Navigation – Plan du site
Lectures

François Péron et Guillaume Marie, Patrimoine maritime du Finistère

Valérie Kociemba
Référence(s) :

Françoise Péron et Guillaume Marie, Atlas du patrimoine maritime du Finistère, Brest, Le Télégramme, 2010, 140 p.

Texte intégral

1Dans Un coucher de soleil, en Bretagne, José M. de Hérédia, nous donne un portrait aussi concis qu’évident de ce qu’est un "finisterre", "La mer sans fin, commence où la terre finit !".

2Cette interface est un espace géographique aux caractères ambivalents. Une fin de terre synonyme de finitude, d’enclavement, de permanence voire de stagnation et de conservatisme, mais aussi par son ouverture sur la mer un lieu de départ vers des possibles lointains, vers un avenir autre et ailleurs.

3C’est également une ambivalence que Françoise Péron et Guillaume Marie, auteurs de l’Atlas du patrimoine maritime du Finistère aux éditions Le télégramme, mettent en avant dans leur définition du terme "patrimoine", dès la page 7 de leur ouvrage. Si le patrimoine s’ancre dans l’héritage historique, il n’est pas uniquement une figure de permanence, de conservatisme, il se "projette dans le futur". Pour les auteurs, il n’y a pas de "patrimoine en soi mais des dynamiques patrimoniales à des fins stratégiques et identitaires". Prise comme fil rouge, cette mise au point conceptuelle donne au lecteur une posture intellectuelle intéressante : il transforme un inventaire minutieux et attentif des fragments laissés par l’histoire, des aménités physiques, des organisations sociales, des potentiels économiques en autant de possibles qui, mis en synergie, permettront un "développement harmonieux et économe des territoires littoraux" (p. 8) dans une perspective de conservation.

  • 1 Les deux auteurs ont effectué leurs travaux dans le cadre d’une recherche action sur le thème du pa (...)

4Cet Atlas est le fruit d’une démarche scientifique à la portée du grand public1. La quarantaine de cartes commentées et exhaustives témoigne de cet effort. La communauté universitaire trouvera dans cet ouvrage un précieux outil de travail, tant sur les littoraux que sur la géographie de cette partie de la Bretagne (à l’heure où les ouvrages de géographie régionale se font particulièrement rares), mais également une réflexion argumentée et illustrée sur la construction d’une identité territoriale. Une identité territoriale fondée sur le visible bâti (phares, églises, bâtiments portuaires), sur le visible naturel (paysage, ressources marines et côtières), sur le vécu (activités économiques, pratiques culturelles) et sur le perçu et l’imaginé. Ainsi, une part belle est donnée à la représentation de l’espace par les peintres, notamment de l’école de Pont Aven, par des photographies esthétiques et de grandes tailles et par les récits légendaires. Les auteurs se sont attachés à travailler de manière pertinente dans la diachronie. On peut néanmoins remarquer la quasi-absence des acteurs individuels, un parti pris étant fait de ne les rendre présents qu’à travers les associations, les institutions…

5Le grand public, quant à lui, s’il ne s’attache à la lecture attentive des cartes (seuls quelques amateurs éclairés se plongeront dans le détail de la représentation des épaves ou des édifices religieux liés au maritime) pourra facilement comprendre ce que les géographes nomment la littoralisation. En effet, les cartes et leurs commentaires clairs et précis rassemblent en 6 chapitres l’ensemble des caractères majeurs de l’occupation de l’espace finistérien. Sont ainsi représentés sur le trait de côte les héritages maritimes, les hauts lieux du patrimoine portuaire, les formes de valorisation du patrimoine culturel et les éléments majeurs de l’occupation de l’espace actuel. La juxtaposition de ces éléments permet de saisir la pression anthropique sur ce territoire, présenté par ailleurs comme fragile, et rend totalement pertinente une des finalités de l’ouvrage : une aide à la mise en pratique de politiques de préservation et de conservation.

6À la lecture de ce que l’on peut qualifier un "bel ouvrage", tant par sa facture que par son contenu, il est probable que le lecteur aura envie de se rendre en Finistère pour découvrir les trésors de ce territoire et contribuer à leur préservation.

Haut de page

Notes

1 Les deux auteurs ont effectué leurs travaux dans le cadre d’une recherche action sur le thème du patrimoine maritime culturel de l’Université de Bretagne, laboratoire Géomer UMR 6564 LETG-CNRS.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valérie Kociemba, « François Péron et Guillaume Marie, Patrimoine maritime du Finistère », Géographie et cultures [En ligne], 77 | 2011, mis en ligne le 20 mai 2013, consulté le 20 février 2017. URL : http://gc.revues.org/973

Haut de page

Auteur

Valérie Kociemba

ADES-CNRS, université de Bordeaux 3

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org