Navigation – Plan du site
Lectures

Albrecht Sonntag, Les identités du football européen

Nicolas De Groote
p. 134-138
Référence(s) :

Albrecht Sonntag, 2008, Les identités du football européen, Grenoble, PUG, 308 p.

Texte intégral

  • 1 Albrecht Sonntag, sociologue bilingue, est né en Allemagne et a fait ses études à Stuttgart et au H (...)

1Dans cet ouvrage sociologique, Albrecht Sonntag1 s’intéresse notamment à la question de savoir si, au XXIe siècle, avec la suppression progressive des frontières nationales et la constitution grandissante des interactions en réseaux de plus en plus globaux, la nation est encore pertinente en termes d’identification collective. Il propose de faire son analyse via le football, qui constitue d’ailleurs un thème de recherche privilégié de Sonntag. En effet, étant le sport le plus populaire (en tout cas en Europe), le football s’avère un sujet intéressant et pertinent pour les sciences humaines et sociales. Ce jeu, sous la forme codifiée qu’on lui connaît, a été inventé par les Anglais au XIXe siècle durant la révolution industrielle et reflète de façon significative les valeurs et représentations des sociétés contemporaines. Le thème autour de la nation et des sentiments d’appartenance nationale couvre la plus grande partie de ses argumentations et de sa problématique.

2Ce livre, écrit en 2008, reprend une thèse sociologique et aborde des thèmes différents sur les identités et le football en Europe. Si l’ouvrage est destiné à un public spécifique, ça serait plutôt des lecteurs initiés à la sociologie, à la géographie et à l’ethnologie, et plus particulièrement à ceux qui s’intéressent aux relations entre sport et société. De lecture agréable, le livre peut intéresser un public élargi, curieux des phénomènes sociaux auxquels chacun est susceptible de se trouver confronté un jour ou l’autre dans sa vie. À sa lecture, on comprend que Sonntag est lui-même un passionné de ce jeu, car il cite beaucoup d’exemples de grands matchs mémorables de football et de grandes icônes de l’histoire de ce sport. La thèse regorge de références, le plus souvent de sociologues ou d’ethnologues spécialisés dans la thématique du football, ou celle de l’influence du nationalisme et des identités nationales dont Augé, Brohm, Bromberger, Ehrenberg, Elias, Gellner, Halbwachs ou Hobsbawm. Tous ces théoriciens ont leur approche personnelle dans ce domaine en particulier, mais ce qui ressort très fréquemment de leurs problématiques est que le football est une pratique qui a la même popularité sur tout le continent européen et constitue un « terrain d’expression pour les identités singulières les plus diverses » (p. 7). On peut ajouter que le football offre une grille de lecture pertinente des sociétés modernes et de leurs valeurs.

3Sonntag commence par évoquer l’extraordinaire popularité du football en Europe. En effet, il s’agit d’un jeu simple, peu sophistiqué en ce qui concerne les règles et les fautes de jeu, et dont le résultat peut parfois basculer jusqu’à la dernière seconde. Par ailleurs, la mise en scène de la manifestation ou de l’expression des sentiments collectifs de joie ou de tristesse dans la rue et sur les grandes places publiques fait désormais partie intégrante du spectacle télévisuel.

4Un autre argument développé par Sonntag concerne le pouvoir de socialisation du football. Les statistiques prouvent que les jeux de balle (tennis, golf, football, etc.) font les meilleures audiences dans les médias, notamment à la télévision, devançant toutes les autres « traditions inventées », comme les fêtes et commémorations nationales. Or de nos jours, les médias représentent l’une des plus grandes institutions de socialisation, sinon la plus grande, à côté des établissements scolaires et de l’armée. Ils sont devenus des puissances qui règlent et reproduisent les désirs et les besoins de la société qui sont encouragés et parfois créés de toute pièce.

5Une approche anthropologique montre qu’une rencontre de football est l’équivalent d’un grand théâtre où les valeurs fondamentales de la société sont mises en scène. D’autres chercheurs qui traitent ce sujet, chacun à leur manière, comparent ce jeu à un conflit guerrier, les termes utilisés dans le lexique du football trouvant presque tous leur origine dans le domaine militaire : la défense, l’attaque, le camp adverse, etc. Parallèlement, et dans une perspective géographique, on peut interpréter les hiérarchies dans les gradins comme une appropriation active du territoire et analyser les motivations et les raisons qui font que tel ou tel type de spectateur occupe et défend avec les médiums appropriés, telle ou telle section du stade. Certains sociologues comparent l’engouement pour le football à une drogue sociale, qui agit comme une religion, faisant ainsi allusion à Karl Marx qui considérait la religion comme « l’opium du peuple ». Les exemples peuvent se multiplier et cela démontre que le thème en question se prête admirablement à l’analyse et à la recherche dans de nombreux domaines des sciences sociales.

  • 2 Un out-group peut être défini comme groupe de référence pour l’identification sociale de l’adversai (...)
  • 3 Un match « derby » oppose soit deux équipes géographiquement proches, soit deux grandes équipes don (...)
  • 4 Un in-group peut être défini comme groupe de référence pour sa propre identification sociale.

6Un chapitre très intéressant est celui des identifications, vu l’intitulé de l’ouvrage. Comme dans beaucoup de processus identitaires, l’identification se fait souvent par la négative, c’est-à-dire par rapport à un out-group2. Cela est particulièrement applicable pour le football et davantage dans les matchs « derby »3. Il s’agit, dans un contexte socioculturel, de fortifier la cohésion de l’in-group4 et en même temps de dénigrer l’out-group d’une manière extrême et parfois violente. Dans un stade où s’opposent deux équipes rivales, slogans, banderoles et chants les plus enflammés sont mobilisés, qu’ils soient de nature politique, sociétale ou culturelle.

7Viennent ensuite un raisonnement récurrent et l’argument le plus fort de la thèse de Sonntag, la discussion sur la puissance symbolique de l’équipe nationale. L’auteur prétend que chaque joueur rêve de porter une fois le maillot de son équipe nationale. C’est un moment, et parfois le moment le plus important, de sa vie sportive. Dans la carrière d’un footballeur, c’est comme une obligation, un devoir qu’on se doit de remplir pour sa patrie, passant avant la rémunération ou la promotion (p. 133), thématique sur laquelle nous reviendrons plus loin.

8Le sociologue a réalisé une étude de cas franco-allemand, dans laquelle il expose le fait que les relations bilatérales de ces deux États-nations se sont, depuis plus d’un demi-siècle, situées au cœur de leur réconciliation et de la construction de l’Europe. Or le « mur culturel » (p. 170) qui sépare les deux nations persiste encore et toujours au XXIe siècle, et cela se traduit notamment dans le football. Son étude porte sur l’intérêt médiatique du football allemand et français, dans chacun des deux pays. Les analyses montrent que le produit « football national allemand » se vend très mal en France et vice-versa, bien que, dans ces deux nations, le football occupe une place privilégiée.

9Albrecht Sonntag situe par ailleurs le football et l’Europe entre tradition et postmodernité. Nous n’allons pas expliciter ici la notion assez floue de postmodernité (Sonntag ne le fait d’ailleurs pas non plus), mais admettons le postulat que par « postmodernité », on entend la fin des États-nations et la mondialisation de l’économie et des interactions sociales. Le football, dit Sonntag, peut être considéré comme un modèle européen, qui s’inscrit pertinemment dans le processus de globalisation avec, notamment, l’influence prépondérante de la Ligue des Champions (qui surclasse tous les championnats nationaux), l’accélération et l’intensification des transferts de joueurs du monde entier (avec l’Europe comme destination privilégiée), ou encore la distribution médiatique et commerciale du produit « football » à travers le continent européen (p. 248). Cependant, malgré cette européanisation avancée du football, aucun affaiblissement des appartenances traditionnelles auquel on aurait pu s’attendre n’apparaît suite à l’ouverture des frontières et des progrès réalisés dans le processus d’intégration européenne.

10Reprenons donc plus en détail l’argument le plus fort de l’analyse de l’auteur, un point qui nous semble constituer son principal raisonnement par rapport aux autres chercheurs qui se sont penchés sur cette question, à savoir la force dominante de l’identité nationale.

11Sonntag prend comme exemple les deux dernières Coupes du monde qui se sont déroulées en Europe. Lors de la Coupe du monde de 1998 en France, et plus précisément après la finale remportée par l’équipe hôte, le moment de la célébration a pris une « dimension étonnamment nationale » (p. 15). Ceci est d’autant plus surprenant car en France, les nombreux clivages sociaux et régionaux ne manquent pas de faire irruption dans les moments sensibles. Cela dit, la finale a été glorifiée avec une incroyable réappropriation des symboles nationaux, avec la réhabilitation de l’hymne national, et les spectateurs agitant en permanence le drapeau tricolore bleu blanc rouge. Or il est paradoxal de constater que dans les équipes dites « nationales », on trouve des joueurs d’origines culturelles et ethniques différentes, l’équipe tricolore ayant eu comme label « black blanc beur »… En somme, on assista à un enthousiasme pour la « patrie » qui n’avait plus eu lieu depuis la Libération, en 1944 ! L’auteur en conclut que le « football s’avère un formidable exutoire pour des sentiments de rivalité, d’arrogance, d’infériorité / supériorité qui ne sont plus permis ailleurs. » (p. 174).

12Quelques années plus tard, en Allemagne cette fois, le monde entier perçut une « libération du sentiment d’appartenance nationale » (p. 17). En effet, l’année 2006 marqua l’esprit patriotique des Allemands, un peuple qui saisit l’occasion de reconquérir la fierté nationale, qui avait été détruite par la communauté internationale après la période historique du national-socialisme. Le football s’apparente ainsi à l’expression de tous les nationalismes de ce début du XXIe siècle, quelle que soit l’histoire de la nation en question. Comme l’écrit Sonntag, « L’équipe nationale peut servir à forger le sentiment national, lorsque ce dernier est faible, menacé ou difficile à émerger. » (p. 220).

13L’auteur justifie ses propos en avançant que dans une période où les grandes institutions de socialisation nationale sont en crise, les fêtes, les commémorations et les traditions nationales n’ont absolument rien perdu de leur dimension affective, et que ces manifestations de liesse populaire émanant des supporters en sont un témoignage (p. 39). En outre, dans un monde où les interactions sociales franchissent de plus en plus les frontières et où les institutions et organisations deviennent progressivement transnationales, on observe malgré tout un investissement identitaire réduit dans l’internationalisation du football, pour lequel l’engouement reste plutôt ancré dans les échelles spatiales plus petites, allant du local au régional jusqu’au national (p. 96). Dans une même mesure, on aurait pu croire en la fin des équipes nationales, mais l’enthousiasme excessif pour les compétitions entre nations n’a jamais été aussi fort (p. 114).

14Un autre point souligné dans la thèse de Sonntag est que l’organisation d’une Coupe du monde ou d’une Coupe d’Europe dans son pays représente « la meilleure campagne publicitaire qu’un État-nation puisse s’offrir » (p. 103 et 188). En effet, après la campagne médiatique, vient le grand défi de l’organisation des infrastructures, les offres pour les visiteurs et tant d’autres éléments nationaux où toutes les pressions politiques et sociales sont tournées vers le pays hôte. Pour en finir avec l’argumentation de la force symbolique de l’équipe nationale, on peut mentionner la présence systématique, dans les tribunes, de chefs d’États, de présidents de République, de chefs de gouvernement, de chanceliers, de ministres. Cette coutume est devenue incontournable, comme « un besoin de reconstitution du lien social par l’émotion de l’être-ensemble » (p. 235).

15En guise de conclusion et en se fiant aux arguments de Sonntag, nous pouvons admettre que les êtres humains ont eu et ont toujours besoin de s’identifier à une communauté imaginée, comme à l’époque de la naissance des États-nations au XVIIIe siècle, où ces derniers déterminaient la société ainsi que ses valeurs. C’était le repère par excellence pour une société donnée, une empreinte qui était très forte et qui n’a pas diminué en intensité au XXIe siècle, comme le phénomène d’institutionnalisation du football en témoigne. Sonntag finit par affirmer que le sentiment national est la « fossilisation de notre habitus social » (p. 275). Cela signifie donc que les enjeux symboliques et traditionnels, émanant des nations et nationalismes, sont beaucoup plus efficaces et durables dans l’appartenance à une entité collective que les enjeux locaux, commerciaux ou institutionnels. L’État-nation n’a en effet rien perdu de sa pertinence populaire et émotionnelle, et l’engouement qu’il suscite s’est même intensifié à travers les manifestations populaires telles que les matchs de football.

16L’idée qu’amène Sonntag dans sa thèse consistant à dire que « la nation vient de faire un retour en force dans l’imaginaire de nos contemporains » (p. 30), est nouvelle, et contredit les théories postnationales, prônant une fin du pouvoir des États-nations. Albrecht Sonntag est spécialiste de l’intégration européenne et de l’évolution sociopolitique des relations de la France et de l’Allemagne après la Seconde Guerre mondiale. L’Europe des 27, aujourd’hui représentée par une population de plus de 450 millions d’individus, ne serait ainsi pas aussi ouverte qu’on le pense, que ce soit en politique ou en recherche scientifique, malgré la « suppression » des frontières nationales (espace Schengen), l’ouverture et la mixité des sociétés et des échanges culturels et commerciaux, mais au contraire refermée sur elle-même, partagée en un grand nombre d’État-nations, célébrant de façon autonome et avec une énergie passionnée leurs propres valeurs, leur propre histoire et leur « propre société », mises en scène de façon très visible par la pratique du football.

Haut de page

Notes

1 Albrecht Sonntag, sociologue bilingue, est né en Allemagne et a fait ses études à Stuttgart et au Havre. C’est à l’université de Nantes qu’il a obtenu son doctorat en sociologie. Depuis 1991, il travaille en France à l’Ecole supérieure des Sciences commerciales d’Angers.

2 Un out-group peut être défini comme groupe de référence pour l’identification sociale de l’adversaire.

3 Un match « derby » oppose soit deux équipes géographiquement proches, soit deux grandes équipes dont les confrontations sont devenues avec le temps classiques.

4 Un in-group peut être défini comme groupe de référence pour sa propre identification sociale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas De Groote, « Albrecht Sonntag, Les identités du football européen », Géographie et cultures, 68 | 2008, 134-138.

Référence électronique

Nicolas De Groote, « Albrecht Sonntag, Les identités du football européen », Géographie et cultures [En ligne], 68 | 2008, mis en ligne le 30 décembre 2012, consulté le 19 août 2017. URL : http://gc.revues.org/816

Haut de page

Auteur

Nicolas De Groote

Université de Genève

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org