1 constitue en effet une synthèse ambitieuse qui appréhende nombre de dimensions de la géographie : géographie urbaine, géographie des risques, mais aussi biogéographie, climatologie, aménagement…

2L’auteur cherche à circonscrire les conséquences des mutations contemporaines de peuplement qui caractérisent le processus d’urbanisation mondiale. Pour ce faire, il se fonde sur une approche résolument optimiste de ce processus, récusant le millénarisme écologiste en vogue : la thèse est que la transformation des environnements que constitue l’urbanisation conduit souvent à des adaptations positives et non pas inéluctablement destructrices comme elles sont trop souvent présentées.

3La première partie cherche tout d’abord à définir la notion d’environnement en relation avec celle d’environnement urbain : le constat est fait qu’aujourd’hui, tous les espaces faisant l’objet d’une anthropisation relèvent du processus d’urbanisation, entendue donc comme « transformation des environnements ». L’environnement urbain, après avoir été défini au cours de pages à tonalité épistémologique, est ensuite appréhendé dans ses dimensions concrètes : le site de la ville, son environnement géologique, le climat urbain et la présence de la nature dans l’espace urbain.

4La deuxième partie traite de l’environnement de la ville stricto sensu, entendu comme système spatial : son aire d’attraction migratoire, l’approvisionnement urbain, la gestion des déchets et de l’énergie nécessaire au fonctionnement urbain. La partie s’achève sur des passages très intéressants consacrés à la biodiversité, l’auteur dénonçant le présupposé selon lequel la ville détruirait celle-ci, et aux changements climatiques actuels. Là encore, le propos est distancié et nuancé par rapport à la vulgate dominante. Patrick Pigeon réaffirme son hostilité à l’analyse du système urbain en termes pathologiques et plus largement au regard négatif porté sur l’urbanisation.

5La troisième partie est consacrée à la définition de la ville. L’auteur examine les limites entre le rural et l’urbain, la question de la difficile mesure de l’urbanisation et passe en revue plusieurs critères de l’urbanisation (densité, fonctions…). In fine, il propose une définition synthétique : « l’urbanisation, c’est à la fois une tendance de fond à la densification et à l’augmentation des échanges, qui concerne à la fois les peuplements urbains et ruraux » (p. 97).

6La quatrième partie conduit l’auteur à s’interroger sur le paradoxe suivant : pourquoi l’urbanisation s’intensifie-t-elle partout dans le monde, alors qu’elle pose des problèmes intrinsèques de gestion ? Il a alors recours aux théories de la complexité pour étayer son propos : plus le système urbain est complexe et crée ses propres problèmes, plus les sociétés sont à même de trouver les réponses à ces problèmes, par l’innovation. De manière stimulante, à l’opposé des théories malthusiennes, il est possible de transposer la théorie de la pression créatrice d’Ester Boserup au monde urbain. « L’urbanisation, parce que problématique, accroît les capacités des peuplements humains à produire les conditions de leurs propres évolutions, grâce aux innovations politiquement acceptées et à leur diffusion. » (p. 162).

7à partir de ce constat optimiste, l’auteur aborde finalement en cinquième partie les politiques de développement durable, en explicitant le rôle que doivent y jouer les géographes. On retrouvera dans cette partie le côté quelque peu jargonnant qui alourdit inutilement l’ouvrage.

8Il s’agit donc d’un ouvrage important sur le plan conceptuel. Mais il constitue également un outil de travail précieux. En effet, il est fondé sur une grande quantité d’exemples, très détaillés, souvent illustrés d’un croquis analytique et de photographies dont la légende est très étoffée. Ces exemples, véritables mini-monographies, sont pris dans le monde entier, qu’il s’agisse du Nord (Tucson, Kyoto, Neuchâtel…) ou du Sud (Colombo, Libreville, Ho Chi Minh-ville…), d’espaces urbains ou ruraux transformés par l’urbanisation (Alpes du Nord françaises par exemple). La bibliographie, très riche, est également un outil précieux.

9Le livre de Patrick Pigeon séduira donc tous ceux qui s’intéressent à l’articulation entre les faits dits naturels et les processus urbains, à la dimension environnementale à toutes les échelles et à l’épistémologie de l’urbanisation. Sur le fond, on retiendra un constat résolument anti-malthusien, qui argumente en faveur de la capacité des sociétés humaines à transformer de manière positive leur environnement dans un contexte de forte contrainte : « Jamais l’humanité n’a été aussi nombreuse, aussi urbanisée, sans pour autant connaître de catastrophe majeure depuis la seconde moitié du XXe siècle » (p. 162). Cet optimisme urbain place ce livre aux antipodes du catastrophisme véhiculé par Mike Davis, dont on avait eu l’occasion de rendre compte dans cette revue (n° 62).

Haut de page

Notes

1 Patrick Pigeon, 2007, L'environnement au défi de l'urbanisation, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 189 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Fournet-Guérin, « Patrick Pigeon, L'environnement au défi de l'urbanisation », Géographie et cultures, 68 | 2008, 131-132.

Référence électronique

Catherine Fournet-Guérin, « Patrick Pigeon, L'environnement au défi de l'urbanisation », Géographie et cultures [En ligne], 68 | 2008, mis en ligne le 30 décembre 2012, consulté le 25 mars 2017. URL : http://gc.revues.org/815

Haut de page

Auteur

Catherine Fournet-Guérin

Université de Reims

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org