Navigation – Plan du site

Culture suédoise, culture d’entreprise, culture populaire

Du lieu IKEA à la place de l’Ici et de l’Ailleurs dans l’intensification des échanges commerciaux
Swedish culture, corporate culture, popular culture: the IKEA place instead of Here and Elsewhere in the intensification of commercial exchanges
Anthony Merle

Résumés

Plus qu’un commerce, IKEA est un phénomène culturel à trois dimensions, à la fois image (construite ?) de la culture suédoise, modèle (prétendu ?) d’une certaine culture d’entreprise, et marque imprégnant largement la culture populaire. Par sa communication et sa politique, le groupe IKEA se présente comme vendeur d’un Ailleurs, à savoir celui de son origine suédoise. À partir du cas IKEA, cet article a pour objectif d’interroger le rôle de la distance cognitive (Ici/Ailleurs) pour comprendre, au moins en partie, l’intensification mondiale des échanges commerciaux et ainsi les processus de mondialisation et de métropolisation.

Haut de page

Texte intégral

1Décrit par Mérenne-Schoumaker (2008) comme « un excellent laboratoire », le commerce de détail a déjà largement retenu l’attention des géographes, notamment dans des analyses traitant de sa localisation à différentes échelles, de l’échelle urbaine, voire micro-urbaine, à l’échelle mondiale. Cet article s’inscrit donc dans la lignée de ceux traitant des grandes entreprises du commerce de détail, avec pour axe d’étude la combinaison « culture, commerce, consommation ». Cette approche culturelle du commerce de détail est assez récente dans la discipline géographique (Lemarchand, 2008). Le choix d’étudier une firme précise – ici IKEA – dans une optique de géographie culturelle rejoint des propositions déjà existantes, comme par exemple le cas du géant Mac Donald’s (Dupont et Lemarchand, 1999). Cet article sera l’occasion d’un prolongement des réflexions déjà menées à ce sujet, avec pour objectif de lier l’étude des stratégies mises en place par la firme IKEA, le comportement des consommateurs et la compréhension des réseaux commerciaux à l’échelle mondiale.

2Créée en 1943 en Suède, l’entreprise IKEA est aujourd’hui présente dans 25 pays avec plus de 267 magasins. Le groupe emploie 128 000 personnes et compte près de 600 millions de visiteurs par an. Spécialisée dans la vente de meubles à monter soi-même, la marque IKEA se définit, d’après son propre marketing, comme étant « bien plus qu’un marchand de meubles » (campagne publicitaire, 2010).

3Plus qu’un commerce, lieu de vente et d’achat, en quoi l’enseigne IKEA est-elle un phénomène culturel et social empreint de spatialité ? Aussi, en quoi le cas IKEA est-il un exemple pertinent de l’importance du couple Ici/Ailleurs pour comprendre, nécessairement de façon partielle, l’intensification mondiale des échanges commerciaux ?

IKEA, un phénomène culturel

IKEA, l’image de la culture suédoise

4Le groupe IKEA naît en Suède. Le premier magasin ouvre ses portes dans la ville d’Almhult dans laquelle se trouve toujours le centre stratégique du groupe. Certes, IKEA est aujourd’hui un montage financier complexe, entretenant des liens étroits avec différents paradis fiscaux et dont le siège social est établi aux Pays-Bas. Pourtant, dans les représentations, un lien fort existe entre la marque IKEA et son pays d’origine, la communication du groupe jouant d’ailleurs largement sur ce registre : les couleurs du groupe sont celles du drapeau suédois et ce sont des livres suédois qui remplissent les étagères des bibliothèques exhibées au public dans les différents magasins. L’alimentation proposée dans les restaurants IKEA est largement présentée comme étant d’origine suédoise et des soirées suédoises – avec dégustation de saumon et découverte de la culture nationale – sont même organisées dans de nombreux magasins. Aussi, les noms des meubles vendus sont tirés des langues scandinaves (souvent des toponymes) et leur nomenclature répond à une logique précise. Les noms des armoires sont ceux de toponymes norvégiens, les tables et chaises des toponymes finlandais, les articles de salles de bains des noms de lacs et cours d’eau scandinaves, les meubles de jardin correspondent à des noms d’îles suédoises. Le lieu scandinave est ainsi mobilisé pour dénommer le meuble IKEA.

Carte 1 : L’utilisation de toponymes norvégiens pour dénommer les armoires IKEA

Carte 1 : L’utilisation de toponymes norvégiens pour dénommer les armoires IKEA

5Le groupe appuie largement sa communication sur les images traditionnellement associées à la Suède et plus largement à la Scandinavie. Ainsi, sur le site Internet du groupe, une rubrique « notre héritage suédois » peut être visitée par l’internaute. De son origine suédoise, IKEA aurait hérité – d’après son marketing ! – du souci de l’environnement :

« Les gens associent souvent la Suède à un mode de vie sain et naturel. L’assortiment IKEA reflète cette conception des choses » ;

6de l’ingéniosité :

« Ses habitants sont réputés pour être tenaces, économes et astucieux. Ils s’efforcent de tirer le meilleur parti possible de leurs ressources limitées. Cette façon d’agir, on la retrouve chez IKEA lorsqu’il s’agit de garder les prix bas » ;

7ou encore de la robustesse :

« La Suède est mondialement réputée pour la sécurité et la qualité de ses produits et les fournisseurs de IKEA sont fiers d’offrir la qualité requise dans toutes les situations ».

8C’est aussi sur le mode d’habiter et sur le couple « monde extérieur/espace domestique », qu’appuie la communication du groupe. Le monde extérieur suédois est présenté – conformément aux images mentales – comme rude, froid, agressif, par rapport au bien-être et à la chaleur de l’intérieur du foyer :

« Dans un pays où le froid et l’obscurité marquent une bonne partie de l’année, ces espaces de vie dépouillés et lumineux réchauffent l’atmosphère pendant 12 mois ».

9La marque joue donc largement sur ce registre, en faisant le lien avec la vie urbaine où l’extérieur apparaît souvent agressif et bruyant (« jungle urbaine ») par rapport à l’espace domestique, lieu de repli et de repos.

10La marque IKEA centre donc largement sa communication sur les images/représentations traditionnellement associées à la Suède, images qu’elle contribue elle-même à véhiculer, voire à construire, tout comme d’autres marques scandinaves par ailleurs (Volvo, Krisprolls, Nokia…).

IKEA, modèle d’une culture d’entreprise ?

11Une autre image est également associée à l’entreprise IKEA : celle du modèle social scandinave. Le groupe IKEA, par ses implantations, a diffusé une culture d’entreprise originale. En effet, dans tous ses magasins, la hiérarchie est très courte, puisque seuls sept niveaux hiérarchiques existent entre le P.D.G. du groupe et l’employé situé au plus bas de l’échelle hiérarchique. Le groupe prône les valeurs d’un recrutement sur les seules compétences et une recherche permanente du consensus. D’un point de vue salarial, la politique de rémunération se veut elle aussi avantageuse : selon les chiffres du groupe, le salaire le plus bas en France serait à 9 % au dessus du SMIC. Cette culture d’entreprise a longtemps été à l’origine d’une image positive de la marque, y compris chez les syndicats, ce qui par ailleurs a permis d’épargner le groupe de nombreux conflits sociaux. Le récent conflit social ayant touché les magasins français IKEA en février 2010 fut d’ailleurs souvent présenté par les médias comme « surprenant ».

12L’histoire du groupe, et notamment celle de sa naissance, participe également à l’image de la marque. La communication du groupe n’hésite pas à mettre en scène cette histoire :

« L’histoire de IKEA commence en 1926, année de naissance de son fondateur Ingvar Kamprad dans le Småland, dans le Sud de la Suède. Il grandit dans une ferme, au lieu-dit Elmtaryd, non loin du petit village d’Agunnaryd. Enfant déjà, Ingvar sait qu’il veut créer une entreprise. Très jeune, Ingvar Kamprad commence à vendre des allumettes à ses voisins proches, puis il élargit sa clientèle en enfourchant sa bicyclette. Il a compris qu’en achetant les allumettes à un grossiste de Stockholm, il peut réaliser une bonne marge tout en offrant un bon prix. Des allumettes, il passe aux semences de fleurs, cartes de vœux et décorations de Noël, et plus tard, aux crayons et stylos à bille. À 17 ans, ayant terminé ses études, Ingvar Kamprad reçoit de son père une récompense qu’il s’empresse d’investir pour créer sa propre entreprise. Il la baptise IKEA d’après ses initiales (IK) plus celles d’Elmtaryd (E) et Agunnaryd (A), la ferme et le village de son enfance. Au début, il vend des stylos, portefeuilles, cadres photo, nappes, montres, bijoux et bas nylon – pratiquement tout ce qu’on lui demande et qu’il peut fournir à bas prix. Ingvar Kamprad entreprend ensuite de faire de IKEA un commerce de meubles. La période 1940-1950 est celle de l’exploration du design en ameublement, des systèmes en kit, de la naissance du catalogue et du showroom pour atteindre un grand nombre de personnes » (Site Internet du groupe, 2010).

13Présentée comme une véritable success story scandinave, cette histoire contribue à construire une image positive de la marque.

14Cette image est très largement véhiculée et construite par la communication d’entreprise, car pour certains auteurs, notamment Bailly et al. (2006), le tableau est bien moins reluisant qu’il n’y paraît. Le fameux modèle social scandinave et le souci strict de l’environnement ne seraient pas les préoccupations majeures du groupe dans les pays des Suds dans lesquels sont fabriqués les objets revendus à bas prix dans les Nords. La success story d’Ingvar Kamprad serait elle-même entachée de certaines zones d’ombre, qu’il s’agisse de ses liens présumés avec les nazis puis les révisionnistes ou encore de son image prétendue de « patron social » (installation en Suisse pour raisons fiscales, soupçons de fraudes fiscales…)

15La culture d’entreprise de la marque IKEA bénéficie donc d’une image – construite – positive, là encore étroitement associée au modèle social d’origine scandinave, image savamment entretenue par le groupe. Cette culture d’entreprise s’exporte, au moins en partie, preuve qu’avec le commerce, plus que des produits, ce sont des cultures qui s’échangent. Schoettl (2009) note d’ailleurs à propos de l’implantation de la marque en dehors de la Suède que :

« le modèle Ikea heurte la culture de la profession, et en ce sens, apparaît comme brutal. En effet, les entreprises déstabilisées peuvent difficilement riposter car elles sont handicapées par leur propre mode de fonctionnement et leur culture ».

16En effet, l’installation d’un magasin IKEA sur un territoire oblige les concurrents à s’adapter et, à ce titre, les stratégies d’adaptation peuvent être multiples. Ainsi, suite à l’ouverture d’un magasin IKEA à la fin de l’année 2010 à Vernier, près de Genève, l’enseigne Fly a investi plusieurs centaines de milliers de francs suisses pour réaménager son magasin. L’enseigne Interio (de la marque Migros) a quant à elle choisi la stratégie de la diversification, avec une plus large part de son offre accordée à la décoration d’intérieur, alors que Micasa a fait le choix d’une augmentation de 15 % de sa surface commerciale. Enfin, la marque Conforama a elle aussi pour ambition de diversifier son offre (décoration d’intérieur, électroménager…) tout en projetant d’ouvrir cinq à sept lieux de vente supplémentaires. L’objectif est alors de capter les clients des villes moyennes des alentours en évitant que ceux-ci ne se rendent dans la périphérie de Genève où s’est installé IKEA. L’installation de l’enseigne suédoise bouleverse donc bel et bien le fonctionnement et la stratégie – notamment spatiale – des enseignes préexistantes.

17L’enseigne IKEA s’implante bien souvent en périphérie des grandes villes : le critère décisif étant l’accessibilité routière au magasin, ce qui est compréhensible pour un magasin d’ameublement, la marchandise achetée étant souvent lourde et/ou encombrante. Néanmoins, IKEA prend toujours plus en considération l’accessibilité par les transports en commun, notamment pour attirer des « acheteurs-travailleurs », étudiants et salariés des alentours venant régulièrement se restaurer à midi dans la cafétéria très bon marché du magasin et qui, parfois, en profitent pour acheter un ou plusieurs objets de décoration. Si l’enseigne IKEA s’installe donc souvent à proximité d’autres enseignes commerciales préexistantes – d’ameublement ou non – pour des raisons d’accessibilité et de débouchés, elle constitue également un moteur de ce même processus. En effet, les marques qui font le choix de s’implanter à proximité d’IKEA bénéficient du trafic de clients de l’enseigne suédoise. Ainsi, la présence de la marque jaune et bleue peut devenir une plus-value, un critère supplémentaire dans un choix de localisation. D’ailleurs, l’installation d’un magasin IKEA ne fait que très rarement fuir les marques d’ameublement déjà établies, celles-ci profitant de la concurrence et de la capacité d’attraction d’IKEA pour tenter d’attirer de nouveaux clients.

IKEA, une marque ayant investi la culture populaire

18La marque IKEA a largement investi la culture populaire. Le magasin IKEA est devenu à ce titre un signe d’urbanité, ou plutôt de métropolité. Pour de nombreux habitants, disposer d’un IKEA est autant une satisfaction de consommateur qu’une fierté de voir sa ville se démarquer des villes environnantes plus petites. La présence ou non d’un IKEA devient alors un critère de hiérarchie urbaine, la matérialisation spatiale et paysagère d’une ville ayant atteint un certain rang (Gaudin et Musereau, 2009).

19L’implantation d’un magasin est d’ailleurs bien souvent un enjeu politique de taille, tant pour l’image d’une ville que pour les retombées économiques espérées en termes d’emploi et de fiscalité. L’enjeu est tel que la sphère politique n’hésite pas parfois à intervenir dans les stratégies internes à l’entreprise, par exemple à propos du recrutement, ce qui peut d’ailleurs apparaître comme une inadéquation avec le recrutement sur les seules compétences prôné par le marketing de la marque. Ainsi, lors de l’installation d’IKEA en 2010 à Vernier, près de Genève, la commune a passé un accord avec le géant du meuble pour qu’à compétences égales, les candidatures d’habitants de la commune soient privilégiées. Afin de se prémunir de toute critique d’une politique pouvant sembler discriminatoire, les élus de Vernier ont avancé comme argument justificatif le haut taux de chômage dont souffre la commune (7,6 %), un des plus hauts taux du canton.

Carte 2 : La distribution des magasins IKEA sur le territoire français

Carte 2 : La distribution des magasins IKEA sur le territoire français

20Plus qu’un lieu d’achat et de vente et plus qu’un enjeu politique, le magasin IKEA constitue aussi un lieu de sortie, récréatif, où il fait bon flâner. Desse (2002) note à propos des espaces de la grande distribution :

« Les familles des catégories ouvrières profitent à plein des espaces de déambulation et de restauration rapide, considérant le lieu comme un espace de vie, négligeant par ailleurs les centres-villes plus traditionnels où elles se retrouvent de moins en moins ».

21Là encore, la marque a conscience de ce phénomène : le restaurant IKEA aux prix hyper-accessibles ou encore les espaces de jeux destinés aux enfants font de l’espace commercial un espace de convivialité, « destiné à augmenter la part des achats impulsifs » (Desse, 2002). L’aspect convivial d’IKEA est tel, qu’en septembre 2010, à Copenhague, une centaine de jeunes a organisé via Facebook une partie de cache-cache géant et improvisé dans le magasin, à la stupeur du personnel et de certains clients. Ce phénomène est d’autant plus visible dans les pays en voie de développement dans lesquels est installé le groupe. Ainsi, en Chine, les magasins IKEA sont littéralement investis par des badauds imaginant appartenir durant quelques heures à la classe moyenne chinoise. Ces citadins, après avoir pris une collation au restaurant de la marque, errent dans l’espace d’exposition, voire s’installent plusieurs heures sur les lits et canapés, parfois avec un livre. Il ne s’agit pas d’acheter, mais simplement de rêver avoir accès à ces meubles occidentaux, marqueurs d’une certaine réussite sociale. La politique d’IKEA est de tolérer ces flâneurs, dans l’espoir qu’ils deviennent les clients de demain.

22Preuve de l’inscription sociale de la marque, IKEA cristallise parfois les oppositions. Comme le notent Gaudin et Musereau (2009) :

« le miracle suédois n’échappe pas, semble-t-il, au syndrome NIMBY ! ».

23Si Mac Donald’s a pu devenir pour certains l’emblème d’une « malbouffe » mettant en péril les traditions gastronomiques françaises, le groupe IKEA a pu être considéré comme une menace pour les traditions artisanales et commerciales françaises. Ainsi, à Hénin-Beaumont, pour contrecarrer cette crainte – sans perdre les retombées économiques de l’implantation d’un IKEA – il a été décidé par les élus locaux de créer un grand centre artisanal (Arti+) à proximité immédiate de l’enseigne suédoise. Bâtiment de 1 300 m², les artisans sélectionnés peuvent exposer durant 3 mois avant de céder leur place à d’autres artisans. L’implantation d’une autre enseigne spécialisée dans l’ameublement (Conforama, Fly…) aurait-elle provoquée une telle réaction ?

24Enfin, véritable phénomène de société, IKEA compte à l’inverse de nombreux aficionados : des blogs de clients IKEA existent en nombre sur la toile, la marque est présente dans certains jeux vidéos ou encore dans des séries TV. Certains humoristes réalisent des sketchs entiers consacrés à la marque, preuve de l’inscription de celle-ci dans nos sociétés et nos modes de vie. Leur étude peut s’avérer intéressante tant elle révèle, par le prisme de l’humour et de la dérision, les images mentales associées à l’enseigne suédoise. Ces sketchs sont souvent empreints d’une teinte géographique forte, soit à propos de l’origine spatiale de la marque, soit pour brocarder le lieu IKEA en lui-même. L’origine scandinave de la marque est en effet sans cesse rappelée dans ces sketchs : Sellig (spectacle Sellig – épisode 1, 2000) se plaît à répéter « qu’ils sont forts ces suédois ». Concernant le restaurant, il explique avoir « mangé des bêtes de chez eux et du jus de sapin pressé ». Gad Elmaleh (spectacle L’autre c’est moi, 2005) joue sur ce même registre, en insistant sur le nom imprononçable des meubles. Ce sont aussi les spécificités du lieu IKEA qui sont étudiées par ces mêmes humoristes : dans une réflexion toute géographique des flux, Sellig explique :

« Ikea est le seul magasin du monde où l’on ne se croise pas : on se double ».

25Gad Elmaleh insiste, quant à lui, sur le rapport particulier entretenu avec la marque : il demande d’abord au public s’il existe un IKEA à Lyon (lieu de son spectacle), le public s’empresse d’acquiescer en cœur. L’humoriste répond alors :

« ça va, ce n’est qu’IKEA, ce n’est pas une fierté nationale non plus. Je n’ai pas parlé d’un poète né dans la région »,

26avant d’insister sur son hésitation à se rendre chez IKEA car :

« dès que tu y vas, il y a toujours quelqu’un qui veut t’accompagner, et si ils ne peuvent pas venir ils te disent de ramener quelque chose comme si tu allais dans un pays lointain ».

27Le sentiment d’une fierté métropolitaine décrite plus haut apparaît clairement ici, tout comme la dimension récréative de l’espace commercial. Enfin, c’est la question de la distance qui est également interrogée et intéressante à développer.

28Le groupe IKEA, de par sa communication et sa politique (de management, d’implantation…), a réussi à devenir un véritable phénomène social et culturel. Signe, voire symbole, métropolitain, la marque participe à la diffusion d’une culture suédoise surinvestie par son propre marketing. En croisant le couple Ici/Ailleurs à la notion de métropolisation, le cas IKEA peut alors devenir pertinent pour interroger le rôle joué par la distance cognitive dans l’intensification des échanges commerciaux.

Sur l’Ici et l’Ailleurs dans les échanges commerciaux

29La communication du groupe IKEA insiste largement sur l’image de la Suède, et l’association entre la marque, ses produits et son origine semble clairement imprégner la culture populaire. IKEA apparaît donc comme un Ailleurs : les couleurs de la marque, le nom des meubles ou encore les produits alimentaires vendus participent de cette distanciation. IKEA vend de l’Ailleurs : du suédois en Europe, de l’européen ou de l’occidental en Chine.

30Certes le groupe consent à s’adapter aux différents types de marchés, mais ces adaptations restent clairement marginales. En Chine, IKEA (Yi jia) a révisé ses showrooms, ces espaces d’exhibition dédiés à l’aménagement possible de l’espace domestique dans lesquels le mobilier et la décoration de la marque sont véritablement mis en scène. Ainsi, parce que les Pékinois ne disposent que très rarement d’une grande table à manger dans leur cuisine, sont exposées dans le showroom du magasin uniquement des petites tables, pour deux ou quatre personnes (L. Malmejfäll, 2010). Néanmoins, les meubles vendus en Chine sont strictement les mêmes qu’en Europe et ils ont d’ailleurs eux aussi des noms tirés des langues scandinaves.

31Lors de son achat chez IKEA, le consommateur, de façon plus ou moins consciente et partielle, est acheteur d’un Ailleurs. C’est donc la notion de distance, éminemment géographique, qui est alors interrogée. En effet, par sa communication et par ses choix (noms des meubles, menus au restaurant…), le groupe cherche à maintenir une distance cognitive entre un Ici (le lieu d’implantation du magasin) et un Ailleurs clairement défini (le lieu d’origine de l’enseigne). Peu importe que le meuble en question ait été fabriqué en Asie avec un bois russe ou que le groupe IKEA soit un montage financier transnational complexe, le consommateur européen a le sentiment d’acheter suédois (notamment en termes de design, d’aménagement de l’espace domestique, d’images associées aux meubles…), le consommateur chinois a le sentiment d’acheter européen.

32La diversité et l’altérité – même construites et/ou illusoires –, sont donc en partie garantes d’une intensification des échanges à petite échelle, donc des processus de mondialisation et de métropolisation (la métropole étant cette « ville-mère » définie par sa capacité à gérer l’intensification des échanges). Crozet note d’ailleurs à ce sujet :

« les pays trouvent un intérêt à échanger parce qu’ils sont différents. C’est l’essence même du principe des avantages comparatifs, esquissé par Robert Torrens dès 1815, et formulé de façon explicite par David Ricardo » (Crozet, 2009).

33Le même auteur ajoute plus loin par :

« S’il s’agit de comprendre pourquoi les Italiens importent du Perrier et les français de la San Pellegrino, le principe des avantages comparatif ne nous est [par contre] d’aucune aide » (Ibidem).

34La prise en compte de cette distanciation cognitive, entre un Ici et un Ailleurs, peut alors aider à résoudre ce dilemme : l’attrait pour l’Ailleurs (« acheter c’est acquérir un lieu » pourrait-on écrire en paraphrasant les écrits de J. Brunhes sur l’alimentation) pousse le consommateur à des choix pouvant apparaître à première vue économiquement ou matériellement irrationnels. De par cet attrait pour l’Ailleurs, le consommateur participe à l’intensification des échanges à petite échelle, donc aux processus de mondialisation et de métropolisation.

35Aussi, plus qu’une mondialisation strictement uniformisante, c’est une uniformisation de la diversité qui peut-être constatée : chaque Ailleurs est accessible en toute métropole, comme en témoigne plus particulièrement le secteur alimentaire (dans chaque métropole, il est possible de manger italien, chinois, français, américain, turc…). Lévy écrit d’ailleurs :

« Le monde est un échelon, mais son existence se manifeste à toutes les échelles : il est présent dans chaque lieu que, pourtant, il semble contenir » (Lévy, 2008).

36C’est de ce degré d’offre de diversité que dépendraient – en partie – l’aire d’influence et le caractère plus ou moins métropolitain d’une ville.

37Aussi, notons que cette uniformité n’est qu’apparente, puisque l’on ne mange pas italien de la même façon dans tous les pays du monde, de la même manière qu’un même meuble IKEA n’acquerra pas la même fonction, le même usage en Chine et en France. Comme l’écrit Ripert :

« On peut être surpris par des pratiques qui détournent totalement ou partiellement ce pour quoi un objet a été inventé, de même que l’appropriation d’un objet, d’un savoir, d’une technique passe le plus souvent par une adaptation de celui-ci ou de son usage au contexte dans lequel il est inséré, sans parler du recyclage dans des secondes vies possibles. Ainsi l’usage d’un même objet ne produira pas forcément le même effet, ne conduira pas forcément le même imaginaire » (Ripert, 2008).

Conclusion

38Quand Vilarça (2008) écrit :

« La distance est l’un des principaux problèmes que les sociétés doivent résoudre pour augmenter et élargir les transactions »,

39c’est évidemment à la distance physique, matérielle, euclidienne à laquelle il fait référence. En effet, comme tente de le démontrer cette approche culturelle du cas IKEA, la distance – ici cognitive – est aussi l’un des principaux facteurs qui permet d’expliquer, au moins en partie, des processus aussi géographiques que la mondialisation ou la métropolisation.

40Cette réflexion est-elle encore valable à l’heure du développement durable ? Les politiques métropolitaines de développement durable se réclament de la grande échelle. Comme le propose graphiquement Pigeon (2010) à partir des études de Middleton (2003), il s’agit pour la « ville durable » de privilégier les échanges à grande échelle (recyclage, agriculture de proximité, énergie renouvelable…) et ainsi « la résilience des systèmes de peuplement locaux » (Pigeon, 2010). Finalement, le consommateur serait enjoint à acheter local, l’Ici l’emporterait alors sur l’Ailleurs. Est-il possible d’en déduire que ce renversement – évidemment partiel – signerait la fin de la mondialisation, de la métropolisation, de l’urbanisation ? A priori non, tant ces politiques s’inscrivent dans la recherche d’une attractivité et d’une compétitivité mondiale toujours accrues.

Haut de page

Bibliographie

BAILLY, O., J.-M. CAUDRON et D. LAMBERT, 2006, IKEA, un modèle à démonter, Bruxelles, éditions L. Pire, 108 p.

BEAUJEU-GARNIER, J. et A. DELOBEZ, 1977, La géographie du commerce, Paris, Masson, 282 p.

BOURDEAU-LEPAGE, L. et J.-M. HURIOT, 2005, « La métropolisation, thème et variations », dans Buisson, M.A. et D. Mignot (dir.), Concentration économique et ségrégation spatiale, Bruxelles, De Boeck Université « Économie, Société, Région », p. 40-64.

COLLIGNON, B. et J.F. STASZAK (dir.), 2003, Espaces domestiques. Construire, habiter, représenter, Paris, Bréal, 447 p.

CROZET, M., 2009, « Commerce et géographie, la mondialisation selon Paul Krugman », Revue d’économie politique, 119-4, Dalloz, 119 p.

DESSE, R.-P., 2002, « Les centres commerciaux français, futurs pôles de loisirs ? », Flux, 2002/4, n° 50, p. 6-19.

DE ROO, P., 1993, « la métropolité », dans Salley, A. (dir.), Les villes, lieux d’Europe, DATAR, La tour d’Aigues, éditions de l’Aube, Paris, 198 p.

DUPONT, L. et N. LEMARCHAND, 1999 « Culture et Commerce. Du système national américain au système-monde : le cas type de McDonald‘s », Géographie et Culture, n° 32, Paris, L’Harmattan, p. 51-65.

GAUDIN, S. et J. MUSEREAU, 2009, « Ikea revisite les classiques de la géographie », EspacesTemps.net, Mensuelles, 26.11.2009.

LEMARCHAND, N., 2008, Géographie du commerce et de la consommation : les territoires du commerce distractif, Habilitation à Diriger les Recherches, Université Paris IV, 2 vol. , 220 p. et 142 p.

LEVY, J. (dir), 2008, L’invention du Monde : une géographie de la mondialisation, Paris, Presses de Sciences Po, 403 p.

LEVY, J. et M. LUSSAULT, 2003, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 1023 p.

MANZAGOL, C., 2003, La mondialisation. Données, mécanismes et enjeux, Paris, Armand Colin, coll. Campus, 192 p.

MALMEJFÄLL, L., 2010, « Comme à la maison. Visite chez IKEA en Chine », consultable sur radio86.com. http://fr.radio86.com/economie-et-environnement-en-chine/comme-la-maison-visite-chez-ikea-en-chine

MERENNE-SHOUMAKER, B., 2001, « Évolution des accessibilités et des mobilités et dynamique des localisations commerciales », Travaux de l’Institut de Géographie de Reims, n° 107-108, p. 7-23.

MERENNE-SHOUMAKER, B., 2008, Géographie des services et du commerce, Presses Universitaires de Rennes, 255 p.

MIDDLETON, N., 2003, The global casino : an introduction to environmental issues, Londres, Hodder Arnold, 435 p.

PIGEON, P., 2010, « Catastrophes dites naturelles, risques et développement durable : utilisations géographiques de la courbe de Farmer », VertigO - la revue électronique en sciences de l’environnement, vol. 10, n° 1, avril 2010. http://vertigo.revues.org/9491

RIPERT, B., 2008, « Monde(s). Les cultures entre uniformisation et fragmentation », dans Lévy, J. (dir.), L’invention du monde, Paris, Presses de Sciences Po, p. 187-203.

RODRIK, P., 2010, « Ikea ouvre à Genève sur un marché très tendu », dans La Tribune de Genève, 15 septembre 2010.

SCHOETTL, J.-M., 2009, « La révolution à petits pas. Pour une relecture du cas IKEA », Revue française de gestion, n° 197, p. 163-173.

VILARÇA, O., 2008, « La planète transactionnelle », dans Lévy J. (dir.), L’invention du monde, Paris, Presses de Sciences Po, p. 203-225.

WRINGLEY, N. et M. LOWE, 2002, Reading Retail : A Geographical Perspective on Retailing and Consumption Spaces. Londres, Arnold, 280 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : L’utilisation de toponymes norvégiens pour dénommer les armoires IKEA
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/948/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Carte 2 : La distribution des magasins IKEA sur le territoire français
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/948/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anthony Merle, « Culture suédoise, culture d’entreprise, culture populaire », Géographie et cultures [En ligne], 77 | 2011, mis en ligne le 12 février 2013, consulté le 29 mars 2017. URL : http://gc.revues.org/948 ; DOI : 10.4000/gc.948

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org