Navigation – Plan du site
L'écho de nos correspondants étrangers

Un colloque sur le devenir de la géographie québécoise

Jules Lamarre

Texte intégral

1Dans le cadre du congrès annuel de l’Association francophone pour le savoir (ACFAS), les 11 et 12 mai 2011, un colloque a eu lieu à l’université Bishop’s, à Sherbrooke au Québec, qui avait pour thème « Qu’advient-il de la géographie ? ». Ce colloque a été organisé par Édith Mukakayumba et Jules Lamarre de la Maison de la géographie de Montréal.

  • 1 Plusieurs cas pourraient être cités.

2Pour de nombreuses raisons, une rencontre apparaissait nécessaire pour lancer un débat de fond sur ce qu’il advient de la géographie au Québec. Ainsi, depuis un bon moment déjà, rarement entend-on parler de géographie et de géographes dans les médias québécois. Un géographe désire publier un livre ? Alors son éditeur pourra lui demander de le faire à titre d’« environnementologue », de sociologue ou bien d’anthropologue, peut-être pour être certain de le vendre1. Peu de géographes feraient usage de leur titre corporatif, préférant semble-t-il se définir comme aménagistes ou bien urbanistes – s’ils sont membres de l’ordre, c’est-à-dire par ce qu’ils font plutôt que par ce qu’ils sont. Ils ne voudraient pas continuer de passer pour des incompétents.

3Surtout, depuis la fin des années 1990, l’enseignement de la géographie à tous les niveaux scolaires au Québec connaît des restructurations parfois discutables et dont on ne débat que derrière des portes closes. Or ce qu’il advient de la géographie devrait concerner au moins tous les géographes, et non pas seulement ceux qui l’enseignent à l’université ou qui en réforment les programmes depuis le ministère de l’Éducation du Québec. Parce que la réputation de la géographie et des géographes en dépend.

4Si certaines faiblesses de la géographie, voire des problèmes sérieux, peuvent être repérés en contexte québécois, qu’en est-il ailleurs, notamment en Europe ou encore au Canada anglais ? C’est pour être en mesure d’effectuer des comparaisons à ce chapitre et d’entrevoir des pistes de solutions communes qu’un colloque international a été organisé sur le sujet. Le colloque « Qu’advient-il de la géographie ? » a rassemblé des géographes réputés, des directeurs de département universitaires, des professeurs de géographie du secondaire, des militaires, ainsi que de simples citoyens, dont des « héros de la vie quotidienne » qui font beaucoup de géographie sans le savoir. D’une durée de deux jours, avec une trentaine de présentations clôturées par une table ronde, avec ses activités connexes, comme la tenue de la deuxième édition de l’exposition « Rwanda, pays des mille collines », l’expérience a été enrichissante et elle devrait avoir des conséquences.

Les « problèmes » de la géographie québécoise en bref

5Au Québec, avec la réforme des programmes d’enseignement du secondaire, entamée à partir de la fin des années 1990, il faut savoir qu’à l’heure actuelle la géographie n’est plus enseignée qu’en secondaire I et II, là où, de plus, elle se retrouve diluée dans un programme appelé « Univers social ». Ce programme a pour objectif principal de former ce que l’on appelle de meilleurs citoyens, des citoyens avertis, en exposant les élèves à l’étude d’une succession de « cas » problématisés pouvant provenir de l’actualité. Dans ce contexte, la géographie ou l’histoire sont utilisées comme instruments de résolution de problèmes qui apparaissent interchangeables. Ainsi, on vise avant tout à faire du développement de capacités (capacity building) chez les élèves, celles de résoudre des problèmes, celles de faire preuve de jugement, et non pas à faire de la géographie ou de l’histoire. Par conséquent, aux yeux des élèves du secondaire, la géographie, en particulier, ne peut acquérir la stature d’une discipline à part entière de la connaissance. Parmi les géographes, signalons que cette réforme est loin de faire l’unanimité.

6De plus, dorénavant, les profs de secondaire qui « touchent » à la géographie n’ont plus besoin de posséder une formation spécialisée en géographie. Ces nouveaux professeurs sont formés essentiellement en éducation et ils doivent suivre des cours dans certaines matières, dont la géographie. Dans ces conditions, même des géographes qui s’affichent comme des défenseurs farouches du programme « Univers social » peuvent déplorer le manque de formation des enseignants en géographie. Avec la réforme des programmes d’enseignement du secondaire québécois, il semble que d’une manière ou d’une autre la géographie y ait perdu au change. Et cela n’a jamais été débattu sur la place publique.

Le sauve-qui-peut en géographie universitaire

7Depuis les années 2000, non seulement les enseignants du secondaire n’ont plus à compter dans leurs rangs des spécialistes de la géographie, mais l’enseignement de la géographie serait en net recul également au niveau collégial (Sabourin, 2009)2. Par conséquent, à partir de la fin des années 1990, globalement le nombre des inscriptions dans plusieurs départements de géographie québécois a chuté brutalement. En bout de ligne, à l’université, des postes de profs en géographie ont dû être abolis ou convertis de manière à attirer en géographie une nouvelle clientèle qui puisse permettre d’éviter l’asphyxie. Dès lors, on n’allait plus en géographie à l’université en vue de faire carrière en enseignement de cette discipline à quel que niveau scolaire que ce soit. Bien des finissants au doctorat en géographie se sont ainsi retrouvés piégés à la fin de leurs longues études, principalement à cause de leur âge avancé. Ils ne pouvaient plus se recycler facilement.

8Pour illustrer cette situation d’asphyxie, rappelons que le nombre de professeurs réguliers au département de géographie de l’université Laval, qui était de plus de 30 jusque durant les années 1990, a depuis fléchi de moitié. Les postes éliminés l’ont été, semble-t-il, en géographie humaine. De plus, ce même département qui était rattaché depuis toujours à la faculté des lettres de cette université, l’est dorénavant à la faculté de foresterie et de géomatique. Durant la même période, les cinq professeurs réguliers du module de géographie de l’université du Québec à Chicoutimi (UQAC) en sont devenus à peu près deux. À l’université du Québec à Rimouski (UQAR), on retrouve toujours sept professeurs réguliers en géographie. Toutefois, des postes ont été abolis en géographie humaine au point que cinq de ces professeurs réguliers y sont maintenant des spécialistes de la géographie physique ou de l’environnement. De plus, le module de géographie de l’UQAR, qui était rattaché depuis sa création à son département des sciences humaines, est récemment passé au département de chimie et de biologie. Il s’agissait peut-être de faire plus scientifique.

9Dans bien des universités québécoises, une façon de relancer la géographie sur de nouvelles bases aurait été de mettre l’accent sur la formation professionnelle des prochains géographes. C’est ce que l’on a fait résolument à l’UQAC3 ainsi qu’à l’université du Québec à Trois-Rivières (UQTR). Les prochains géographes deviendraient éventuellement des spécialistes de l’aménagement, des spécialistes de l’environnement, ou encore des spécialistes de la géomatique, mais non pas des spécialistes de la géographie. Il y a déjà plusieurs années, l’ancien département de géographie de l’université de Sherbrooke a d’ailleurs donné le ton en se convertissant en « département de géomatique appliquée4 ».

10Tout comme les nouveaux enseignants du secondaire sont d’abord des spécialistes de l’éducation, sans avoir à être des spécialistes d’une matière d’enseignement en particulier, souvent les gens formés en géographie au Québec tendraient à devenir des spécialistes de l’utilisation de techniques applicables dans divers contextes spatiaux devenus interchangeables, des contextes dont ils n’auraient plus besoin d’être des spécialistes.

11Toutefois, il faut souligner que la « géographie de l’enseignement de la géographie universitaire » est tout particulièrement différentielle au Québec. Ainsi, par exemple, le programme de géographie de l’Université McGill, à Montréal, qui attire principalement une clientèle à la fois anglophone et internationale, semble des plus alléchants pour quiconque voudrait apprendre la géographie à partir de ce qu’elle a de meilleur à offrir5.

Un rappel à l’ordre

  • 6 Commandant-adjoint du commandement des Forces armées canadiennes.

12Un des moments forts du colloque « Qu’advient-il de la géographie ? » a certainement été la présentation qu’y a effectué le brigadier-général Gerry Champagne6. En arborant un sourire moqueur, le général s’est étonné que l’avenir de la géographie puisse apparaître incertain à des géographes assis devant lui. Il a soutenu que les militaires faisaient continuellement de la géographie, et ils en feraient sans jamais pouvoir dissocier géographie physique et géographie humaine. On pourrait en dire autant des états-majors des multinationales, des gouvernements, des grandes organisations transnationales, etc. Mais cela, nous le savons au moins depuis la publication de Lacoste (1976), La géographie, ça sert d’abord à faire la guerre. Rappelons qu’en 1976, Lacoste prédisait déjà la fin de la géographie des professeurs qui lui apparaissait en porte-à-faux par rapport à une certaine essence militaire de la géographie.

13Or, toujours selon Lacoste (1976), l’enseignement de la géographie devrait servir à apprendre aux citoyens comment reconnaître et ensuite déjouer les manigances des états-majors de tout acabit. Des citoyens plus responsables cesseraient ainsi de se comporter comme des somnambules téléguidés quand ils s’engagent, par exemple, sur des autoroutes destinées, non pas d’abord à leur sauver du temps en déplacement, mais à faire faire toujours plus d’argent à des vendeurs de ciment proches du pouvoir. Les exemples du genre peuvent être multipliés à souhait.

Mais que faudrait-il faire ?

14D’abord, un constat s’impose. Que la géographie d’ici devienne plus technique et plus environnementale ne rend pas service à la discipline. Ce faisant, la géographie universitaire se déleste de tout un pan de sa mission, soit celui qui consiste à étudier et à analyser pourquoi et comment les humains sécrètent des territoires. En n’engageant pratiquement plus de professeurs réguliers pour donner les cours de géographie humaine et ceux de géographie régionale, il se pourrait bien que d’autres institutions moins formelles que les universités investissent tout ce domaine laissé en friche, parce qu’il importe toujours.

15Cela dit, plusieurs des conférenciers, comme Christian Vandermotten, ne croyaient pas à une géographie réellement menacée de disparition, et que bien des nuances devaient être faites. Toutefois, d’autres, comme Paul Claval, ont fait remarquer que des ajustements s’imposaient du côté de la pédagogie de la géographie, et aussi afin de limiter l’éparpillement de la discipline. Mais, pourrions-nous ajouter, c’est à la condition que la géographie soit encore enseignée en tant que matière scolaire, ce qui n’est plus le cas au niveau secondaire québécois. Pour sa part, Éric Waddell s’est insurgé contre une géographie qui mettrait de plus en plus l’emphase sur la formation exclusive de technocrates. À nos yeux, de tels départements devraient alors changer de noms, comme cela s’est produit à l’université de Sherbrooke. Enfin, pour leur part, des directeurs de département de géographie ont soutenu, chiffres d’inscriptions à l’appui, que chez eux tout allait vraiment très bien. Alors pourquoi appliqueraient-ils des correctifs ? Un de ces directeurs ne voyait pas pourquoi le nom géographie devrait nécessairement continuer à désigner indéfiniment son propre département. D’autres départements de géographie qui « vont très bien » se spécialisent actuellement du côté environnemental, et n’engagent plus de professeurs réguliers en géographie humaine.

16Il nous semble que le colloque « Qu’advient-il de la géographie ? » était vraiment devenu nécessaire, et la discussion doit absolument se poursuivre.

Haut de page

Notes

1 Plusieurs cas pourraient être cités.

2 Voir : http://www.archipel.uqam.ca/2624/1/M11271.pdf

3 Voir : http://www.uqac.ca/environnement_programme/ep_7888.pdf

4 Voir : http://www.usherbrooke.ca/geomatique/

5 Voir : http://www.geog.mcgill.ca/people.html

6 Commandant-adjoint du commandement des Forces armées canadiennes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jules Lamarre, « Un colloque sur le devenir de la géographie québécoise », Géographie et cultures [En ligne], 77 | 2011, mis en ligne le 12 février 2013, consulté le 20 février 2017. URL : http://gc.revues.org/988

Haut de page

Auteur

Jules Lamarre

Cofondateur et coordonnateur de la Maison de la géographie de Montréal

Correspondant pour le Québec

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org