Navigation – Plan du site

Harry Potter 

La magie des lieux dans un monde discontinu
Harry Potter : magical places in a disconnected world
Benoît Montabone
p. 99-114

Résumés

Le monde imaginaire créé par J. K. Rowling s’organise autour de lieux où sont concentrés sorciers, habitations, bâtiments, monuments et créatures fantastiques. Ces lieux sont nettement séparés du monde des « moldus » (les non-sorciers) par des frontières magiques qui délimitent de ce fait un territoire. Mais le monde ainsi créé n’est pas un monde parallèle, car il est imbriqué au monde réel. De monde imaginaire, il devient un monde raccroché, à la fois proche et lointain du monde réel, complètement indépendant dans son fonctionnement, mais indissociable par la structure de l’espace produit et vécu. Le territoire créé par la communauté des sorciers prend la forme d’un archipel. C’est la liaison des lieux entre eux par des moyens de transport spécifiques qui assurent la continuité territoriale du monde des sorciers. Pour créer ce territoire, l’auteur s’appuie sur des lieux à l’identité très forte – certains sont d’ailleurs des « hauts lieux » – dont les relations créent un « effet de réel ». Leur cartographie devient alors inutile car le territoire des sorciers est topologique, basé sur la relation des lieux entre eux et non sur leur contiguïté spatiale. Cet archipel montre que le monde des sorciers est avant tout un monde discontinu.

Haut de page

Notes de l’auteur

Par souci de cohérence linguistique, cet article se réfère aux traductions françaises des œuvres de J.K. Rowling. Les lieux et personnages apparaissent sous leur appellation française. Afin de faciliter la lecture, les références aux romans sont faites de manière abrégée : Harry Potter à l’école des sorciers (HPES), Harry Potter et la chambre des secrets (HPCS), Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban (HPPA), Harry Potter et la coupe de feu (HPCF), Harry Potter l’Ordre du Phénix (HPOP), Harry Potter et le prince de sang mêlé (HPSM), Harry Potter et les reliques de la mort (HPRM).

Texte intégral

« Toute fiction s’inscrit en notre espace comme voyage.  »

  • 1 Michel Butor, 1974, "L'espace du roman", Répertoires II, Paris, Les éditions de Minuit.

Michel Butor1

1Lire Harry Potter, ouvrir Harry Potter à l’école des sorciers et refermer, non sans un pincement au cœur, Harry Potter et les reliques de la mort, est un voyage. Pas un voyage dans une contrée éloignée ou imaginaire, où l’on ne peut rêver aller un jour, mais un voyage dans un pays connu, qui parle de lieux, de paysages et d’atmosphères familiers. Un voyage banal, a priori. Mais ces lieux connus ont quelque chose de mystérieux : ils sont fréquentés par des sorciers qui vivent à côté du monde réel et qui l’évitent. En lisant et en relisant Harry Potter, on découvre que cet espace est multiple et constitue le fondement essentiel de l’enchaînement des événements. La trame spatiale du roman a donc autant sa place que la trame temporelle dans l’analyse des aventures du jeune Potter.

2Pour Marc Brosseau (1996), les travaux sur la littérature ont longtemps privilégié la question du temps au détriment d’une interrogation sur l’espace. L’image de l’espace dans le roman est pourtant le fruit d’une construction progressive issue du processus de lecture. L’objectif de cette étude est, à partir des sept tomes composant la saga Harry Potter, de dresser le portrait d’un monde fictionnel qui crée son propre espace au fil de la narration, et qui s’organise autour de lieux de manière originale. J.K. Rowling a en effet construit un monde fictionnel qui s’ancre au monde réel par des lieux, « lieux écrits à partir desquels la narration élabore une figure qui lie l’espace, plus ou moins continu, cohérent, du roman », pour reprendre l’expression de Jean-Louis Tissier (1992, p. 226). L’espace créé par J. K. Rowling est extraordinairement cohérent dans la constitution du décor romanesque, mais profondément discontinu dans son organisation propre. Ces lieux ont un rôle prépondérant dans l’organisation du monde des sorciers et laissent apparaître des traits caractéristiques de tout fonctionnement réticulaire. Pour David Harvey, le lieu (place) est la forme préalable à toute permanence dans les flux spatiotemporels de la postmodernité (Harvey, 1996). Employée au départ pour caractériser les endroits où se fixe le capital dans une économie mondialisée, cette définition peut être étendue à toute société qui s’organise en réseau, comme nous le montrera l’analyse du fonctionnement spatial de la communauté des sorciers. Une attention toute particulière sera donc accordée aux lieux du roman dans leur diversité, afin d’en saisir le mode d’organisation particulier et le sens spécifique qui leur est attribué dans un espace réticulaire.

3J. K. Rowling a bâti une trame spatiale qui sert de cadre à ses romans en s’appuyant sur des lieux précis et récurrents qui ne semblent pas avoir de liens avec le reste du territoire anglais. Mais ces lieux ne sont pas seulement un décor : ils constituent le territoire du monde des sorciers, dans la mesure où ils sont délimités, appropriés et reliés entre eux. C’est en privilégiant ainsi le point sur l’étendue que l’auteur crée un monde en archipel.

Un monde fictionnel dédoublé, entre monde imaginaire et monde réel

4J. K. Rowling situe ses romans en Grande-Bretagne. Si le nom de lieux connus (Londres, écosse, etc…) ne suffisaient pas pour s’en convaincre, il suffirait de se laisser entraîner dans l’atmosphère embrumée des pubs ou dans le brouillard et l’humidité des terres du Nord pour s’en laisser convaincre. Elle a donc construit le monde et l’espace des sorciers anglais, tout en soulignant les connexions de ce monde avec d’autres pays, connexions qui contribuent à crédibiliser un monde a priori imaginaire.

La planète magique

  • 2 Le quidditch est le jeu le plus populaire dans le monde des sorciers. Mêlant les règles du football (...)
  • 3 Victor Krum est un joueur de quidditch célèbre qui suscite beaucoup d'admiration chez les sorciers (...)
  • 4 Ronald Weasley est le meilleur ami de Harry Potter.

5Cette extension planétaire du monde des sorciers est surtout visible dans Harry Potter et la coupe de feu, lors de la coupe du monde de quidditch2 où s’affrontent des équipes du monde entier. Le Tournoi des trois sorciers (HPCF), qui voit s’affronter trois champions issus de trois grandes écoles de sorcellerie, témoigne aussi de cette extension internationale. Non sans quelques clichés, l’auteur nous apprend ainsi que l’école française s’appelle « Académie beaux bâtons », et qu’il existe une autre grande école dans un pays où il fait froid, Durmstrang. Cette école n’appartient pas à un pays défini, mais un de ses membres, Viktor Krum3, joue dans l’équipe de quidditch de Bulgarie, et ses élèves portent un uniforme en fourrure. Ce sont les trois écoles les plus réputées du monde des sorciers, ce qui sous-entend qu’il s’agit certes d’un monde occidental, mais qu’il en existe d’autres. Ron4 nous apprend par exemple qu’il existe des jeunes sorciers au Brésil, parmi lesquels il avait un correspondant (HPCF). Cette extension planétaire permet ainsi à l’auteur de crédibiliser l’existence du monde des sorciers et de mettre en valeur l’échelle nationale anglaise.

Un monde parallèle ?

6J. K. Rowling ne crée pas un monde imaginaire de toute pièce ; elle situe très clairement l’action de ses romans dans la Grande-Bretagne contemporaine. Le monde des sorciers ne se substitue donc pas au monde réel, il lui est concomitant. Les deux mondes utilisent les mêmes lieux : le monde imaginaire n’est pas spontané, il est fait de « morceaux de réalités », comme le démontre Pierre Jourde. Plus précisément, « il [le monde imaginaire] se constitue en opérant un travail complexe de métamorphose et de croisement à partir d’un donné qui n’est pas seulement fait de la réalité telle qu’elle apparaît dans les atlas et les encyclopédies, mais également des mythes, des légendes et de tous les imaginaires déjà existants. De ce matériau naissent des ensembles nouveaux qui présenteront de façon plus ou moins évidente un air de parenté avec leur origine. » (Jourde, 1991, p. 223). Par le jeu complexe des références, l’œuvre se positionne ainsi par rapport au réel.

  • 5 Dans les romans, les sorciers appellent "moldus" les non-sorciers.
  • 6 La communauté des sorciers est régie par un grand ministère qui gère toutes les questions la concer (...)

7Mais l’auteur ne s’appuie pas seulement sur des « morceaux de réel » : elle utilise toute la réalité pour y rajouter une communauté de sorciers qui vivent essentiellement entre eux, mais qui peuvent interférer avec les « moldus »5 pour la simple et bonne raison qu’ils font partie du même monde. Mais ils n’ont pas la même conscience de l’extension de ce monde. Le monde de Harry Potter est donc la réalité plus un. Il ne s’agit pas à proprement parler d’un monde parallèle puisque des connexions existent entre les deux, la tâche centrale du ministère de la Magie6 étant d’éviter que les « moldus » se rendent compte de l’existence de ce monde. Il s’agit donc d’un monde raccroché. Mais ce monde raccroché n’existe pas dans un ailleurs hypothétique ; il existe dans le même espace. La communauté des sorciers construit son territoire dans l’espace commun, mais le cache pour ne pas interférer avec le territoire « moldu ». Il arrive cependant que les deux mondes entrent en interconnexion, mais il s’agit de cas exceptionnels (actes illégaux de la part de sorciers, rencontre avec le premier ministre « moldu » pour l’informer d’événements graves, etc.).

Un monde caché

8L’originalité de l’œuvre de J. K. Rowling vient du fait qu’elle mélange dans ses lieux fictionnels des lieux imaginaires et des lieux réels. Elle se situe donc à mi-chemin entre, par exemple, un Didier Daeninckx qui enracine ses fictions dans des lieux réels du monde que le lecteur côtoie tous les jours (Van Waerbeke, 2002) et un Tolkien qui construit un univers fictionnel autour de lieux entièrement imaginaires (Jourde, 1991). Dans le monde de Harry Potter, les lieux imaginaires sont d’ailleurs souvent reliés aux lieux réels, mais plus pour des raisons de cohérence fictionnelle (accès à ces lieux par des moyens non-magiques) que comme vecteurs de rencontre entre les deux sociétés. Le contact est plus synonyme de contrainte et d’évitement que d’échange.

9Pour faire fonctionner cette société raccrochée au monde commun, la communauté de sorciers s’est mise d’accord sur un ensemble de règles pour éviter tout contact avec la population non magique. Ces règles instaurent un ensemble de limites à l’usage de la magie, dans un souci de cohérence romanesque de la part de l’auteur, car si tout peut arriver par magie, il ne peut plus y avoir d’intrigue. De plus, comme le souligne Pierre Jourde (1991), tout monde imaginaire a besoin de frontières parfaitement étanches qui le mettent à l’abri d’une éventuelle contamination extérieure, tout en conservant la possibilité de les traverser pour aller de l’autre côté du miroir. Dans le cas du monde des sorciers, il ne s’agit pas de frontière terrestre marquée par une ligne, mais plus d’une frontière fluctuante qui s’adapte aux besoins de protection des sorciers. Mais dans les deux cas, le résultat est la séparation nette de deux territoires, condition première de la création d’un territoire spécifique. Le territoire des sorciers n’existe que parce qu’il est clairement séparé du monde des « moldus », et parce que les limites en sont pratiquement infranchissables, dans un sens en tout cas.

  • 7 Gare de King's Cross de Londres d'où partent les trains vers le Nord de l'Angleterre. Le fameux qua (...)

10Certains lieux servent cependant de transition entre les deux mondes. C’est le cas d’un pub de Londres, le Chaudron baveur, dont l’aspect rebute tout « moldu » qui voudrait y boire un verre et qui permet d’accéder au Chemin de traverse, le quartier commercial des sorciers. La gare de King’s Cross, devenue un véritable symbole de la saga Harry Potter toute entière7, est le plus symbolique de ces lieux de passage d’un monde à l’autre : c’est là que les étudiants de Poudlard prennent le train pour se rendre à l’école. Ils doivent donc se mêler à la foule de Londoniens pour pouvoir pénétrer sur un quai spécial, le quai 9 ¾. Plus qu’un lieu de départ, King’s Cross est ici un lieu de séparation : séparation entre les élèves et leur famille, séparation entre le monde « moldu » et le monde des sorciers. Mais c’est aussi un lieu de transition entre les deux mondes, indispensable au maintien de la frontière. Toute limite spatiale a en effet besoin de zone de transgression pour se maintenir et remplir sa fonction de séparation de manière efficace (Gay, 1995). La gare de King’s Cross est donc un lieu stratégique où la discrétion et l’anonymat des sorciers font parfois défaut.

Le lieu dans le roman : du cadre fictionnel à l’acteur dialogique

  • 8 Voir sur le site La Pensine l'article : "Où sont réellement les lieux cités dans Harry Potter ?", e (...)

11« La fiction [écrit J.-L. Tissier] déploie un monde, lieux et paysages, qui a une cohésion plus forte que celle de la réalité. Elle autorise la création d’un système toponymique, sans compromis avec les noms de lieux hérités de l’histoire » (Tissier, 1988). J. K. Rowling a réussi à créer un monde « à effet de réel », pour reprendre l’expression de Roland Barthes, en l’inscrivant dans des lieux imaginaires qui ont une histoire et des liens forts entre eux. Ces lieux sont pour la plupart inventés, mais gardent tous des liens avec des lieux existants. Londres est ainsi un cadre important où se trouvent de nombreux lieux du roman, comme le ministère de la Magie, l’hôpital Sainte Mangouste, le chemin de Traverse ou encore le square Grimmaurd. Si tous les lieux ne sont pas explicitement situés, il est possible d’en établir la localisation à partir des indications des romans et des interviews qu’a données l’auteur. Cet exercice a déjà été fait, il serait donc inutile de le recommencer ici8.

12Mais tous les lieux magiques n’ont pas le même rôle dans l’intrique principale. Si certains ont un rôle à part entière, comme Poudlard, d’autres ne sont évoqués qu’une fois et ne servent qu’à « planter le décor ». Mais ils permettent la construction et la compréhension du monde des sorciers par le lecteur. Le monde raccroché de Harry Potter prend ainsi forme dans la mise en relation de lieux entre eux, créant un territoire magique en archipel (Figure 1).

Figure 1 : Topologie des principaux lieux des romans de Harry Potter

Image 1.jpg

Le lieu central

  • 9 Définition du "haut lieu" dans Lévy, Lussault, Dictionnaire de l'espace et des sociétés.

13Le lieu central du roman est évidemment Poudlard, le château de l’école de sorcellerie du même nom. Il en est même son « haut lieu », dans la mesure où chaque individu de la communauté de sorciers prend pleinement conscience en ce lieu de son appartenance au monde des sorciers ; il rend ainsi « possible l’expression d’une adhésion individuelle à une idéologie collectivement partagée »9. C’est un lieu où convergent les valeurs, les pratiques et les émotions de chaque individu en tant que membre d’une communauté spécifique. Il permet ainsi au groupe d’avoir une existence collective et un lieu où il peut mettre en scène cette existence. On voit bien dans les luttes de Harry Potter et les reliques de la mort que même une fois le Ministère tombé, Poudlard reste un lieu emblématique de la résistance. Quand il est attaqué, c’est le cœur même du monde des sorciers qui est attaqué. L’afflux spontané de sorciers pour soutenir les professeurs, les élèves et l’Ordre du phénix dans la défense du château le prouve : c’est un enjeu de civilisation qui se joue. Toucher au symbole du monde des sorciers, c’est comme toucher au cœur de la Nation : c’est toucher la Nation toute entière, c’est la menacer dans son existence. Poudlard est bien le centre du territoire des sorciers, mais la difficulté à le concevoir vient du fait que ce territoire n’a pas d’étendue continue.

Les lieux majeurs

  • 10 Clé de voûte du dernier tome (HPRM), un "horcruxe" est un objet renfermant une partie de l'âme de V (...)
  • 11 Hagrid, gardien de l'école de sorcellerie de Poudlard, survole Bristol en se rendant à Londres depu (...)
  • 12 Directeur de l'école de Poudlard, Dumbledore est le seul sorcier que craint Voldemort ; il guide Ha (...)
  • 13 Deatheaters en anglais, il s'agit des partisans de Lord Voldemort, adeptes de la magie noire.

14Trois lieux sont majeurs pour le déroulement de l’intrigue, même si les héros n’y passent pas beaucoup de temps. Le ministère de la Magie, situé à Londres, qui est le cœur du monde des sorciers et qui fait appliquer l’ensemble des lois. C’est là aussi que se trouve la prophétie concernant Harry et Voldemort, là que Harry risque d’être expulsé de l’école, là que meurt son parrain, là que se trouve un « horcruxe »10, là enfin que la résistance à Voldemort s’organise, ou plutôt ne s’organise pas. Godric’s Hollow ensuite, situé apparemment au Pays de Galles11, malgré le peu de temps qu’y reste le héros. C’est là que l’histoire commence, puisque c’est dans la maison familiale de ce village que Voldemort essaie de tuer Harry à sa naissance ; c’est le village des parents de Harry, là où ils sont morts et où une statue leur est dédiée. C’est aussi un lieu qui unit Harry à Dumbledore12 (HPRM). Le Terrier enfin, demeure familiale de la famille Weasley qui l’accueille et le traite comme un fils, maison où Harry a la sensation de trouver une vraie famille. C’est aussi un haut lieu de la résistance à Voldemort et ses Mangemorts13, lieu de rendez-vous et de rencontres informelles de l’Ordre du phénix.

Les lieux-relais

15Les « lieux-relais » sont les lieux incontournables pour le monde des sorciers et les lieux indispensables à la quête initiatique de Harry. Ce sont l’hôpital Sainte-Mangouste, seul hôpital magique de Grande-Bretagne, où sont envoyés tous les sorciers malades ou blessés, et le chemin de Traverse à Londres où la majorité des sorciers viennent faire leurs courses et où Harry apprend à connaître le monde dont il fait partie. Dans ce chemin de Traverse, la banque Gringott’s sert de cachette à la pierre philosophale (HPES) et à un « horcruxe » (HPRM). Toujours à Londres, le square Grimaurd et plus particulièrement le numéro 12, est la maison du parrain de Harry, Sirius Black, qui deviendra sa propre maison à la mort de ce dernier et un lieu sûr dans Harry Potter et les reliques de la mort. Au Sud de Londres, dans le Surrey, Little Whinging est la maison de la famille d’accueil de Harry pendant 11 ans, et surtout le lieu où il est en sécurité jusqu’à sa majorité grâce au sacrifice de sa mère. Il doit y retourner tous les étés pour perpétuer le sort. Little Hangleton, bien que peu mentionné dans les romans, est le lieu où tout bascule, le lieu du retour physique de Voldemort (HPCF), lieu où il commet l’erreur d’utiliser le sang de Harry pour reprendre une forme humaine. C’est aussi le lieu où le jeune Jedusor (Voldemort avant de changer de nom) grandit et qui le lie à la descendance de Salazar Serpentard, un des fondateurs de Poudlard et adepte de la magie noire et du sang pur. Enfin, la prison d’Azkaban est présente dans tous les romans sans que Harry s’y rende physiquement. C’est là qu’est enfermé son parrain (HPPA), là dont s’échappent les Mangemorts, là où tout le monde craint d’aller à cause des sinistres gardiens : les « Détraqueurs ».

Les lieux-décors

16Les autres lieux sont des « lieux-décors », qui forment le paysage du monde magique dans lequel est mise en scène l’intrigue, et qui permettent de situer spatialement des actions. Il s’agit de villages, comme Loutry Ste Chaspoule ou Pré-au-Lard ; de pubs, comme Les trois balais ou La tête de sanglier ; de maisons individuelles, comme celle des Lovegood, des Malefoy ou du professeur Slughorn, ou de lieux publics, comme le terrain de la coupe du monde de quidditch ou le parc de Little Whinging. Si le déroulement de l’intrigue pourrait très bien se passer de ces lieux, ils contribuent à la construction du monde des sorciers et le rendent crédible en tant que support d’une société. Ce sont eux qui créent le territoire des sorciers par leurs interrelations, contribuant ainsi à forger l’effet de réel des romans.

Le « génie » des lieux

17Tous ces lieux ne sont pas contigus ni proches, mais sont le support du monde des sorciers, ils sont la trame spatiale des romans. Cette discontinuité révèle l’aspect essentiel du lieu dans la construction d’un espace réticulaire. Quand les liens entre deux points s’accélèrent, quand les endroits reliés le sont de plus en plus vite alors qu’ils sont spatialement de plus en plus éloignés, le lieu chargé de sens et de symboles par ceux qui l’investissent est un élément central de l’organisation de l’espace. Le lieu s’inscrit dans une continuité dans le temps par la recherche ou la mise en avant de traces, d’inscriptions, de références à ce qui s’est fait dans le passé au même endroit, par la construction ou la reconstruction d’une authenticité qui renforce le sens et l’identité du lieu (Cresswell, 2004 ; Harvey, 1996). Si l’œuvre de J. K. Rowling permet plus que d’autres de souligner cet aspect essentiel, c’est que les lieux y ont un statut particulier. Ils n’existent pas que dans la construction et les représentations des individus qui y prennent place ; ils ont une existence propre. Ils sont hantés au sens propre du terme, et possèdent un « génie » qui les fait s’autonomiser par rapport à la société qu’ils portent. Ainsi le château de Poudlard :

« Il y avait cent quarante-deux escaliers à Poudlard, des larges, des étroits, des courbes, des carrés, des délabrés, certains avec une ou deux marches escamotables qu’il fallait se souvenir d’enjamber pour ne pas tomber. Il y avait aussi des portes qui refusaient de s’ouvrir si on ne leur demandait pas poliment, ou si on ne les chatouillait pas au bon endroit, et d’autres qui n’étaient que des pans de murs déguisés en portes. Il était aussi très difficile de se souvenir où les choses se trouvaient car tout bougeait sans cesse. Les gens représentés sur les tableaux accrochés aux murs passaient leur temps à se rendre visite les uns aux autres et Harry était persuadé que les armures se promenaient parfois dans les couloirs. » (Harry Potter à l’école des sorciers, p. 98).

18Si ce n’est pas une vie qui anime le château, du moins tous ces éléments qui le rendent indépendant du monde des vivants construisent son génie, sa force motrice qui donne cette atmosphère magique aux romans, qui en fait un acteur à part entière de la narration et qui révèle la complexité de la question d’identité d’un lieu.

Un monde réticulaire

19Le monde des sorciers s’organise en réseaux, par lesquels les individus rejoignent les lieux magiques sans vraiment traverser ni prendre conscience de la distance et de l’espace qui séparent ces lieux. Dans ce monde où les lieux sont éloignés spatialement mais très importants socialement, les moyens de transports sont primordiaux. Cette trame spatiale en archipel ne tient que s’il existe des moyens de transport efficaces pour relier les lieux entre eux.

  • 14 Distance qui relie les lieux entre eux, différente de la distance topographique.

20Trois moyens de transport permettent de passer d’un lieu à un autre sans traverser physiquement l’espace qui les sépare : le « transplanage », le réseau des cheminées et les « portoloins ». D’autres traversent cet espace, mais utilisent sa distance topologique14 : le train Poudlard Express, le bus Magicobus, les voitures transformées, les balais volants, les véhicules détournés (Ford Anglia et side-car volants).

Un mode sans infrastructure

  • 15 Voir le chapitre "Réticularité" dans Bavoux, Beaucire, Chapelon, Zembri, 2005.

21Le « transplanage » (apparition) permet aux sorciers entraînés de disparaître d’un endroit et d’apparaître presque aussitôt ailleurs. On est proche ici de l’instantanéité qui renvoie à l’absence de temps écoulé entre l’origine et la destination d’un déplacement15. Ce système permet d’aller partout où l’on souhaite sans utiliser de moyens de transport ou d’infrastructure légère, sauf dans les endroits protégés contre les apparitions comme Poudlard. Par convention, il est aussi très impoli d’apparaître directement dans la maison d’un sorcier ; il convient d’apparaître à l’entrée de son jardin et de sonner pour entrer chez lui. L’ubiquité, comme couverture spatiale d’un réseau (Ibid.), est ici maximale, mais pas totale. Cependant, la difficulté du sortilège augmente avec la distance à parcourir ; seuls les sorciers très entraînés peuvent tenter des « transplanages » intercontinentaux. Le « transplanage » permet donc a priori une couverture presque totale de l’espace proche à l’échelle régionale et une exécution instantanée du transport de personnes. Mais il s’agit d’un sort difficile à maîtriser et assez désagréable à pratiquer, interdit aux sorciers mineurs. Mal exécuté, un « transplanage » peut causer une « désartibulation », pour reprendre l’expression des romans, ce qui signifie qu’une partie du corps peut rester sur le lieu de départ quand l’autre partie est sur le lieu d’arrivée, permettant l’ubiquité au sens premier du terme. S’il est possible d’accompagner quelqu’un qui « transplane » en s’agrippant à lui, la plupart des sorciers évitent d’utiliser cette technique pour les déplacements usuels. Le monde des sorciers n’est donc pas un monde dominé par l’ubiquité ni par l’instantanéité, même s’il s’en rapproche. C’est un monde qui fonctionne surtout en réseaux.

Les réseaux sans distance

22Le réseau des cheminées est bien plus simple d’utilisation que le transplanage : il suffit de jeter de la « poudre de cheminette » dans une antre et d’indiquer haut et fort la destination souhaitée. Durant le transport, le voyageur voit les autres cheminées, mais trop vite pour comprendre ce qui s’y passe. Le réseau peut être perturbé et transporter le voyageur dans un lieu non désiré (HPCS), même si cet aléa reste rare. Le réseau support ou réseau d’infrastructure est donc constitué de foyers de cheminées personnelles. Ces infrastructures assurent l’inscription du réseau dans l’espace et garantissent les possibilités relationnelles (Bavoux, Beaucire, Chapelon, et al., 2005), mais le nombre de destinations s’en trouve extrêmement réduit : le lieu d’arrivée doit avoir une cheminée connectée au réseau.

23Le réseau des « portoloins » est plus souple dans son organisation, mais reste temporaire. Un « portoloin » est un objet ensorcelé, le plus souvent un objet sans aucune importance pour le monde des « moldus » (une vieille chaussure par exemple), qui transporte une ou plusieurs personnes à un endroit fixé à l’avance. Son efficacité est temporaire, et tout comme pour un train, il ne faut pas rater l’heure du « portoloin » au risque de devoir prendre le suivant (HPCF, HPRM). N’importe quel objet peut être transformé en « portoloin », mais il faut avoir obtenu au préalable une autorisation de l’Office des portoloins, qui fait partie du département des transports magiques du ministère de la Magie. « L’infrostructure » gère ici l’infrastructure de manière encore plus stricte que pour le réseau de cheminée, et s’en sert essentiellement pour les grands événements, comme la coupe du monde de quidditch ou le transfert de Harry Potter. Ce mode de déplacement renforce la réticularité du monde des sorciers.

Les déplacements topographiques

24L’espace topographique est très peu utilisé, excepté par le train « Poudlard Express » qui achemine les élèves du château depuis la gare de King’s Cross à Londres au village de Pré-au-Lard. C’est le seul moyen de transport usuel qui prend du temps et qui nécessite des infrastructures lourdes. Au vue des autres moyens de transport dans le monde des sorciers, ce voyage en train n’est pas nécessaire, mais il revêt un aspect initiatique : c’est un voyage de transition entre le monde des « moldus » et le monde des sorciers, entre les vacances et l’année scolaire.

25Les balais volants sont utiles, mais peu pratiques pour les longs déplacements. Ils nécessitent une grande concentration, le vent et l’altitude rafraîchissent la température, ils peuvent être dangereux. Ils sont avant tout utiles pour les déplacements courts nécessitant une grande réactivité, comme dans le jeu de quidditch. Certains lieux ne sont pas accessibles car protégés par des sortilèges, comme Poudlard une fois de plus. Voler nécessite de posséder son propre balai, mais il semble que le monde des sorciers les utilise assez peu dans la vie quotidienne. Ils sont cependant utiles à Harry car ils lui permettent de se déplacer avant sa majorité. Mais là aussi, le fait de pouvoir se déplacer en volant permet de s’affranchir de l’espace topographique et de privilégier la distance topologique entre deux points.

Du réseau à l’archipel

26L’approche par les réseaux conduit à considérer le territoire non plus comme continu, mais comme discontinu, organisé autour de pôles d’importance variable, reliés entre eux par divers systèmes de transport. Le monde des sorciers est fondamentalement discontinu dans la mesure où il a une très faible emprise spatiale, et que les lieux qui marquent le territoire de la communauté ne sont connectés entre eux que par des moyens de transport qui s’affranchissent de l’espace. On sait d’autre part que les discontinuités spatiales sont d’autant plus prégnantes que les vitesses de transport sont élevées (Bavoux, Beaucire, Chapelon, et al., op. cit.). On a vu que grâce aux techniques magiques, les transports du monde des sorciers permettent presque l’ubiquité et l’instantanéité. Cette augmentation de la vitesse accroît la taille des mailles des réseaux, permet de limiter les nœuds d’accès qui ralentissent le transport et renforcent l’effet tunnel sur une majeure partie de « l’espace substra ». Le roman est censé se dérouler en Angleterre, mais ses héros ont une pratique très spécifique du territoire anglais. Ils le survolent, vont d’un lieu à l’autre mais laissent l’étendue de côté.

27Il existe ainsi de nombreux lieux à travers la Grande-Bretagne, protégés par des sorts et des lois magiques, qui abritent la majeure partie de la communauté des sorciers. Cette volonté de rester isolé du monde « moldu » permet de reprendre la métaphore insulaire utilisée par J.-C. Gay : les lieux du monde des sorciers sont comme des îles au milieu d’une mer qui les isole du reste du monde. Ils forment un territoire en archipel où l’étendue est mise de côté au profit des lieux. Ce sont les moyens de communication, plus que les axes, qui passent par-dessus l’étendue terrestre et permettent de mettre en relation ces lieux non contigus en les intégrant au monde. Le monde de Harry Potter « privilégie donc le point à la surface. » (Gay, 1995).

Conclusion : les lieux dans un territoire discontinu

28Ce caractère discontinu du territoire est très bien illustré dans Harry Potter et les reliques de la mort, quand Harry, Ron et Hermione errent à travers toute l’Angleterre sans vraiment savoir où aller, ni quoi faire. Cet épisode est une véritable mise en abyme du territoire du monde des sorciers : les personnages vont de lieu en lieu sans parcourir l’espace entre ces lieux. Ils créent leur propre archipel. Mais cet archipel est éphémère, tandis que celui des sorciers dans son ensemble est durable, du fait de la forte inertie des lieux magiques à travers le pays. C’est aussi pour cela qu’il est inutile de dresser une carte du monde de Harry Potter : la spatialité du roman n’est pas topographique, mais « topologique ». C’est bien plus la relation des lieux entre eux que leur situation géographique qui importe. C’est la force de l’identité des lieux qui permet d’ancrer un territoire en réseau sur un espace qui permet à ce réseau de se pérenniser au point de se constituer en monde propre. Cette forte identité vient à la fois de la concentration de sorciers et de magie sur le lieu précis, et de la charge symbolique du lieu pour l’ensemble de la communauté. Ils constituent ainsi un espace mythique lui aussi discontinu.

  • 16 Lotman, 1976, cité dans Debarbieux, 1995.

29Or le monde mythique diffère du monde géographique en ce qu’il « se double d’une conception toute spécifique de l’espace : celui-ci n’y apparaît pas sous l’aspect d’un continuum de marques mais d’un ensemble d’objets distincts dotés de noms propres. Dans les intervalles intermédiaires, l’espace semble donc s’interrompre, faute de ce trait primordial à nos yeux qu’est la continuité »16. L’espace mythique est ainsi « déchiqueté », c’est-à-dire profondément discontinu. Le ressort fantastique du roman vient précisément de cette discontinuité de l’espace dans le monde des sorciers, discontinuité qui est à la fois la composante et le résultat non seulement des mythes fondateurs de l’œuvre, mais de l’organisation de la communauté des sorciers dans son ensemble.

30Cette dernière montre ainsi qu’un monde en mouvement a besoin de lieux fixes pour non seulement impulser le mouvement, mais surtout pour résister à la compression spatiotemporelle qui en découle (Harvey, 1996). Le lieu s’inscrit dans une continuité dans le temps, par la recherche ou la mise en avant de traces, d’inscriptions, de références à ce qui s’est fait dans le passé au même endroit, par la construction ou la reconstruction d’une authenticité qui renforce le sens du lieu. Dans un monde en mouvement, le lieu est une valeur refuge pour se raccrocher au monde connu (Cresswell, 2004) ; il incarne par une fixation spatiale les traditions, les valeurs, les pratiques (réelles ou supposées) d’une société dans le doute, qui cherche à se rassurer en perpétuant ce qui fonde son existence. C’est bien ce que fait la communauté des sorciers dont la perpétuation séculaire face aux « moldus » passe par le rassemblement en certains lieux, et dont l’activation des traditions localisées est un acte de résistance face à une menace immédiate, comme par exemple l’organisation d’un mariage au début du septième opus, en pleine guerre ouverte entre sorciers (HPRM), au Terrier, un des lieux majeurs du roman.

Haut de page

Bibliographie

BAVOUX, BEAUCIRE, CHAPELON, et al. 2005, Géographie des transports, Paris, A. Colin.

BARTHES, R., 1980,  »L’effet de réel« , dans G. Genette et T. Todorov, Littérature et réalité, Paris, éditions du Seuil, p. 51-90.

BROSSEAU, M., 1996, Des romans-géographes. Essai, Paris, L’Harmattan.

BUTOR, M., 1974,  »L’espace du roman« , Répertoires II, Paris, Les éditions de Minuit, p. 399-405.

CHEVALIER, M., 1993, La Littérature dans tous ses espaces, Paris, CNRS éditions.

CRESSWELL, T., 2004, Place : a short introduction, Oxford, Blackwell Publishing.

DEBARBIEUX, B., 1995,  »Le lieu, le territoire et trois figures de rhétorique« , l’Espace géographique, vol. 24, n° 2, p. 97-112.

GAY, J.-C., 1993,  »L’espace discontinu de Marcel Proust« , Géographies et cultures, n° 6, p. 35-50.

GAY, J.-C., 1995, Les discontinuités spatiales, Paris, économica.

HARVEY, D., 1996,  »From space to place and back again« , dans D. Harvey, Justice, nature and the geography of difference, Cambridge, Blackwell Publishers, p. 291.

JOURDE, P., 1991, Géographies imaginaires. De quelques inventeurs de mondes au XXe siècle, Paris, José Corti,.

LEVY, J. et M. LUSSAULT, 2003, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin.

ROSEMBERG, M., 2007,  »Les espaces du roman policier« , Géographie et cultures, n° 61, p. 3-5.

ROWLING, J. K., 1998, Harry Potter à l’école des sorciers, Paris, Gallimard.

ROWLING, J. K., 1999, Harry Potter et la chambre des secrets, Paris, Gallimard.

ROWLING, J. K., 1999, Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban, Paris, Gallimard.

ROWLING, J. K., 2000, Harry Potter et la coupe de feu, Paris, Gallimard.

ROWLING, J. K., 2003, Harry Potter l’ordre du Phénix, Paris, José Corti et Maison du livre et des écrivains de Montpellier, non paginé.

ROWLING, J. K., 2005, Harry Potter et le prince de sang mêlé, Paris, Gallimard.

ROWLING, J. K., 2007, Harry Potter et les reliques de la mort, Paris, Gallimard.

TISSIER, Jean-Louis, 1992,  »Géographie et littérature", dans A. Bailly, R. Ferras et D. Pumain, Encyclopédie de géographie, Paris, économica, non paginé.

VAN WAERBEKE, J., 2002, “La métaphore du territoire dans deux récits de Didier Daeninckx”, Géographie et cultures, n° 44, p. 33-42.

Les sites spécialisés sur Harry Potter, rédigés scrupuleusement par des lecteurs passionnés pour la plupart, sont des mines d’informations sur le monde de Harry Potter. à consulter notamment :

www.lapensine.com

www.hp-lexicon.org , dont la version française est l’Encyclopédie Harry Potter.

Haut de page

Notes

1 Michel Butor, 1974, "L'espace du roman", Répertoires II, Paris, Les éditions de Minuit.

2 Le quidditch est le jeu le plus populaire dans le monde des sorciers. Mêlant les règles du football et du basketball, il se joue sur des balais volants.

3 Victor Krum est un joueur de quidditch célèbre qui suscite beaucoup d'admiration chez les sorciers anglais.

4 Ronald Weasley est le meilleur ami de Harry Potter.

5 Dans les romans, les sorciers appellent "moldus" les non-sorciers.

6 La communauté des sorciers est régie par un grand ministère qui gère toutes les questions la concernant. Seul le premier ministre "moldu" est au courant de son existence.

7 Gare de King's Cross de Londres d'où partent les trains vers le Nord de l'Angleterre. Le fameux quai 9 ¾ y est maintenant inscrit dans le marbre.

8 Voir sur le site La Pensine l'article : "Où sont réellement les lieux cités dans Harry Potter ?", et sur le site de l'Encyclopédie Harry Potter la rubrique : Atlas du monde magique. Celle-ci est extraordinaire de détails, avec notamment le plan du lotissement où habite Harry Potter à Little Whinging, au Sud de Londres.

9 Définition du "haut lieu" dans Lévy, Lussault, Dictionnaire de l'espace et des sociétés.

10 Clé de voûte du dernier tome (HPRM), un "horcruxe" est un objet renfermant une partie de l'âme de Voldemort. Ce dernier ne peut pas être défait tant que ses "horcruxes" subsistent.

11 Hagrid, gardien de l'école de sorcellerie de Poudlard, survole Bristol en se rendant à Londres depuis Godric's Hollow (HPES). Hypothèse aussi avancée par l'équipe de l'Encyclopédie Harry Potter.

12 Directeur de l'école de Poudlard, Dumbledore est le seul sorcier que craint Voldemort ; il guide Harry dans ses aventures.

13 Deatheaters en anglais, il s'agit des partisans de Lord Voldemort, adeptes de la magie noire.

14 Distance qui relie les lieux entre eux, différente de la distance topographique.

15 Voir le chapitre "Réticularité" dans Bavoux, Beaucire, Chapelon, Zembri, 2005.

16 Lotman, 1976, cité dans Debarbieux, 1995.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benoît Montabone, « Harry Potter  », Géographie et cultures, 68 | 2008, 99-114.

Référence électronique

Benoît Montabone, « Harry Potter  », Géographie et cultures [En ligne], 68 | 2008, mis en ligne le 30 décembre 2012, consulté le 24 mars 2017. URL : http://gc.revues.org/862 ; DOI : 10.4000/gc.862

Haut de page

Auteur

Benoît Montabone

UMR 6590 ESO - Université Rennes 2
benoit.montabone@uhb.fr

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org